Salluste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salluste (homonymie).

Salluste

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Image de Salluste sur une pièce

Nom de naissance Caius Sallustius Crispus en latin
Activités écrivain ; historien
Naissance 1er octobre -86
Amiternum
Décès 13 mai -35
Rome
Langue d'écriture latin

Œuvres principales

Salluste, Caius Sallustius Crispus, (1er octobre 86 av. J.-C. à Amiternum - 13 mai 35 av. J.-C.), est un homme politique, militaire et historien romain.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Une biographie de Salluste semble avoir été écrite par Q. Asconius Pedianus, mais elle ne nous est pas parvenue[1]. Issu d'une famille libre de souche plébéienne, obscure, mais probablement aisée[2], questeur en -55, tribun de la plèbe en -52, cet homo novus[3] soutient le parti des populares, soutenus par Jules César et Pompée, contre les optimates, de Titus Annius Milon et Cicéron. Lors du procès des meurtriers de Clodius Pulcher, chef des populares, il prend ouvertement parti contre Milon, accusant ce dernier d'avoir tué Clodius de ses propres mains. Ce qui lui valut une accusation de ui[4].

Ami de Jules César, il est chargé de mener la flotte romaine en Illyrie. Salluste est alors exclu du Sénat romain pour immoralité en -50. Il est battu par les pompéiens (-49).

De nouveau questeur, Salluste peut réintégrer le Sénat. César lui confie un commandement en Campanie, dont les légions se sont mutinées. Il y est battu.

Le domaine politique lui convient mieux : élu préteur en -47, il accompagne César en Afrique et, par ses talents, se voit confier le gouvernement de la nouvelle province romaine de Numidie en (-46 – -45).

Après l'assassinat de Jules César en mars -44, voyant que la carrière politique se termine irrémédiablement, Salluste préfère se retirer de la vie publique et « profiter de la fortune que ses concussions lui avaient procurée[5] ».

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Salluste est l’auteur de trois grands ouvrages, dont seulement deux nous sont parvenus entièrement.

  • Les Histoires sont très incomplètes. Elles traitent de l’histoire de Rome entre la mort de Sylla (-78) et la victoire de Pompée contre les pirates (-67). Elles ont toutefois fait l'objet d'un très important travail de reconstitution de la part de Charles de Brosses, Premier président du parlement de Bourgogne, publié en 1777 chez Frantin à Dijon sous le titre Histoire de la République romaine dans le cours du VIIe siècle, par Salluste, en partie traduite du latin sur l'original, en partie rétablie & composée sur les fragments qui sont restés de ses livres perdus, remis en ordre dans leur place véritable ou le plus vraisemblable.

L'œuvre de Salluste marque un progrès par rapport à ses prédécesseurs, les annalistes, tant pour la force narrative que pour la méthode historique : il s'efforce d'expliquer les causes des événements politiques et les motivations des acteurs de l'histoire. Il a certes ses faiblesses : la chronologie et la géographie sont imprécises et souvent fautives ; il n'est pas impartial : il prend parti pour les populares aux dépens des nobiles. Il est cependant capable de reconnaître les mérites de ses adversaires et les défauts de ses amis. Ses personnages sont peints avec force, tout particulièrement Jugurtha et Catilina, Marius et Sylla.

Les critiques antiques ont relevé les caractéristiques de son style : l'usage des archaïsmes et des néologismes, une concision proche de l'obscurité, des tournures grecques. Il a influencé les historiens postérieurs, notamment Tacite.

Édition[modifier | modifier le code]

Salluste (bilingue latin-français, trad. Alfred Ernout et Jean Hellegouarc'h), La Conjuration de Catilina. La Guerre de Jugurtha. Fragments des histoires, Les Belles Lettres, Paris, 2003 (ISBN 2251012230) (1re édition 1941).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Salluste, Les Belles Lettres, préface p. 7.
  2. Jean Hellegouarc'h y voit quelques ressemblances avec Cicéron (origine provinciale, sans ancêtre et sans grande fortune, tous deux animés par l'ambition) p. 8.
  3. (de) Maria H. Dettenhofer, Perdita iuventus : zwischen den Generationen von Caesar und Augustus, C.H.Beck,‎ 2007, p. 17
  4. Salluste, Les Belles Lettres, préface p. 11.
  5. Salluste, Les Belles Lettres, préface p. 12.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]