François Marty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marty.
François Marty
Biographie
Naissance
à Pachins (France)
Ordination sacerdotale par
Mgr Charles Challiol
Décès (à 89 ans)
Monteils (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Paul VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Saint-Louis-des-Français
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Marcel-Marie Dubois
Archevêque de Paris
Précédent Pierre Veuillot Jean-Marie Lustiger Suivant
Prélat de la Mission de France
Précédent Achille Liénart Henri Guffet Suivant
Archevêque coadjuteur puis
Archevêque de Reims
Précédent Louis-Augustin Marmottin Jean-Marie Maury Suivant
Évêque de Saint-Flour
Précédent Henri Pinson Maurice Pourchet Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
COA cardinal FR Marty Gabriel-Auguste-Francois.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François Marty, (, Pachins - , Monteils), est un ecclésiastique catholique français qui fut cardinal-archevêque de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Il naît au village de Pachins, près de Vaureilles (Aveyron), dans une famille pieuse d'agriculteurs, et il est baptisé Gabriel, Auguste, François. En 1917, il entre au petit séminaire de Villefranche-de-Rouergue. En 1923, après un pèlerinage à Lourdes avec son père, il prend la décision d'entrer au grand séminaire.

Prélat[modifier | modifier le code]

Mgr Charles Challiol, évêque de Rodez, l'ordonne prêtre le en sa cathédrale. En , il est nommé vicaire à Villefranche-de-Rouergue, puis, en 1933, à la paroisse Saint-Amans de Rodez. De 1939 à 1940 il est mobilisé. À son retour, il devient curé à Bournazel, puis, en 1943, à Rieupeyroux. En 1948, il devient archiprêtre de Millau, puis, en 1951, vicaire général du diocèse de Rodez.

Le , il est nommé à l'évêché de Saint-Flour. C'est Mgr Marcel-Marie Dubois, évêque de Rodez, qui l'ordonne évêque le . Le 14 décembre 1959, il est nommé coadjuteur de l'archevêque de Reims, Louis-Augustin Marmottin. Il reçoit la titulature d'archevêque d'Hemesa. À la mort de Mgr Marmottin, le , il lui succède comme archevêque de Reims. C'est là, le , qu'il reçoit le général de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer lors d'une rencontre pour la paix entre les deux pays. En 1965, il est nommé prélat de la Mission de France.

Le il devient archevêque de Paris. Il est créé cardinal au consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Louis-des-Français. En 1970, il célèbre la messe à Notre-Dame de Paris - en présence du président de la République Georges Pompidou, du gouvernement et des chefs d'États étrangers - en hommage au général de Gaulle, après sa mort. En 1971, il se rend à Jérusalem. En 1980, il accueille le pape Jean-Paul II en visite en France. Il fait ses adieux à Paris, le . Le cardinal Jean-Marie Lustiger lui succède.

Décès[modifier | modifier le code]

Dès le , il se retire dans l'Aveyron, à Monteils au couvent des Dominicaines. En 1994, il meurt tragiquement, happé par un train, à un passage à niveau, dans la Citroën 2CV que les catholiques de Paris lui avaient offerte pour son départ[1] et à propos de laquelle il aurait alors déclaré « elle me conduira au paradis ».

Parcours ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Responsabilités exercées au sein de la Conférence des évêques de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. FRANCOIS MARTY, notre ami, Consulté le 13 février 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par François Marty Suivi par
Maurice Feltin
Président de la CEF
1969-1975
Roger Etchegaray