Hugues de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir saint Hugues.
Hugues de Rouen
Image illustrative de l'article Hugues de Rouen
Vitrail de Saint Hugues dans la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen.
Abbé de Saint-Denis, de Saint-Wandrille-de-Fontenelle et de Jumièges, évêque de Paris, de Bayeux et de Rouen
Décès 9 avril 730 
Jumièges
Nationalité Franc
Fête 9 avril

Hugues de Rouen († 9 avril 730 à Jumièges) (dit parfois Hugues de Champagne), est un saint catholique.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Drogon de Champagne († 708) et d'Adaltrude[1]. Son père était lui-même fils de Pépin de Herstal, maire du palais des trois royaumes francs, et de Plectrude, tandis que sa mère est la fille de Berchaire, maire du palais de Neustrie, et de Anstrude[2]. Hugues est le neveu de Charles Martel[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est élevé avec ses frères par son arrière-grand-mère maternelle Anseflède[2]. Alors qu'il n'était que laïc, il donne de nombreuses terres aux abbayes de Saint-Wandrille et de Jumièges. Après la distribution de ses biens, il se délivre des distractions de ce monde, se retire dans le monastère de Jumièges en 718 et embrasse la profession religieuse sous l'abbé Cochin (687-724).

En 723, il refuse de participer avec ses frères à l'attentat contre son oncle Charles Martel[4]. Pour le récompenser, le siège épiscopal de la ville de Rouen étant vacant, celui qui n'était plus Hugues de Champagne depuis sa profession monastique est nommé évêque de la ville. Il succède à Grifo, partisan de Pépin de Herstal[5]. Peu après, il accepte la charge d'abbé de Fontenelle. L'année suivante, il est simultanément évêque de Paris et de Bayeux ainsi que le 4e abbé de Jumièges. Alors qu'il cumule les sièges de Paris, Rouen et Bayeux, les autres sièges épiscopaux de la province normande sont vacants[3]. Sur la fin de sa vie, il se retire dans cette abbaye. Il y meurt le 9 avril 730 et est enterré dans l'église Notre-Dame[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen..., L. Maurry, Rouen, 1667, p. 169-172.
  2. a, b et c Settipani 1993, p. 161-163.
  3. a et b François Neveu, L'aventure des Normands : VIIIe-XIIIe siècle, Paris, Perrin, coll. « Tempus »,‎ 2009, 368 p. (ISBN 978-2-262-02981-4), p. 56.
  4. La Neustrie, tome 1, p. 329.
  5. La Neustrie, tome 1, p. 152.

Bibliographie[modifier | modifier le code]