Littérature du XXIe siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La littérature du XXIe siècle est la littérature française de l'an 2000 à nos jours.

Généralités[modifier | modifier le code]

Le phénomène de mondialisation peut permettre un mélange des cultures aboutissant à de nouveaux courants littéraires, certains trouveront peut-être leurs lettres de noblesse, comme la science-fiction. L'influence des nouvelles technologies est en train de mener à un rapprochement entre la littérature, les autres formes d'art et les technologies de l'information, dans de nouvelles directions. Il y a un accroissement des possibilités d'expression et d'édition, comme on le voit avec la cyberédition et les blogs.

La littérature de ce début de siècle est également hantée par le « je », première personne du singulier. Les auteurs tendent ainsi à donner plus de force, de vie à leurs histoires, leurs personnages. Le genre du « roman de gare » se développe également, notamment en France et aux États-Unis ; la littérature africaine traite, quant à elle, des sujets tels la place de la femme, la tyrannie, le regard sur l’autre (l'Occident).

En ce début de XXIe siècle, le concept d'« avant-gardes » a considérablement évolué.

Il y a également une émergence des nouvelles technologies numériques dans les pratiques artistiques et littéraires et apparition de nouveaux types d'écriture transversales mêlant poésie, philosophie, théâtre et proses diverses.

Si les évolutions à l'œuvre dans la société inspirent les écrivains du début du siècle, ces derniers restent hantés par les expériences dramatiques du XXe siècle, comme le montre par exemple le succès des Bienveillantes de Jonathan Littell et les romans de Bret Easton Ellis.

Engagement / désengagement[modifier | modifier le code]

Les crises économiques, politiques et sociales de la France contemporaine – exclusion, immigration, chômage, racisme, etc. – et l’idée (selon certains) que la montée de l’hégémonie américaine et de l’Europe, et la mondialisation, ont fait perdre à la France son sens de l’identité et son prestige international, a donné lieu à ce que certains critiques, comme Nancy Huston, ont considéré comme une nouvelle forme de nihilisme détaché, qui n’est pas sans rappeler celui des années 50 et 60 du siècle dernier chez un Beckett ou un Cioran. Le plus connu de ces auteurs est Michel Houellebecq, dont les Particules élémentaires a constitué un phénomène international majeur. Ces tendances ont également été la cible d’attaques. Dans un de ses essais, Nancy Huston a critiqué Houellebecq pour son nihilisme et s’est livrée à une censure acerbe de ses romans, dans sa propre œuvre, Professeurs de désespoir.

Bien que le contexte social et politique contemporain transparaisse au travers des ouvrages récents, la littérature française écrite des dernières décennies a été, dans l’ensemble, s’est désengagée de la discussion politique explicite (contrairement aux auteurs des années 1930 à 1940 ou de la génération de 1968) pour mettre l’accent sur l’intime et l’anecdotique. Elle a tendu à ne plus se considérer, à quelques exceptions notables (comme Michel Houellebecq ou Maurice G. Dantec), comme moyen de critique ou de transformation du monde. Au cours de la dernière décennie, d’autres auteurs contemporains (comme Christine Angot) ont renouvelé consciemment le roman avec le processus d’« autofiction », inventé par Serge Doubrovsky en 1977. Cette sorte de nouvelle autobiographie romancée n’est pas sans rappeler l’écriture des romantiques au XIXe siècle. Quelques autres auteurs peuvent être perçus comme appartenant vaguement à ce groupe : Alice Ferney, Annie Ernaux, Olivia Rosenthal, Anne Wiazemsky et Vassilis Alexakis. Dans la même veine, La Vie sexuelle de Catherine M. de Catherine Millet a fait couler beaucoup d’encre dans la presse, en 2002, pour son exploration décomplexée des expériences sexuelles de son auteure.

Nombre des œuvres en français les plus saluées au cours des dernières décennies sont dues à la plume d’écrivains originaires des anciennes colonies françaises ou des territoires d'outre-mer. Cette littérature francophone comprend les romans de l'Ivoirien Ahmadou Kourouma, du Marocain Tahar ben Jelloun, du Martiniquais Patrick Chamoiseau, du Libanais Amin Maalouf, du Tunisien Mehdi Belhaj Kacem et de l'Algérienne Assia Djebar (Académie française). Au nombre des auteurs contemporains, on relève également : Jonathan Littell, David Foenkinos, Jean-Michel Espitallier, Christophe Tarkos, Olivier Cadiot, Chloé Delaume, Patrick Bouvet, Charles Pennequin, Nathalie Quintane, Frédéric-Yves Jeannet, Nina Bouraoui, Arno Bertina, Edouard Levé, Christophe Fiat et Tristan Garcia.

Le prix Nobel de littérature a été attribué aux écrivains français suivants : Gao Xingjian en 2001 et Jean-Marie Gustave Le Clézio en 2008.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Listes[modifier | modifier le code]

Catégories[modifier | modifier le code]