Joseph Hippolyte Guibert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guibert.
Joseph Hippolyte Guibert
Image illustrative de l'article Joseph Hippolyte Guibert
Biographie
Naissance 13 décembre 1802
à Aix-en-Provence (France)
Ordination sacerdotale 14 août 1825
Décès 8 juillet 1886
à Paris (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
22 décembre 1873 par le
pape Pie IX
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Saint-Jean à Porta Latina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 11 mars 1842 par
Mgr Eugène de Mazenod
Fonctions épiscopales Évêque de Viviers (France)
Archevêque de Tours (France)
Archevêque de Paris (France)

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
COA cardinal FR Guibert Joseph-Hippolyte.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Joseph Hippolyte Guibert, né le 13 décembre 1802 à Aix-en-Provence, mort le 8 juillet 1886 à Paris, fut archevêque de Tours de 1857 à 1871, puis de Paris de 1871 à 1886 et cardinal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre chez les Oblats de Marie Immaculée le 14 août 1825, il fut consacré évêque de Viviers le 11 mars 1842, puis nommé archevêque de Tours le 4 février 1857.

En 1871 il fut appelé à succéder à Monseigneur Darboy, archevêque de Paris exécuté par les Communards, ce qui faisait en vingt-trois ans trois archevêques de Paris morts de mort violente (seul Mgr Morlot était mort dans son lit).

Dès sa nomination il s'occupa de faire construire la basilique dite du "Vœu National", qu'on finit par installer à Montmartre. En 1873, il reçut le chapeau de cardinal, que Monseigneur Darboy n'avait jamais eu en raison de son gallicanisme. En 1875, il inaugura l'Université catholique de Paris. Cette période faste se termina avec l'arrivée au pouvoir des républicains anticléricaux dont il eut à affronter les mesures : suppression de la Faculté de Théologie de la Sorbonne, premières expulsions de congréganistes. De 1874 à 1886, il occupe la chaire de l'Église San Giovanni a Porta Latina de Rome.

Les funérailles du cardinal-archevêque de Paris furent célébrées à la cathédrale le 16 juillet 1886, au milieu d'une foule considérable et recueillie. Le cortège passa par les boulevards Saint-Germain,Saint-Michel, le pont Saint-Michel, le quai du Marché-Neuf et le parvis Notre-Dame. Charles de Freycinet qui cumulait la fonction de Président du Conseil avec celle de ministre des Affaires étrangères, n'avait pas souhaité assister aux obsèques; il se contenta de regarder passer le cortège des fenêtres du ministère des Affaires étrangères[1]. La messe fut célébrée par Mgr Julien Florian Desprez, cardinal-archevêque de Toulouse.

Selon son désir Mgr Guibert fut enterré dans la crypte du Sacré-Cœur et non dans celle de la cathédrale Notre-Dame comme il est d'usage pour les archevêques de Paris[2].

Citations[modifier | modifier le code]

  • «La punition des fautes ordinaires est renvoyée le plus souvent dans l'autre vie, de peur que le châtiment immédiat, trop fréquemment appliqué, ne trouble l'ordre de la liberté humaine, sagement établie de Dieu. Mais il est des crimes d'un ordre supérieur, s'il est permis de les nommer ainsi, qui attentent aux grands principes de la vérité et de la morale, et qui par cela même tendent à la perversion de l'humanité; ces crimes doivent recevoir, dès cette vie, une répression temporelle, afin que la conduite de la Providence ne devienne pas un scandale pour les faibles et que la vertu ne soit pas découragée.»[3]

Commentaires[modifier | modifier le code]

" Du cardinal Guibert on disait qu'il vivait à l'archevêché comme un moine. Il eût mieux fait d'inviter à sa table les ministres d'alors. Un Gambetta eût été très flatté de s'asseoir à la table d'un cardinal. La sympathie naissant de ces sortes de relations, certaines lois anticléricales pouvaient être évitées, mais les cardinaux d'alors préféraient protester du haut de leur mandement contre le gouvernement qui ne favorisait pas l'Église. Et puis qu'est-ce qu'auraient dit les gens bien pensants du Faubourg, les derniers représentants et défenseurs de la royauté, s'ils avaient lu dans un journal que l'archevêque de Paris avait banqueté avec un ministre républicain? [...]" Journal de l' Abbé Arthur Mugnier, 4 novembre 1936

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Semaine religieuse du diocèse de Tulle, 24 juillet 1886, no 30, p. 479
  2. Toutefois, il a été placé, dans un premier temps, dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame : "La mise au caveau de la dépouille mortelle du vénérable défunt a eu lieu à 5 heures en présence de Mgr Richard entouré du clergé métropolitain. Le cercueil a été placé à côté de celui de Mgr Affre" (La Semaine religieuse du diocèse de Tulle, 24 juillet 1886, no 30, p. 480
  3. Cité par le R. P. Huguet dans son livre Terribles châtiments des révolutionnaires ennemis de l'Église depuis 1789 jusqu'en 1879, Librairie de Perisse frères, Paris, 1883.