Louis-Ernest Dubois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois.
Louis-Ernest Dubois
Image illustrative de l'article Louis-Ernest Dubois
Mgr Dubois, nouvel archevêque de Paris, devant Notre-Dame en 1920
Biographie
Naissance 1er septembre 1856
Saint-Calais (France)
Ordination sacerdotale 20 septembre 1879 par
Mgr Chaulet d'Outremont
Décès 23 septembre 1929 (à 73 ans)
Paris (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
4 décembre 1916 par le
pape Benoît XV
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Maria in Aquiro
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 2 juillet 1901 par
Mgr Marie-Prosper de Bonfils
Archevêque de Paris
13 septembre 1920 – 23 septembre 1929
Précédent Léon-Adolphe Amette Jean Verdier Suivant
Archevêque de Rouen
13 mars 1916 – 13 septembre 1920
Précédent Frédéric Fuzet André du Bois de La Villerabel Suivant
Archevêque de Bourges
30 novembre 1909 – 13 mars 1916
Précédent Pierre-Paul Servonnet Martin-Jérôme Izart Suivant
Évêque de Verdun
5 avril 1901 – 30 novembre 1909
Précédent Jean-Pierre Pagis Jean-Arthur Chollet Suivant

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
COA cardinal FR Dubois Louis-Ernest.png
« Regnavit a ligno Deus »
(« Dieu qui règne par le bois (de la croix) »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis-Ernest Dubois, né le 1er septembre 1856 à Saint-Calais[1] et mort le 23 septembre 1929 à Paris est un évêque catholique français, successivement évêque de Verdun puis archevêque de Bourges, de Rouen puis de Paris et cardinal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Il reçoit la confirmation le 9 août 1866. Il suit des études au collège ecclésiastique de Saint-Calais puis entre au petit séminaire de Précigné[1]. Après avoir étudié la philosophie et la théologie au séminaire du Mans à partir d'octobre 1874, Louis-Ernest Dubois est ordonné prêtre le 20 septembre 1879 à la chapelle du grand séminaire du Mans par Hector-Albert Chaulet d'Outremont, évêque du Mans[1]. Il est affecté ensuite à une paroisse dans le diocèse du Mans. À partir de 1888, il devient rédacteur du journal La Semaine du fidèle, bulletin du diocèse du Mans[1] et fonde en 1893 « L'Union historique du Maine ». En 1895, il est nommé chanoine honoraire de la cathédrale du Mans[1]. Pendant les années 1898-1901, il dirige en tant que vicaire général l'administration de l'évêché du Mans[1].

Évêque[modifier | modifier le code]

Il est nommé le 5 avril 1901 évêque de Verdun par décret du président Émile Loubet, confirmé par l'approbation pontificale le 18 avril suivant. Il est alors le plus jeune évêque de France[1]. Il est consacré le 2 juillet à la cathédrale du Mans par Marie-Prosper de Bonfils, évêque du Mans, assisté d'Étienne-Marie Potron, évêque titulaire de Jéricho et Charles-Joseph Gilbert, évêque titulaire d'Arsinoé et évêque émérite du Mans[1].

Il publie de nombreux ouvrages traitant de l'histoire de l'art et de l'archéologie[1]. Il est promu archevêque de Bourges le 30 novembre 1909[1] par Pie X. Il prend une part active à la première guerre mondiale en aidant les soldats et leurs familles et fonde l'Union Sacrée qui organise des prières d'enfants dont les pères sont partis à la guerre[1]. Le 13 mars 1916, Benoît XV lui confie l'archevêché de Rouen, faisant de lui le primat de Normandie[1].

Cardinal[modifier | modifier le code]

Il est créé cardinal-prêtre lors du consistoire du 4 décembre 1916 tenu par le pape Benoît XV. Il reçoit le chapeau rouge et le titre de S. Maria d'Aquiro le 7 décembre[1]. Il dirige une mission religieuse pour le gouvernement français en Palestine, Syrie, Liban, les pays des Balkans, dans les villes de Smyrne, Athènes, Constantinople, du 14 décembre 1919 au 24 mars 1920 pour garantir à ses pays l'impartialité religieuse de la France après la première guerre mondiale[1].

Le 13 décembre 1920, le pape le nomme archevêque de Paris[1]. En 1921, il encourage les Scouts de France. Il participe au conclave de 1922 qui élit pape Pie XI[1]. Il voyage en Pologne en juin 1924, aux États-Unis et au Canada en juin 1927, en Autriche en octobre 1928, en Tchécoslovaquie en septembre 1929[1]. Il représente le pape en tant que légat au congrès marial national tenu à Chartres le 18 mai 1926[1].

À partir de 1926 jusqu'à sa mort, il s'oppose activement à l'Action française. Il joue également un rôle dans les ajustements suite à la séparation de l'Église et de l'État. Il est commandeur de la Légion d'honneur[1].

Décès[modifier | modifier le code]

Gisant dans le déambulatoire sud de la cathédrale, œuvre du sculpteur Henri Bouchard.

Il meurt le 23 septembre 1929 à la clinique des Frères de Saint-Jean de Dieu de Paris, juste après l'arrivée du nonce apostolique Bonaventura Cerreti[1]. L'archevêque de Rennes, le cardinal Alexis-Armand Charost célèbre ses funérailles en présence des autorités locales et nationales, de 65 archevêques, évêques, patriarches, archimandrites et abbés de France et de l'étranger, du clergé et des fidèles de Paris[1]. Il est enterré dans la crypte de Notre-Dame tandis que son gisant est déposé au sud-est du déambulatoire, contre la clôture du chœur[1]. Il comporte une épitaphe:

« + LUDOVICUS TIS S MARIÆ IN AOVIRO CARD DUBOIS ARCHIEP PARISIEN
OPTIME DE RELIGIONE ET MATRIA MERITUS MDCCCLVI + MDCCCCXXIX + »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Michel Florisoone, Le Cardinal Dubois, Paris, 1929
  • Henri-Louis Odolin, Le Cardinal Dubois (1856-1929), Souvenirs, Paris, 1931

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]