Gannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gannes
Chapelle Notre-Dame de Bonsecours, sur la route de Sains-Morainvillers.
Chapelle Notre-Dame de Bonsecours, sur la route de Sains-Morainvillers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Olivier de Beule
2014-2020
Code postal 60120
Code commune 60268
Démographie
Population
municipale
341 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 11″ N 2° 25′ 21″ E / 49.5697222222, 2.422549° 34′ 11″ Nord 2° 25′ 21″ Est / 49.5697222222, 2.4225  
Altitude Min. 104 m – Max. 144 m
Superficie 8,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gannes

Gannes est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2 janvier 2007[1] Georges Van Vynckt DIV Démissionnaire
2007 en cours
(au 9 avril 2014)
Olivier De Beule DIV Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 341 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466 493 538 538 516 523 527 490 489
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
437 439 456 424 434 425 435 412 391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
352 390 355 373 378 424 315 280 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
320 307 289 281 296 320 323 323 341
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,6 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 22,4 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 18,8 %) ;
  • 47,4 % de femmes (0 à 14 ans = 15 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Gannes en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
7,6 
75 à 89 ans
12,4 
11,2 
60 à 74 ans
12,4 
19,4 
45 à 59 ans
17,6 
20,0 
30 à 44 ans
24,8 
22,4 
15 à 29 ans
17,6 
19,4 
0 à 14 ans
15,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis (XVIe siècle) : Des poutres de chêne était autrefois posées à environ trois mètres du sol et supportaient un toit qui n'était pas bien haut étant donné la faible hauteur des poutres de soutien. En 1660, les poutres ont été coupées, dont il reste les morceaux encastrés dans le mur, et l'église a été agrandie en hauteur. En 1869, on a posé sous le toit en bois une voûte en ciment supportée par des piliers construit dans ce but. L'église possède un grand Christ en bois recouvert de plâtre et datant de sa fondation[7], un confessionnal Renaissance et deux chapelles latérales en bois, avec statues en bois du XVIIIe siècle. Un dalle verticale rappelle que le cœur de M.F. de Lannois, ancien seigneur du lieu, est placé dans le mur. L'église est connue chez les historiens de Saint-Vincent-de-Paul, car ce saint s'y rendit en janvier 1617, alors qu'il résidait au château de Folle-Ville, dans la famille de Gondi et convertit le meunier mourant. Se rendant compte du manque de prêtre pour desservir les campagnes, St-Vincent de Paul créa à l'occasion de cet incident, la congrégation des prêtres de la Mission. C'était une secte de prêtres missionnaires qui se rendaient partout où les villageois n'étaient pas évangélisées.
  • Chapelle Notre-Dame de Bon-Secours : Petite chapelle, route de la Gare fondée vers 1630, reconstruite en 1776.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Courier d'Ét@t » [PDF], Préfecture de l'Oise,‎ février 2007 (consulté le 11 avril 2014) : « La démission pour convenances personnelles de M. Georges Van Vynck, maire de Gannes, a été acceptée le 2 février 2007. Il conserve cependant son mandat de conseiller municipal », p. 4
  2. « Les élus de Gannes », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3284,‎ 9 avril 2014, p. 20 (ISSN 1144-5092)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Gannes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  7. « Christ sur la croix », base Palissy, ministère français de la Culture