Jean Anguera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Anguera

alt=Description de l'image Jean_ANGUERA_portrait_NB.jpg.
Naissance 22 décembre 1953
Drapeau de la France Paris, France
Activités Sculpture, dessin
Formation Architecte ; diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris

Compléments

Jean Anguera, est un sculpteur français né à Paris en 1953.

Ses modelages reproduits dans la résine polyester veulent exprimer la relation de l'homme avec le paysage. Les thèmes du marcheur et de la plaine sont récurrents dans son travail.

En février 2013, il est élu à l'Académie des beaux-arts au fauteuil de François Stahly[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un père statisticien chercheur en médecine Jordi ANGUERA et d’une mère sculpteur Pierrette GARGALLO et petit-fils du sculpteur aragonais Pablo GARGALLO, il affirme très tôt son goût pour le modelage.

Dès 1967, sa mère l'inscrit aux séances de modèle vivant à l'Académie de la Grande Chaumière.

Peut-on croire en une impérieuse hérédité dans le domaine de l’Art ? Peut-on imaginer une quelconque démarche transmise de l’un à l’autre en même temps qu’un même mode d’expression ? s'interrogera Jean-Louis AUGE dans la préface du catalogue de l'exposition Jean ANGUERA "L'argile est éternelle" au Musée GOYA de Castres.

De 1971 à 1978, il suit une formation d'architecte mais il fréquente parrallèlement l'atelier du sculpteur CESAR à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

En 1977, il expose pour la première fois ses sculptures avec celles de Laure de RIBIER au Musée Ernest RUPIN de Brive.

Ses études d'architecture seront marquées par les enseignements de Jacques BOSSON (Scénographie des espaces) et de Jacques LECOQ et Gérard KOCH (Atelier du mouvement, la projection du corps, expression et transfert des représentations). Il acquière le diplôme d'Architecte mais n'exercera pas la profession en choisissant dès 1979 de se consacrer exclusivement à la sculpture. Toutefois l'architecture conservera une forte influence sur ses recherches sculpturales et en particulier l'idée même de représentation qu'il avait développée pour son diplôme d'Architecte exposant les relations privilégiées entre conception et moyen d'expression.

Il fonde avec le sculpteur Laure de RIBIER, le photographe et poète Jean BESCOS et l'architecte Pierre LAFON le groupe "Tendre conspiration" dont une première exposition a lieu en 1983 à la galerie Ducroux à Paris.

Pour les éditions Carmen MARTINEZ il réalise avec Jean BESCOS une monographie sur Pablo GARGALLO publiée en 1980. L'année suivante il expose à la galerie Carmen MARTINEZ avec le peintre Renaat IVENS.

À partir de 1986, la galerie Marwan HOSS s'intéresse à son travail et réalise une première exposition individuelle en 1988. Suivra l'exposition "Pensée du paysage" en 1999 dans la succursale de la galerie à Bruxelles et en 2006 dans la galerie parisienne l'exposition" Terre d'appui" réunira la première série des résines polyesters des "Hommes jusqu'à la plaine" et une suite de dessins grand-format sur le même thème. D'autres galeries l'exposeront fréquemment comme la Galerie Lina DAVIDOV puis plus récemment la galerie Michèle BROUTTA.

Peu de temps après la parution d'un ouvrage écrit par le poète Salah STETIE "Jean Anguera, sculpteur de l'impalpable" publié aux Editions Kallimages en 2011 le Musée Goya de Castres lui consacre une importante exposition qui autorise un premier bilan de son œuvre. L'année suivante, avec pour titre " Sculpture Paysage", Le COMPA de Chartres présente ses travaux en lien avec les collections permanentes du musée et le regard sur le paysage de photographes de renom (Exposition "Images/Paysages").

En 2012, il reçoit le Prix Simone et Cino del DUCA[2] pour l'ensemble de son œuvre avant d'être élu en 2013 membre de l'Académie des Beaux-arts[3].

L'exposition "L'inconnu dans l'atelier" en juin 2013 à la Ferme Ornée de la Propriété Caillebotte à Yerres invente un tracé original de son œuvre.

Sens de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Jean Anguera se définit modeleur.

Femme assise tissée à la plaine, 2009, polyester, 115 x 83 x 130

Ses œuvres sont d'abord réalisées dans l'argile avant d'être reproduites en résine polyester, c'est-à-dire fixées dans ce qu'il conçoit comme une photographie en trois dimensions d'une sensibilité égale au rendu de l'argile. L'argile c'est la spontanéité et l'essentiel se passe pendant son travail mais une fois la sculpture terminée le matériau - la résine polyester - est accessoire, seul compte pour l'artiste le propos, même si ce dernier dépend fortement du matériau qui le soutient.

À partir de 1983, ses recherches tournent autour du rapport de l'homme avec le paysage, pris au sens large ou de manière métaphorique.

Selon Gérard XURIGUERA sa sculpture procède des sollicitations du dehors et du dedans, elle allie l'apparence à la pensée abstraite (catalogue de l'exposition "Terre d'appui" en 2006 à la galerie Marwan HOSS). Pour Jean ANGUERA la représentation du corps doit traduire les liens d'une réalité affective et physique avec l'espace habité. L'homme est une réalité globale dont l'intériorité et l'extériorité se confrontent et se nouent à la surface de la sculpture. Son travail rejoint ainsi la notion des "Géographies sentimentales" de Pierre SANSOT.

Dans son ouvrage "Jean Anguera, sculpteur de l'impalpable" le poète Salah STETIE écrira: "Cette sculpture je la regarde comme infigurée et infigurable, je l'écoute qui meurt et vit en même temps, qui « meurt de ne pas mourir ». Les personnages d'Anguera vivent une existence ambigüe qui les rend si incertains de leur être dans l'apparence qui est la leur ".

Sa plus récente exposition à la Ferme Ornée de la Propriété Caillebotte à Yerres témoigne du double aspect de sa vision d'un "intime dehors".

Œuvres[modifier | modifier le code]

Vues de l'exposition "L'inconnu dans l'atelier", la Ferme Ornée, Yerres, 2013
La plaine jusqu’à l’homme, version 4, 2011, Encre de Chine, acrylique, trait bleu et résine polyester sur papier Hahnemühle, 80,5 x 122
La plaine traversée, 1999, Résine polyester 117 x 167 x 5 cm
Le chemin à partir de l’homme qui marche, version 4, 2000, polyester, 39 x 44 x 23 cm
Vue exposition "terre d'appui", 2006, galerie Marwan Hoss.
Pensée du paysage, La femme étendue 2, 1998, polyester, 35 x 164 x 68 cm

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Exposition au musée Ernest-Rupin de Brives (19) avec le sculpteur Laure de RIBIER.
  • 1980 : Galerie Carmen MARTINEZ, Paris (4e) exposition avec le peintre Renaat IVENS.
  • 1987 : Voyageurs en délire, Musée BOURDELLE, Paris (15e), avec M. BABARIT et L. de RIBIER.
  • 1988 : Galerie Marwan HOSS, Paris (1er).
  • 1993 : Galerie Lina DAVIDOV, Paris (7e).
  • 1993 : 5 Portraits-5 Villages, exposition-itinéraire dans le Loiret (avec les concours du Conseil Général du Loiret et de la Ville de Puiseaux).
  • 1994 : Portraits du Paysage, Galerie Lina DAVIDOV, Paris (7e).
  • 1995 : Caminos Inversos, Musée Pablo GARGALLO, Saragoza, Espagne.
  • 1996 : Caminos Inversos, Fondation GUINOVART, Agramunt, Espagne.
  • 1997 : De la présence et du Lieu, Galerie Lina DAVIDOV, Paris (7e).
  • 1999 : Pensée du Paysage, Galerie Marwan HOSS, Bruxelles, Belgique.
  • 2001 : Le Dessin de la Sculpture, Galerie Lina DAVIDOV, Paris (7e).
  • 2002 : Instant à la lisière, Centre d’Etudes Catalanes, Paris Sorbonne IV, Paris (4e).
Vues de l'exposition "Sculpture Paysage", Le Compa, Chartres 2012
  • 2003 : Portraits de Gallifa, "La Menuiserie", Rodez (12).
  • 2003 : Portraits de Gallifa, Château de Bellecour, Pithiviers(45) .
  • 2004 : L’intime dehors, avec le photographe Eric COISEL, Galerie Lina DAVIDOV, Paris (7e).
  • 2005 : Amigos, Galerie Aroya, Saragosse, Espagne, avec le peintre Mercedes GOMEZ PABLO et le sculpteur Ivon LE BOZEC.
  • 2006 : Las islas de la memoria, Fondation IBERCAJA, Valencia, Espagne.
  • 2006 : Terre d’appui, Galerie Marwan HOSS, Paris (1er).
  • 2007 : Pablo Gargallo - Jean Anguera, Hôtel Simiane, Gordes (84).
  • 2008 : L’échelle placée devant soi, Musée d’Orléans (45).
  • 2008 : Espace culturel André Malraux, Le Kremlin-Bicêtre (94), avec le peintre Dan BARICHASSE.
  • 2011 : L’homme jusqu’à la plaine, Galerie Michelle BROUTTA , Paris (15e).
  • 2011 : Jean Anguera - L'argile est éternelle, Musée GOYA, Castres (81).
  • 2012 : Sculpture Paysage Musée Le Compa de Chartres.
  • 2013 : L'inconnu dans l'atelier, La Ferme Ornée, Propriété CAILLEBOTTE,Yerres (91).

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Des Pionniers à l’Avant-Garde, FIAC, stand Galerie Marwan HOSS.
  • 1986 : Sculptures du XXe, Fondation de Coubertin, ST Remy-lès-Chevreuses (78).
  • 1987 : Sculptures dans la nature, Fondation Johnson, St Ouen l’Aumone(94).
  • 1994 > 2003 : Grands et Jeunes d’aujourd’hui, Paris (membre du comité à partir de 1998).
  • 1995 : Petits formats Grandes œuvres, Galeris Marwan HOSS, Paris (1er).
  • 1998 > 2011 : Salon de Mai, Paris. (membre du comité à partir de 2005).
  • 1999 : Hommage à Carmen MARTINEZ, Galerie Michèle BROUTTA, Paris (15e).
  • 2000 : ARCO, stand Galerie Marwan HOSS, Madrid, Espagne.
  • 2001 : Dessins de Sculpteurs, Galerie Michèle BROUTTA, Paris (15e).
  • 2003 : Amb Papel, Galerie Greca, Barcelone, Espagne.
  • 2005 : Premier dépli, « Collection Mémoires » d’Eric COISEL, « La Menuiserie », Rodez
  • 2006 : Art Paris, Grand Palais, stand Galerie Broutta, Paris (8e)
  • 2006 : Art Space Guiza 5, Tokyo, JAPON.
  • 2007 : 41 sculpteurs, 1ère Biennale de sculpture Propriété Caillebotte, Yerres (91).
  • 2007 : Rendez-vous de Mai, Galerie Manoury, Paris (11e)
  • 2008 : Le poème Meschonnic, Théâtre de Privas (07).
  • 2009 : Robert Marteau et ses amis peintres et graveurs, Médiathèque d’Issy les Moulineaux (92)
  • 2009 : 73 sculpteurs, 2ème Biennale de sculpture Propriété CAILLEBOTTE, Yerres (91).
  • 2011 : Inventer des mondes singuliers, 3ème Biennale de sculpture, Propriété CAILLEBOTTE, Yerres (91).
  • 2012 : Hommage à Vincent Batbedat, Galerie Michèle BROUTTA, Paris (15e).
  • 2012 : Salah Stétié et les peintres, Musée Paul VALERY, Sète (34).

Prix et commandes[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Grand Prix de Sculpture de la ville d’Issy-les-Moulineaux (92).
  • 1989 : Réalisation avec Laure de RIBIER de deux sculptures scèniques monumentales pour l’opéra Nuit claire de René QUINON et Philippe DEFOSSE au théâtre de Vals-les-Bains en Ardèche (09).
  • 1990 : "Ici, ailleurs" sculpture monumentale pour le cimetière d'Yèvre-le-Châtel (45)
  • 1991 : Sculpture monumentale pour le Musée d’Archéologie d’Aurillac.
  • 1992 : Conférence - exposition à l’Hôpital St Vincent de Paul à Paris dans le cadre d’un colloque sur “ Le Toucher”, service psychiatrique du Docteur GOLSE.
  • 1995 -96 : Le passeur d’âmes, sculpture monumentale en pierre de Combrune, quartier de St Aignan, Pithiviers (45).
  • 1998 : Prix de la Sculpture du Salon de Mai, Paris.

A partir de 1999 dans le cadre de la "Collection Mémoires" dirigée par Eric COISEL, Jean Anguera réalisera des livres manuscrits-peints avec Jacques ANCET, Joël BASTARD, Michel BOBBOT, Michel BUTOR, Anne CAYRE, Eric COISEL, François DOMINIQUE, Jean-Paul GAVART-PERRET, Serge GAVRONSKY, Daniel LEUWERS, Hubert LUCOT, Robert MARTEAU, Matthieu MESSAGIER, René QUINON, Tita REUT, Salah STETIE, François ZENONE, Louis ZUKOFSKY

  • 2007 : Commissariat de l’exposition¨Pablo GARGALLO", Centre d'Art El Kubo de San Sebastian, Espagne.
  • 2012 : Prix Simone et Cino del DUCA de la sculpture pour l’ensemble de son oeuvre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le courant d’art n°9, revue-catalogue, éd. Carmen MARTINEZ, Paris, 1980.
  • Dix sculpteurs contemporains, catalogue d’exposition, Musée d’Aurillac, 1982.
  • Formes Humaines, catalogue d’exposition, Marne-la-Vallée, 1982.
  • Parapluies, catalogue d’exposition, Musées d’Aurillac, 1985.
  • Sculptures dans la nature, catalogue d’exposition, St-Ouen-l’Aumône, 1987.
  • Jean Anguera, sculptures 1985 à 87, catalogue d’exposition, texte Marwan HOSS, éd. Galerie Marwan HOSS, 1988.
  • 84e Salon des Artistes Orléanais, catalogue d’exposition, 1991.
  • Les composites dans l’art, ouvrage, éd du Centre de Promotion des Composites, 1992.
  • Jean Anguera, sculptures, texte de Jean BESCOS, photographies de Haris YIAKOUMIS, catalogue d’exposition, éd. Galerie Lina DAVIDOV, 1993.
  • SAGA, catalogue d’exposition, Grand Palais, Paris, 1993.
  • Caminos inversos, catalogue, textes de Guy WEELEN et de René QUINON, Saragosse, Espagne, 1995.
  • Biennale Sud 92, catalogue d’exposition, Issy-les-Moulineaux, 1996.
  • Univers des Arts, revue, article de Patrick-Gilles PERSIN, 1997
  • 5°Biennale européenne de sculpture, catalogue d’exposition, Jardin des Plantes, Paris, 1999.
  • Vélasquez aujourd’hui, G. BARBE COQUELIN de l’ISLE, Atlantica, 1999.
  • II° Simposio international de escultura, Cantanhede, Portugal, catalogue, 2000.
Jean ANGUERA, portrait, 2011
  • Corps et visages dans l’art d’aujourd’hui, actes du colloque de l’Université catholique de Lyon, 2001.
  • Etudes, revue, n° de janvier 2001(2 reproductions : Femme sculpteur II, 1994 et Femme sculpteur III, 1994).
  • Sculptures et dessins: instant à la lisière, texte d’Elisée TRENC, Centre d’études catalanes, 2002.
  • Figurabstraction, catalogue d’exposition, texte de Lydia HARAMBOURG, Angers, 2002.
  • Socles en stock, catalogue d’exposition, Campo Santo, Orléans, 2003.
  • Etudes, revue, n° d’avril 2003, texte de J.Anguera: «Dans ce face à face du portrait» et reproduction d’une «Etude sur la lumière».
  • Les plus belles enveloppes illustrées de 1750 à nos jours, P.S. PROUST, ouvrage, éd. Normandie terre des arts, 2004.
  • Amigos, catalogue d'exposition, textes de Pedro de SANCRISTOVAL et de Jean-Pierre MAUREL, Galerie AROYA, Saragosse, Espagne, 2005.
  • Jean Anguera, sculptures, plaquette d'exposition, texte d’Elisée TRENC, Maison Elsa TRIOLET-ARAGON, St. Arnoult-en-Yvelines, 2005.
  • Las islas de la memoria, catalogue d'exposition, texte de Tomas PAREDES, fondation IBERCAJA, Valencia, Espagne, 2006.
  • Terre d’appui, texte de Gérard XURIGUERA, catalogue d'exposition éd. Galerie Marwan HOSS, 2006.
  • Pablo Gargallo, Jean Anguera, plaquette d'exposition, texte de Salah STETIE, Gordes, 2007.
  • Escaliers: la verticale du possible, catalogue d'exposition, éd. Les Nouvelles Coïncidences, 2007.
  • 41 sculpteurs, texte de Lydia HARAMBOURG, catalogue d'exposition, éd. Somogy, 2007.
  • Faire-part, revue littéraire, 2008, Le poème MESCHONNIC, 2 portraits du poète et une série de cul de lampe.
  • Nunc, revue littéraire, mars 2008, spécial Salah STETIE, éd. de Corlevour, 6 dessins à la gouache: « le personnage combattant ».
  • Artension, revue mai-juin 2008, article de Annick Chantrel Leluc.
  • Richesse du livre pauvre, Daniel Leuwers, ouvrage éd. Gallimard, 2008
  • Regard sur la sculpture contemporaine, Gérard Xuriguera, ouvrage, éditions FVW, 2008.
  • 73 sculpteurs, catalogue d'exposition, texte de Lydia HARAMBOURG, éditions Somogy, 2009.
  • Pablo Gargallo, Ecrits d’Art, Els gravats i el dibuix de J.Anguera, par Elisée TRENC, ouvrage éd. associatio de bibliofils de Barcelona, 2010.
  • Rencontre des arts, catalogue d’exposition, Mers/Indre, 2010.
  • Jean Anguera, sculpteur de l’impalpable, texte de Salah STETIE, ouvrage Editions Kallimages, Paris XIIe, 2011.
  • Sculp’en Sologne,2°Biennale de sculpture monumentale contemporaine, catalogue, 2011.
  • Inventer des mondes singuliers,3°Biennale de sculpture catalogue d'exposition, texte d’Eliseu TRENC, Préface et commentaires de Paul-Louis RINUY, Edition (art absolument), 2011.
  • Miroir de l’Art, magazine, éditions Auréoline, 2011
  • L. HARAMBOURG, Gazette de l'Hôtel Drouot, Octobre 2011
  • Tendencias del mercado del Arte, revue n° 46, ed . Hojas de arte y inversion SL, Madrid, 2011
  • Jean Anguera, l'argile est éternelle, texte de Jean-Louis AUGE, catalogue d'exposition, Musée GOYA de Castres, 2011.
  • Images//Paysage publication sous forme de journal grand format par le Musée Le Compa incluant l'exposition Sculpture Paysage, 2012.
  • Salah Stétié et les peintres, catalogue de l’exposition au Musée Paul VALERY de Sète et à la Bibliothèque Nationale de France, Editions "au fil du temps", 2012.
  • L'inconnu dans l'atelier, catalogue de l'exposition à La Ferme Ornée, Propriété Caillebotte à Yerres, textes de Paul-Louis RINUY et de Jean-Paul GAVARD-PERRET, mai 2013.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Jean ANGUERA rentre à l'Académie des Beaux Arts : Ministère de la Culture / DRAC / CENTRE : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Centre/Actualites/Actualite-a-la-Une/Jean-Anguera-entre-a-l-Academie-des-Beaux-Arts
  2. Jean ANGUERA élu à l'Académie des Beaux Arts : La Rép.fr : http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/pithiverais-beauce/2013/04/18/le-givrainois-jean-anguera-membre-de-l-academie-des-beaux-arts-1521062.html
  3. Jean ANGUERA sculpteur : société des artistes Orléanais : http://www.artistes-orleanais.com/artiste-41.html

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]