Raoul Verlet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verlet.

Raoul Verlet

Description de cette image, également commentée ci-après

Partie centrale du tympan de l'église d'Obézine, par Raoul Verlet (1907), Angoulême, Charente, France.

Nom de naissance Charles Raoul Verlet
Naissance
Angoulême
Décès 1923
Cannes
Nationalité Drapeau de la France France
Activités sculpteur
Formation école des beaux arts de Paris
Maîtres Louis-Ernest Barrias
Récompenses Second grand prix de Rome

Raoul Verlet, né à Angoulême le et mort à Cannes en 1923, est un sculpteur français.

Dès l'âge de 17 ans, il décide de s'adonner à la sculpture, passe 2 ans à Bordeaux, et vient à Paris, il entre à l'école des beaux arts et devient l'élève de Cavalier et surtout de Barrias, il obtient une bourse de sa ville natale suite à l'attribution d'une médaille par son école pour son talent. Ses premières œuvres furent très appréciées du public, 2 statues tombales lui valurent au salon une mention et le monument aux enfants de Charente morts en 1870 le révéla, ce qui lui valut une commande pour une sculpture commémorent le sacrifice des enfants de l'Indre pour la commune de Châteauroux.

Second grand prix de Rome et prix du Salon de 1887 pour la Douleur d'Orphée, il obtient la médaille d'honneur au Salon de 1900. Il vit à Louviers (vers 1895-1910) et est président de la Société des Amis des Arts de l'Eure[1]. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1910.

Son fils Paul Verlet (1890 - 1923), poète, blessé gravement lors de la guerre de 14-18, se fera un des chantres des « poilus ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fontaine place Amédée-Larrieu à Bordeaux.

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Sculpture du XIXe siècle dans l'Eure (1820-1914), musée de Bernay, 1987.
  2. Notice sur Raoul Verlet sir le site Base architecture et urbanisme du grand Angoulème
  3. Guy Pessiot, Histoire de Rouen 1900-1939, PTC, 2004, p. 39
  4. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 3, Gründ, 1976 p. 539

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Autre projet Wikimédia[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]