Lucien Brasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brasseur.

Lucien Brasseur, (Lucien, Alcide, Constant) né le 30 août 1878[1] à Saultain, décédé en 1960 à Paris, et inhumé dans la 79e division du Cimetière parisien de Bagneux, âgé de 82 ans, était un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts à seize ans, il fut distingué second prix de Rome en 1902 et premier Grand Prix en 1905.

Il réalisera dans l'entre-deux-guerres plusieurs monuments aux morts pour des communes du nord de la France, dont il est originaire, celui de Tourcoing[2], et l'un des plus connus, le monument d'Havrincourt (Pas-de-Calais), où il se représentera lui-même en poilu. Il est également l'auteur des bas-reliefs de la gare de Brest, bâtiment art déco construit au début des années 1930 ou d'une des statues du Trocadéro[3] pour l'exposition de 1937 à Paris.

Œuvre[modifier | modifier le code]

On doit à Lucien Brasseur le bas-relief de la gare de Brest, dont il ne reste que la partie basse.

(liste non exhaustive)

  • Bas-relief du beffroi de la nouvelle gare de Brest (architecte : Urbain Cassan, construite entre 1936 et 1937). La partie haute, endommagée pendant la Seconde Guerre Mondiale, ne fut pas conservée lors de la rénovation de la gare après-guerre.

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions, galeries[modifier | modifier le code]

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

Musées, monuments[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur du monument aux morts de Tourcoing. Oeuvre réalisée entre 1924 et 1931.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État-civil numérisé de la commune de Saultain
  2. sur le site de la ville de Tourcoing
  3. La Revue de l'Art n° 369, avril 1936, p. 165 et 166.