Bernard Seurre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seurre (homonymie).
Bernard Seurre
Statue de Molière, cour Napoléon du palais du Louvre.

Bernard Gabriel Seurre, ou Bernard Seurre, dit Seurre aîné est un sculpteur français né à Paris le 11 juillet 1795 et mort dans cette même ville le 3 octobre 1867.

Son frère cadet Charles Émile Seurre est également sculpteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du sculpteur Pierre Cartellier, Bernard Seurre remporte en 1818 le prix de Rome de sculpture pour se relief Chélonis implorant la grâce de son époux Cléombrote[1].

Bernard Seurre participe de 1833 à 1836 à la décoration de l'arc de triomphe de l'Étoile à Paris, dessinant même un projet pour son couronnement en 1833.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Bataille d'Aboukir, bas-relief, pierre, Paris, Arc de triomphe de l'Étoile, façade est (côté champs-Élysées), au-dessus de L'Apothéose de Napoléon 1er ou Le Triomphe de 1810 par Jean-Pierre Cortot
  • Frise d'entablement, Paris, Arc de triomphe de l'Étoile, façade ouest (côté avenue de la Grande-Armée), moitié droite
  • Frise d'entablement, Paris, Arc de triomphe de l'Étoile, façade sud (côté avenue Kléber), moitié gauche
  • Molière assis en méditation, statue plus grande que nature, bronze, Paris, fontaine Molière, angle de la rue de Richelieu et de la rue Molière
  • Jean de La Fontaine, statue, marbre, Paris, palais de l'Institut
  • La Modestie, statue, Paris, cimetière du Père-Lachaise, tombe de Pierre Cartellier, face latérale gauche
  • Portrait de Nicolas Béhuchet, amiral de France, mort en 1340 (vers 1838), buste, plâtre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • La France victorieuse, projet d'allégorie pour le couronnement de l'Arc de triomphe de l'Étoile, 1833, dessin, Paris, musée d'Orsay

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Charles Reutlinger, Portrait de Bernard Gabriel Seurre, photographie, Paris, musée d'Orsay

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988.
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cléombrote épousa Chélonis, fille de Léonidas, roi de Lacédémone. Peu de temps après cet hymen, Cléombrote usurpa la royauté et fit condamner son beau-père à l'exil. Il ne jouit pas longtemps de son pouvoir. Les Lacédémoniens, fatigués de son gouvernement tyrannique, rappelèrent Léonidas. Il revint et voulut punir son gendre. ayant appris qu'il s'était réfugié dans le temple de Neptune, il s'y rendit, accompagné d'amis et de soldats, bien résolus à le faire mourir ; mais comme il allait s'en emparer, Chélonis oubliant les torts de son époux le réunit dans ses bras avec un de ses enfants et, dans cette position, demanda la grâce à son père. (Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], « Vie d'Agis, Chapitres 16-18. »)