Ligue de la patrie française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligue.

La Ligue de la patrie française est une organisation politique française, d'orientation nationaliste fondée le 31 décembre 1898 dans le cadre de l'Affaire Dreyfus, rassemblant les antidreyfusards intellectuels et mondains : académiciens, tels François Coppée, Jules Lemaître et Paul Bourget, membres de l'Institut de France, artistes et écrivains en vue : Maurice Barrès, les peintres Edgar Degas et Auguste Renoir, le romancier Jules Verne, les poètes José-Maria de Heredia et Pierre Louÿs, le musicien Vincent d'Indy, le peintre et dessinateur Jean-Louis Forain, Caran d'Ache, le caricaturiste Job, Frédéric Mistral, Théodore Botrel, etc.

Selon Ariane Chebel d'Appollonia, spécialiste d'histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Paris, la plus grande originalité de la Ligue de la patrie française est son refus d'exploiter l'antisémitisme à ses fins[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

Fondée en réaction à la création de la Ligue des droits de l'homme, la Ligue de la patrie française a pour objectif de fédérer et d'organiser les forces antidreyfusardes. Elle regroupe à la fois des professeurs et des artistes, mais aussi des boulangistes et des bonapartistes. Son action est restée limitée. Elle ne résiste pas à la victoire électorale du Bloc des Gauches en 1902, non plus que la Ligue des patriotes de Paul Déroulède ; elle est officiellement dissoute en 1904.

Les deux principales têtes pensantes de la Ligue sont l'écrivain Maurice Barrès et le critique littéraire Jules Lemaître. Contrairement à l'autre penseur du nationalisme conservateur du moment, Charles Maurras, Barrès demeure républicain, mais « césariste », proche d'une conception bonapartiste du gouvernement.

Parmi les autres membres de la Ligue on peut mentionner : Godefroy de Cavaignac, Paul Déroulède, Jules Guérin, René Doumic, Georges Thiébaud, Gabriel Syveton...

La Ligue dans l'évolution du nationalisme en France[modifier | modifier le code]

Cette ligue incarne bien le passage du "nationalisme ouvert" au "nationalisme fermé" (selon une typologie de Michel Winock) qui s'opère en France et en Europe à la fin du XIXe siècle.

Au début du XIXe siècle, le nationalisme participe de l'idée libérale d'autodétermination des peuples et des émancipations nationales dans toutes les révolutions démocratiques, anti-coloniales et anti-impérialistes de l'Europe et des Amériques (succession d'indépendances nationales). Encore en 1870-1871, en France, c'est la gauche républicaine et sociale qui défend le patriotisme français et refuse de baisser les armes devant l'envahisseur allemand. Gambetta le républicain, comme la Commune sont animés par cet engouement patriotique.

Puis, avec Boulanger d'abord, et Barrès ensuite, le nationalisme est de plus en plus récupéré par la droite comme force politique. Jusqu'ici les droites traditionnelles invoquaient la souveraineté du monarque, du Pape, et non celle du peuple, laissée aux nationalistes libéraux et républicains. Avec l'affaire Dreyfus, les républicains se divisent et, malgré le patriotisme des Jean Jaurès et de Georges Clemenceau, la revendication nationaliste devient un étendard de la droite en France et en Europe de l'Ouest avant d'être renouvelée en dehors de cette Europe par la vague anticolonialiste et décentralisatrice de l'après-guerre et des années 1960-70.

La Ligue de la patrie française, quoique éphémère, a incarné cette mutation, plaçant à sa tête des républicains en quête d'autoritarisme tels que Barrès.

Adhérents notables[modifier | modifier le code]

Les personnalités listées ci-dessous figurent parmi les signataires de la première déclaration de la ligue. Nationaliste mais exempte de tout antisémitisme, elle est formulée ainsi : « Les soussignés, émus de voir se prolonger et s'aggraver la plus funeste des agitations ; persuadés qu'elle ne saurait durer davantage sans compromettre mortellement les intérêts vitaux de la patrie française, et notamment ceux dont le glorieux dépôt est aux mains de l'armée nationale ; persuadés aussi qu'en le disant ils expriment l'opinion de la France ; ont résolu : de travailler, dans les limites de leur devoir professionnel, et maintenir, en les conciliant avec le progrès des idées et des mœurs, les traditions de la patrie française ; de s'unir et de se grouper, en dehors de tout esprit de secte, pour agir utilement dans ce sens par la parole, par les écrits et par l'exemple ; et de fortifier l'esprit de solidarité qui doit relier entre elles, à travers le temps, toutes les générations d'un grand peuple. »[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources imprimées[modifier | modifier le code]

  • Henry de Bruchard, 1896-1901. Petits mémoires du temps de la Ligue, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1912.
  • Jules Lemaître :
    • La Patrie française. Première conférence, 19 janvier 1899, Paris, Bureaux de "La Patrie française" [1899].
    • Ligue de la ″Patrie française". Discours prononcé à Grenoble, Angers, Imprimerie de Germain et G. Grassin, Ligue de la patrie française, [1900].
  • Jules Lemaître (et al.), Ligue de la Patrie française. Conférence de M. Jules Lemaître, de Godefroy Cavaignac, du général Mercier, de Charles Bernard, Nancy, A. Crépin-Leblond, Ligue de la patrie française, 1902.
  • Paul Meyer, Lettre à M. Jules Lemaître, président de la Ligue des amis de la patrie française, Paris, Imprimerie spéciale du "Siècle", 1899.
  • Le Pic, La Ligue de la patrie française, Paris, La Petite République, 1902.
  • André Suarès, Lettre trois sur la soi-disant Ligue de la patrie, Paris, Libraire de l’Art Indépendant, 1899.
  • Franck Pilatte, Ligue de la patrie française, Comité de Nice, décembre 1902. Suivi de A. Funel de Clausonne, Avant-Après ; Frank Pilatte, Patriotisme et nationalisme ; Paul Padovani, La Tare de la bande, Nice, Imprimerie de Ventre frères, Ligue de la patrie française comité de Nice, [1902].
  • Léon Fatoux, Les coulisses du nationalisme (1900-1903) : trois années de politique, Paris, Imprimerie G. Chaponet, 1903, 63 p., [lire en ligne].

Études historiques[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Joly :
    • L'agitation nationaliste à Paris (1898-1900) et les élections municipales de 1900, thèse, École des chartes, 1981, 3 vol. , 1132 p.
    • Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Paris, Honoré Champion, coll. « Dictionnaires & Références », 2005, 687 p., [compte rendu en ligne].
    • Nationalistes et conservateurs en France, 1885-1902, Paris, Les Indes savantes, 2008, 390 p.
  • V. Cleve Alexander, Jules Lemaître and the Ligue de la Patrie Française, Ph.D., Indiana University, Bloomington, 1975.
  • Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la patrie française (1899-1904), Paris, Beauchesne, 1977.
  • Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire (1885-1914). Les origines du fascisme français, Paris, Gallimard, 1997.
  1. Jules Lemaître, L'action républicaine et sociale de la Patrie française, discours prononcé à Grenoble le 23 décembre 1900, Paris, 1900, p. 26-38 (consultable en ligne sur Gallica).