Victor Laloux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laloux (homonymie).
Victor Laloux
Présentation
Naissance
Tours, France
Décès (à 86 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Activité(s) Architecte, enseignant
Diplôme 1877
Formation ENSBA, atelier André
Œuvre
Réalisations Gare d'Orsay
Siège central du Crédit lyonnais
Hôtel de ville de Tours
Distinctions Prix de Rome (1878)
Académie des Beaux-Arts (1909)

Royal Gold Medal 1929

Victor-Alexandre-Frédéric Laloux (Tours, - Paris, ) est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il effectue sa scolarité au lycée Descartes de Tours. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1867, il entre au cabinet d'architecte de Léon Rohard puis, sur le conseil de ce dernier, va poursuivre ses études à l'École des Beaux-Arts de Paris où il devient l'élève de Louis-Jules André à partir de 1869. Ses études sont interrompues par la guerre franco-prussienne de 1870. Il remporte le premier grand prix de Rome en 1878. Le sujet de l'épreuve finale s'intitule « Une église cathédrale ».

Le jeune lauréat devient pensionnaire de l'Académie de France à Rome, de janvier 1879 au . Son envoi de quatrième année sur Olympie lui valut une médaille d'honneur au Salon de 1885[1].

Bras droit, puis élu successeur d'André, à la mort de ce dernier en 1890, il mène à son tour de nombreux élèves au grand prix. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1909. Comme praticien et professeur, Laloux devient l'un des représentants les plus marquants de l'académisme triomphant de la Belle Époque. Il participe à de nombreux jurys officiels et préside plusieurs sociétés d'architectes et d'artistes (par exemple Société des artistes français ou la Fondation Taylor). Il conserve la direction de son atelier jusqu'en 1936, date à laquelle il passe le flambeau à son élève et ami Charles Lemaresquier.

Réalisations[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare d'Orsay

Fervent utilisateur du métal, il choisit prudemment de le dissimuler derrière des façades de pierre à l'ordonnancement classique, à l'instar de ses contemporains Henri Deglane, Albert Louvet et Albert-Félix-Théophile Thomas pour le Grand Palais. Il réalise ainsi :

Pour le décor de ces bâtiments, il fit appel à différents sculpteurs et peintres tels que Henri Martin, Jean-Paul Laurens, Fernand Cormon, Pierre Friteletc.[4].

Élèves[modifier | modifier le code]

En près de 50 ans d'enseignement, le « Père Laloux » a vu passer entre ses mains les esquisses de plus de 600 élèves, dont une centaine d'américains[5]. On peut citer notamment :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Henry Havard (ill. Goupil & Cie), Salon de 1885, Paris, Ludovic Baschet,‎ 1885 (OCLC 5867680)
  2. « Notice no IA06000170 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Notice no PA00103777 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Véronique Moreau-Miltgen, Laloux et le décor, Bulletin trimestriel de la Société Archéologique de Touraine, 1987, t. XLI, p. 893-906
  5. Marie-Laure Crosnier-Lecomte, Victor Laloux, l'architecte de la gare d'Orsay, Les dossiers du musée d'Orsay, no 9, 1987, p. 65

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :