Jean-Joseph Perraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Joseph Perraud est un sculpteur français né à Monay dans le Jura le 26 avril 1819 et mort à Paris le 2 novembre 1876.

Jean-Joseph Perraud, par Gilbert (Le Magasin pittoresque, 1880).

Sa vie, son œuvre[modifier | modifier le code]

Il se rend dès l'âge de quinze ans en apprentissage chez le père Duvernoy, ébéniste, puis à Pontarlier.
Grand Prix de Rome en 1847 avec : Télémaque apportant à Phalante l'urne renfermant les cendres d'Hippias (Fénelon, les Aventures de Télémaque) plâtre conservé à l'École nationale supérieure de Paris, il connut tous les honneurs, médaille de première classe à l'Exposition universelle de 1855, Légion d'honneur en 1857 et membre de l'Institut en 1865, ce qui lui assura des commandes officielles jusqu'à la fin de sa vie. C'est un sculpteur académique, néo-classique, teinté de romantisme. Il légua son fonds d'atelier et sa propre collection d'art à la ville de Lons-le-Saunier.

Quelques œuvres dans les musées ou en extérieur[modifier | modifier le code]

Le Drame lyrique, façade du Palais Garnier
  • Le Désespoir, 1869, marbre, Paris, Musée d'Orsay[1]
  • Le Jour, groupe en pierre, vers 1870-1875, Paris 75015, Jardin Marco Polo.
  • L'Enfance de Bacchus, bronze, Paris, Jardin du Palais Galliéra, à gauche[2].
  • Berlin, vers 1864-1865, pierre, Paris, Gare du Nord.
  • Le Drame lyrique, vers 1860-1869, groupe en pierre, Paris, façade principale de l'Opéra Garnier[3].
  • Buste de Pierre Jean de Béranger, chansonnier, marbre, Paris Musée Carnavalet, Hôtel Le Pelletier de Saint-Fargeau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue raisonné par Christiane Dotal aux éditions Mare & Martin, 2004.
  • « Jean-Joseph Perraud, sculpteur », Le Magasin pittoresque, XLVIIIe année, 1880, p. 159-160 et 262-263, d'après une notice de Henri de Laborde, lue à l'Institut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un critique de l'époque, Jules-Antoine Castagnary, dira en 1869 : « Le Désespoir serait un chef-d'œuvre s'il lui manquait la tête ».
  2. Le plâtre se trouve au Musée des Beaux-Arts de Lons-le-Saunier.
  3. Le plâtre se trouve au Musée des Beaux-Arts de Lons-le-Saunier