Alexandre Descatoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandre Joseph Descatoire, né à Douai le 22 août 1874 et mort à Marquette-lez-Lille le 7 mars 1949, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Descatoire est l'élève de André-Louis-Adolphe Laoust. Il obtient le deuxième second grand prix de Rome en 1902[1] et il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1939.

Une grande partie de son œuvre est dédiée aux soldats de la Première Guerre mondiale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue universelle (Paris. 1901)
  2. Le Petit Parisien : journal quotidien du soir : Les cinquante ans de vie publique ,de M. Hayes, sénateur-maire de Douai donnent lien à une émouvante manifestation, Le Petit Parisien (Paris),‎ 19/6/1933, 4/8 p. (lire en ligne), Douai, 18 juin, cinquantenaire de l'entrée dans la vie publique de M. Paul Hayez, sénateur du Nord. M. Roger Langeron. préfet du Nord, de nombreux députés et sénateurs du département avaient tenu apporter à M. Bayez le témoinage de leur estime et de leur sympathie. Plus de mille convives participèrent au banquet donné en son honneur. A l'heure des toasts, M. Langeron rappela. aux applaudissements de tous, les éminents services rendus par M. Rayon à la France et à la region du Nord. Après avoir été conseiller municipal d'Aniche. Conseiller d'arrondissement, député du Nord. il siège au Sénat depuis 1905 et s'est attaché avec un dévouement et une activité inlassables à la reconstruction de nos régions dévastées. Il préside d'ailleurs le comité interparlementaire des R. L D'autres orateurs retracèrent l'œuvre de M. Paul Hayez à qui les amis offrirent son buste en bronze sculpté par M. Alexandre Descatoire, prix de Rome. On n'eut garde d'oublier Mme Paul Hayez, la digne compagne du sénateur, à qui fut également remis un médaillon à son effigie, dû au ciseau du statuaire Albert Bouquillon Pour remercier les une et les autres, trouva les mots qui convenaient. Il rappela les heures cruelles de la guerre, alors que le Nord et le Douaisis en particulier était sous la botte ennemie. Il dit sa joie d'avoir collaboré à l'oeuvre de la reconstitution et exprima au préfet, à ses collègues du Parlement et à tous ses amie sa profonde reconnaissance pour les sentiments de bienveillante sympathie.