Jean-Marie Bonnassieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Bonnassieux est un sculpteur français, né à Panissières (Loire) le 18 septembre 1810, et mort à Paris le 3 juin 1892.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bonnassieux remporte, conjointement avec Auguste Ottin, le premier grand prix de Rome de 1836 en sculpture avec un relief sur le sujet Socrate buvant la cigüe. Partant pour Rome à la villa Médicis l'année suivante, il y restera jusqu'en 1842.

Il est inhumé à Paris au cimetière du Montparnasse.

Œuvres[modifier | modifier le code]

    • Musée du Louvre :
      • L'Amour se coupant les ailes, Salon de 1842, statue en marbre
      • La Méditation, 1855, statue en marbre
  • Le Puy-en-Velay (Haute-Loire) :
    • Notre-Dame de France, groupe statuaire, fonte de fer, rocher de Corneille. Le 8 septembre 1855, jour de la fête de la nativité de la Vierge, le général Pélissier est vainqueur durant la guerre de Crimée au siège de Sébastopol. En signe de gratitude, il conseille à l'évêque Mgr de Morlhon, de solliciter auprès de l'empereur Napoléon III quelques-uns des canons pris à l'ennemi pour construire la statue que le diocèse du Puy souhaite dédier à Notre-Dame de France. Sculptée par Jean-Marie Bonnassieux, la statue réalisée en fonte de fer à partir des 213 canons de Sébastopol est inaugurée le 12 septembre 1860 devant 120 000 pèlerins. Elle mesure 16 mètres (22,70 m avec le piédestal) pour un poids total de 835 tonnes (110 tonnes pour la statue, 680 le piédestal en pierre et 45 son revêtement en fer)[1]
    • Orant de Mgr de Morlhon (1799 - 1862), 1864, près de Notre-Dame de France
  • La Flèche (Sarthe), place Henri IV :
    • Monument à Henri IV (1553 - 1610), 1856, statue en bronze d'environ 2,50 m, surmontant la fontaine de la place Henri IV, la statue est inspirée d'une statue de Guillaume Dupré (1576 - 1643)[2],[3]
  • Lavaur (Tarn), jardins de l'Évêché :
    • Monument à Las Cases, comte d’Empire, 1865, bronze[4]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léo Armagnac, Bonnassieux statuaire, membre de l'Institut (1810-1892), Paris : Alphonse Picard et fils, 1897.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988.
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :