Pierre Cartellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Cartellier, gravure de J.M.N. Fremy d'après un portrait peint.

Pierre Cartellier ou Cartelier ou encore Carteixier, né le à Paris et mort le à Paris, est un orfèvre et sculpteur néo-classique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ronjat, d'après François-Joseph Heim, Distribution des récompenses aux artistes à la fin du salon de 1824, le 15 janvier 1825 : Charles X remet l'ordre de Saint-Michel à Cartellier, 1892, château de Versailles.

Né de parents pauvres, Pierre Cartellier devint membre de l'Institut. Il fut professeur à l’École des beaux-arts de Paris, à partir du 14 août 1816, succédant à Philippe-Laurent Roland (1746-1816) où il eut comme élève François Rude (1784-1855) et Jean-Baptiste Vietty (1787-1842). Il fut remplacé en 1832 par Jules Ramey (1796-1852)[1].

Quatremère de Quincy a donné une Notice sur sa vie et ses ouvrages.

Mort en 1831, il est inhumé dans la 53e division du cimetière du Père-Lachaise à Paris. Sa sépulture due au sculpteur Louis Petitot (1794-1862) a fait l'objet d'une mesure de protection au titre des monuments historiques (25 janvier 1990). Le monument comporte une statuette en marbre de Philippe Joseph Henri Lemaire (1798-1880) intitulée La Gloire.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1800 : La Vigilance et La Paix (1800), bas-reliefs, pierre, Paris, palais du Luxembourg, façade sur la rue de Vaugirard, pavillons latéraux
  • 1800-1805 : Portrait du comte Maurice de Saxe, maréchal de France (1696-1750) (1800-1805), buste en Hermès, marbre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • 1806-1807 : Napoléon-Charles, fils aîné de la reine Hortense, buste en marbre entouré d’une couronne de laurier en bronze doré, Musée des Beaux-Arts d'Aix-les-Bains - Musée Faure.
  • 1808 : Portrait de Louis Bonaparte, roi de Hollande (1778-1846) (1808), buste, marbre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • 1810 : Louis Bonaparte, roi de Hollande, représenté en Grand Connétable (1778-1846) (Salon de 1810), statue en pied plus grande que nature, marbre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • 1810 : Achèvement de l'œuvre d'Antoine-Denis Chaudet, L'Amour ou L'Amour prenant un papillon (1763-1810), statue, marbre, Paris, musée du Louvre
  • 1811 : Nicolas Dalayrac, Buste du compositeur, installé au foyer de l'Opéra-Comique le 30 mai 1811
  • 1813 : Napoléon Ier, empereur des Français (1769-1821), statue en pied plus grande que nature, marbre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • 1817 : Louis XIV, statue équestre, bronze, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, cour d'honneur : œuvre achevée par Louis Petitot qui réalisa le roi ; seul, le cheval était fondu à la mort de Cartellier
  • 1818 : Louis XV pour la Place Royale de Reims (1818)
  • 1819 : Jean-Charles Pichegru, général en chef (1761-1804) (Salon de 1819), statue en pied plus grande que nature, marbre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • 1822 : Minerve frappant la terre de son javelot fait naître l'olivier, statue en pied plus grande que nature, marbre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • Pierre Victurnien Vergniaud, homme politique (1753 - 1793), statue en pied plus grande que nature, plâtre, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • La Victoire sur un quadrige distribue des couronnes (1810), bas-relief, pierre, Paris, colonnade du musée du Louvre, tympan central
  • La Capitulation d'Ulm, bas-relief, marbre, Paris, arc de triomphe du Carrousel, à l'est, du côté du musée du Louvre
  • Vivant Denon, statue, bronze, tombe de Vivant Denon, Paris, cimetière du Père-Lachaise
  • Sous la direction de l’architecte Louis-Martin Berthault, Tombeau de Joséphine de Beauharnais, Rueil-Malmaison
  • Monument au général Valhubert à Avranches.
  • D'après Guillaume Coustou, Louis XIV du Louis XIV équestre en costume romain entre la Prudence et la Justice (1735), bas-relief, pierre, Paris, hôtel des Invalides, fronton de la façade
  • Aristide, statue
  • Bas-relief des Jeunes filles de Sparte dansant devant un autel de Diane, au musée des Antiques
  • La Pudeur (pour la Malmaison)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Décorations[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Pierre Cartellier » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ (Wikisource)
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau Guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988.
  • Simone Hoog, (préface de Jean-Pierre Babelon, avec la collaboration de Roland Brossard), Musée national de Versailles. Les sculptures. I- Le musée, Réunion des musées nationaux, Paris, 1993.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Pierre Cartellier, Paris, cimetière du Père-Lachaise (division 53).

Une médaille posthume à son effigie a été réalisée par le graveur Joseph-François Domard, son élève. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 220).

On consultera également, de Louis Léopold Boilly, le Cartellier, Pierre (1757-1831). Académie des Beaux-arts, sculpteur, dessin aquarellé, in Album de 73 portraits-charge aquarellés, Paris, bibliothèque de l'Institut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Chappey, « Les Professeurs de l'École des beaux-arts (1794-1873) », dans Romantisme, no 93, 1996, p. 95-101.
  2. Procès-verbaux de l'Académie des beaux-arts, vol 2, 1816 à 1820, références identiques pour les élèves de cette période
  3. Cte F. de Clarac, Musée de sculpture antique et moderne... , t.I, Paris, 1841, p.540.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :