Force aérienne philippine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hukbóng Himpapawid ng Pilipinas
Philippine Air Force
Période 1er juillet 1947 - présent
Pays Drapeau des Philippines Philippines
Allégeance Président des Philippines
Type Force aérienne
Effectif ~ 17 000 personnes
Fait partie de Forces armées des Philippines
Garnison Villamor Airbase
Ancienne dénomination Philippine Army Air Corps
Surnom PhAF
Couleurs Roundel of the Philippines Air Force.svg Roundel of the Philippines Air Force-Low Visibility.svg
Devise The "First Force"
Marche Air Force Hym
Anniversaire 1er juillet (depuis 1989)
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre de Corée
Insurrection islamique aux Philippines
Batailles Bataille de Zamboanga
Commandant Lt-gén. Pedrito S. Cadungog (depuis le 4 janvier 2008)

La Philippine Air Force (PhAF) est la force aérienne des Philippines, son nom officiel en Filipino (Tagalog) est Hukbong Panghimpapawid ng Pilipinas.

Alors qu'elle était la plus moderne de l'Asie du Sud-Est dans les années 1960, les problèmes économiques et politiques du pays font qu'actuellement elle est dépassée par les forces voisines mais à un rôle important dans la lutte contre les diverses factions antigouvernementales.

Historique[modifier | modifier le code]

Cérémonie de la Philippine Army Air Corps le 15 août 1941 par le général Douglas MacArthur

L'origine de la PhAF remontent à janvier 1920 quand, alors que les Philippines étaient sous domination des États-Unis, la Curtiss Aeroplane Company School of Aviation entreprit la formation de pilotes militaires philippins au Camp Claudio, à Paranaque, au sud de Manille.

Les forces armées des États-Unis seront stationnées en force dans l'archipel jusqu'au début des années 1990 assurant l'essentiel de la protection aérienne et maritime de celui-ci.

En 1936, un corps aérien, le Philippine Army Air Corps fut créé au sein de l'armée de terre philippine.

Fin 1941, intégré à la United States Army Forces in the Far East, il comptait 28 chasseurs Boeing P-26 Peashooter, 5 bombardiers Martin B-10 et une cinquantaine de biplans et d'avions utilitaires et comprenait 2 132 militaires commandés par 275 officiers, en grande partie américains.

Après l'attaque de Pearl Harbor, ses modestes moyens furent anéantis lors de la bataille des Philippines par l'empire du Japon en 1942 au début des campagnes du Pacifique.

Ce corps aérien reconstitué après la libération de l'archipel s'affranchit le 1er juillet 1947 de la tutelle de l'armée de terre, un an après l'accession à l'indépendance totale de l'archipel.

North American P-51D Mustang de la PaF dans les années 1950.

La jeune force aérienne fut dotée de North American P-51D Mustang en 1949, ils seront utilisés contre les guérillas communiste et islamique qui secouaient déjà le pays.

Les premiers avions à réaction firent leur apparition avec l'arrivée des T-33 Thunderbird en août 1955, suivis d'une soixantaine de F-86F Sabre à partir de 1957.

Un F-86F Sabre avec son pilote en 1962.

En 1963, ces derniers volèrent pour l'ONU et affrontèrent durant la crise congolaise l'armée katangaise.

Elle entra dans l'ère supersonique en 1965, lorsqu'elle commença à recevoir des Northrop F-5 Freedom Fighter. Les Philippines ont également utilisé l'excellent chasseur Vought Crusader F-8U à partir de 1977 et ont été avec l'aéronavale française un des derniers pays à le retirer du service actif en 1991.

Hélicoptère UH-1N en 1982

Entre 1965 et 1986, sous le régime de Ferdinand Marcos, le pays connut une récession économique telle que les forces armées durent renoncer à se rééquiper. Ainsi, quand il fut renversé en février 1986, la PhAF disposait surtout de matériels adaptés à la lutte anti-guérilla, mais non taillés pour répondre à d’éventuelles menaces extérieures qui, heureusement, ne se précisèrent pas.

Après le départ de Marcos, la montée en puissance des insurgés communistes et des séparatistes musulmans du Front Moro islamique de libération est devenue un problème majeur pour l’armée philippine qui a dû consacrer l’essentiel de ses efforts pour les combattre.

Il y eut une série de six tentatives de coup d'État entre 1985 et 1986 de la part du Reform the Armed Forces Movement pour renverser la présidente Corazon Aquino. La 7e, plus grave, commença le 1er décembre 1989, lorsque trois T-28D Trojan rebelles attaquèrent le palais présidentiel de Malacañang avec des roquettes et des tirs de mitrailleuses, les soldats rebelles ont fait une hypothèse erronée selon laquelle ils ont le contrôle de l'air à travers une neutralisation efficace de la 5e escadre de chasse; les soldats rebelles sur la base Mactan ayant piégé avec succès la plupart des F-5 et empêchant les pilotes d'interférer avec les opérations de la rébellion. À la base aérienne de Basa, il y avait trois F-5A et un F-5B avec capacité partielle de mission. Le major Danilo Atienza commandant du 6e escadron de chasse de cette base décolla avec trois F-5 pour contester la suprématie aérienne aux rebelles. Ses avions bombardèrent le 2 décembre la base de Sangley sous la DCA rebelle et détruisirent 7 T-28, un hélicoptère Sikorsky et un dépôt de carburant mais Atienza fut tué lors de l'attaque lors de l'explosion du dépôt de carburant[1]. L'élimination des T-28 a permis l'arrêt de ce coup d'État. Pour son héroïsme Atienza a été décoré à titre posthume. En l'honneur de son sacrifice l'aérodrome de Sangley Point a été nommé Danilo Atienza Air Base[2].

En 1991, alors que l’USAF avait décidé d’évacuer la base de Clark AFB fortement endommagée par l’éruption du volcan Pinatubo, le gouvernement de Manille refusa de renouveler l’accord de 1947 autorisant les États-Unis à utiliser des bases militaires dans le pays. Dès lors, la défense du pays reposa uniquement sur l’armée nationale, la surveillance et le contrôle de l’espace aérien étant placés du jour au lendemain sous la responsabilité d’une dizaine de F-5 appartenant au 6th TFS.

Conscient de la gravité de la situation, le gouvernement du président Fidel Ramos, élu en 1992, élabora une loi de programmation militaire sur quinze ans visant à moderniser les armées qui fut approuvée le 19 décembre 1996.

La PhAF et la loi de modernisation des forces armées[modifier | modifier le code]

Un OV-10A de la PAF après un crash en 2006.

Sur les 330 milliards de pesos philippins prévu par cette loi, la majeure partie était réservée à l’acquisition de matériels, à savoir pour la PhAF, des nouveaux chasseurs, des radars, et des avions de patrouille maritime. Malheureusement, la crise économique asiatique en 1997 mit fin au rêve des aviateurs philippins. Avant la dépréciation de la monnaie nationale, la parité était de 26 pesos pour un dollar US, après il fallut compter 50 pesos, si bien que le budget prévu a quasiment fondu de moitié.

De plus, c’est le moment qu’ont choisi les communistes pour recommencer à se manifester, obligeant les forces armées à renouer avec la contre-insurrection. La modernisation ne s’est donc faite qu’en fonction des besoins opérationnels de sécurité intérieure.

Parallèlement, l’état-major s’employa à restructurer la force aérienne afin de la rendre plus réactive. Ainsi les unités furent organisées non plus suivant des critères géographiques, mais selon leur rôle, avec l’instauration de cinq grands commandements, dont un de réserve et un de soutien logistique, les trois autres étant chargés de la formation et de l’entraînement, des opérations tactiques et de la défense aérienne. Ce dernier, pour répondre au vœu du ministère de la Défense qui souhaitait mettre l’accent sur les opérations de sécurité intérieure, fut toutefois ramené au rang d’escadre le 31 mars 2005, tandis que le 5th Fighter Wing qui lui était rattaché devant le 5th Tactical Fighter Group.

Dix ans après le lancement de ce programme, les objectifs sont encore loin d’avoir été atteints, mais devant la résurgence du terrorisme et de la guérilla, des solutions ont néanmoins été trouvées et la priorité a été donné au reconditionnement d’appareils sous cocon.

Alors qu’en 2002, il n’y avait plus qu’une vingtaine d’hélicoptères et quelques avions de transport et d’entraînement en état de vol (Les F-5 ont été cloués au sol après le crash de l’un des 8 derniers exemplaires le 2 mai 2001 avant d’être rayés des registres le 1er octobre 2005), une quarantaine d’aéronefs ont été remis en service.

Reconnaissant l’importante contribution des Philippines dans la guerre contre le terrorisme, le président des États-Unis George W. Bush leur a accordé le statut d’« allié majeur hors OTAN » au mois d’octobre 2003.

Ce statut permet de bénéficier en priorité des matériels excédentaires des forces américaines, de participer aux différentes missions de coopération menées à travers le monde et par ailleurs l’entretien des C-130 Hercules de transport est effectué aux frais du gouvernement américain.

Une vingtaine d’hélicoptères utilitaires UH-1 des stocks de l’armée américaine devraient rejoindre ses rangs ainsi que des avions de transports légers et d’autres Hercules.

En 2006, les seuls avions militaires à réaction philippins sont 4 avions d’entraînement SIAI Marchetti S.211 qui ont été reconditionnés sur les 24 commandés dans les années 1980.

Un PZL W-3 philippin du 505th Search and Rescue Group

En février 2010, la force aérienne passe un contrat pour la livraison dans l'année de 8 hélicoptères polonais multirôles PZL W-3A pour 3 milliards de pesos philippins (64 millions de dollars américain)[3]

Les militaires philippins espèrent que d'ici 2020, leur force aérienne soit redevenue l'égale de celles de leurs voisins avec des avions modernes.

En décembre 2011, le gouvernement des Philippines fait une demande pour douze F-16 Fighting Falcon de seconde main auprès des États-Unis dans le cadre d'une tension accrue du conflit territorial en mer de Chine méridionale[4] mais ceux ci se sont révélés trop onéreux en termes de maintenance. Le 16 mai 2012, le président Benigno Aquino déclare que le prochain avion de combat philippin ne sera pas américain. Le 28 mars 2014, le contrat portant sur l’acquisition de 12 avions d’entraînement et d'attaque coréen TA-50 Golden Eagle est signé, pour un montant de 420 millions de dollars. Les appareils seront livrables en 38 mois[5].

Organigramme le 7 décembre 1941[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille au 7 décembre 1941[6] :

Nom d'unité Matériel Base
6th Pursuit Squadron 12 P-26A
3 B-10B
Batangas
9th Observation Squadron 2 O-46 Cabanatuan
10th Bombing Squadron 2 B-10B Cabanatuan
Réserves 16 P-26A
Divers

Organigramme en 2006[modifier | modifier le code]

Organigramme de la 15e escadre de combat.
Un des 4 S-211 de la PAF en service en 2006.
15th Strike Wing Insignia.jpg 15th Strike Wing[7] HQ, Maj. Danillo S. Atienza AB, Sangley Point, Cavite
16th Attack Squadron, Philippine Air Force.jpg 16th Attack Squadron (Eagles) OV-10A/C/M
17th Attack Squadron, Philippine Air Force.jpg 17th Attack Squadron (Jaguars) SF.260TP
18th Attack Squadron, Philippine Air Force.jpg 18th Tactical Air Support Squadron (Falcons) MD 520MG Defender
20th Attack Squadron, Philippine Air Force.jpg 20th Tactical Air Support Squadron MD 520MG
25th Attack Squadron OV-10A/C/M
5th Tactical Wing Basa AB, Pampanga
7th Tactical Fighter Squadron (Bulldogs) S.211
205 THW.gif 205th Tactical Helicopter Wing[8] HQ, Benito Ebuen AB, Mactan Island, Cebu
206th Tactical Helicopter Squadron (Hornets) UH-1
207th Tactical Helicopter Squadron (Stingers) UH-1
208th Tactical Helicopter Squadron (Daggers) UH-1
220th Airlift Wing HQ, Benito Ebuen AB, Mactan Island, Cebu
221st Tactical Airlift Squadron (Fokkers) Fokker F27
222nd Tactical Airlift Squadron (Hercules) C-130B/H
223rd Tactical Airlift Squadron (Nomads) N-22B/C Nomad
100th Training Wing Fernando AB, Lipa
101st Primary Flying Traning Sqn (Layang) T-41D
102nd Basic Flying Traning Sqn (Musang) SF.260MP
505th Search and Rescue Group (Angels) HQ, Col. Jesus A. Villamor AB, Pasey, Manille
5051st Search and Rescue Squadron Huey II, Bell 205, S-76, UH-1H
5052nd Search and Rescue Squadron Huey II, Bell 205, S-76, UH-1H
5053rd Search and Rescue Squadron Huey II, Bell 205, S-76, UH-1H
5056th Search and Rescue Squadron Huey II, Bell 205, S-76, UH-1H
250th Presidential Airlift Wing (Code one) Col. Jesus A. Villamor AB, Pasey, Manille
251nd Presidential Airlift Squadron Fokker F28
252nd Presidential Helicopter Squadron S-76, S-70A, Bell 212, Bell 412
900th Weather Support Group Col. Jesus A. Villamor AB, Pasey, Manille
901st Weather Squadron Cessna T-210TG

Inventaire des aéronefs en 2008[modifier | modifier le code]

Aéronefs Origine Type Versions Actifs Notes
Aermacchi S-211 Drapeau de l'Italie Italie Jets d'entrainement et d'attaque au sol S-211 13[9] 24 livrés dans les années 1980/1990, 2 opérationnels et 3 en maintenance fin avril 2011[10]
North American OV-10 Bronco Drapeau des États-Unis États-Unis avions d'attaque OV-10A/C/A SLEP 11 Obtenue en 2 livraisons; la 1re depuis des stocks de l'USAF, la 2e depuis la Thaïlande[9].
Aermacchi SF-260TP/MP/WP Drapeau de l'Italie Italie Avions d'entrainement et d'attaque au sol SF-260TP/MP/WP 25 (+18)[11] Versions MP/WP acheté en 1991-1993[12] 18 SF-260E en commande[13]
520MG Defender Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères d'attaque MD-520MG 25[9] Version spécifique aux Philippines du MD 500 Defender entrée en service à partir de 1990[14]
Sikorsky S-70 Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères multirôle S-70A 2[15],[16] Transport présidentiel
Sikorsky S-76 Spirit Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères multirôle 11[9] 17 S-76 reçut au total
Lockheed Martin C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avions de transports C-130B/H 2 + 6 stockés[réf. nécessaire]
Fokker F27 Friendship Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Avions de transport F27-MPA 1[9],[17] Transport moyen
GAF Nomad Drapeau de l'Australie Australie Avion de transport léger 12[9] +1 stocké[9]
Fokker F28 Fellowship Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Avion de transport léger 1[17] Avion présidentiel
Cessna T-41 Mescalero Drapeau des États-Unis États-Unis Avions d'entraînement 29[11] La fourniture la plus récente de ce type a lieu le dernier trimestre de 2008, lorsque la Corée du Sud fait don de 15 appareils. Ont été livrées démontées, le dernier le 4 décembre 2008 à la maintenance de la 410e escadre. Tous les avions ont été assemblés, le dernier 12 février 2009 et ont été inaugurés le 5 mars 2009.
Bell Huey II Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères de transport 2 La PAF acquit une licence pour améliorer ces appareils en 2003[18]
Bell UH-1H Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères de transport UH-1H 52[9]
Bell 205 Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères de transport léger 8[9]
Bell 412 Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptères de transport 3[19] Ces appareils sont loués, et mit en œuvre par le Presidential Airlift Wing. 4 hélicoptères dédié au transport présidentiel à l'origine. Un s'est écrasé le 7 avril 2009[20].

Anciens appareils majeurs de la Philippine Air Force[modifier | modifier le code]

Un Vought F-8 Crusader au musée de la forces aérienne des Philippines.
Aéronefs Origines Type Versions Reçus Notes
Northrop F-5 Drapeau des États-Unis États-Unis chasseur-bombardier F-5A
F-5B
37 Retiré. Les 10 derniers en service, sur les 37 acquis entre 1967 et 1998, ont été décommissionnés en septembre 2005[21]
Vought F-8 Crusader Drapeau des États-Unis États-Unis chasseur 35 Achetés en 1977. Entreposés le 23 janvier 1988 sur la Basa Air Base. Ils ont souffert de dégâts irréparable lors de l'éruption du mont Pinatubo le 15 juin 1991[22].
North American F-86 Sabre Drapeau des États-Unis États-Unis chasseur-bombardier F-86F
F-86D
50 Remplacé par le Northrop F-5A
North American P-51 Mustang Drapeau des États-Unis États-Unis chasseur-bombardier + de 100 Chasseur de la PAF dans les années 1950
North American T-28 Trojan Drapeau des États-Unis États-Unis avion léger d'attaque 70
Beechcraft T-34 Mentor Drapeau des États-Unis États-Unis avions d'entraînement 70 Remplacé par les SF-260 et OV-10
P-26 Peashooter Drapeau des États-Unis États-Unis Chasseurs 31 Détruit durant la 2e guerre mondiale

Bases aériennes[modifier | modifier le code]

PhilippineAirForce AirBase map-fr.svg
Tour de contrôle de Danilo Atienza Air Base.

La Philippine Air Force dispose dans les années 2000 de neuf bases aériennes localisées dans l'archipel des Philippines :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « History - page 13 », Philippine Air Force (consulté le 12 novembre 2010)
  2. (en) « History of 15th Strike Wing », 15th Strike Wing (consulté le 12 novembre 2010)
  3. (en) « Air Force buys 8 Polish helicopters for P3b » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Florante S. Solmerin, 13 février, Manila Standard Today
  4. (en) Associated Press, « Philippines seeks 12 F-16 fighter jets, coast guard ship from US amid territorial row », sur The Washington Post,‎ 21 décembre 2011 (consulté en 22 décembre 2011)
  5. (en)« FA-50 », sur Flight Global,‎ 28 mars 2014 (consulté le 31 mars 2014)
  6. Le Fana de l'Aviation, hors série n°3, décembre 1995
  7. (en) Site du 15th Strike Wing
  8. Créer le 21 septembre 1952 : WILFREDO O ONA AFP, « Wing Commander’s 59th Anniversary Message », sur 205th Tactical Helicopter Wing,‎ 21 septembre 2011 (consulté en 20 décembre 2012)
  9. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Directory: World Air Forces », Flight International,‎ 11/11/2008, p. 70
  10. (en)« Air Force grounds planes after Bataan crash », sur Sun Star,‎ 29 avril 2011 (consulté le 21 mai 2012)
  11. a et b Order of Battle - Philippines, MilAvia press.
  12. "SF.260 Listings", Manokski's ORBAT.
  13. (en) « Alenia Aermacchi Sells Trainer to Philippines », DefenseNews (consulté le 2009-06-10)
  14. (en) History of 15th Strike Wing
  15. Leoni, Ray D. Black Hawk, The Story of a World Class Helicopter. American Institute of Aeronautics and Astronautics, 2007, p. 249.ISBN 978-1-56347-918-2.
  16. (en) « Supplemental Bid Bulletin No. 1, Procurement of one (1) lot aircraft components for Presidential S-70A Blackhawk helicopter », Office of the President of the Republic of the Philippines,‎ 2008-10-02 (consulté le 2009-04-08)
  17. a et b "We have two available [F27] Fokker planes...", Florante S. Solmerin, Plane-short military to lease commercial flights, Manila Standard,‎ 1er septembre 2008 (lire en ligne)
  18. (en) « Article on Bell helicopters visit to PAF », US embassy - Philippines (consulté le 2006-09-11)
  19. (en) « Operating Lease Case Study: 4 Brand New Bell 412EP for The Philippine Presidential Airlift Wing » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ITC-Aerospace, Inc. & ITC-Leasing, Inc.. Consulté le 2009-06-10
  20. (en) « No survivors in chopper crash » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Sun Star, 9 avril 2009
  21. (en) PAF to retire F-5 fleet
  22. (en) Philippine Air Force : F-8 CRUSADER

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :