Force aérienne tchèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vzdušné síly Armády České republiky
Image illustrative de l'article Force aérienne tchèque

Période 1er janvier 1993 - présent
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Allégeance Armáda České republiky
Type Force aérienne
Ancienne dénomination Československé letectvo
Surnom CEF
Couleurs Czech roundel.svg Czech Low Visiablity Roundel.svg
Devise Vzduch je naše moře
L'air est notre mer
Équipement 107 aéronefs
Commandant Brigadier-général Libor Štefánik

La Vzdušné síly Armády České republiky (anglais : Czech Air Force, CEF) désigne la force aérienne de la République tchèque. La force aérienne, avec les forces terrestres, comprend la puissance de combat principal des forces armées de la République tchèque. Elle succède, en 1992, à la force aérienne de la Tchécoslovaquie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Pour une nation moderne entourée de voisins potentiellement hostiles, sans accès à l'océan, les dirigeants tchécoslovaques ont trouvé nécessaire de construire une force aérienne. Ainsi est née la devise « L'air est notre mer ».

Le gouvernement tchécoslovaque, forma entre les deux guerres son industrie aéronautique essentiellement basée sur la conception d'avions des pays alliés sous licence et de moteurs. Plusieurs grandes sociétés aéronautiques, et quelques entreprises de conception de moteurs, ont ainsi prospéré en Tchécoslovaquie dans les années 1930.

Aujourd'hui, la République tchèque connait de grands fabricants qui datent de cette époque :

  • Walter A.S, fabricant de moteur est aujourd'hui installé à Prague ;
  • Aero Vodochody, entreprise de construction aéronautique et automobile tchèque fondée en 1919 et installé à Prague a produit de nombreux avions en construction mixte (bois, métal et toile) comme le MB.200 de Bloch, construit sous licence ;
  • Avia est une énorme branche de travail pour la machinerie lourde et de l'organisation industrielle de la défense. Fondée en 1919 dans une ancienne fabrique de sucre dans la banlieue de Prague, Avia a construit de nombreux avions, ainsi que des moteurs, qui sont généralement conçus sous licence Hispano-Suiza. Le niveau du plan tchécoslovaque prit fin durant les années 1930, le B-534 atteint une production totale de 514 unités. Il a été l'un des derniers chasseurs biplan à avoir servi, et aussi l'un des meilleures jamais produits.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Seconde Guerre mondiale.
Avia S-92, (version tchèque du Messerschmitt Me 262, construit sous licence par Avia) au musée de Kbely à Prague

Pendant ce temps, la Tchécoslovaquie a été divisée en deux : le Protectorat de Bohême-Moravie — un État directement contrôlées par l'Allemagne nazie — et la République slovaque — un État satellite au IIIe Reich.

De nombreux pilotes tchécoslovaques ont réussi à s'échapper en Pologne et en France, où ils ont aidé à lutter contre la blitzkrieg nazie dans la première période de la guerre, et plus tard en Grande-Bretagne où ils ont créé des escadrons de chasseurs et de bombardiers dans la Royal Air Force[1], qui ont été une composante aérienne de l'armée tchécoslovaque en exil sur les îles britanniques. L'as tchèque, Josef František (en), est devenu sans conteste le meilleur pilote de chasse allié de la bataille d'Angleterre. D'autres pilotes tchèques et slovaques continuent à se battre contre les Allemands en Union soviétique.

Sous la domination allemande, tous les avions tchécoslovaques ont été absorbés dans la Luftwaffe — et les énormes fabricants de base tchécoslovaque ont été convertis pour produire des moteurs et avions allemands.

Après la fin de la guerre, en 1945 quatre escadrons tchèques de la RAF, le No.310, le No.311, le No.312, et le No.313 Squadron ont tous été renvoyés en Tchécoslovaquie et devinrent une partie des forces armées tchèques.

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Durant la guerre froide, la Tchécoslovaquie a été membre du Bloc de l'Est, allié à de l'Union soviétique, et en 1955, membre du Pacte de Varsovie. C'est ainsi pour cette raison que la Force aérienne tchécoslovaque a utilisé des avions de fabrication soviétique. Les types d'aéronefs étaient pour la plupart des MiG. Les chasseurs MiG-15, MiG-19 et MiG-21F a été produit sous licence, et les MiG-23 MF ont été achetés en 1970, accompagné par des MiG-23ML et MiG-29 dans les années 1980.

En mai 1987, deux jets de la Force aérienne tchèque décollent afin d'abattre un ingénieur tchécoslovaque qui tente d'échapper à son pays d'origine via un ULM. Après un vol d'environ seize kilomètres à l'ouest la frontière allemande, réfugié, mais à court de carburant, il a atterri en toute sécurité dans une forêt de Bavière, juste avant les que les chasseurs tchèques puissent l'intercepter[2].

Mil Mi-17 de la CEF au décollage de Čáslav AFB.

Pendant les années 1980 et au début des années 1990, l'Armée de l'air de Tchécoslovaquie se composait de la 7e Armée de l'air, qui avaient des fonctions de défense aérienne, et de le 10e Armée de l'Air, responsable du terrain et des forces de soutien[3]. La 7e Armée de l'Air avait deux divisions aériennes et trois régiments de chasseurs. La 10e Armée de l'Air avait deux divisions aériennes et un total de six régiments de chasseurs. Il y avait aussi deux régiments de reconnaissance, deux régiments de transport, trois régiments de formation, et deux régiments d'hélicoptères.

Révolution de velours et éclatement de la Tchécoslovaquie[modifier | modifier le code]

Les deux parlements des deux nouveaux États de la République tchèque et la Slovaquie, dissous leur union le 1er janvier 1993. Les avions de la force aérienne de Tchécoslovaquie sont alors divisés en faveur des tchèque, ce qui oblige la Force aérienne slovaque à se reformer. Cependant les 18 MiG-29 ont été partagés en parts égales entre les deux pays.

République tchèque[modifier | modifier le code]

Cette séparation a vu une forte réduction des types et du nombre d'aéronefs ainsi que des bases. 1994 a vu la création du 3e corps tactique de armée de l'air. L'avion de combat le plus récent dans l'arsenal de la Force aérienne tchèque était le MiG-29. Mais le seul kit de maintenance générale a été donné à la nouvelle République slovaque, et tout le matériel a été divisé avec la Slovaquie, ce qui donna ainsi des coûts de maintenance trop élevé. Outre les coûts déraisonnablement élevés, les coûts de la spéculation pour les pièces détachées importées en provenance de Russie, ont été réalisées par des sociétés tierces (les rotors du Mil Mi-24 ont été surévalué de 400 %), ce qui a abouti à un échange de dix MiG-29 contre des hélicoptères de sauvetage PZL W-3A Sokół polonais. C'est pourquoi dix chasseurs de supériorité aérienne ont été échangés pour onze hélicoptères légers, un échange qui pour nombreux est considéré comme très inégale. Le fer de lance de l'escadre a donc été le MiG-23. Cet avion a participé à des exercices avec les forces aériennes de l'Ouest, où les MiG-23ML ont été capable de surpasser les Mirage III, F1C, 2000 et F-4F grâce à des manœuvre verticale et à l'accélération.Comme la République tchèque est devenu membre de l'OTAN en 1999, elle a commencé à réviser et à actualiser son inventaire d'aéronefs. Par conséquent, l'acquisition d'un certain nombre de nouveau chasseur de fabrication OTAN a été pris en considération. Les MiG-23MF ont été retirés en 1994, et le MiG-21 a été rétabli pendant la période de transition censé être l'achat d'un nouvel avion de chasse - qui a s'est avéré être le nouveau avion multirôle suédois, le JAS-39 Gripen. En raison des inondations dévastatrices qui ont frappé le pays au cours de l'année 2002, le marché a été mis hors tension.

Un nouvel appel d'offres international a été émis pour une solution provisoire. Le Gripen a de nouveau remporté cet appel d'offres parmi les six nominés, et la République tchèque a accepté d'en louer quatorze durant dix ans au gouvernement suédois.

En décembre 2008, l'armée de l'air tchèque avait pour projet de former des pilotes d'hélicoptère pour des conditions désertiques, afin de participer à sa mission en Afghanistan. Malheureusement, aucun pays n'a proposé son aide, à l'exception d'Israël[4],[5].

Futur[modifier | modifier le code]

En 2015, la location des JAS-39 Gripen de la Suède prendra fin. Les avions seront soit renvoyés à la Suède ou achetés. Les successeurs potentiels sont le F-15SE, le F-35A ou le F-16C/D. Aussi la Force aérienne de la République tchèque a commandé quatre CASA-295M, avec le premier avion livré en janvier 2010. Ils remplaceront les avions de transport russes Antonov An-26. Le ministère de la Défense tchèque devront également discuter de l'achat d'avions de transport américains C-130 Hercules.

Saab JAS 39 Gripen de la Vzdušné síly Armády České republiky.

Structure des forces[modifier | modifier le code]

PZL W-3 de la Vzdušné síly Armády České republiky.
Gripen biplace tchèque.

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Aéronefs Origine Type En service[6] Versions Notes
Avion de chasse
Saab JAS 39 Gripen Drapeau de la Suède Suède Avion multirôle 14 JAS 39C
JAS 39D
Loués pour 10 ans (2005-2015) à la Suède[7].
Avion-école
Aero L-39 Albatros Drapeau de la République tchèque République tchèque Avion d'entraînement et d'attaque au sol 16[7] L-39C
L-39ZA
Aero L-159 Alca Drapeau de la République tchèque République tchèque Avion d'entraînement et d'attaque au sol 28 L-159T1
L-159A
Zlín Z 142 Drapeau de la République tchèque République tchèque Avion d'entraînement 8
Avion de transport
Antonov An-26 Drapeau de l'URSS Union soviétique/Drapeau de la Russie Russie Avion de transport 4
CASA C-295 Drapeau de l'Espagne Espagne Avion de transport 4 C-295M
Let L-410 Turbolet Drapeau de la République tchèque République tchèque Avion de transport 10 L-410UVP
L-410UVP-E
L-410UVP-T[7]
Bombardier Challenger 600 Drapeau du Canada Canada Transport de VIP 1 CL-601
Airbus A319 Drapeau de l’Union européenne Union européenne Transport de VIP 2 A319CJ En remplacement du Tu-154M
Yakovlev Yak-40 Drapeau de l'URSS Union soviétique Transport de VIP 8
Hélicoptère
Mil Mi-17 Drapeau de l'URSS Union soviétique/Drapeau de la Russie Russie Hélicoptère de transport 37 Mi-17
Mi-171
Mil Mi-24 Drapeau de l'URSS Union soviétique/Drapeau de la Russie Russie Hélicoptère de combat et transport léger 28 Mi-24V
Mi-35
PZL Mi-2 Drapeau de l'URSS Union soviétique\Drapeau de la Pologne Pologne Hélicoptère de transport léger 5
PZL W-3 Drapeau de la Pologne Pologne Hélicoptère utilitaire polyvalent 11 W-3A

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brown 1998
  2. Man escapes in hang glider;The Register-Guard (en) (Eugene, Oregon), 20 mai 1987.
  3. ed David Oliver, Eastern European Air Power, No 3 in the AFM Airpower Series, Key Publishing Ltd, Stamford, Lincs, 1990-91, p. 38-41
  4. http://www.ceskenoviny.cz/news/index_view.php?id=350692
  5. (cs) « Czech Helicopters over the Negev Desert » (consulté le 17 juillet 2010)
  6. "World Military Aircraft Inventory", Aerospace Source Book 2007, Aviation Week & Space Technology, 15 janvier 2007.
  7. a, b et c Czech military aviation OrBat