Force aérienne royale de Bahreïn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

26° 06′ 31″ N 50° 34′ 45″ E / 26.10861111, 50.57916667 ()

سلاح الجو الملكي البحريني
Drapeau de la Royal Bahraini Air Force
Drapeau de la Royal Bahraini Air Force

Période 1977 - présent
Pays Drapeau de Bahreïn Bahreïn
Allégeance Roi de Bahreïn
Type Force aérienne
Effectif ~ 1 500 personnes
Fait partie de Forces armées bahreïnies
Ancienne dénomination Bahrain Amiri Air Force
Surnom RBAF
Couleurs Royal Bahraini Air Force roundel.svg
Équipement 100 aéronefs
Guerres Invasion du Koweït
Guerre du Golfe
Commandant Général Hamad bin Abdullah

La Royal Bahraini Air Force (Arabe : سلاح الجو الملكي البحريني ; Français : Force aérienne royale de Bahreïn) est la force aérienne bahreïnienne. Son effectif est passé de 650 personnes en 1992 à 1 500 en 2009[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La Force aérienne de défense de Bahreïn fut mise en place en 1977 sous le nom de Bahrain Amiri Air Force (BAAF). Ses premiers aéronefs furent deux hélicoptères MBB BO 105C et sept AB 212 capables de remplir des missions SAR et d'évacuations sanitaires. Parallèlement, les autorités bahreïniennes songèrent à l'achat de chasseurs, notamment le Northrop F-5 Freedom Fighter, utilisé par la force aérienne saoudienne. Mais la demande fut refusée et rejetée par l'administration Carter, dans le cadre de sa politique de non prolifération des armes en zones sensibles. Mais l'arrivée de Ronald Reagan à la tête des États-Unis, en 1981, ainsi que la poursuite du conflit irako-iranien, permit finalement à la force aérienne bahreïnienne d'acquérir douze Tiger II, dont douze monoplaces et quatre biplaces. Acheté en 1985, les livraisons débutèrent dès le mois de décembre. Les premiers pilotes de Tiger furent formés en Arabie saoudite et des instructeurs américains furent également détachés[3].

Un AB212 de la Bahrain Amiri Air Force (سلاح الجو الأميري البحرين -en arabe- ou BAAF) en vol au-dessus du golfe Persique au cours d'une mission de formation en 1991.

Dans ces mêmes années, la BAAF avait aussi songé à l'acquisition de chasseurs de combat plus performants. Après une série d'évalutions sur plusieurs candidats (Mirage 2000, Panavia Tornado, F-15 Eagle, F/A-18 Hornet et de chasseurs d'origine soviétique), c'est finalement le constructeur américain General Dynamics qui remporte le contrat avec l'achat de douze F-16C/D Block 40D par le Bahreïn. En 1989, dans le cadre du programme "Peace Crown", six pilotes de F-5E sont envoyés en Floride, à MacDill AFB, afin d'être transformés sur F-16 Fighting Falcon et de recevoir une formation d'instructeur. Et c'est ainsi, que le 23 mai 1990, les quatre premiers F-16 décollèrent de Fort Worth au Texas en direction de Bahreïn et furent basés à Cheikh Isa Air Base (en) aux côtés des F-5.

Guerre du Golfe[modifier | modifier le code]

Le 2 août 1990, à 2 heures du matin, Saddam Hussein lance l'élite de son armée à l'assaut de l'émirat du Koweït. La petite armée koweïtienne est balayée en moins de 4 heures et plusieurs de ses avions furent obligés d'être évacués à Bahreïn. Au cours des suite de la guerre du Golfe, les F-5 et F-16 de la BAAF effectuèrent leurs premières missions défensives le 25 janvier 1991 et commencèrent les opérations offensives le jour suivant. Durant toute la période de l'opération aérienne de Tempête du désert, on comptait en moyenne, 4 sorties par jour[3].

La guerre du Golfe se termina le 28 février 1991 mais celle-ci permit de renforcer les liens entre le Conseil de coopération du Golfe et les États-Unis avec notamment de nombreux exercices interalliés.

En octobre 1994, suite à une montée des tensions avec l'Irak, les forces aériennes du Conseil de coopération du Golfe, dont celle de Bahreïn, patrouillèrent le long de la zone frontalière et dans l'espace aérien koweïtien.

En septembre 1998, dans le cadre du programme baptisé Peace Crown II, dix autres F-16C Block 40D furent commandés et livrés d'octobre 2000 à avril 2001. Ces nouveaux avions sont équipés pour transporter des missiles AIM-120 AMRAAM, utilisé pour la première fois par l'US Air Force durant la guerre du Golfe. En juillet 2000, Bahreïn signe un accord avec BAe Systems pour établir une académie de pilote basé autour de l'avion d'entraînement Hawk, semblable à la NFTC (NATO Flying Training in Canada). Par la suite, des commandes ont été passées pour l'achat de Slingsby T67 Firefly et de BAe Hawk. Les premiers avions de formations ont été livrés à partir d'octobre 2006[4].

En 2002, à la suite des élections du 14 février, qui changèrent l'émirat en royaume, la Bahrain Amiri Air Force est rebaptisée Royal Bahraini Air Force (RBAF).

Structure des forces[modifier | modifier le code]

La structure des forces et l'ordre de bataille de la Royal Bahraini Air Force, se décomposent ainsi :

Quartier-général, Royal Bahraini Air Force, Manama

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Aéronefs Origine Type En service Versions
Avion de chasse
Lockheed F-16 Fighting Falcon Drapeau des États-Unis États-Unis Avion multirôle 16
4
F-16C
F-16D
Northrop F-5 Freedom Fighter Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de chasse 12
4
F-5E
F-5F
Avion-école
Slingsby T67 Firefly Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Avion d'entraînement 3
BAe Hawk Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Avion d'entraînement 6 Hawk 129
Avion de transport
BAe 146 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Transport 1
Hélicoptère
AH-1 Cobra Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère d'attaque 12
6
AH-1E
TAH-1P
Agusta-Bell AB.212 Drapeau de l'Italie Italie/Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère utilitaire 11
Bölkow Bo 105 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Hélicoptère léger 3
Sikorsky UH-60 Black Hawk Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère utilitaire 2
9
UH-60L
UH-60M

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A Country Study: Bahrain, Bibliothèque du Congrès.
  2. (en) « Chapter Five: Middle East and North Africa », The Military Balance, Routledge, vol. 109,‎ 2009, p. 229 (DOI 10.1080/04597220802709902)
  3. a et b (en) « La chasse royale bahreïnie », Air Fan, no #370,‎ septembre 2009, p. 20-21
  4. "Royal Bahraini Air Force", Scramble on the Web.