ATR 72

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ATR 72
Appareil ATR 72 de la compagnie Aer Arann.
Appareil ATR 72 de la compagnie Aer Arann.

Rôle Avions de transport régional
Constructeur Drapeau : France/Drapeau : Italie ATR
Équipage 2
Statut En service
Premier vol 27 octobre 1988
Mise en service 27 octobre 1989
Retrait Toujours en service
Premier client Finnair
Client principal Wings Air
Aer Arann
FedEx
Jet Airways
Coût unitaire 72-600: 24,7 M$
Production 1988-présent
En service 678 en décembre 2013
Dimensions
Longueur 27.166 m
Envergure 27.05 m
Hauteur 7.72 m
Masse et capacité d'emport
Max. au décollage 23.000 t
Max. à l’atterrissage 21.850 t
Passagers 68-74
Motorisation
Moteurs 2 turbopropulseurs de la famille Pratt & Whitney Canada PW100
Performances
Autonomie 1665 km
Plafond 7600 m

L'ATR 72 est un avion de transport de passagers à turbopropulseurs construit par la société franco-italienne ATR.

L'ATR 72, version allongée permettant d'accueillir jusqu'à 74 passagers, a été mis en service en 1989. Il est disponible en version tout cargo 75 m3, 8 400 kg.

À partir du modèle initial, -200, il a été amélioré en plusieurs versions successives dont une révision majeure, le modèle -500 à partir de 1995. Sa version « Quick-change » offre 41 m3 pour le fret.

Développement[modifier | modifier le code]

L'ATR 72 a été développé sur la base de l'ATR 42 pour en augmenter la capacité (de 48 à 78 sièges). La longueur du fuselage a été augmentée de 4,5 mètres, l'envergure a été augmentée ainsi que la puissance des moteurs et la capacité en carburant (10 %). l'ATR 72 fut annoncé en 1986[1] et fit son premier vol le 27 octobre 1988. Exactement un an après, le 27 octobre 1989, Finnair fut la première compagnie à exploiter l'appareil[2]. Au début de l'année 2013 ATR comptait ainsi des commandes nettes pour 1254 avions (437 ATR 42 et 817 ATR 72), dont plus de la moitié depuis 2005. En effet si la société a connu des problèmes financiers dans les années 2000, la flambée du prix du pétrole a ravivé l’intérêt des compagnies aériennes pour l'avion qui s'est révélé très économe.

Sensibilité au givre[modifier | modifier le code]

Suite à l'accident du vol 4184 American Eagle provoqué par un défaut de conception dans la gestion du givre sur les ailes, l'ATR 72 a été interdit de vol pendant un certain temps dans l'espace aérien américain. Le fabricant a amélioré le dégivrage des ailes. Néanmoins les compagnies aériennes américaines n'exploitent plus l'ATR 72 dans les zones géographiques sensibles au givre (essentiellement le nord des États-Unis).

La concurrence[modifier | modifier le code]

Un Q400 de Air Berlin

L'ATR 72 a dû faire face dès sa mise en service, à la concurrence du Fokker 50 mais surtout du De Havilland Canada DHC-8. En effet le DHC-8 aussi connu sous le nom de Dash 8 puis Q400 possède des performance supérieures à l'ATR. Plus rapide et plus silencieux, le Q400 possède de plus une distance franchissable supérieure et peut voler plus haut. Cependant il est plus cher à l'achat et consomme plus de carburant.

Un Fokker 50 de City jet

De ce fait, le Q400 est plus adapté au marché nord américain où il peut remplacer les jets à moindre coût sur certaines lignes, tandis que l'ATR 72 est plus adapté pour les petites lignes régionales. Ce dernier excelle sur le marché européen, en Asie pacifique et dans les pays en voie de développement. Tout ceci permet en partie d'expliquer l'énorme succès de l'ATR 72 de nos jours.

Enfin, face au Fokker 50 en fin de vie et au Q400 vieillissant, ATR a su continuellement moderniser son produit permettant ainsi à l'ATR 72 de s'imposer comme le turbopropulseur le plus populaire du marché.

Les différentes versions[modifier | modifier le code]

À partir de l'ATR 72-100 originel de 1989, ATR a continuellement amélioré l'avion pour suivre les standards aéronautiques du moment.

ATR 72-100[modifier | modifier le code]

Certifié en 1989, l'ATR 72-100 est la première version de l'appareil. Elle se décline en ATR 72-101 (version de base) et ATR 72-102 (avec une porte cargo à l'avant). La motorisation consiste en deux PW124B.

ATR 72-200[modifier | modifier le code]

Version légèrement modifiée de l'ATR 72-100, c'est le premier standards de production de l'appareil. En 1992 les PW124B seront remplacés par des PW127 plus puissants donnant naissance à l'ATR 72-210[3].

ATR 72-500[modifier | modifier le code]

La version -500 fut certifiée en 1997. Elle apporte de nombreuses améliorations par rapport aux versions précédentes: rayon d'action supérieur, masse maximale au décollage plus élevée, amélioration du cockpit... Le principal changement provient cependant de la motorisation puisque l'avion utilise à présent le PW127F puis le PW127M à partir de 2007. Ce dernier est identique au PW127F si ce n'est qu'il entraine une hélice à 6 pales et non plus 4 comme dans les versions précédentes[4].

La série 600[modifier | modifier le code]

ATR 72-600 destiné à la compagnie colombienne Avianca au le salon du Bourget 2013

Le 2 octobre 2007, ATR a lancé la nouvelle série nommée série -600[5] donnant naissance à l'ATR 42-600 et l'ATR 72-600 qui sera développé le premier. Les deux nouvelles versions ont la même longueur que leurs prédécesseurs et des hélices à 6 pales. Les changements concernent l'intérieur de l'appareil et la motorisation. Les nouveaux appareils consomment moins de carburant par passager, sont moins polluants, plus fiables, plus efficaces et ont des coûts d'exploitation moindres. Enfin ATR a mis l'accent sur le confort et le bruit dans sa nouvelle cabine nommée Armonia. L'idée est en effet de faire oublier l’inconfort des avions à hélice du passé.

Les ATR 42-600 et 72-600 sont équipés des nouveaux moteurs PW127M de Pratt & Whitney Canada, plus puissants et moins gourmands en carburant. Le cockpit bénéficie d'écrans à cristaux liquides et d'un ordinateur multi-fonction (multi purpose computer) qui augmente la sécurité de l'appareil et son efficacité. La nouvelle avionique est fournie par Thales Avionics et comprend un nouvel ILS.

Le premier vol de l'ATR 72-600 est intervenu le 24 juillet 2009. La certification civile est obtenue de l'EASA à la fin du mois de mai 2011.

Le premier ATR 72-600 a été livré à la compagnie marocaine Royal Air Maroc en aout 2011. Elle a depuis conquis de nombreux transporteurs permettant ainsi à ATR de dépasser largement son concurrent canadien Bombardier dans le domaine des avions turbo-propulsés.

Autres versions[modifier | modifier le code]

ATR 72MP ou ASW[modifier | modifier le code]

L'ATR 72MP ou ASW est une version de surveillance maritime dont 10 exemplaires furent livrés à la Turquie. Fin 2008, l'Italie a commandé à son tour à Alenia Aeronautica 4 exemplaires de la version Alenia-Aérospatiale ATR 72 ASW à livrer en 2012 à son armée de l'air afin de remplacer les Breguet Atlantic pour les patrouilles maritimes.

Versions cargo[modifier | modifier le code]

L'ATR 72, avec sa large porte cargo à l'avant du fuselage, a intéressé les compagnies de transport de fret très tôt. ATR a donc développé plusieurs versions dédiées au transport de fret. Ainsi l'avion est aujourd'hui utilisé par des grands transporteurs tels que FedEx, DHL ou UPS.

ATR 72 cargo de la société FedEx
Bulk freighter[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une version dédiée au transport de marchandises en vrac avec un volume de 75,5 m3. Une fois reconfiguré l'avion peut emporter jusqu’à 8,6 tonnes de cargo retenu par des filets.

ULD freighter[modifier | modifier le code]

La version ULD permet le transport de conteneurs standards ULD de type LD3. L'avion est complètement dépouillé du mobilier habituel, le plancher est renforcé, les fenêtres sont obstruées et un système de chargement est ajouté.

Quick change[modifier | modifier le code]

Cette version a été proposée par ATR pour permettre d'accroître l'utilisation des avions par les compagnies aériennes. Il est en effet possible en un temps très court (environ 45 minutes) de reconfigurer ces avions de ligne en avions cargo. Cette version permet par exemple de transporter du courrier ou du fret léger lorsque l'avion n'est pas utilisé pour des vols avec des passagers.

Version VIP[modifier | modifier le code]

ATR propose aussi une version VIP de son avion régional pour les clients fortunés.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Appareil aux couleurs d'EuroLOT.

Au 4 février 2013, les compagnies aériennes suivantes disposent au moins d'un appareil de type ATR 72[6] : Aer Arann, Aer Lingus Regional, Aero Caribbean, Air Algérie, Air Austral, Air Bagan, Air Botswana, Air Caledonie, Air Caraibes, Air Contractors, Air Corsica, Air Dolomiti, Air Kanbawza, Air Madagascar, Air Mandalay, Air Mauritius, Air New Zealand, Air Nostrum, Air Tahiti , Air Vanuatu, HOP ! (Airlinair), AnadoluJet, Antrak Air, Arkia, Asian Wings Airways, Aurigny Air Services, Avanti Air, Azerbaijan Airlines, AZUL - Linhas Aereas Brasileiras, Bangkok Airways, Belle Air, Berjaya Air, B&H Airlines, Binter Canarias, Blue1, BoraJet, BQB Lineas Aereas, Buddha Air, Calm Air International, Cambodia Angkor Air, Caribbean Airlines, Carpatair, Cebu Pacific Air, CEIBA Intercontinental, Cimber A/S, Conviasa, Czech Airlines, Danish Air Transport, Danube Wings, Deccan 360, Empire Airlines, Etihad Regional, EuroLOT, Ewa Air, Executive Airlines, Farnair Switzerland, FedEx, Firefly, First Air, Fly540, Flybe Nordic, Golden Air, Helitt Líneas Aéreas, Imetame, InterSky, Iran Aseman Airlines, Island Air, Israir Airlines, JAT Airways, Jet Airways, JetKonnect, Lao Airlines, MASwings, Morningstar Air Express, Myanmar Airways, Nok Air, Overland Airways, Passaredo Transportes Aereos, Precision Air, Royal Air Maroc Express, SAS, SATENA, Sénégal Airlines, SkyWest Airlines, Solenta Aviation, Swiftair, Syrian Arab Airlines, TACV Cabo Verde Airlines, Tarom, Transasia Airways, Trigana Air Service, Trip Linhas Aéreas, Tunisair Express, UNI Airways, United Airways, UTair, Vietnam Airlines, West Air Europe, West Air Sweden, Wings Air et Yangon Airways.

Accidents[modifier | modifier le code]

  • Le 31 octobre 1994 un ATR 72, vol 4184 American Eagle, s'écrase à Roselawn dans l'Indiana lors du circuit d'attente avant l'atterrissage prévu à l'aéroport international O'Hare de Chicago, tuant les 68 occupants de l'appareil. Le NTSB indiqua que l'accident était dû au givre accumulé sur l'appareil qui rendait son contrôle difficile. Elle mentionna aussi des problèmes similaires en cas de givre sur la famille ATR et en facteurs secondaires de l'accident, les « réponses inadéquates » de la part du constructeur, de la DGAC française et de la Federal Aviation Administration américaine à ces problèmes antérieurs. Suite à cet accident, ATR modifia ses appareils pour accroître les surfaces couvertes par les dispositifs anti-givre.
  • Le 21 décembre 2002, un ATR72-200 de fret de la compagnie TransAsia Airways, vol 791, s'abîme non loin des îles Pescadores. Les 2 membres d'équipage n'y survécurent pas. Les causes de cet accident ont été attribuées au givre[7].
  • Le 6 août 2005, le vol 1153 Tuninter, un ATR 72 de Tuninter (filiale de Tunisair), assurant les vols intérieurs et vers les pays proches, opérant un vol entre Bari et Djerba, s'est trouvé à court de carburant et s'est abimé en Méditerranée au large de Palerme. 16 personnes sur les 38 occupants de l'appareil ont été tuées. Citant les premiers résultats des enquêtes menées après le drame, la presse explique que le pilote a été trompé par une jauge de carburant installée la veille en Tunisie par un mécanicien de la société Tuninter. La jauge était d'un modèle correspondant à un ATR 42 et non à un ATR 72, qui peut contenir plus de carburant.
  • Le 4 août 2009, vers 14 heures, un ATR 72 de la compagnie thaïlandaise Bangkok Airways a heurté la tour de contrôle en effectuant son atterrissage sur l’île de Ko Samui en Thaïlande. On dénombre un mort, le pilote et une dizaine de blessés.
  • Le 5 novembre 2010 un ATR 72 de la compagnie cubaine AeroCaribbean s'écrase dans le centre de Cuba. Les 68 occupants y ont laissé la vie.
  • Le 2 avril 2012 un ATR 72 de la compagnie UTair s'écrase en Sibérie avec 43 personnes à bord, faisant 31 morts et 12 blessés. La cause la plus probable de cet accident est actuellement attribuée au givrage des ailerons, l'avion n'ayant pas fait l'objet d'un traitement anti-givre avant le vol.
  • Le 2 février 2013, un ATR 72 de Carpatair, opérant pour Alitalia un vol en provenance de Pise, rate son atterrissage à l'aéroport de Rome-Fiumicino et a terminé hors piste. 16 des environ 50 passagers ont été blessés, dont deux blessés graves ont dû être hospitalisés. De fortes rafales de vent et de la pluie ont été observées lors de l'accident, mais une erreur du pilote n'est pas exclue selon les premières investigations[8],[9].
  • Le 16 octobre 2013, un ATR 72 de Lao Airlines venant de Vientiane s'est écrasé dans le Mékong peu avant son atterrissage prévu à Pakse. Des 44 personnes à son bord, dont 7 français, aucun n'a survécu à l'accident. La cause du crash est actuellement attribuée aux fortes pluies provoquées par le typhon Nari.
  • Le 23 juillet 2014, un ATR 72 de Transasia venant de Taiwan s'est écrasé près d'un aéroport, sur une des îles de l'archipel isolé de Penghu, aussi connu sous les nom des îles Pescadores. Des 58 personnes à son bord, dont 4 membres d'équipage, 45 sont décédées. La cause du crash est actuellement inexpliquée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :