Armée de terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'armée de terre est une des composantes des forces armées d'un État.

Article détaillé : Histoire militaire.

Armée de terre et environnement[modifier | modifier le code]

Depuis la Première Guerre mondiale, et avec l'industrialisation de l'armement les armées de terre ont été conduites à acheter et stocker de grandes quantité de matériel lourd, véhicules et munitions. Se pose donc la question et du démantèlement en fin de vie et du devenir des déchets militaires issus de ce démantèlement[1].
Les enjeux financiers et quantitatifs sont importants. À titre d'exemple, l’armée de terre française avait déjà en 2008 un stock de plus de 250 000 matériels et équipements désaffectés (28 250 t, surtout constituées de 5 735 véhicules non blindés (17 891 t), de 236 blindés (5 665 t) et de 5 093 matériels du génie (3 875 t)), et 10 000 à 12 000 t de matériels supplémentaires seront sorties du service chaque année entre 2008 et 2015, soit 90 000 t au total, ce qui nécessite des capacités de stockage tampon aux normes ICPE[1]. La revente des métaux au cours de 2008 correspond, pour environ 250 000 t d’acier recyclable et 5 000 t d’aluminium, à environ 50 M d'Euro. Si le cours des métaux est élevé, cette somme peut rembourser et dépasser les frais de dépollution, démantèlement et traitement des déchets ultimes[1].

Liste des armées de terre[modifier | modifier le code]

Armées de terre africaines[modifier | modifier le code]

Armées de terre européennes[modifier | modifier le code]

Armées de terre d'Amérique[modifier | modifier le code]

Armées de terre d'Asie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Synthèse de 20 pages du Rapport (200 pages) sur le « démantèlement des matériels d'armement », faisant suite à une mission sur le démantèlement des matériels d’armement conduite en 2008 par le CGARM (Xavier Lebacq, Franck L’hoir) et le Bureau-Environnement de la DMPA (avec états-majors et services concernés)