Force aérienne des Émirats arabes unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
القوات الجوية الإماراتية
Al-Quwwāt al-Jawiyya al-Imārātiyya
United Arab Emirates Air Force
Force aérienne des Émirats Arabes Unis
Cocarde de l'UAEAF
Cocarde de l'UAEAF

Période 1968-Présent
Pays Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Allégeance Forces armées émiriennes
Type Armée de l'air
Effectif 4 000 personnes
Équipement 360 aéronefs[1]
Guerres Guerre du Golfe
Intervention militaire en Libye

La force aérienne des Émirats arabes unis (anglais : United Arab Emirates Air Force, UAEAF) est créée en 1968 alors que les EAU étaient encore sous domination britannique. Depuis lors, elle a subi une réorganisation et son expansion continue en termes de capacité et d'avions. Actuellement, l'UAEAF a environ 4 000 personnes et exploite environ 368 aéronefs à voilure fixe et à voilure tournante.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'UAEAF commence en 1968 lorsque la force aérienne de l'armée d'Abu Dhabi est créée sous domination britannique. Après être devenue la force aérienne d'Abu Dhabi en 1972, un investissement majeur a assuré son expansion en termes de capacités, de qualité et de quantité d'avions[2]. La formation et l'instruction a été fourni par les forces aériennes pakistanaises. Son voisin, l'émirat de Dubaï, a maintenu sa composante aérienne propre, la Dubai Defence Force Air Wing, jusqu'en 1999, lorsque les deux ont été effectivement fusionné pour devenir ce qui est maintenant la force aérienne des Émirats arabes unis. Bien que l'intégration des deux forces indépendantes ait été terminée, un faible degré d'autonomie existe au niveau du commandement opérationnel, avec le Commandement aérien de l'Ouest étant basée à Abu Dhabi et le Commandement aérien centrale à Dubaï[2].

Sa première grande opération hors de la péninsule arabe à lieu en Libye en 2012 ou six Mirage 2000-9 et six F-16 C/D Block 60 sont engagés dans l'intervention militaire de 2011 en Libye depuis La Sude (Crète) avant de rejoindre la base aérienne de Sigonella (Sicile)[3]. En août 2014, des Mirage 2000 basé en Égypte ravitaillés par des Airbus A330 MRTT interviennent par deux fois lors de la guerre civile libyenne[4].

Personnel et entraînement[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970 et 80, la force aérienne d'Abu Dhabi était entraînée par des pilotes des forces aériennes pakistanaises sur Dassault Mirage III, l'épine dorsale de la composante aérienne aboudhabienne à l'époque. Même aujourd'hui, beaucoup de personnel sont des ex-officiers et techniciens des forces aériennes pakistanaises. La plupart des instructeurs de vol à Al Ain sont d'origine du Pakistan et utilisent Grob G 115, Pilatus PC-7, Aermacchi MB-339, et BAe Hawk 63. Quelques officiers de l'escadron n°12 (Hawk 102) de la base aérienne de Minhad, sont également des forces aériennes pakistanaises. Certains de ces officiers sont sur députation (service actif), mais la plupart sont sous des contrats civils avec l'état-major de la force aérienne à Abu Dhabi. De nombreux officiers d'autres nationalités ont également formé les pilotes des Émirats arabes unis, parmi eux les Marocains, les Canadiens, les Jordaniens et les Sud-Africains.

Les femmes ont commencé la formation en tant que pilotes. Le premier lot comprenait des ingénieurs ayant reçu une approbation pour l'entraînement en vol. Jusqu'à présent, seul trois femmes sont devenues des pilotes de chasse réels et une en pilote de transport. Les instructeurs de la base aérienne de Al Dhafra sont maintenant principalement des américains, étant donné que l'UAEAF a retiré ses Mirage III en faveur des F-16.

F-16E Desert Falcon au décollage de l'usine de Lockheed Martin à Fort Worth, au Texas. La force aérienne des Émirats arabes unis est le seul opérateur de F-16E/F.

Actuellement, il y a cinq bases aériennes principales opérationnelles, réparties entre le commandement aérien de l'Ouest et centrale. Le commandement des opérations spéciales a sa propre base aérienne et exploite un large éventail d'hélicoptères.

Les candidats se présentent au collège de l'air Khalifa bin Zayed, qui est situé à l'aéroport international d'Al Ain. Ils commencent d'abord par un programme universitaire rigoureux (niveau de base: Sciences militaires), de fitness et une formation d'officier. Ceux qui sont sélectionnés en tant que cadets, commencent alors la deuxième phase universitaire : sciences aéronautique. Les cadets qui passent la période d'évaluation de la deuxième phase sont désignés cadets de l'aviation et débutent la formation au vol. Dans un premier temps, ils commencent ainsi par voler sur les Grob G115 TA. Ceux qui se qualifient passent sur Pilatus PC-7. Sur cet appareil, ils apprennent les rudiments du vol, des techniques et des procédures de décollage et d'atterrissage suivies par un peu de voltige. Le cours de pilotage primaire est ainsi suivi par le cours de vol de base sur Hawk 63. Les diplômés sont classés et affectés en conséquence à une des trois possibilités : le cours d'exercice avancée à Minhad sur le Hawk 102, l'aviation de transport, et les hélicoptères. À Minhad, les nouveaux pilotes apprennent les manœuvres de combat de base, larguer des bombes et apprendre à voler en rase-motte dans un pays voisin, communément Bahreïn ou le Koweït. À la fin du cours de frappe avancée, les officiers sont sélectionnés soit pour le F-16 (Block 60) ou le Dassault Mirage 2000-9, tous les deux à Al Dhafra AB. Rares sont les pilotes sélectionnés pour apprendre à voler sur le F-16 avec le 162d Fighter Wing de l'United States Air Force à Tucson, en Arizona.

État actuel[modifier | modifier le code]

2007 a marqué le point culminant des plus importants programmes d'approvisionnement jamais entrepris par la force aérienne Émirats Arabes Unis, avec les dernières livraisons des 80 F-16E/F Block 60 "Desert Falcons" et l'amélioration d'environ 60 Mirage 2000-9, donnant à la force aérienne une importante capacité multirôle[5]. Ces deux investissements représentent une dépense totale de 10 milliards de dollars, avec de l'argent supplémentaire consacré aux infrastructures et la logistique[2]. Un contrat de 6,4 milliards de dollars avec Lockheed Martin pour l'approvisionnement et le soutien de 80 F-16 a été signé en mars 2000, alors qu'un accord 3,4 milliards de dollars pour l'achat de 30 nouveaux Mirage 2000-9 et la modernisation des 33 Mirage 2000 plus âgés des Émirats Arabes Unis avait été signé au début de l'année 1998[6]. Des missiles ont également été achetés : 160 AGM-88 HARM, 1000 ou plus AGM-65 Maverick, environ 500 AIM-120 AMRAAM, 270 AIM-9 Sidewinder et 52 AGM-84 Harpoon[6].

Après une compétition entre le Hawk de BAe, le T-50 Golden Eagle et l'Alenia Aermacchi M-346, l'UAEAF a annoncé l'acquisition de 48 avions de formation et d'attaque léger, avec les premières livraisons courant 2012[7]. Les autres types d'avions-école que l'on pense être en phase de remplacement sont les 30 Pilatus PC-7 et les cinq Aermacchi MB-339 servant à l'Académie de l'air de Al Ain[8].

L'UAEAF a exploité 20 hélicoptères IAR 330 Puma depuis les années 1970. Ceux-ci ont été récemment mis à jour à la norme de l'IAR-330SM par IRA Ghimbav en Roumanie, en coopération avec Eurocopter[9]. Ces aéronefs, complétée par dix autres SA-330 de l'armée de l'air d'Afrique du Sud, devraient rester en service pendant au moins 15 ans[10]. Bien qu'un remplacement de la flotte des Puma ne soit nécessaire dans l'immédiat, la force sera complétée par 26 UH-60M, avec 390 missiles AGM-114N Hellfire II[11]. 30 hélicoptères de combat AH-64A Apache ont été modernisés ainsi, au standard AH-64D Longbow, et une douzaine d'Eurocopter AS555 Fennec ont récemment été acquis pour l'utilisation des forces spéciales[8].

Structure des forces[modifier | modifier le code]

En 2008, la structure de la force aérienne des Émirats arabes unis est comme suit[10] :

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Aéronefs Origine Type En service Versions Notes
Avion de chasse
Lockheed F-16 Fighting Falcon Drapeau des États-Unis États-Unis Avion multirôle 54[12]
24
F-16E Block 60
F-16F Block 60
Un F-16E s'est écrasé en 2006[13] et un endommagé durant la guerre civile libyenne de 2011[14].
Dassault Mirage 2000 Drapeau de la France France Avion multirôle 22
8
6
20
12
2000 EAD
2000 RAD
2000 DAD
2000-9 RAD
2000-9 DAD

32 nouveaux ont été achetés en 1998; 30 parmi les 36 précédents ont été modernisés au standard "Tiret 9" par Dassault[5].

Avion-école
Pilatus PC-7 Drapeau de la Suisse Suisse Avion d'entraînement 30 [8] Pour être remplacé par le PC-21.
Pilatus PC-21 Drapeau de la Suisse Suisse Avion d'entraînement 16 (25)
Air Tractor AT-802 Drapeau des États-Unis États-Unis Contre-insurrection\Avion d'entraînement 10 AT-802U
Grob G 115 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Avion d'entraînement 12 [8] G 115TA Acro
BAe Hawk Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Avion d'entraînement et d'attaque au sol 46 Hawk Mk 61/63/102 Pour être retiré et remplacé par le M-346[7].
Aermacchi MB-339 Drapeau de l'Italie Italie Avion d'entraînement 10 MB-339NAT Pour être retiré et remplacé par le M-346[7]. Utilisé par l'équipe de démonstration d'acrobatie aérienne Al Fursan.
Avion de transport
Lockheed C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport 3
1
3
C-130H
C-130H-30
L-100-30
Un C-130H s'est écrasé en 2008.
CASA CN-235 Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Avion de transport 7 CN-235-100
DHC-6 Twin Otter Drapeau du Canada Canada Avion de transport 300 DHC-6-300
Cessna 208 Caravan Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport 7[10] 208B
McDonnell Douglas C-17 Globemaster III Drapeau des États-Unis États-Unis Avion utilitaire 4 (6) C-17ER 2 en attente de livraison.
Piaggio P180 Avanti Drapeau de l'Italie Italie Avion VIP/utilitaire/médical 2 Commandé au Salon du Bourget 2009[15].
Hélicoptère
AH-64 Apache Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère d'attaque 28 AH-64D En cours de conversion en AH-64D "Longbow".
Boeing CH-47 Chinook Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère de transport 8 CH-47D 12 acquisition de la Libye en 2003. CH-47F commandés
IAR 330SM PUMA
Aérospatiale SA 330 Puma
Roumanie Roumanie
Drapeau de la France France
Hélicoptère de transport 35 IAR 330SM
SA-330
Aérospatiale AS350 Écureuil Drapeau de la France France Hélicoptère d'observation
Hélicoptère de formation
12[10]
14
AS 550C3
AS 350B3
AS-332 Super Puma Drapeau de la France France Hélicoptère de transport 2 AS 332
Bell 214 Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère utilitaire 4 Bell 214B Huey Plus
Agusta-Bell AB-412 Drapeau de l'Italie Italie Hélicoptère de transport 6 AB-412HP/SP Utilisé pour la recherche et le sauvetage.
Eurocopter AS 565 Panther Drapeau de la France France Hélicoptère moyen polyvalent 16 AS 565SB
Eurocopter AS365 Dauphin Drapeau de la France France Hélicoptère VIP 1 AS 365N3
Sikorsky UH-60 Black Hawk Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère utilitaire 20
8+[16]
UH-60L
UH-60M
26 commandés en 2007, 14 commandés en plus en 2008.
Patrouilleurs
Bombardier Dash 8 Drapeau du Canada Canada Patrouilleur maritime 2 Dash-8 Q300


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Background Note: United Arab Emirates », Département d'État des États-Unis (consulté le 7 septembre 2009)
  2. a, b et c Air Forces Monthly, p. 60.
  3. Jean-Dominique Merchet, « Emirats arabes unis : engagés en Libye, les Mirage 2000 ont damé le pion aux F-16 », sur Secret Défense,‎ 25 octobre 2011 (consulté le 1er septembre 2014).
  4. Jean-Dominique Merchet, « Les frappes des Emirats en Libye ont été effectuées avec des Mirage 2000-9 », sur Secret Défense,‎ 28 août 2014 (consulté le 1er septembre 2014).
  5. a et b (en) « UAE eyes France's Rafale fighter », AFP (consulté le 7 septembre 2009)
  6. a et b Air Forces Monthly, p. 61.
  7. a, b et c (en) « UAE Gives M346 a LIFT », Defense Industry Daily (consulté le 7 septembre 2009)
  8. a, b, c et d Air Forces Monthly, p. 62.
  9. (en) « Eurocopter Romania awaits UAE contract », Jane's Intelligence Weekly (consulté le 7 septembre 2009)
  10. a, b, c et d Air Forces Monthly, p. 63.
  11. (en) « UAE Ordering Weaponized UH-60M ‘Battlehawk’ Helicopters », Defense Industry Daily,‎ 17 sept. 2008 (consulté le 7 septembre 2009)
  12. http://www.f-16.net/aircraft-database/F-16/airframe-profile/4535
  13. (en) « F16 crashes in capital; no casualties », Khaleej Times,‎ 10 janv. 2006 (lire en ligne)
  14. http://www.airforcetimes.com/news/2011/04/ap-uae-f16-crash-in-italy-042811/
  15. (en) « Paris Air Show: UAE selects Piaggio Avanti for multi-utility role », Flightglobal,‎ 15 juin 2009 (consulté le 8 septembre 2009)
  16. Sas Al Nakhl - UAE, fightercontrol.co.uk