Couronne de Castille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castille (homonymie).

Couronne de Castille
Corona de Castilla (es)

12301715

Drapeau Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Evolution territoriale de la couronne de Castille

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Valladolid puis Madrid
Langue Castillan, galicien, basque, asturléonais
Religion Catholicisme (officiel), judaïsme (jusqu'en 1492), islam (jusqu'en 1609)
Monnaie Ducat
Histoire et événements
1230 Union des royaumes de Castille et Léon
1479 Union avec la Couronne d'Aragon
1492 Conquête du royaume de Grenade et début de la colonisation en Amérique
1512 Conquête du royaume de Navarre
1535 et 1542 Création des royaumes de Nouvelle-Espagne et Pérou au sein de la couronne de Castille
9 juin 1715 Dissolution de la couronne de Castille (Décrets de Nueva Planta)

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La couronne de Castille rassemblait les territoires qui étaient au Moyen Âge sous l'autorité des rois de Castille. On peut dater sa naissance du règne du roi Ferdinand Ier de Castille, qui le premier rassembla sous son autorité en 1037 les royaumes de Castille et de León, ce dernier rassemblant déjà les royaumes des Asturies et de Galice. Après des partages dynastiques, la couronne de Castille fut reformée en 1230 sous le règne du roi Ferdinand III de Castille. De plus, la couronne s'agrandit grâce à la Reconquista, intégrant de nombreux royaumes pris aux musulmans. Par le mariage des rois catholiques, elle forme une union dynastique avec la couronne d'Aragon, mais conserve son indépendance nominale. Après deux siècles d'union, elle est dissoute et fondue en 1715 dans un royaume d'Espagne par les décrets de Nueva Planta. Pendant cette période d'union des couronnes, elle est le centre économique, culturel et politique de la monarchie espagnole. Le titre d'usage du souverain de la couronne de Castille est « roi de Castille et de León », quoique l'on trouve aussi le plus simple « roi de Castille ».

Chronologie indicative[modifier | modifier le code]

1re couronne de Castille (1037-1065)[modifier | modifier le code]

2e couronne de Castille (1072-1157)[modifier | modifier le code]

3e couronne de Castille (1230-1555)[modifier | modifier le code]

reconnaissance par le pape de la suzeraineté castillane sur les Îles Canaries.

Composition de la couronne de Castille au XVIe siècle[modifier | modifier le code]

La couronne de Castille ne s'accroît plus de façon significative à partir de la moitié du XVIe siècle. À cette époque, elle comporte les territoires suivants :

Dans cette disposition formelle, il convient de noter que seule la Navarre, les royaumes américains et dans une moindre mesure les provinces basques disposaient d'une autonomie réelle. À leur exception, l'ensemble des territoires de la couronne étaient représentés aux Cortès de Castille et administrés par le roi en son conseil de Castille. Les appels en justice étaient de même tous pris en charge par les deux chancelleries royales de Valladolid (moitié nord de la couronne) et de Grenade (moitié sud). Certains royaumes étaient même réduits à une mise sous tutelle pure et simple, comme le royaume de Galice, dont les remontrances aux cortès de Castille étaient portées par les délégués de la ville léonaise de Zamora. Les capitulations de Grenade qui réglèrent la soumission de ce royaume aux rois catholiques prévoyaient que ce royaume conserverait un particularisme important, incluant notamment la protection des musulmans locaux; cependant, ce régime se limita bien vite à une situation d'occupation militaire, le gouverneur de l'Alhmabra exerçant de fait le pouvoir civil dans le royaume.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]