Nouvion-sur-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nouvion-sur-Meuse
Nouvion-sur-Meuse
La mairie.
Blason de Nouvion-sur-Meuse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Intercommunalité CA Ardenne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Luc Claude
2020-2026
Code postal 08160
Code commune 08327
Démographie
Gentilé Nouvionnais, Nouvionnaises
Population
municipale
2 246 hab. (2018 en augmentation de 0,72 % par rapport à 2013)
Densité 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 02″ nord, 4° 47′ 45″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 250 m
Superficie 9,06 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Charleville-Mézières
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nouvion-sur-Meuse
(bureau centralisateur)
Législatives 1re circonscription des Ardennes
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Nouvion-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Nouvion-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nouvion-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nouvion-sur-Meuse
Liens
Site web http://www.nouvionsurmeuse.com/

Nouvion-sur-Meuse est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Nouvionnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Nouvion-sur-Meuse est un bourg périurbain ardennais de la vallée de la Meuse (fleuve) situé à 9 km au sud-est de Charleville-Mézières, 11 km à l'ouest de Sedan, 11 km de la frontière franco-belge, 85 km au sud de Namur, 95 km à l'ouest de Luxembourg et 73 km au nord-est de Reims.

La commune est desservie par la gare de Nouvion-sur-Meuse, sur la ligne de Mohon à Thionville, desservie par des trains TER Grand Est qui effectuent des missions entre les gares de Reims, ou de Charleville-Mézières, et de Sedan, ou de Longwy, et est marquée par les importantes installations de l'ex-triage de Lumes[1], qui triait en 1957 1770 wagons chaque jour[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est limité au sud par le fleuve la Meuse et ses zones humides.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nouvion-sur-Meuse est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nouvion-sur-Meuse, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[6] et 5 060 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charleville-Mézières, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (46,8 %), forêts (14,1 %), zones urbanisées (12,8 %), terres arables (10,6 %), eaux continentales[Note 3] (7,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,7 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville est membre depuis 2014 de la la communauté d'agglomération dénommée Ardenne Métropole, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé par la fusion de plusieurs anciennes intercommunalités et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1807 1812 Jean-Baptiste Lallement    
1935 décembre 1939 Albert Villemaux[14],[Note 4] PCF Cheminot aux ateliers de Lumes, résistant
Révoqué par le gouvernement Daladier à la suite de la signature du Pacte germano-soviétique
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 1979 Roger Villemaux[15] PCF Résistant, cheminot aux ateliers de Lumes
Conseiller général de Flize (1951 → 1958 et 1970 → 1994)
Chevalier de la Légion d’honneur
1979 mars 1983 Michel Medeau PCF  
mars 1983 mars 1989 Marcel Hulin PCF  
mars 1989 décembre 1999 Jacques Habran DVG Conseiller général de Flize (1994 → 1999[16])
Décédé en fonction
janvier 2000 mars 2001 Michel Droxler   Cheminot
mars 2001 En cours
(au 29 janvier 2021)
Jean-Luc Claude UDI Cadre
Vice-président d'Ardenne Métropole (2014 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[17],[18]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2018, la commune comptait 2 246 habitants[Note 5], en augmentation de 0,72 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
243258247293302293281308326
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
380372364335355330338364364
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
5829842 2202 4632 3752 4142 8912 9062 808
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 -
2 6272 3082 2562 1932 2352 2562 1962 246-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille le collège du Val de Meuse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Trail’lowen et la corrida de Nouvion-sur-Meuse animent la commune. Le ont eu lieu la 14e édition du Trail’lowen et la 19e corrida[23].

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise Rollinger, une société coopérative et participative, est en 2019 la dernière fonderie française de pièces de quincaillerie en fonte[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Villemaux, maire et résistant. D'autres résistants sont liés à la commune de Nouvion-sur-Meuse et y sont inhumés, notamment Armand Malaise[26]
  • Daniel Labille, évêque de Créteil y est né.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Nouvion-sur-Meuse

Les armes de Nouvion-sur-Meuse se blasonnent ainsi :

écartelé : au 1) et 4) d’argent au loup de sable, au 2) et 3) d’azur à la gerbe de blé d’or liée de sable[27].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. La place de l’hôtel de ville de Nouvion-sur-Meuse porte le nom de ce maire.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Collard (Photos), « Le triage de Lumes », Dépôt-triage, Rails ardennais, (consulté le ).
  2. Jean-François Troin, La voie ferrée Valenciennes-Thionville et l'expansion économique du Nord,article cité en bibliographie.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Nouvion-sur-Meuse », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. « Les maires de Nouvion-sur-Meuse », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  14. Didier Bigorgne, « VILLEMAUX Martin, Auguste, Albert : Né le 7 juin 1895 à Pontavert (Aisne), mort en déportation le 15 juin 1944 à Oranienburg (Allemagne) ; cheminot, peintre au dépôt de Lumes-triage (Ardennes) ; résistant ; militant communiste ; maire de Nouvion-sur-Meuse (Ardennes) de 1935 à 1939. », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  15. Didier Bigorgne, « VILLEMAUX Roger, Arthur : Né le 1er juillet 1921 à Bouligny (Meuse), mort le 11 octobre 1996 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; ouvrier métallurgiste, puis cheminot ; résistant et combattant volontaire ; syndicaliste CGT et militant communiste ; secrétaire fédéral du Parti communiste des Ardennes (1949-1965) ; maire de Nouvion-sur-Meuse (1959 à 1979) ; conseiller général des Ardennes (1951-1958, puis 1970-1994) », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  16. « Trois élections cantonales partielles », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Dominique Goût, « À Nouvion-sur-Meuse, le maire Jean-Luc Claude est candidat à un quatrième mandat : Il entend bien déployer la même énergie pour faire face à de nouveaux défis », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Jean Luc Claude entame son quatrième mandat à Nouvion-sur-Meuse », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Le Trail’lowen et la corrida de Nouvion-sur-Meuse approchent », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Mirko Spasic, « À Nouvion-sur-Meuse, la fonderie Rollinger, des immeubles haussmanniens aux Rimbaud du cinéma : Société coopérative et participative, Rollinger, dernière fonderie française de pièces de quincaillerie en fonte, devient mécène pour les Rimbaud du cinéma », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « L’ancienne cité cheminote de Nouvion-sur-Meuse cultive son passé », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Didier Bigorgne, « MALAISE Armand, [Homère] : Né le 19 novembre 1888 à Landrichamps (Ardennes), mort en mission le 4 janvier 1944 à Lonny (Ardennes) ; directeur d’école ; militant syndicaliste, secrétaire général de la section des Ardennes du SNI (1929-1940) ; militant socialiste ; résistant pendant la Seconde Guerre mondiale », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  27. Banque du Blason