Roland Oudot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roland Oudot
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Paris
Nationalité
Drapeau : France Française
Activités
Autres activités
décorateur de théâtre, illustrateur
Formation
Mouvement

Roland Oudot, né à Paris le 29 juillet 1897 est un peintre et lithographe français. Installé au 110, rue Caulaincourt, il réalisa aussi des gravures, des peintures murales, des décors de théâtre et des illustrations de livres. Il s'est suicidé à Paris le 17 juillet 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Oudot est élève à l'École nationale supérieure des arts décoratifs (où il sera plus tard lui-même enseignant), de 1912 à 1915, dans l'atelier d'Eugène Edouard Morand[1]. Il devient en 1915 l'assistant de Léon Bakst pour les Ballets russes (jusqu'à la mort de ce dernier en 1923), et c'est Bakst qui lui révèle la peinture de Paul Cézanne, Pierre Bonnard et Édouard Vuillard, les deux premiers appelés à exercer sur lui une influence durable[2]. Simultanément cependant, il est en 1919-1920 designer en meubles et en tissus pour Louis Süe et André Mare[3]. Influencé par la modernité picturale du début du XXe siècle, des fauves et des cubistes en particulier, son œuvre évolue vers un style emprunt de la tradition française du paysage, marquée par la figure de Jean-Baptiste Camille Corot.

Roland Oudot fait partie du groupe des peintres de la réalité poétique composé de sept autres artistes (Maurice Brianchon, Raymond Legueult (se liant d'amitié dès 1918 avec ces deux premiers qui seront ses deux co-exposants au Salon d'automne de 1919)[2], Christian Caillard, Jules Cavaillès, Roger Limouse, André Planson et Kostia Terechkovitch). Pour René Huyghe, ils sont alors « ceux qui ne veulent pas renoncer à plaire, ce don méprisé par le XXe siècle, par le sujet et les apparences, comme jadis, mais aussi par la libération des couleurs, ce don du présent »[4].

Roland Oudot participe en 1941 au voyage en Allemagne (à l'initiative d'Arno Breker) d'artistes parmi lesquels également Charles Despiau, Louis-Aimé Lejeune, Paul Landowski, Paul Belmondo, Kees Van Dongen, Maurice de Vlaminck, André Derain, Othon Friesz et André Dunoyer de Segonzac. Aux reproches qui lui en seront durablement faits, il répondra: « On s'est laissé entraîner parce qu'il nous avaient promis que nous ne verrions pas de personnalités politiques, que l'on ne verrait que des artistes, et qu'ils reverraient les artistes prisonniers. Oui, on n'aurait pas dû, parce qu'il y avait des gens qui souffraient, seulement il faut dire que c'était en 1941, nous ignorions complètement l'existence des camps »[5].

Roland Oudot, « dont tous les amis enviaient l'équilibre et la sérénité », s'est défenestré à quelques jours de ses 84 ans, le matin du 17 juillet 1981[6]. Inhumé à Honfleur, au cimetière de Vasouy[7], il nous reste fixé par une estampe de Maxime Juan, conservée au Musée d'art moderne de la ville de Paris, le représentant peignant dans son atelier[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fresques murales[modifier | modifier le code]

Tapisserie d'Aubusson[modifier | modifier le code]

  • L'air, 450x500cm, salle du conseil de la Chambre syndicale de la sidérurgie française, 5bis, rue de Madrid, Paris[10].
  • La cueillette, 175x233cm, ateliers Pinton.
  • Le bûcheron, 185x143cm, ateliers Pinton.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

Affiches[modifier | modifier le code]

Expositions particulières[modifier | modifier le code]

  • Galerie du Portique, Paris, 1924, 1925, 1927, 1929.
  • Galerie Carmine, Paris, 1925.
  • Valentine Gallery, New York, 1929.
  • Galerie Eugène Druet, Paris, janvier 1936.
  • Galerie Georges Wildenstein, Londres, 1936.
  • Galerie André Weil, Paris, 1951, 1959, novembre 1964.
  • Galerie Sagot Le Garrec, Paris, 1957, 1961, novembre 1973.
  • Galerie Recio, Paris, avril-mai 1961.
  • Rétrospective Roland Oudot, Musée des beaux-arts de Neuchâtel, juin-septembre 1963.
  • Galerie Saluden, Brest, 1965.
  • Galerie Motte, Genève, février 1966.
  • Galerie Knoedler, New York, 1967.
  • Galerie de Paris, Paris, octobre-novembre 1967, octobre-novembre 1972.
  • Roland Oudot, cinquante ans de peinture, Galerie des Granges, Genève, octobre-novembre 1973.
  • Galerie Guiot, Paris, 1976, mars 1979[11].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Il est un peintre de la terre et qui veut souvent la nature désolée, solitaire et statique. » - Bernard Dorival[17]
  • « L'œuvre de Roland Oudot est grave, mûre, déjà entrée dans la légende. » - Jean Bouret[18]
  • « L'œuvre de Roland Oudot ne se divise pas en époques, mais tout au plus en nuances. » - Henri Troyat[19]
  • « Ce peintre de la Réalité poétique a beaucoup puisé son inspiration dans la campagne provençale scandée par les verticales des cyprès et les horizontales des mas assoupis sous le soleil. Il est également sensible au décor rouge de Venise. Tous ces jeux de contrastes entre la fine lumière rose et le ciel d'outre-mer, ce lyrisme bien dompté, font de Roland Oudot un des peintres les plus recherchés parmi ceux qui sont restés fidèles à l'art figuratif. » - Gérald Schurr[3]
  • « Il s'est affiché comme un des meilleurs d'entre ceux qui connurent la difficulté d'affirmer une personnalité réelle dans leur temps en joignant radicalement le meilleur des inventions des audaces de la veille au fond des traditions. » - Jacques Busse[1]

Élèves[modifier | modifier le code]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Busse, Roland Oudot, Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 10, pages 453-454.
  2. a et b Ouvrage collectif, Les peintres de la réalité poétique, Éditions du Musée de l'Abbaye, 2012
  3. a et b Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  4. René Huyghe, Les contemporains, Éditions Pierre Tisné, 1945.
  5. Laurence Bertrand-Dorléac, Histoire de l'art : Paris : 1940-1944, ordre national, traditions et modernités, Publications de la Sorbonne, 1986.
  6. Jacques Michel, « Le peintre Roland Oudot vient de mourir à Paris », Le Monde, 20 juillet 1981
  7. Cimetières de France et d'ailleurs, Le cimetière de Vasouy, Honfleur, personnalités y reposant
  8. Maxime Juan, Roland Oudot dans son atelier, collections du Musée d'art moderne de la ville de Paris
  9. AgroParisTech, une longue histoire, histoire et patrimoine de l'I.N.A. (fresque Les moissons de Roland Oudot reproduite en dernière page)
  10. Chambre syndicale de la sidérurgie française, L'air, tapisserie signée Roland Oudot
  11. Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer et Jean Selz, L'année de la peinture, Calmann-Lévy, 1980, pages 35-36.
  12. Exposition de peinture française contemporaine', catalogue de l'exposition, Budapest, 1943
  13. Blandine Devun, La vie culturelle à Saint-Étienne pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1944), Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2005.
  14. Société des artistes méridionaux, Exposition d'art taurin présentée par la Pena de Bernui, catalogue de l'exposition, 1956
  15. Les amis de Jean Cocteau, présentation de l'exposition, Musée Jean-de-La-Fontaine, 2010
  16. Musée Daubigny, Le peintre et l'intime, présentation de l'exposition, 2016
  17. Bernard Dorival, Les peintres du vingtième siècle du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Éditions Pierre Tisné, 1957, page 164.
  18. Jean Bouret, Les Lettres françaises, 18 novembre 1964.
  19. Henri Troyat, Roland Oudot, Éditions Galerie des Granges, Genève, 1973.
  20. Palais des beaux-arts de Lille, Rolaand Oudot dans les collections
  21. Musée des beaux-arts de Nantes, Roland Oudot dans les collections
  22. Musée de l'Abbaye, présentation des collections, 2015
  23. Musée de l'abbaye, Falaises à Étretat, présentation de la toile
  24. National Gallery of Victoria, Roland Oudot dans les collections
  25. Musée national Zabana, histoire du musée et présentation des collections
  26. Art U.K., Cheltenham Art Gallery & Museum : Roland Oudot dans les collections
  27. Musée Boijmans Van Beuningen, Roland Oudot dans les collections
  28. Mead Art Museum, Roland Oudot dans les collections
  29. Dallas Museum of Art, Roland Oudot dans les collections
  30. Richard Maunier et Thierry Noudel-Deniau, commissaires-priseurs, Catalogue de la collection Maurice Brianchon, Hôtel des ventes de Toulon, 1, 8 et 9 avril 2013.
  31. Paul Morand, « Mes amis du groupe de la réalité poétique », Le Journal de Genève et La Gazette de Lausanne, mai 1994
  32. Fonds d'archives Louis-Jouvet, Bibliothèque nationale de France.
  33. Yves Leroux, « Portrait de François Mauriac à travers ses tableaux parisiens », Nouveaux cahiers François Mauriac, n°7, Grasset, 1999.
  34. Henry Barraud, évocation de Paul Paray dans Un compositeur aux commandes de la radio - Essai autobiographique, collection « Musique », Fayard/B.N.F., 2010.
  35. Wallace Stevens, Lettres à Paule Vidal, juin 1947, in Letters of Wallace Stevens selected and edited by Holly Stevens, University of California Press, 1996.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Thomas, Roland Oudot - Peintures, aquarelles, Éditions Au Portique, 1925.
  • Claude Roger-Marx, Drogues et peintures, album d'art contemporain : Roland Oudot, Éditions Laboratoires Chantereau, 1935.
  • Pierre Guéguen, Roland Oudot, Paris, Éditions Sequana (collection Les Maîtres de demain, no 7), 1943, 31 p.
  • Claude Roger-Marx, Peintres de l'entre-deux-guerres : Roland Oudot et André Planson, Éditions Formes et couleurs, 1943.
  • René Huyghe, Les contemporains, Éditions Pierre Tisné, 1945.
  • Gisèle d'Assailly, Avec les peintres de la Réalité poétique (un chapitre consacré à Roland Oudot), Juliard, 1949.
  • Claude Roger-Marx,, Roland Oudot, collection Peintres et sculpteurs d'hier et d'aujourd'hui, Éditions Pierre Cailler, Genève, 1952.
  • Bernard Dorival, Les peintres du vingtième siècle du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Éditions Pierre Tisné, 1957.
  • Claude Roger-Marx, Éloge de Roland Oudot, Éditions Manuel Bruker, 1958.
  • Raymond Nacenta, School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris sine 1910, Oldbourne Press, 1960.
  • Pierre Cabanne et Roland Oudot, Carnet de Provence, Éditions Bibliothèque des arts, Lausanne, 1963.
  • Pierre Cabanne, Le Midi des peintres, collection Tout par l'image, Éditions Hachette, 1964.
  • Pierre Cabanne, Roland Oudot, Éditions Galerie André Weil, 1964.
  • René Huyghe, de l'Académie française, et Jean Rudel L'art et le monde moderne, Larousse, 1970.
  • François Daulte, L’œuvre lithographique de Roland Oudot, tome 1, 1930-1958, introduction de Henri Troyat, Bibliothèque des arts, Paris, 1972, 138 p.
  • Henri Troyat, Roland Oudot, Galerie des Granges, Genève, 1973.
  • Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer et Jean Selz, L'année de la peinture, Calmann-Lévy, 1980.
  • Yves Leroux, « De l'imaginaire narratif de Henri Bosco à l'imaginaire plastique de Roland Oudot », Actes du IIe colloque international Henri Bosco (Nice, mai 1979), Éditions José Corti, 1981.
  • André Hambourg, « En hommage à Roland Oudot », revue Athéna sur la Touques, n°69b, septembre 1981.
  • François Daulte, Roland Oudot, catalogue raisonné, Bibliothèque des arts, Paris, 1986.
  • Laurence Bertrand Dorléac, Histoire de l'art. Paris. 1940-1944. Ordre National - Traditions et Modernités, préf. de Michel Winock, Paris : Publications de la Sorbonne, 1986, 542 p.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts & Images du Monde, 1992.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965, Éditions Ides et Calendes, 1993.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 1999.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire ne ligne).
  • Amélie Adamo, Luce Barlangue, Lydia Harambourg, Valérie Pugin, Les peintres de la réalité poétique, Éditions du Musée de l'Abbaye, Saint-Claude, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]