Christian Bérard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Bérard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation

Christian Jacques Bérard, couramment surnommé « Bébé »[1], est un peintre, illustrateur, scénographe, décorateur et créateur de costumes français, né le dans le 7e arrondissement de Paris, ville où il est mort le (à 46 ans) dans le 6e arrondissement[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Christian Bérard, dont le père André Bérard est architecte, est issu d'un milieu bourgeois[1]. Après des études au Lycée Janson-de-Sailly, il entre en 1920 à l'Académie Ranson. Il est influencé par Édouard Vuillard et Maurice Denis.

Carrière[modifier | modifier le code]

Christian Bérard expose ses œuvres pour la première fois en 1925 à la galerie Pierre. Jacques Bonjean et Pierre Colle, galeristes associés à Christian Dior, exposent régulièrement les œuvres de Bérard[1]. Il collabore par la suite avec Jean-Michel Frank, grande figure de l'Art déco, avec lequel il réalise des panneaux peints et des projets de dessin de tapis dont s'inspireront les couturiers Coco Chanel, Elsa Schiaparelli et Nina Ricci.

De 1926 (exposition à la galerie Eugène Druet) à 1930, il appartient au groupe d'artistes « néo-humanistes», défendu par le critique Waldemar George, avec notamment les frères Berman, Pavel Tchelitchev, Kristians Tonny et Joseph Floch[4].

Dès le début de sa carrière, il est attiré par le théâtre dont il deviendra l'un des principaux créateurs de décors et de costumes au cours des années 1930 et 1940. Il travaille dès 1930 en étroite collaboration avec Jean Cocteau et Louis Jouvet[1] pour lesquels il réalise entre autres les costumes et/ou les décors de La Machine infernale (1934), L'École des femmes (1935) La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux[5] (1945), Les Bonnes de Jean Genet (1947) et Dom Juan de Molière (1948), sa contribution la plus célèbre demeurant en 1946 la conception des décors et des costumes du film de Jean Cocteau, La Belle et la Bête. Après avoir collaboré ponctuellement avec Vogue, il débute en 1935 une relation de travail fidèle avec ce magazine, relation qui se poursuivra jusqu'à Noël 1948 peu avant sa mort[6]. Il est également proche de Carmel Snow du magazine de mode américain Harper's Bazaar pour lequel il réalise des illustrations. Il fera la couverture d'un prestigieux numéro hors série de l'édition française de Vogue, diffusé immédiatement après la Libération[7]. Il dessine d'un trait le célèbre Tailleur Bar peu après[8], et participe à la décoration de la nouvelle boutique Dior avenue Montaigne[1].

Bérard meurt en 1949 lors de répétitions au théâtre Marigny des Fourberies de Scapin[1]. Francis Poulenc compose un Stabat Mater à sa mémoire et Cocteau dédie à celui qu'il surnommait « Bébé » son film Orphée en 1950.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (16e division).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il formait avec l'écrivain Boris Kochno, rencontré aux Ballets russes de Monte-Carlo, un couple très en vue dans le monde théâtral et les milieux mondains. Tous deux, ils assurent la direction artistique du Théâtre de la Mode en 1945.

Principales créations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c, d, e et f Musée Christian-Dior Granville, Florence Müller et al., Dior, le bal des artistes, Versailles, ArtLys, , 111 p. (ISBN 978-2854954418, présentation en ligne), « « Bébé » ou Bérard Christian (1902 - 1949) », p. 20 à 21
  2. Archives de Paris 7e, acte de naissance no 814, année 1902 (avec mention marginale de décès)
  3. Fiche personnalités: Christian Bérard, Ciné-Ressources
  4. "Histoire de l'art" Germain Bazin, Massin éditeur 5e édition DL 1992
  5. La Folle de Chaillot, éditions Bibliothèque de la Pléiade, 1982, p.950
  6. William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson, , 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), p. 115
  7. William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson, , 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), p. 109
  8. Musée Christian-Dior Granville, Florence Müller et al., Dior, le bal des artistes, Versailles, ArtLys, , 111 p. (ISBN 978-2854954418, présentation en ligne), « Illustrateurs de mode », p. 69