Jean-Joseph Crotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Joseph Crotti
Frederick William MacMonnies, Albert Gleizes, Jean Crotti, Yvonne Chastel Crotti, Francis Picabia, Juliette Roche Gleizes, Marcel Duchamp, New York Tribune, 24 October 1915.jpg
« Des artistes français stimulent l'art américain », New York Tribune, 24 octobre 1915 (Jean Crotti en bas à gauche)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions

Jean-Joseph Crotti, né le à Bulle, en Suisse, et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un peintre et lithographe suisse de naissance, naturalisé français en 1927. Par son mariage avec Suzanne Duchamp, il était le beau-frère de Jacques Villon, Marcel Duchamp et Raymond Duchamp-Villon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cadet de trois enfants, Jean-Joseph Crotti passe son enfance dans un petit village de la Suisse francophone jusqu'au déménagement de sa famille à Fribourg. Son père, Charles Crotti (1847-1933) est entrepreneur-peintre en bâtiment.

Après des études secondaires au collège de Fribourg[1], il entre en 1896 à l'école des Arts décoratifs de Munich[2] et, en 1900, il est apprenti pour un décorateur de théâtre. L'année suivante, il s'inscrit à l'Académie Julian à Paris où ses maîtres sont Tony Robert-Fleury et Jules Lefebvre et où il côtoie Edgar Degas[3]. Il s'installe dans un petit atelier de la rue Pierre-Fontaine en 1902[1].

Influencé par le primitivisme et le fauvisme, puis intéressé par l'Art nouveau et l'orphisme, il s'essaie au cubisme à partir de 1912[4] et entre en relation avec le groupe d'artistes dit de « a Section d'or »[5],[6].

Cherchant une atmosphère moins pesante que celle de Paris au début de la Première Guerre mondiale, Crotti et sa femme, Yvonne Chastel, quittent la France pour les États-Unis. Ils s'installent à New York. Crotti fait la connaissance de Walter et Louise Arensberg, réputés collectionneurs d'art moderne et réunissant au cours de leurs soirées les artistes et intellectuels de l'avant-garde new-yorkaise. Se liant d'amitié avec Francis Picabia et partageant un atelier avec Marcel Duchamp, Jean-Joseph Crotti sent en lui une grande métamorphose esthétique et personnelle qu'il décrira dans le projet pour Dadaglobe : « 1915 Naissance de Jean Crotti 2 par autoprocréation et selfaccouchement et sans cordon ombilical. »

En , en compagnie d'œuvres de Duchamp, Albert Gleizes et Jean Metzinger, en la Montross Gallery de New York[7], Crotti expose trois constructions faites de verre peint, de métal et d'objets trouvés. L'une d'elles Portrait sur mesure de Marcel Duchamp - « exécuté en fil de fer sur le visage même de l'artiste à New York, analyse-t-on, ce portrait prouve l'attirance de Crotti pour l'esthétique industrielle propre au mouvement Dada »[8] - suscite la réprobation des critiques qui lui reprochent de se moquer du public.

En , il est de retour à Paris et tombe amoureux de Suzanne Duchamp, sœur de Marcel, tandis que celui ci commence une liaison avec Yvonne Crotti[9]. Jean et Yvonne divorcent le . Le premier épouse Suzanne Duchamp en 1919 et la seconde continue une vie maritale avec Marcel Duchamp tout en reprenant à partir de 1920 la liaison parallèle qu'elle a nouée depuis la fin de l'adolescence avec Marie Laurencin[9], sa condisciple à l'Académie Humbert[10].

En 1920, Crotti et Suzanne, ainsi que Picabia et Georges Ribemont-Dessaignes exposent au premier Salon des indépendants d'après-guerre. Il participe également à l'exposition Dada organisée par Tristan Tzara à la galerie Montaigne (Paris, ). Mais l'engagement de Crotti, soutenu par Suzanne, est ambivalent. Même si les plus récents tableaux (« Neurhastenie », « Laboratoire d'idées ») évoquent les « toiles mécaniques » de Picabia, André Salmon, critique anti-dadaïste à qui on a confié le texte du catalogue de l'exposition voit en Crotti un artiste voué à la tradition et à la restauration d'un art religieux. Ce que Crotti ne dément pas. Tout en se surnommant "Tabu-Dada" (ou "Dada-tabu"), il entérine sa rupture complète avec le mouvement de Tristan Tzara.

Exposé Salon d'automne de 1921, avec « Mystère acatène » Crotti veut marquer la naissance d'un nouveau mouvement Dada fortement empreint de mysticisme : « Tabu est une religion philosophique... Nous souhaitons par les formes, par les couleurs, par n'importe quel moyen, exprimer le mystère, la divinité de l'univers et de tous les mystères»[11]. Il est naturalisé français en 1927[12].

En 1937, Baigneuse, l'une de ses œuvres majeures, figure au Petit-Palais dans le cadre de l'exposition des Maîtres de l'art Indépendant[13]. De 1938 date son invention du « gemmail », technique de vitrail sans plomb permettant la superposition de verres colorés[14], par laquelle il obtient « la possibilité d'affirmer son sens chromatique ainsi qu'une tendance expressionniste longtemps refoulée »[8].

Jusqu'à sa mort, Jean-Joseph Crotti ne cessera de peindre. Dans les années 1950, il reprend les mêmes motifs de cercles et de trajectoires superposés de ses œuvres du début des années 1920 qu'il qualifie de « peinture cosmique ». Il meurt le même jour que son frère aîné André (chirurgien installé dans l'Ohio)[1], le , et repose au cimetière Saint-Léonard de Fribourg[15].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures et assemblages[modifier | modifier le code]

  • Le rêve, huile sur toile, 1914
  • Les Forces mécaniques de l'amour, mouvement, assemblage, 1916
  • Portrait sur mesure de Marcel Duchamp, assemblage, 1916
  • Neurhastenie, 1920
  • Idée en course de procession, 1920
  • Poésie sentimentale, 1920

Bibliophilie[modifier | modifier le code]

  • Jean Crotti, Courants d'air sur le chemin de ma vie - Tabu Dada - Poèmes et dessins, treize gravures sur cuivre de Jacques Villon d'après les dessins de Jean Crotti, soixante exemplaires numérotés, sans nom d'éditeur, 1941[16].

Écrits[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Montross Gallery, New York, 1915.
  • Galerie Bourgeois, New York, 1916.
  • Jean Crotti - Suzanne Duchamp, Galerie Montaigne, Paris, 1921[12].
  • Galerie Trémois, Paris, 1922.
  • Galerie Paul Guillaume, Paris, 1923[12].
  • Galerie Malik, Berlin, 1925[7].
  • Galerie Hodebert, Paris, 1926.
  • Galerie Danton, Paris, 1928.
  • Galerie de France, Paris, 1930, mai-juin 1942.
  • Galerie Balzac, New York, 1932.
  • Galerie Jeanne Castel, Paris, 1936.
  • Galerie Drouant-David, Paris, 1943.
  • Jean Crotti - Gemmaux, Galerie Raphaël Gérard, Paris, décembre 1945.
  • Jean Crotti - Gemmaux, Centre d'études supérieures, New York, janvier-février 1946.
  • Jean Crotti - Gemmaux - Centre culturel de l'Ambassade de France, New York, 1947.
  • Galerie Bignon, Paris, 1950.
  • Galerie de l'Institut, Paris, 1955.
  • Galerie de Berri, Paris, octobre 1955[18], 1956.
  • Musée Caccia, Lugano, 1955.
  • Musée d'Art et d'Histoire, Fribourg, 1955, juin-septembre 2008.
  • Jean Crotti - Gemmaux, Galerie d'art et lumière, Paris, 1956.
  • Musée Grimaldi, Antibes, 1957.
  • Jean Crotti - Rétrospective :peintures, gouaches, dessins, gemmaux, Musée Galliera, décembre 1959 - janvier 1960.
  • Jean Crotti, Serge Férat, Galerie Lucie Weill, Paris, janvier 1963.
  • Cordier and Ekstrom Gallery, New York, avril-mai 1970.
  • Galerie Gimpel et Hanover, Zurich, octobre-novembre 1974.
  • Tabu Dada - Jean Crotti et Suzanne Duchamp, 1915-1922, Kunsthalle de Berne, 1983 ; Philadelphia Museum of Art, novembre 1983 - janvier 1984[19].
  • Jean Crotti - Inhabiting abstraction, Francis M. Naumann Fine Art, New York, 2011[20],[21].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Crotti recourt aux contrastes de factures pour faire vivre sa surface, pour l'animer et pour l'intensifier. Il fait émaner ses figures d'un fond sombre. Il les immerge dans une ambiance opaque. Tantôt il met en valeur leur volume, leur densité, leur poids. Tantôt, il les traite comme des fantômes nocturnes, comme des vivions mentales. Mais quel que soit le style qu'il choisisse, Crotti transgresse les limites de la plastique, considérée comme une technologie. Il situe le motif pittoresque dans un plan poétique, irréaliste, fictif. Il exalte ses fictions, il leur confère une nouvelle éloquence. Il les extériorise par des moyens physiques et toujours propres à l'art de la peinture. » - Waldemar-George[26]
  • « Ses œuvres les plus curieuses sont d'inspirations cubistes. Il s'agit de femmes ou autres personnages dits "aux cristaux". Des bustes ou des têtes schématisés se détachent sur un fond formé de plans qui se chevauchent, se superposent et s'accumulent. Parfois, le lien entre le fond et le personnage est constitué par un éventail. Cet éventail a en commun avec le personnage le fait qu'on peut les identifier tous les deux, dire de l'un : "c'est un éventail", de l'autre : "c'est un personnage" ; et il a en commun ave le fond le fait qu'il se compose d'une série de plans. Mais il arrive que le jeu de plans se substitue au personnage qui disparaît alors complètement, tandis que le fond est formé par,une surface de couleur où les coups de pinceau donnés un peu partout produisent une légère impression de granulation. Dans d'autres cas, c'est l'éventail qui prend de l'importance : sa forme répétée et disposée de diverses façons finit par constituer le buste et les épaules du personnage, provoquant la même impression de surprise que les légumes ou les fruits utilisés par Giuseppe Arcimboldo. » - Revue Connaissance des arts[18]
  • « Tour à tour cubiste, dadaïste et non figuratif, Crotti n'a jamais cessé d'explorer les ressources du langage coloré. Ces recherches devaient aboutir en 1938 au "gemmail", une sorte de superposition de verres colorés dont le dessin n'était pas scandé par le plomb. » - Gérald Schurr[27]
  • « Après sa période Dada et concernant ensuite l'ensemble de son œuvre, il n'eut qu'un rôle effacé dans l'après-cubisme, encore que, à partir de 1920, il ait pour sa part donné à la construction rigoureuse et statique issue de cubisme, un double prolongement dans la dynamisation et dans l'abstraction des formes, et qu'il ait montré au long de sa carrière un sens chromatique de qualité. » - Jacques Busse[28]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Drapeau : France France[modifier | modifier le code]

Drapeau d’Israël Israël[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]

Espace public[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Jean Crotti », Documents Dada, 17 août 2011
  2. Sterne Pissarro Gallery, Jean Crotti
  3. a b c d e et f Davis Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord, Musée du Québec/Presses de l'Université de Laval, 1992, page 206.
  4. David Ebony, « Jean Crotti », Art in America, 9 octobre 2011
  5. Trevor Stark, « Jean Crotti », Leonard A. Lauder Research for Modern Art, novembre 2006
  6. Dictionnaire de la peinture, la Section d'or, Larousse, 2003
  7. a b et c Galerie Thessa Herold, Jean Crotti
  8. a et b Dictionnaire universel de la peinture, dictionnaires Le Robert, 1975, vol.2, page 124.
  9. a et b B. Meyer-Stabley, Marie Laurencin, p. 140, Pygmalion, Paris, 2011, (ISBN 978-2-7564-0430-1).
  10. Isaure de Saint-Pierre, Marie Laurencin, la féerie, Albin Michel, 2019.
  11. Extrait du tract distribué au cours du Salon d'automne, repris dans la revue The Little Review (1922).
  12. a b et c « Jean Crotti », Dictionnaire de la peinture, Larousse, 2003
  13. « Jean-Joseph Crotti le précurseur oublié » par Jean-Paul Gavard-Perret, 6 mai 2014.
  14. Kelley Elliott, A brief history of gemmaux, Corning Museum of glass
  15. Find a grave, Jean-Joseph Crotti, cimetière Saint-Léonard de Fribourg
  16. Librairie Abraxas-Libris, Jean Crotti
  17. « "Tabu" par Jean Crotti », Au temps de l'œil cacodylate, 16 septembre 2009
  18. a et b « Les expositions : Crotti - Femmes aux cristaux », Connaissance des arts, n°44, 15 octobre 1955, page 83.
  19. Philadelphia Museum of Art, Tabu Dada - Jean Crotti et Suzanne Duchamp, 1915-1922', présentation de l'exposition
  20. a et b John Yau, « Jean Crotti - Inhabiting abstraction », The Brooklyn Rail, avril 2011
  21. Holland Cotter, « Art in review : Jean Crotti - Inhabiting abstraction », The New York Times, 6 mai 2011
  22. Musée San Telmo, 1er Salon Biarritz - Saint-Sébastien, présentation de l'exposition, 1965
  23. Laurent Le Bon, « Dada », Centre Georges-Pompidou, octobre 2005
  24. Musée Pierre-Noël, Approche du cubisme - Les héritiers de Braque, présentation de l'exposition, 2013
  25. Centre Pompidou-Metz, Couples modernes, présentation de l'exposition, 2018
  26. Waldemar-George, Crotti, Éditions Graphis, 1930.
  27. Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 213.
  28. a et b Jacques Busse, « Jean Crotti », Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.4, pages 120-121.
  29. Museum of Modern Art, Jean Crotti dans les collections
  30. Philadelphia Museum of Modern Art, Jean Crotti dans les collections
  31. Philadelphia Museum of Art, "Portrait de Marcel Duchamp" dans les collections
  32. Manufacture des Gobelins, Jean Crotti dans les collections
  33. Mobilier national, Jean Crotti dans les collections
  34. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "La partie de thé" dans les collections
  35. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Parfums de toilette" dans les collections
  36. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Le Clown" dans les collections
  37. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Virginité en déplacement" dans les collections
  38. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "O = T" dans les collections
  39. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Tschuchigniagui" dans les collections
  40. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Architecture universelle" dans les collections
  41. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Laboratoire d'idées" dans les collections
  42. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "La mariée dévissée" dans les collections
  43. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Mouvement cosmique" dans les collections
  44. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Naissance d'une aube légère" dans les collections
  45. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Voyage cosmique" dans les collections
  46. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Deux femmes au long cou" dans les collections
  47. Musée d'Art Moderne de la ville de Paris, "Trois têtes" dans les collections
  48. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Voyage océanique" dans les collections
  49. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Maternité" dans les collections
  50. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Bouquet" dans les collections
  51. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "La joie de vivre" dans les collections
  52. Musée d'Art moderne de la ville de Paris, "Les Univers et le Créateur" dans les collections
  53. Musée d'Israël, Jean Crotti dans les collections
  54. Tate Modern, Jean Crotti dans les collections
  55. Association Duchamp-Villon-Crotti, Jean Crotti

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]