Jean-Gabriel Daragnès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Gabriel Daragnès
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Gabriel Daragnès est un peintre et graveur français né le à Bordeaux, mort le à Neuilly-sur-Seine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe Jean-Gabriel Daragnès, Cimetière Saint-Vincent, Paris.jpg

Jean-Gabriel Daragnès était un peintre, graveur, un éditeur et illustrateur de livres, notamment d'ouvrages que l'on désigne désormais communément sous le vocable d'illustrés modernes. Au premier chef de ses réalisations, figurent entre autres une édition remarquée de Suzanne et le Pacifique de Jean Giraudoux, La Chanson de Roland (1932), ou encore La Ballade de la geôle de Reading d'Oscar Wilde (gravures sur bois, 1917). Il a collaboré, en tant que directeur artistique, à la maison d'édition Emile-Paul Frères, qui lui doit nombre de ses plus belles réussites (il a également collaboré aux éditions de La Banderole et à celles de la Sirène principalement en tant que directeur artistique et maître typographe). Il a été peintre de la Marine de 1933 jusqu'en 1942.

Daragnès avait installé son atelier avenue Junot, à Montmartre, en 1925, en finançant ce projet grâce à une vente de ses plus belles réalisations antérieures. Ce lieu a vu passer les meilleurs prosateurs du temps (Pierre Mac Orlan, Supervielle, Giraudoux), ainsi que les illustrateurs associés à cette période dorée des livres illustrés par l'estampe (Gus Bofa, Dignimont, Chas Laborde, Dunoyer de Ségonzac, Carlos-Reymond, André Villeboeuf...). Louis Ferdinand Céline, ami personnel de Daragnès, fréquenta également l'atelier.

Les ouvrages édités en son atelier portent au colophon, en plus de la marque du « Cœur fleuri » la devise latine : Insita cruce, cor floret, empruntée à la légende de Tristant et Iseult.

Outre ses gouaches (notamment de voyages, et principalement maritimes), Jean-Gabriel Daragnès est avant tout un virtuose des gravures au burin sur acier ou cuivre, sur bois et de l'estampe en général. Il figure parmi les meilleurs illustrateurs d'ouvrages de littérature illustrée de la première moitié du vingtième siècle. Par exemple, en 1945, il illustre le recueil de Noël Bureau Rigueurs visible ici

Jean-Gabriel Daragnès fit partie de l'exposition Les chefs-d'œuvre des illustrateurs contemporains (avec Albert Decaris, Bernard Buffet, Michel Ciry, Gabriel Dauchot, Jacques Houplain, André Minaux, Pierre-Yves Trémois) organisée par le Comité national de livre illustré français au Musée-bibliothèque de Toulon en mai 1957. Une exposition lui a été consacrée en 2007 aux Musées de Sens. D'autre part, l'écrivain Baptiste-Marrey, qui fut son apprenti typographe, a dirigé en 2001 un ouvrage collectif qui lui est consacré.

Peintre de la Marine française en 1933, illustrateur (ouvrages de littératures), éditeur, peintre.

Principaux livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • Charles-Louis Philippe, Marie Donadieu, Mornay, collection Les Beaux Livres, 1921
  • André Salmon, L'Amant des Amazones, Éditions de la Banderole, 1921
  • Wolfang Goethe, Faust, Éditions de la Roseraie, 1924
  • Jean Giraudoux , Visite chez le Prince, frontispice,Paris, Émile-Paul Frères, 1924
  • Pierre Mac Orlan, Marguerite de la nuit, Émile-Paul Frères, 1925
  • Tristan Dereme, Caprice, frontispice, Émile-Paul Frères, 1930
  • Jules Renard, Poil de Carotte, Les éditions Prétextes, 1939
  • Henri de Régnier, 3 Contes à soi-même (livre unique manuscrit avec calligraphie de Guido Colucci), Paris, 1940.
  • Rainer Maria Rilke, Chant de l'amour et de la mort duu cornette Christoph Rilke, Émile-Paul Frères, 1940
  • Georges Champeaux, La Grande Messe des Morts de Hector Berlioz, plaquette pour Columbia Pathé-Marconi, 1944
  • Seize Signatures pour une, plaquette pour les parfums Carrère, 1946

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999, tome 4, pages 242 et 243. Ce dictionnaire précise qu'il ne faut pas retenir une information courante mais erronée qui donnait Jean-Gabriel Daragnès né à Guéthary.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Montfort, « La belle-enfant » ou l'amour à 40 ans, collection Le Livre de demain n° XXIV, Arthème Fayard, avec 27 bois originaux de Daragnès [circa 1925].
  • Maximilien Gauthier, Bernard Nebout et Émile-Henry Tilmans, André Lhote, František Kupka, Jean-Gabriel Daragnès, Société des artistes rouennais et de Normandie / Les Affiches de Normandie, 1949.
  • Jean-Pierre Crespelle, Montmartre vivant, Hachette, 1964. Voir p. 66, 180 et 235.
  • Baptiste-Marrey (s./dir.), Jean-Gabriel Daragnès, Les amis du vieux Villeneuve, 2001.
  • Jean-Gabriel Daragnès (1886-1950) : un artiste du livre à Montmartre, Éditions du Linteau / Musées de Sens, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]