Henri Troyat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Henri Troyat
Description de cette image, également commentée ci-après

Henri Troyat dans les années 1990.

Nom de naissance Lev Aslanovitch Tarassov
Naissance
Moscou (Empire russe)
Décès (à 95 ans)
Paris (France)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
Roman, essai, biographie, théâtre

Œuvres principales

Henri Troyat (né[1] Lev Aslanovitch Tarassov ; en russe moderne : Лев Асланович Тарасов[2]), né à Moscou (Empire russe) le , mort à Paris (France) le [3], est un écrivain français d'origine russe. Dans son livre de souvenirs Un si long chemin, paru en 1976, il confirme clairement l'origine arménienne de ses deux parents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Troyat quitte la Russie avec sa famille en 1917 après la Révolution d’octobre[4]. Il fait toutes ses études en France, au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. Il obtient ensuite une licence en droit.

Il devient rédacteur à la préfecture de la Seine en 1935. La même année, son premier roman, Faux Jour, reçoit le prix du roman populiste. En 1938, il obtient le prix Goncourt pour son roman L'Araigne. En 1940, il commence une grande épopée inspirée de ses souvenirs de Russie, Tant que la Terre durera (sept tomes), suivi d'autres suites romanesques et de nombreux romans.

Au cours de sa carrière particulièrement prolifique de romancier et de biographe, il écrit plus d'une centaine d'ouvrages. Il est élu membre de l'Académie française en 1959, au fauteuil 28 succédant à Claude Farrère.

En 1974, il apparaît dans Italiques pour débattre avec Nella Bielski de la rentrée littéraire[pertinence contestée][5].

Henri Troyat est décédé à Paris dans la nuit du 2 au 3 mars 2007, à l'âge de 95 ans. Une cérémonie religieuse a eu lieu le 9 mars à la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, avant son inhumation au cimetière du Montparnasse. Son épouse est décédée en 1997.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Tombe d'Henri Troyat au cimetière du Montparnasse

Condamnation pour plagiat[modifier | modifier le code]

En 2003, Henri Troyat et les éditions Flammarion ont été condamnés pour plagiat (« contrefaçon partielle » est le terme juridique) concernant sa biographie de Juliette Drouet, la maîtresse de Victor Hugo, publiée en 1997[6]. La cour d'appel de Paris les a condamnés à verser 45 000 euros de dommages-intérêts à Gérard Pouchain et Robert Sabourin, auteurs du livre Juliette Drouet ou la Dépaysée (éditions Fayard, 1992). Henri Troyat s'est pourvu en cassation, puis s'est désisté. L'Académie française, contrairement à ses statuts (article 13), n'a pas pris de sanction contre son Immortel, âgé de 85 ans au moment du plagiat.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • La Fosse commune (1939)
  • Le Jugement de Dieu (1941)
  • Le Geste d'Ève (1964)
  • Les Ailes du diable (1966)

Biographies[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Essais, voyages, divers[modifier | modifier le code]

  • Les Ponts de Paris, illustré d'aquarelles (1946)
  • La Case de l'oncle Sam (1948)
  • Sébastien (1949)
  • De gratte-ciel en cocotier (1955)
  • Sainte Russie, réflexions et souvenirs (1956)
  • Le Fauteuil de Claude Farrère, discours à l'Académie française (1959)
  • La Vie quotidienne en Russie au temps du dernier tsar (1959)
  • Naissance d'une dauphine (1960)
  • Un si long chemin (1976)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom de plume a été officiellement légalisé.
  2. En arménien moderne, son nom serait Լևոն Ասլանի Թորոսյան Levon Aslani T'orosyan.
  3. Le lundi 5 mars 2007, date de l'annonce de la mort de l'écrivain par la presse, certaines sources indiquent qu'il est mort « dans la nuit de vendredi à samedi », soit la nuit du 2 au 3 mars, tandis que d'autres indiquent le 4 mars. L'Académie française confirme qu'il s'agit du 2 mars : Site de l'Académie française.
  4. Universalia 2008 - La politique, les connaissances, la culture en 2007
  5. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 13 septembre 1974
  6. « Plagiat : Minc, Macé-Scaron et autres scandales », lemonde.fr, 15 avril 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :