Louis Berthomme Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Louis Berthomme Saint-André
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions

Louis Berthomme Saint-André, né le à Barbery (Oise), et mort le à Paris, est un peintre, lithographe et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nature morte non datée de Louis Berthommé Saint-André donnée aux musées de Saintes en 2018

Louis Berthomme Saint-André passe sa petite enfance à Saintes, et entre comme élève architecte chez Georges Naud, responsable des monuments historiques de la Charente Inférieure (devenue Charente-Maritime) puis, en 1921, il est l'élève de Fernand Cormon et de Jean-Paul Laurens à l'École des beaux-arts de Paris[1].

Médaille d'argent au Salon des artistes français où il expose de 1924 à 1929, il obtient aussi une bourse du gouvernement de l'Algérie[2].

Il est lauréat du Prix Abd-el-Tif en 1925 et est alors le plus jeune pensionnaire de la villa à Alger. Ami de Jean Launois, outre ses portraits reconnus, il peint Alger et la Kasbah. Ses études de femmes rappellent celles d'Eugène Delacroix, mais si son inspiration lumineuse est due au soleil algérien, sa touche est plus cézannienne que purement orientaliste. Il repart d'Algérie en 1928, pour y revenir en 1931.

Auteur de nombreuses illustrations et affiches, il peint notamment, outre ses toiles algériennes, des paysages de Haute-Provence, et d'Île-de-France. Il est considéré comme le plus moderniste des peintres Abd-el-Tif de sa génération. Il a dessiné des illustrations érotiques pour des œuvres de Paul Verlaine, Guillaume Apollinaire, Charles Baudelaire, Denis Diderot, Voltaire, Alfred de Musset, Jean-Louis Miège, etc.

Comme André Hambourg, il entre dans la Résistance, et collabore à Vaincre. Il voyage en Afrique subsaharienne en 1970, au Sénégal comme coopérant artistique. Il meurt subitement à son domicile parisien le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

Fresques murales[modifier | modifier le code]

  • Entrée de la Direction, École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
  • Lycée Charlemagne, Paris, Notre-Dame et les quais de Seine, 1952.
  • Escalier de la Faculté de Poitiers.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Villa Abd-el-Tif, Alger, 1922.
  • Galerie Armand Drouand, Paris, 1928.
  • Galerie Bareiro, Paris, 1937.
  • Galerie Colinne, Oran, 1950.
  • Musée des beaux-arts, Poitiers, 1952.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Ses peintures alertes et hautes en couleur dans leur pétillante sensualité, au style volontairement rétro, sont essentiellement axées sur le thème d'aguichantes jeunes filles, aimablement provocantes, à demi-nues dans leur boudoir. » - Gérald Schurr[3]
  • « Il a peint de nombreux paysages animés, paysages urbains, paysages de Provence, des vues de ports, mais il fut surtout peintre de figures, peintre de femmes, femmes de tous milieux, de préférence jeunes et allurées, qu'il surprenait volontiers dans les occupations de leur intimité. Il a peint aussi les femmes de spectacle et celles de plaisir, qu'il saisissait volontiers dans les éclairages violents de la scène et des bars. » - Dictionnaire Bénézit[1]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.2, page 215.
  2. a et b Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 124
  3. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Archives nationales de France, F21/6725 Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Pierre Mazars (préface de Georges de Caunes), Les œuvres d'art du paquebot France, Livror, 1969.
  • René Huyghe de l'Académie française et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, Larousse, 1970.
  • Michel Droit, Berthomme Saint-André, Éditions de la Revue moderne, 1981.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Ides et Calendes, 1993.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996 Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Élisabeth Cazenave, La villa Abd-el-Tif : un demi-siècle de vie artistique en Algérie, 1907-1962, Paris, Association Abd-el-Tif, (ISBN 2-950-98611-0).
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999 Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Radiophonie[modifier | modifier le code]

  • Louis Berthomme Saint-André, « interview à propos du Salon de la peinture à l'eau dont il est le président », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 27 mai 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]