Louis Berthomme Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Louis Berthomme Saint-André
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Louis Berthomme Saint-André, né le à Barbery (Oise), et mort le à Paris, est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Berthomme Saint-André passe sa petite enfance à Saintes, et entre comme élève architecte chez Georges Naud, responsable des monuments historiques de la Charente Inférieure (devenue Charente-Maritime) puis, en 1921, il est l'élève de Fernand Cormon et de Jean-Paul Laurens à l'École des beaux-arts de Paris.

Il est lauréat du Prix Abd-el-Tif en 1925[1]. Ami de Jean Launois, outre ses portraits reconnus, il peint Alger et la Kasbah. Ses études de femmes rappellent celles d'Eugène Delacroix, mais si son inspiration lumineuse est due au soleil algérien, sa touche est plus cézannienne que purement orientaliste. Il repart d'Algérie en 1928, pour y revenir en 1931.

Auteur de nombreuses illustrations et affiches, il peint notamment, outre ses toiles algériennes, des paysages de Haute-Provence, et d'Île-de-France. Il est considéré comme le plus moderniste des peintres Abd-el-Tif de sa génération. Il a dessiné des illustrations érotiques pour des œuvres de Verlaine, Apolinaire, Baudelaire, Diderot, Voltaire, Musset, Jean-Louis Miege, etc.

Comme André Hambourg, il entre dans la Résistance, et collabore à Vaincre. Il voyage en Afrique subsaharienne en 1970, au Sénégal comme coopérant artistique. Il meurt subitement à son domicile parisien le .

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il en fut le plus jeune pensionnaire.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Archives nationales de France, F21/6725

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Cazenave, La villa Abd-el-Tif : un demi-siècle de vie artistique en Algérie, 1907-1962, Paris, Association Abd-el-Tif, (ISBN 2-950-98611-0).