Société des peintres-graveurs français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Société des peintres-graveurs français
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège
Pays

La Société des peintres-graveurs français est une société d'artistes graveurs[1] créée en 1889[2], d'abord sous l'intitulé des Peintres-graveurs français, avant de prendre, en 1891, son nom actuel[3].

Elle est actuellement hébergée 10 rue de Buci, dans les locaux de la galerie Sagot-Le Garrec.

Historique[modifier | modifier le code]

La société est créée en janvier 1889 par Félix Bracquemond avec son ami Henri Guérard, et sous le parrainage de Philippe Burty, préfacié de la première exposition organisée aux galeries Durand-Ruel du 23 janvier au 14 février[4]. Une deuxième (mars 1890), troisième (avril 1891), quatrième (avril 1892) et cinquième exposition (avril 1893) suivent chez Durand-Ruel, sous le parrainage de Roger Marx et Henri Beraldi, entre autres[5].

Cette société s'inscrit dans la lignée de plusieurs sociétés savantes dédiées à la promotion notamment de l'eau-forte, par exemple la Société des aquafortistes (1862-1867) fondée par Alfred Cadart, avec la complicité entre autres d'Alphonse Legros, et qui eut un impact sensible sur l'édition d'estampes au niveau européen en invitant de nombreux artistes de toutes origines. Le , Francis Seymour Haden cofonde à Londres la Society of Painter-Etchers, devenue la Royal Society of Painter-Printmakers, qui inspire à son tour Félix Bracquemond et ses amis[6].

Son premier président, en 1889, en est Bracquemond qui sera président d'honneur l'année suivante ; elle compte alors parmi ses membres Mary Cassatt ou Camille Pissaro.

Elle change de nom en 1891, compte alors 43 membres, et invite à chaque exposition des artistes étrangers. En avril 1897, la 6e exposition présente les travaux de ses membres à La Bodinière, puis cesse d'exposer sur Paris. En février-mars 1906, la 7e exposition prend place au Grand Palais ; en décembre 1907, elle revient chez Durand-Ruel ; en décembre 1908, elle investit la galerie Devambez, qui organise les expositions jusqu'en 1913[7].

En , pour sa 4e exposition chez Durand-Ruel, elle invite sa consœur, la Royal Society of Painters-Etchers[8].

Depuis 1927, et après un passage chez Durand-Ruel en 1922, elle expose chaque année à la Bibliothèque nationale, avec des interruptions, puis devient biennale à partir de 1970. En 1980, elle comptait 38 membres[7].

Auguste Rodin, Eugène Carrière, Jean-Louis Forain, Albert Besnard, Auguste Lepère, Jacques Beltrand, Édouard Goerg, André Dunoyer de Segonzac ou Roger Vieillard l’ont également présidée[9].

La 71e édition s'est tenue en à la mairie du 6e arrondissement de Paris[10].

Membres de la société[modifier | modifier le code]

Liste des sociétaires lors du 80e anniversaire de la Société, selon Les Peintres graveurs français (1969)[9], sauf mention, et avec les anciens présidents :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On appelait peintre-graveurs les graveurs qui créaient leur propres composition, au contraire des graveurs de reproduction.
  2. Notice d'autorité collective du catalogue général de la BNF.
  3. Dictionnaire de la peinture, sous la direction de Michel Laclotte, éditions Larousse (ISBN 2035053900).
  4. (BNF 41298790).
  5. Troisième exposition, 1891, catalogue de la galerie Durand-Ruel — sur Gallica.
  6. (en) Joseph Winkelman, « A brief history of the Royal Society of Painter-Printmakers », sur artmondo.net (consulté le ).
  7. a et b Janine Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France (1830-1950), Paris, Arts et métiers du livre/Flammarion, 1985, p. 365-366.
  8. La Gravure française : essai de bibliographie par François Courboin et Marcel Roux, Paris, M. Le Garrec, 1927, p. 207 — sur Gallica.
  9. a et b Les Peintres graveurs français. 80e anniversaire, 1969.
  10. Annonce en ligne, sur mapado.com.
  11. La Chronique des arts et de la curiosité du 21 février 1891, p. 59 — sur Gallica.
  12. Dans Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains. Notice biographique (1924), « Maison Ehret, G. Ruffy, successeur, éditeur ».
  13. Montmartre-Montparnasse Gallery, « Édouard Goerg ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]