Jacques de Lacretelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacretelle.
Jacques de Lacretelle
Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques de Lacretelle, avant 1934

Naissance
Cormatin
Décès (à 96 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Jacques de Lacretelle, né le au château de Cormatin à Cormatin (Saône-et-Loire) et mort le , est un écrivain français. Il est l'arrière-petit-fils de Jean-Charles de Lacretelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec son père, consul général, Jacques de Lacretelle passa son enfance à Salonique, Alexandrie et Florence mais après la mort de celui-ci il fut élevé par son grand-père Pierre-Henri de Lacretelle. Après avoir fait des études au lycée Janson-de-Sailly avec, pour professeur, le jeune agrégé André Bellessort, il poursuivit ses études à l'Université de Cambridge.

Pendant la Première Guerre mondiale, il ne peut rester sur le front pour des raisons de santé et se consacre alors à la littérature. Ami de Marcel Proust, André Gide, Anatole France, Marcel Rivière, il commence sa carrière littéraire en 1920 en faisant publier La Vie inquiète de Jean Hermelin, à l'âge de 32 ans. Il habite le parc de Maisons-Laffitte en 1921. Il y restera de juin à octobre au 2 avenue La Fayette dans Le Pavillon des Charmes. Une plaque en marbre rappelle ce lieu aux promeneurs. Il publie Silbermann en 1922 aux éditions Gallimard qui obtient le prix Femina[2] et sera traduit en dix langues.

En 1929 il obtient le Grand Prix de L'Académie française pour L'amour nuptial et de 1932 à 1935 il écrit Les Hauts-Ponts en quatre volumes qui décrit la décadence d'une famille sur trois générations.

Il a fait partie de la rédaction du journal des Croix-de-feu, Le Flambeau ; il était membre du Parti social français.

Il est élu le à l'Académie française, le même jour que l'amiral Lacaze et le futur cardinal Grente. Il y restera pendant plus de quarante-huit ans et en deviendra le doyen d'élection dans les quinze dernières années de sa vie à la mort de François Mauriac en 1970.

Il fut membre du Comité de direction de l'Association du Foyer de l’Abbaye de Royaumont.

En outre, il joua un rôle prépondérant lors de la renaissance du Figaro, à la Libération. Après avoir été un des cinq membres de l'équipe Brisson, il fut administrateur de la Société fermière du Figaro de 1950 à 1969, dont il fut président-directeur général, du Figaro littéraire et de la S. A. Le Figaro.

D'un naturel pessimiste, l'auteur écrit sans se soucier des conventions, notamment dans son roman La Bonifas (homosexualité féminine) et dans son chef-d'œuvre Silbermann , récit d'une amitié entre un lycéen protestant et un autre élève, juif, particulièrement brillant et orgueilleux, mais soumis à de croissantes brimades.

Sans évidemment être soupçonnable d'antisémitisme, théorie que son roman réfute activement en maints endroits, Lacretelle semble parfois sensible aux théories pseudo-ethnologiques de Gobineau, auxquelles il fait référence avec quelque distance dans un récit de voyage : « Que ce copieux métissage ait abouti à un avorton contrefait et prompt à l'imitation autant qu'un singe, voilà qui eût enchanté Gobineau » (Le Demi-Dieu ou le voyage de Grèce, Paris, Grasset, 1930, I, p. 18). On y trouve également d'autres passages sur l'Italie fasciste.

En 1973, il devient propriétaire du célèbre Château d'Ô, dans l'Orne avec son épouse née Yolande Jacobé de Naurois (1912-1991).

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1920 : La Vie inquiète de Jean Hermelin (Grasset)
  • 1922 : Silbermann (Gallimard) — Prix Femina
  • 1925 : La Bonifas (Gallimard)
  • 1925 : Mélanges sur l'amour et les livres, terminés par un envoi (Gallimard)
  • 1926 : Trébuchet. Mort de la jalousie (La Lampe d'Aladin)
  • 1926 : Lettres espagnoles (Gallimard)
  • 1926 : Quatre études sur Gobineau (La Lampe d'Aladin)
  • 1927 : Aparté. Colère. Journal de colère. Dix jours à Ermenonville (Gallimard)
  • 1927 : Aperçus (Marcelle Lesage)
  • 1927 : Rêveries romantiques. Dix jours à Ermenonville. Le rêveur parisien (Stendhal)
  • 1927 : Virginie, ou les manies (Champion (Édouard))
  • 1927 : Le Christ aux bras étroits (Eos)
  • 1928 : D'une colline. Quatre jours à Bayreuth (Les Cahiers Libres)
  • 1928 : L'Âme cachée, nouvelles, (Gallimard)
  • 1928 : Quatre nouvelles italiennes (Lemarget)
  • 1928 : Album napolitain (Hazan)
  • 1928 : Études (Librairie Picard)
  • 1929 : Histoire de Paola Ferrani (Flammarion)
  • 1929 : Le Retour de Silbermann (Gallimard)
  • 1929 : Amour nuptial (Gallimard) — Grand prix du roman de l'Académie française
  • 1930 : À la rencontre de France (Trémois)
  • 1930 : Le Demi-dieu ou le Voyage en Grèce (Grasset)
  • 1930 : Pressentiments (Les Quatre Chemins)
  • 1931 : Luce, ou l'enfance d'une courtisane (Trémois)
  • 1932 : Les Hauts Ponts. I. Sabine (Gallimard)
  • 1933 : Les Hauts Ponts. II. Les fiançailles (Gallimard)
  • 1934 : Les aveux étudiés (Gallimard)
  • 1935 : Les Hauts Ponts. III. Années d'espérance (Gallimard)
  • 1935 : Les Hauts Ponts. IV. La monnaie de plomb (Gallimard)
  • 1936 : L'Écrivain public (Gallimard)
  • 1936 : Qui est La Roque ? (Flammarion)
  • 1936 : Discours de réception à l'Académie Française
  • 1937 : Haute-Plainte, traduction avec son épouse Yolande, du roman anglais d'Emily Brontë dont le titre en langue originale est Wuthering Heights. On le trouve aussi traduit en français sous les titres Les Hauts de Hurlevent, Les Hauts des Tempêtes, Hurlemont
  • 1938 : Morceaux choisis (Gallimard)
  • 1939 : Croisières en eaux troubles, carnets de voyage (Gallimard)
  • 1940 : Le Canada entre en guerre. Choses vues (Flammarion)
  • 1941 : L'Heure qui change (Le Milieu du monde)
  • 1945 : Libérations (Brentano's)
  • 1946 : Idées dans un chapeau (Le Rocher)
  • 1946 : Le Pour et le Contre (Le Milieu du monde)
  • 1949 : La Vie privée de Jean Racine
  • 1953 : Une visite en été, pièce en quatre actes (Gallimard)
  • 1953 : Deux cœurs simples (Gallimard)
  • 1958 : Paris. Présentation de Jacques de Lacretelle. Photos de Jacques Boulas (Hachette)
  • 1959 : Les Maîtres et les Amis. Études et souvenirs littéraires (Wesmael-Charlier)
  • 1959 : Le Tiroir secret (Wesmael-Charlier)
  • 1963 : La Galerie des amants, Anthologie de lettres d'amour (I) (Librairie académique Perrin)
  • 1964 : L'Amour sur la place, Anthologie de lettres d'amour (II) (Librairie académique Perrin)
  • 1964 : Portraits d'hier et figures d'aujourd'hui (Librairie académique Perrin)
  • 1974 : Journal de bord (Grasset)
  • 1977 : Les vivants et leur ombre (Grasset)
  • 1981 : Quand le destin nous mène (Grasset)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) http://oxfordindex.oup.com/view/10.1093/acref/9780198661252.013.2547
  2. Le roman fera également partie de la liste des douze romans retenus dans le Grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle en 1951.

Liens externes[modifier | modifier le code]