Galerie Charpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’art image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant l’art et Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La galerie Charpentier est une ancienne galerie d'art ancien et moderne installée à Paris, 76 rue du Faubourg-Saint-Honoré. Le lieu est aujourd'hui le siège de Sotheby's France.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1802, le comte d'Orglandes fait bâtir un hôtel particulier au 76 rue du Faubourg-Saint-Honoré dans le 8e arrondissement de Paris, à l'angle de la rue Duras (presque en face du palais de l'Élysée). En 1821, il le vend au colonel d'Andlau d'Orvillers. À une date inconnue, l'hôtel devient la propriété de la famille Mouthier-Dehayin. Le collectionneur Jean Charpentier succède à cette famille et, peu à peu, le public est admis à visiter les collections dans une galerie aménagée dans la cour d'honneur. Dès 1924, une exposition sur Géricault y est organisée par Jean Charpentier.

Après la dissolution de la société des Galeries Georges Petit, les ventes aux enchères de prestige ont lieu « en l'Hôtel de Jean Charpentier ». D'autres expositions sont organisées dans ces lieux comme « Réalités Nouvelles » en 1939[1]. En 1941, une exposition posthume des œuvres d'Émile Bernard est proposée au public parisien. En 1948 Raymond Nacenta devient propriétaire de la galerie, et de nouvelles expositions et ventes aux enchères mémorables y sont organisées.

Au début des années 1960, la ville de Paris consent aux commissaires-priseurs parisiens des conditions avantageuses pour la location du Palais Gallièra qui devient le lieu à la mode pour les vacations prestigieuses d'objets d'art. Par la suite, les anciens locaux de la galerie Charpentier furent le siège parisien de la société Fives-Lille[2], qui montra sa maîtrise de l'utilisation de l'acier en installant à la place de la galerie des bureaux particulièrement standardisés.

À la fin des années 1980, les pièces sur la rue du Faubourg étaient louées à Pierre Cardin qui y installa un restaurant.

Implantée à Paris depuis 1967, la société de vente aux enchères Sotheby's choisit en 1988 cet immeuble pour y installer ses bureaux parisiens[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

De 1942 à 1965, la galerie Charpentier eut une politique d'exposition assez ambitieuse et novatrice.

Expositions ayant donné lieu à la publication d'un catalogue[4] :

  • 1924 : Géricault
  • 1925 : Art ancien espagnol
  • 1927 : Georges Michel
  • 1928 : La jeunesse vue par les maîtres français et étrangers du XVIe au XIXe siècle
  • 1929 : Jean Helleu
  • 1930 : Madeleine de Lyée de Belleau[5]
  • 1931 : Anna Quinquaud
  • 1932 : Florimond Météreau
  • 1933 : Marguerite Jeanne Carpentier[6]
  • 1934 : Maîtres anglais du XVIIIe siècle[7]
  • 1934 : Section française de la Biennale de Venise
  • 1935 : L'art de la gravure en Angleterre et en France de 1660 à 1860
  • 1936 : Raymond Moisset
  • 1938 : Roger Bezombes
  • 1938 : Jean Dries
  • 1939 : Réalités Nouvelles
  • 1942-1943 : Fleurs et Fruits depuis le Romantisme
  • 1943 : André Dignimont
  • 1943 : L’Automne
  • 1943 : Scènes et figures parisiennes
  • 1944 : L’aquarelle romantique et contemporaine
  • 1944 : La vie familiale
  • 1945 : L’aquarelle
  • 1945 : Paysages d’eau douce
  • 1945 : Paysages de France
  • 1945 : Portraits français
  • 1946 : Cent chefs d’œuvres des peintres de l’École de Paris
  • 1946 : La vie silencieuse
  • 1946 : Art suisse contemporain
  • 1947 : Beautés de la Provence
  • 1947 : Paysages d’Italie
  • 1947 : K.X. Roussel
  • 1947 : Maillol
  • 1948 : Dunoyer de Segonzac
  • 1948 : Claude Lepape
  • 1948 : Estampes en couleurs, du XVIe siècle à nos jours
  • 1948-1949 : Danse et divertissements
  • 1950 : Cent portraits de femmes
  • 1950 : Émile Bouneau
  • 1950 : André Villeboeuf
  • 1950 : Rétrospective Othon Friesz
  • 1950 : Autour de 1900
  • 1952 : Salon des Tuileries
  • 1952 : Cent portraits d'hommes du XIVe siècle à nos jours
  • 1952-1953 : Cent tableaux d'art religieux du XIVe siècle à nos jours
  • 1953 : Figures nues d’École française depuis les maîtres de Fontainebleau[8]
  • 1953 : L'art sacré
  • 1952 : Célébrités françaises
  • 1954 : Le pain et le vin
  • 1954 : Plaisirs de la campagne
  • 1954 : École de Paris
  • 1955 : Découvrir
  • 1955 : École de Paris
  • 1956 : L’œuvre de Vlaminck
  • 1956 : École de Paris
  • 1956 : Art suisse contemporain
  • 1956 : Un siècle de chemin de fer et d'art
  • 1957 : École de Paris
  • 1957 : Cent chefs-d’œuvre de l’art français, 1750-1950
  • 1957 : Prix Greenshields
  • 1958 : École de Paris
  • 1958 : Cent tableaux de Modigliani
  • 1958 : Cent tableaux de 1944 à 1958 par Bernard Buffet
  • 1959 : Cent tableaux d’Utrillo
  • 1959 : Cent tableaux de Soutine
  • 1959 : Trésors d'art précolombien
  • 1959 : Van Dongen : œuvres de 1890 à 1948
  • 1960 : Cent tableaux de collections privées : de Bonnard à de Staël
  • 1960 : Cent œuvres de Gauguin
  • 1960 : Dunoyer de Segonzac (50 années de peinture)
  • 1961 : Henri Rousseau dit « le Douanier »
  • 1961 : Cent tableaux de Jacques Villon
  • 1962 : Célébrités françaises
  • 1962 : Les Fauves
  • 1963 : Tony Agostini
  • 1963 : Jardins de France
  • 1963 : Trésors des musées bulgares depuis le Xe siècle avant Jésus-Christ
  • 1964 : Le surréalisme
  • 1964 : Les Gemmaux de Pablo Picasso
  • 1964-1965 : Pettoruti : cinquante ans de peinture
  • 1965 : Jardins et Fleurs
  • 1965 : Rouault : peintures inconnues ou célèbres

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette exposition organisée par Yvanhoé Rambosson et Frédo Sidès est une préfiguration du premier Salon des réalités nouvelles de 1946. Voir Domitille d'Orgeval, « Salon des Réalités Nouvelles : les années décisives, de ses origines (1939) à son avènement (1946-1948) », thèse sous la direction de Serge Lemoine, université Paris IV-Sorbonne, 2007.
  2. En 1984, cette société céda son droit au bail à un antiquaire, mais cette cession fut contestée par les propriétaires ; voir en dernier lieu l'arrêt de rejet de la 3e chambre civile de la cour de cassation, en date du 14 novembre 2007, no 06-16063.
  3. Voir sur sothebys.com.
  4. Parfois une simple feuille.
  5. Un catalogue, très rare, semble avoir été imprimé avec un texte d'Yvanhoé Rambosson.
  6. Du 18 novembre au 3 décembre 1933.
  7. Organisé par la marquise de Ganay, avril-mai 1934.
  8. Les artistes exposant sont Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, André Minaux, Gaston Sébire et Paul Aïzpiri.

Voir aussi[modifier | modifier le code]