Musée Toulouse-Lautrec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Toulouse-Lautrec
Albi palais berbie.JPG

L'entrée du musée

Informations générale
Visiteurs par an
212 238[1] (2012)
Site web
Collections
Nombre d'objets
Art dédié principalement aux œuvres d'Henri de Toulouse-Lautrec
Bâtiment
Article dédié
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Palais de la Berbie
Place Sainte Cécile
81003 Albi Cedex
Coordonnées
Localisation sur la carte du Tarn
voir sur la carte du Tarn
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi est un musée d'art consacré principalement aux œuvres d'Henri de Toulouse-Lautrec, né à Albi, et installé dans le palais de la Berbie. Accueillant près de 175 000 visiteurs par an, il se place parmi les premiers musées d’occitanie en termes de fréquentation.

Historique et cadre[modifier | modifier le code]

Au salon de la rue des Moulins, œuvre majeure d'Henri de Toulouse-Lautrec, Musée Toulouse-Lautrec, Albi.

Situé dans le centre historique d'Albi, à proximité de la cathédrale Sainte-Cécile avec laquelle il forme un ensemble architectural de briques rouges unique au monde, le palais de la Berbie est une puissante forteresse du XIIIe siècle, résidence des évêques d'Albi jusqu'en 1905, date à laquelle il devient propriété du département du fait de la loi de séparation des Églises et de l’État.

À la mort de Lautrec, en 1901, ses parents, dépositaires de son œuvre, cherchèrent à en faire donation à un musée. Devant le refus des musées parisiens, sa mère, la comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec, proposa ce don à la ville d'Albi. Nourrissant depuis plusieurs années l'idée de fonder un musée, et disposant des locaux désormais désaffectés du palais, la mairie accepte la donation. Mais, avec la Première Guerre mondiale, le projet prend du retard et c'est finalement le 30 juillet 1922 que s'ouvrent les premières salles d'exposition.

Le musée connaît un important programme de restructuration de 2001 à 2012. Après 3 mois de fermeture, le musée rouvre ses portes au public le [2].

Les collections s'étalent sur un rez-de-chaussée et deux étages. Parmi les salles, le cabinet des dessins abrite les fragiles dessins et lithographies.

Les collections[modifier | modifier le code]

À la suite de la donation de la comtesse Adèle, le musée est dépositaire de l'œuvre du peintre. Avec plus de mille œuvres, tableaux, lithographies, dessins et affiches (réalisées notamment pour des cabarets), il possède la plus grande collection dédiée à Toulouse-Lautrec au monde[3].

Le musée possède trente-et-une affiches ainsi que plus de deux cents lithographies évoquant la Belle Époque.

Ainsi, il retrace l'ensemble de l'œuvre de l'artiste de sa première composition sur les chevaux, L'artilleur sellant son cheval (1879), jusqu'à sa dernière toile, Un examen à la faculté de Paris en passant par des œuvres majeures comme Au salon de la rue des Moulins ou l'affiche Moulin rouge - La Goulue.

Outre ce fonds considérable, le musée d'Albi présente des collections d'art ancien ou d'art moderne, d'amis ou de contemporains d'Henri de Toulouse-Lautrec, mais aussi d'artistes ayant vécu à Paris pendant l'entre-deux-guerres.

Dans la collection d'art ancien on retient L'église Santa-Maria della salute à Venise de Francesco Guardi, qui provient de la collection du cardinal de Bernis, deux exceptionnelles représentations de saints par Georges de La Tour ainsi que des œuvres de peintres tels Luca Giordano (Le départ de Jacob de chez Laban) et le portraitiste Hyacinthe Rigaud. Pour ce qui est de l'art moderne le musée présente notamment des tableaux d'Émile Bernard, Édouard Vuillard, Pierre Bonnard, Maurice Denis, Félix Vallotton, Henri Matisse et Georges Rouault.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. "Palmarès des musées 2013" in L'Œil, été 2013
  2. Albi rouvre son musée Toulouse-Lautrec, Le Figaro, 1er avril 2012.
  3. « Collections du Musée Toulouse-Lautrec », Musée Toulouse-Lautrec (consulté le 21 octobre 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :