Jean Joyet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Joyet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ColombesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Maître
Mouvement
Conjoint

Jean Joyet, né le à Saint-Victurnien et mort le à Colombes, est un peintre, graveur, lithographe et sculpteur français de l'École de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études classiques au lycée Gay-Lussac de Limoges (Haute-Vienne) où il se lie d'amitié avec l'helléniste Jean Plaud, qui deviendra professeur au Collège de France, Jean Joyet entre en 1938 à l'École des beaux-arts de Paris, puis participe comme officier à la Seconde Guerre mondiale.

Reçu au concours de l'École des beaux-arts de Paris après la guerre, il est admis dans les ateliers du peintre Jean Dupas et de René Jaudon pour la lithographie.

L'influence espagnole[modifier | modifier le code]

Lauréat du prix de la Casa de Velázquez, Jean Joyet séjourne pendant deux ans à Madrid, de 1951 à 1952[1]. Ce séjour, où il perfectionne sa connaissance du castillan qu'il parle couramment, ainsi que son admiration pour Goya influencent profondément son œuvre de peintre et de graveur. Ses paysages et scènes de corridas, mais aussi ses caricatures d'hommes politiques français gravées sur cuivre, témoignent de cette influence.

En 1951, Jean Joyet épouse une artiste peintre condisciple des Beaux-Arts, Marcelle Deloron. Il est sélectionné pour le Prix Drouant-David de la Jeune Peinture en 1955[2].

Le peintre et le sculpteur[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, Jean Joyet peint des maternités, des enfants, des nus, et se consacre de plus en plus à la sculpture.

Il est lié aux autres peintres de la « Jeune peinture » de l'École de Paris, notamment Louis Vuillermoz, Jean-Pierre Alaux, Geoffroy Dauvergne et Maurice Boitel, dans le groupe duquel il exposait au Salon Comparaisons avec Paul Collomb, Noe Canjura, Daniel du Janerand, Louis Vuillermoz et André Vignoles.

Il a un atelier de 1952 à 1965 au no 17 rue Paul-Albert, et de 1952 à 1984 au no 7 rue Bachelet à Paris.

Jean Joyet meurt le à Colombes[3].

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Carnets d'Espagne (1951-1966), 73 reproductions de peintures et aquarelles exécutées lors de ses séjours en Espagne, éditions de Vialoube, 1993, (ISBN 2877880117).
  • Jean Berteault, La Jeune Fille et la Mort, L'Amitié par le Livre, 1980.
  • Marcel Aymé, Le Passe-muraille, édition de 1987.

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition collective à la Maison des beaux-arts, 1949.
  • Galerie Cardo Matignon, avenue Matignon, Paris 8e, 1957[2].
  • Galerie la belle Gabrielle, à l'occasion de la réouverture le , au no 3 rue Norvins à Paris.
  • Galerie Norval, no 14 rue des Beaux-Arts, Paris 6e, 1959 (avec Philippe Cara Costea et André La Vernède), 1962.
  • Exposition organisée à l'occasion des États généraux du désarmement, Cercle Volney, Paris, mai 1963.
  • Galerie Falvart, no 60 boulevard Malesherbes, Paris 8e, février-.
  • Galerie Dauphine, place Dauphine, Paris, les arthropodes, 1968.
  • Paris, Biennale de sculpture, Formes humaines, 1980.
  • Paris, Espace Cardin, La couleur dans la rue, .
  • Paris, Fondation Taylor, peintures et sculptures, rétrospective-hommage, .
  • Saint-Victurnien, du au , œuvres de Jean Joyet et de Marcelle Deloron, avec le concours de la municipalité et l'Association Jade.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En Espagne
En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il fait partie de la 22e promotion artistique, en compagnie de Louis Vuillermoz, Jean-Louis Viard, Pierre-Yves Trémois, Paul Collomb, Georges Cinquini, Paul Guimezanès, François Marcepoil, Marc Perrin, José Raussel, Josette Raynal et André Roger.
  2. a b et c Éric Mercier, Années 50 - La Jeune Peinture, tome II, Panorama de la Jeune Peinture, ArtAcatos, 2010, « Jean Joyet » pp. 228-229.
  3. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  4. Musée San Telmo, 1er Salon Biarritz - San Sebastian, présentation de l'exposition, 1965

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Univers des Arts, [réf. incomplète].
  • Yvette Joye, Michelle Seurière, Pierre Cailler, « Jean Joyet », Art-documents, no 240, École Française no 155, Genève, édition P. Cailler, 1967.
  • Le peintre l'officiel des peintres et graveurs - guide du collectionneur, bimensuel, n°?, 1967.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éd. André Roussard, 1999, p. 331.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999, vol.7, p. 625.
  • Éric Mercier, Années 50 - La Jeune Peinture, tome II : Panorama de la Jeune Peinture, Éditions ArtAcatos, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]