Rue de la Pompe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Rue de la Pompe (métro de Paris).

16e arrt
Rue de la Pompe
Image illustrative de l’article Rue de la Pompe
Croisement avec la rue de Longchamp.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Muette
Porte Dauphine
Début 100, avenue Paul-Doumer
Fin 41, avenue Foch
Morphologie
Longueur 1 690 m
Largeur 15 m
Historique
Ancien nom Route départementale no 10
Géocodification
Ville de Paris 7544
DGI 7587

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Pompe
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de la Pompe est une voie située dans les quartiers de la Muette et de la Porte-Dauphine du 16e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Constituant l'une des plus longues rues de l'arrondissement, elle croise notamment l’avenue Victor-Hugo et l’avenue Henri-Martin.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue doit son nom à la pompe qui fournissait l'eau au château de la Muette.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie, qui est présente à l'état de chemin sur le plan de Roussel de 1730, longeait les murs du château de la Muette, puis traversait la plaine de Passy.

Avant l'annexion à Paris de la commune de Passy, et par décret du 25 juillet 1851, cette voie faisait partie de la route départementale no 10.

La partie qui était comprise entre l’avenue Foch et la rue Pergolèse a pris le nom de « rue Duret » en 1868 :

« Napoléon, etc.,
sur le rapport de notre ministre secrétaire d’État au département de l'Intérieur,
vu l'ordonnance du 10 juillet 1816 ;
vu les propositions de M. le préfet de la Seine ;
avons décrété et décrétons ce qui suit :
Article 12. — La partie de la rue de la Pompe comprise entre les avenues de la Grande-Armée et de l'Impératrice, prendra le nom de rue Duret ;
etc.
Article 17. — Notre ministre secrétaire d'État au département de l'Intérieur est chargé de l'exécution du présent décret.
Fait au palais de Fontainebleau, le 10 août 1868[1]. »

Le début de l’avenue Jules-Janin a été classé par décret du puis incorporé à la rue de la Pompe au droit du no 12.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 10 : le compositeur Alfred Bruneau y vit entre 1910 et 1924. Une plaque lui rend hommage.
  • No 25 : ancien fleuriste Orève, ouvert après la construction de l'immeuble (par l'architecte Lecourtois), en 1911. La devanture, trois arcades revêtues de briques vernissées avec des mosaïques représentant des motifs végétaux, est restée identique. Des serres se trouvaient autrefois à l'arrière de la boutique. Orève est fermé en 1987[2] et devient un restaurant, Bon, aménagé par Philippe Starck[3]. La façade sur rue et la devanture sont inscrites MH par arrêté du 23 mai 1984[4].
  • No 31 : lycée Gerson, établissement d’enseignement catholique.
  • No 52 : ici s'établit en 1897 l'école de la Providence. L'établissement a pourtant une origine plus ancienne. En 1816, Madame Royale fonde une école et un pensionnat sur la paroisse Saint-Roch, faisant venir des religieuses de la Providence de Portieux. Les travaux d'Haussmann autour de l'Opéra les exproprient. Elles s'installent rue du Mail puis, en 1886, 28, rue des Marronniers (16e arrondissement). En 1895, elles achètent un terrain rue de la Pompe et s'y installent deux ans plus tard, construisant l'actuel bâtiment, qui compte une chapelle au rez-de-chaussée. En vertu de la loi de séparation des Églises et de l'État, les religieuses sont chassées de l'école le 31 août 1907. En 1908, l'Association des pères et mères de famille (APMF) leur succède, les sœurs « sécularisées » pouvant assurer la direction et les cours. En 1929, l'artiste-décoratrice Lucie Roisin réalisa une frise en Lap pour la nouvelle chapelle de la Providence construite cette année-là. En 1953 sont bâtis le bâtiment Saint-Joseph et le préau, puis jusqu'en 1960, le gymnase, le premier étage et la terrasse. En 1955, l'école cesse d'être un pensionnat. En 1966, elle s'unit avec l'Institut de la Tour (situé 86, rue de la Tour), qui s'occupe de l'enseignement secondaire alors que l'école de la Providence s'occupe de la maternelle et du primaire (auparavant, l'école de la Providence assurait les cours entre la classe primaire et la classe de philosophie). Quittant son poste en 1981, sœur Lucile est la dernière religieuse à diriger l'école. Depuis 2005, le diocèse a la tutelle de l'école, qui est dirigée par une directrice laïque, les sœurs de la Providence continuant toutefois à vivre dans des bâtiments mitoyens. De 200 élèves en 1910, l'école passe à 400 en 1933, 800 en 1961 et 760 élèves sur 25 classes en 2016[5].
  • No 73, au croisement avec l’avenue Henri-Martin : la mairie de l'arrondissement.
  • No 83 : la tragédienne Caroline-Eugénie Segond-Weber y vécut. Une plaque lui rend hommage.
  • No 89 : François Mauriac s'installe ici en juillet 1913 jusqu'en 1931[6]. L'actrice Brigitte Bardot[7], ainsi que Jacques Attali[8], y vécurent également. Le résistant Pierre Brossolette y tint une librairie entre 1940 et 1942.
  • Nos 94 à 116 : la façade ouest du lycée Janson-de-Sailly.
  • No 115 : le maréchal Joseph Joffre y vécut ; une plaque lui rend hommage. La romancière russe Irène Némirovsky y a également habité, après avoir fui la Russie bolchévique en 1919[9].
  • No 180 : ici s'établit en 1944 un centre de torture de la police allemande ; plus de 300 résistants y ont été torturés[10].
  • No 183 : c’est devant cet immeuble, où se trouve son domicile, que Luchino Revelli-Beaumont, directeur général de Fiat-France, est enlevé le 13 avril 1977 par un « groupuscule prétendument révolutionnaire[11] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MM. Alphand, A. Deville et Hochereau, Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques.
  2. « Ancien fleuriste Orève », www.patryst.com (consulté le 25 décembre 2017).
  3. Emmanuel Rubin, « Ces trente tables qui ont changé le goût de Paris », Le Figaroscope, semaine du mercredi 20 au 26 décembre 2017, p. 10-11.
  4. Base Mérimée.
  5. « Historique », www.la-providence-passy.com, 17 mai 2016.
  6. Jean-Luc Barré, François Mauriac, biographie intime, t. I : 1885-1940, Éditions Fayard, 2009 (ISBN 978-2-213-62636-9), p. 219 et 450.
  7. Marie-Dominique Lelièvre, Brigitte Bardot. Plein la vue, Flammarion, 2012, 352 p. (ISBN 978-2081246249), p. 15.
  8. Marie-Dominique Lelièvre, Jacques Attali. Plein la vue, Flammarion, 2012, p. 15.
  9. « 2013 DU 243 Attribution à une voie de la dénomination “allée Irène Némirovsky” (15e) », paris.fr, consulté le 20 juin 2018.
  10. Marie-Josèphe Bonnet, Tortionnaires, truands et collabos. La bande de la rue de la Pompe, 1944, Éditions Ouest-France, (ISBN 978-2-7373-6042-8).
  11. « Trente ans après : les secrets d’un enlèvement », Le Monde, 28 décembre 2007.