Musée du Domaine départemental de Sceaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de l'Île-de-France
Parc de Sceaux2.jpg

Le château de Sceaux où est installé le musée du Domaine départemental de Sceaux

Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
34 342 (2003)
36 444 (2004)
36 439 (2005)
39 089 (2006)
93 311 (2007)[1]
Site web
Collections
Collections
Peinture
Nombre d'objets
9 500 estampes, 2 500 dessins, 400 toiles, 80 000 photographies
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Château de Sceaux
92330 Sceaux
Coordonnées
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée du Domaine départemental de Sceaux est un musée appartenant au Conseil général des Hauts-de-Seine, installé dans le château de Sceaux, où sont exposées des œuvres relatives à l'histoire de l'Île-de-France, ainsi qu'à celle du domaine de Sceaux.

Il a reçu le label « musée de France »[2].

Connu depuis sa création (1937) sous le nom de musée de l'Ile-de-France, il a été rebaptisé en 2013.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le musée a été créé en 1937 par l'ancien département de la Seine qui acheta le domaine en 1923. Le fonds initial du musée a été constitué à partir des collections régionales du musée Carnavalet.

Le musée évoque le riche passé de la région parisienne en présentant des peintures, des céramiques et du mobilier. Son but est de montrer le patrimoine artistique et archéologique ainsi que l'histoire de la région parisienne du XVIIe siècle au XIXe siècle.

Le pavillon de l'Aurore fait partie du parcours de visite du musée du Domaine départemental de Sceaux. Construit au début des années 1670 pour Jean-Baptiste Colbert, alors propriétaire du domaine, sa coupole remarquable a été peinte par Charles Le Brun. Elle illustre le thème de l'aurore.

Peintures[modifier | modifier le code]

L'essentiel du fonds concerne le paysage au XIXe siècle : près de 400 toiles[3] dont la plupart sont issues du musée Carnavalet. Parmi ces toiles, on trouve notamment des œuvres d'Albert Lebourg, de Georges Michel, de Jean-Victor Bertin, de Constant Troyon, de Paul Huet...

L'art du XVIIIe siècle est représenté par plusieurs tableaux de François de Troy et certains de ses contemporains comme Hubert Robert.

Le musée conserve l'une des plus importantes collections d'œuvres de la jeune peinture de l'École de Paris (années 1945-1970) dont trois tableaux de Maurice Boitel achetés par l'État, sept œuvres de Jürg Kreienbühl et d'autres œuvres de Maurice Utrillo, Henri Le Sidaner, Maximilien Luce ou encore André Lhote et Guillemette Morand. Il conserve également une partie de la donation Jean Fautrier (avec le Musée d'art moderne de la ville de Paris) et un important fonds d'art graphique (près de 9 500 estampes et 2 500 dessins, parmi lesquels des dessins de James Forbes et de Jean-Baptiste Oudry et des gravures de Jean-Baptiste Corot, Honoré Daumier et Auguste Lepère[4]), qui pour des raisons de conservation n'est pas exposé.

Photographies[modifier | modifier le code]

La collection comporte quelque 950 tirages d'Eugène Atget, 80 de Félix Martin-Sabon ainsi que des tirages de Charles Lansiaux et de Bruno Braquehais[5].

Directeurs du musée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Veille Info Tourisme, p. 121. Consulté le 22 mai 2010.
  2. Notice no 9207101, base Muséofile, ministère français de la Culture.
  3. Geneviève Lagardère, « L'Île-de-France vue par les peintres », dans Dossier de l'art, no 169 « Le domaine de Sceaux », décembre 2009, p. 54-59.
  4. Geneviève Lagardère, « Les dessins : un patrimoine original », dans Dossier de l'art, no 169 « Le domaine de Sceaux », décembre 2009, p. 70-73.
  5. Muriel Bouchami-Paquelet, « Les photographies : entre document et objet d'art », dans Dossier de l'art, no 169 « Le domaine de Sceaux », décembre 2009, p. 80-82.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]