La Reine morte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Reine morte
Auteur Henry de Montherlant
Nb. d'actes 3
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Gallimard
Date de parution 1942
Nombre de pages 255
Date de la 1re représentation en français 8 décembre 1942
Lieu de la 1re représentation en français Comédie-Française
Metteur en scène Pierre Dux
Rôle principal Jean-Louis Barrault
(le roi Ferrante),
Madeleine Renaud
(Inès de Castro)

La Reine morte est une pièce de théâtre d'Henry de Montherlant écrite en 1942 et représentée pour la première fois le à la Comédie-Française dans une mise en scène de Pierre Dux avec Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud. Dans les années soixante le rôle d'Inès de Castro fut interprété avec talent par Geneviève Casile, sociétaire de la Comédie-Française (mise en scène Pierre Dux puis Pierre Franck), rôle qu'elle a également interprété pour la télévision dans une réalisation de Roger Iglésis.

C'est une des pièces les plus connues de l'auteur, qui développe le thème classique de l'amour contrarié par la raison d'État.

Cette pièce est librement inspirée de l'histoire des rois de Portugal Alphonse IV et Pierre Ier et d'Inés de Castro, d'après le drame espagnol Reinar después de morir (Régner après sa mort), de Luis Velez de Guevara[1].

Argument[modifier | modifier le code]

Les principaux personnages en sont le roi Ferrante, son fils Pedro qu'il cherche à marier à l'infante de Navarre, et Inès de Castro, mariée en secret à Pedro, et attendant même un enfant de lui. C'est une pièce dans laquelle la prose est intimement liée à la poésie.

L'infante, blessée dans son orgueil par le prince Pedro, se prend d'affection pour la douce Inès, tandis que celle-ci ne vit que pour Pedro, et refuse d'être sauvée par l'infante en abandonnant le prince.

Rien ne laisse présager l'issue de la pièce.

Jugements[modifier | modifier le code]

Adaptations et mises en scène[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Robichez, Le Théâtre de Montherlant, SEDES, 1973, p. 63 à 66.