Ray Traylor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ray Traylor
Big Boss Man.jpg

Ray Traylor en 1999.

Données générales
Nom de naissance
Ray Traylor
Nom de ring
Big Boss Man
Big Bubba Rogers
Nationalité(s)
Naissance
Décès
(à 41 ans)[1]
Dallas, Géorgie[1]
Taille
6 6 (1,98 m)[2]
Poids
337 lb (153 kg)[2]
Catcheur mort
Fédération
Entraîneur
Ted Allen[3]
Carrière pro.

Raymond Traylor (né le à Marietta (Géorgie) et mort le à Dallas (Géorgie)) est un catcheur (lutteur professionnel) américain. Il est plus connu pour son travail à la World Wrestling Federation/Entertainment (WWF puis WWE à partir de 2002) ainsi qu'à la World Championship Wrestling (WCW) sous le nom de Big Boss Man et incarne sur le ring un gardien de prison, métier qu'il a auparavant exercé. Durant sa carrière, il remporte le championnat poids-lourds de l'Universal Wrestling Federation (en) puis vers la fin des années 1990 il obtient à quatre reprises le championnat hardcore de la WWF ainsi que le championnat du monde par équipe de la WWF. Il meurt le 22 septembre 2004 après avoir fait une crise cardiaque. Il entre au Hall of Fame de la WWE à titre posthume en 2016.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts (1986-1988)[modifier | modifier le code]

Traylor est gardien de la prison du Comté de Cobb en Géorgie[4]. Il décide de devenir catcheur et commence à la Mid-Atlantic Championship Wrestling (en), une fédération travaillant dans les Carolines et en Géorgie, le 12 janvier 1986 où il perd face à The Barbarian (en)[4],[5]. Il est alors un jobber et se retrouve mis en valeur après que Tully Blanchard lui inflige une slingshot suplex pendant un match[6]. Il change alors de nom de ring pour celui de Big Bubba Rogers et devient le garde du corps des Midnight Express (en)[6].

La Mid-Atlantic Championship Wrestling envoie Big Bubba Rogers à l'Universal Wrestling Federation (en) (UWF) après le rachat de cette fédération en 1987[6]. Il y devient champion poids lourd de l'UWF le 19 avril après sa victoire sur One Man Gang[7]. Il garde ce titre jusqu'au 11 juillet où il perd face à Steve Williams[8].

World Wrestling Federation (1988-1993)[modifier | modifier le code]

Slick qui est le manager du Big Boss Man à la fin des années 1980.

En 1988, la World Wrestling Federation (WWF) engage Traylor et lui demande d'incarner le Big Boss Man, un catcheur gardien de prison[6]. Il a Slick (en) comme manager remporte la plupart de ses combats rapidement[6]. Une de ses victoires notable de cette période est celle face à Koko B. Ware au cours de SummerSlam le 29 août[9].

World Championship Wrestling (1993-1998)[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté la WWF en 1993, Traylor a eu un bref passage à la All Japan Pro Wrestling avant de retourner aux États-Unis et de travailler pour la World Championship Wrestling. Traylor était à l'origine connu comme The Boss, mais les représentants de la WWF jugeaient que le personnage était trop proche de celui que Traylor avait à la WWF et forçait ainsi la WCW de le changer sous peine de lourdes poursuites. Résultat, Traylor devenait le Guardian Angel. Il rivalisait avec Big Van Vader pour la majeure partie de 1994. Bientôt, Traylor revenait à son personnage initial de Big Bubba. Big Bubba battait Sting à Uncensored en mars 1995.

Big Bubba joignait la faction des Dungeon of Doom avant de finalement s'en aller à la nWo. Cependant, une lacune dans le contrat de Bubba le forçait de quitter la nWo (selon la storyline). Bubba devenait ainsi face une fois de plus et commençait à catcher sous son vrai nom - Ray Traylor. Il se joignait fréquemment avec les Steiner Brothers pendant cette période. Il débutait une feud avec la nWo, battant plusieurs membres de la nWo comme Scott Hall, Curt Hennig, et Vincent.

World Wrestling Federation/Entertainment (1998-2003)[modifier | modifier le code]

The Big Boss Man sur le devant de la scène SmackDown en 1999.

Finalement, Traylor retournait à la WWF le à RAW is War, une fois de plus dans le personnage du Big Bossman, mais portant cette fois-ci un uniforme style SWAT à la place de son vieil uniforme de police. C'était le moment de sa carrière avec le plus de succès, devenant plus un garde du corps, faisant n'importe quoi pour de l'argent en retour. Il s'établissait rapidement comme l'un des personnages les plus importants du milieu de carte, quittant son statut de catcheur de bas fond qu'il avait il y a encore quelques semaines à la WCW. Il était introduit comme un membre de la Corporation, un groupe de catcheurs mené par le propriétaire de la WWF Vince McMahon pour combattre Stone Cold Steve Austin tout comme la fameuse D-Generation X, en tant que la "personne chargée de la sécurité" de la Corporation. Le Boss Man avait plusieurs matchs avec Austin. Il remportait le titre par équipe de la WWF avec Ken Shamrock et battait Al Snow pour le WWF Hardcore Title. Alors qu'il restait un membre de la Corporation, Bossman participait à WrestleMania XV. En fait, il rivalisait avec The Undertaker (alors que la Corporation à cette époque rivalisait avec Undertaker et son nouveau "Ministry of Darkness", bien que les deux clans soient des factions heel). Ceci amenait la tradition du Hell in a Cell, 'Taker battant Bossman à l'intérieur de la cage à WrestleMania XV se faisant pendre à la fin du match.

Après une absence, il rivalisait avec The Big Show pour le WWF Championship. Cette feud était fameuse pour une promo où Boss Man se pointait (kayfabe) aux funérailles du père décédé de Big Show et volait le cercueil du père de Show et l'amenant dans sa voiture (la Bluesmobile des Blues Brothers) et s'en allait. Bossman battait The Rock pour devenir l'aspirant numéro un au WWF Championship le 15 novembre 1999 à RAW. La feud s'arrêtait après que Boss Man being se faisait démolir par Big Show au pay-per-view Armaggedon.

Le 19 mars 2000 à Sunday Night Heat, Boss Man introduisait son protégé Bull Buchanan, un catcheur habillé à la manière de Boss Man. Ils formaient une équipe qui durait jusqu'à la fin de l'année quand Bull joignait les Right to Censor. Big Bossman et Bull Buchanan battaient The Godfather et D'Lo Brown à WrestleMania 2000, et battaient les APA le mois suivant à Backlash. L'équipe se séparait le 5 juin 2000 à RAW Is WAR, après qu'ils perdirent face aux Hardy Boyz. Buchanan et Boss Man s'embrouillaient jusqu'à ce que Boss Man mette KO Buchanan avec sa matraque quand il avait le dos tourné.

Quand Traylor revenait d'une blessure en 2001, il s'est fait donné un rôle de partenaire en équipe de Booker T, simplement en tant que The Boss Man. Boss Man servait d'enforcer encore, seulement cette fois pour Booker T mais aussi pour aider Vince McMahon. L'équipe tranquillement se séparait en janvier 2002, et à partir de ce moment Boss Man servait de jobber. En avril 2002, il était drafté dans la division RAW, formant une équipe de courte durée avec Mr. Perfect. En juin 2002, Traylor était chargé d'entraîner les nouveaux catcheurs à la Ohio Valley Wrestling avant d'être renvoyé de la WWE en 2003. Ses derniers gros matchs étaient à l'occasion d'un tournoi pour le titre de champion de la International Wrestling Association of Japan. Il allait jusqu'en finale où il perdait face à son vieux rival Jim Duggan.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Universal Wrestling Federation
    • UWF Heavyweight Championship (1 fois)

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jason Clevett, « Ray "Big Bossman" Traylor passes away », sur Slam! Wrestling, (consulté le 11 mars 2016).
  2. a et b (en) « Profil du Big Boss Man », sur Online World of Wrestling (consulté le 11 mars 2016).
  3. (en) « Big Bossman », sur Cagematch (consulté le 11 mars 2016).
  4. a et b (en) Erik Beaston, « Full Career Retrospective and Greatest Moments for Big Boss Man », sur Bleacher Report, (consulté le 11 mars 2016).
  5. (en) « JCP TV-Taping @ Atlanta », sur Wrestlingdata (consulté le 13 mars 2016).
  6. a, b, c, d et e (en) Scott Keith, « Big Bossman to be inducted into WWE Hall of Fame », sur sportingnews.com, (consulté le 10 juin 2017)
  7. (en) Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (April 19) », sur Cageside Seats, (consulté le 17 juin 2017)
  8. (en) Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (July 11) », sur Cageside Seats, (consulté le 17 juin 2017)
  9. (en) Scott Keith, « The Smark Rant For WWF Summerslam 1988 », sur Inside Pulse, (consulté le 20 juin 2017)
  10. (en) « Jim Cornette's OWOW profile », sur Online World of Wrestling (consulté le 20 novembre 2009)
  11. (en) « Pro Wrestling Illustrated's Top 500 Wrestlers of the PWI Years (2003) », sur Wrestling Information Archive (consulté le 30 novembre 2009)
  12. (en) Matt Porter, « WWE 2K17 Release Date and Cover Star Revealed », sur ign.com (consulté le 28 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]