Jake Roberts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smith et Roberts.
Jake Roberts
Un homme brun et moustachu ayant 60 ans. Il porte une chemise blanche à rayures bleu.

Jake Roberts en 2016.

Données générales
Nom complet Aurelian Smith, Jr.
Nom de ring Jake « The Snake » Roberts
Nationalité américaine
Date de naissance (61 ans),
Gainesville, Texas
Taille 6 5 (1,96 m)[1]
Poids 267 lb (121 kg)[1]
Catcheur (ou catcheuse) en activité
Fédérations Mid-South Wrestling
World Wrestling Federation
Entraîneur Brad Rheingans (en)
Carrière pro. 1975aujourd'hui

Aurelian Smith, Jr. (né le à Gainesville, Texas), est un catcheur (lutteur professionnel) américain. Il est connu pour son travail à la World Wrestling Federation sous le nom de Jake « The Snake » Roberts. Il est le fils du catcheur Aurelian « Grizzly » Smith.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Smith est le fruit d'un viol de son père avec une fille de 12 ans[2]. Son père épouse sa victime avec qui il a deux autres enfants avant de divorcer cinq ans plus tard[2]. Il vit avec son père avec une de ses sœurs qui se fait régulièrement violer par Aurelian Sr. tandis qu'Aurelian Jr. lui subit des abus sexuels de la part de sa belle-mère[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

World Wrestling Federation (1986-1992, 1996-1997)[modifier | modifier le code]

Roberts est surtout connu pour ses deux séjours à la World Wrestling Federation, le premier entre 1986 et 1992, et le second entre 1996 et 1997.

Une grande partie de sa carrière, Roberts a joué un heel à la World Wrestling Federation, il était connu pour son intense et cérébral promos, son sombre charisme, sa grande utilisation de la psychologie dans ses matchs, et a été crédité pour avoir inventé le DDT, ce qui a été contesté. Il est aussi crédité de la formation des lutteurs Diamond Dallas Page et Raven, ainsi que beaucoup d'enseignement sur la lutte à sa psychologie à l'écran des ennemis, Steve Austin et de l'Undertaker.

Roberts a été filmé en 1999 pour le documentaire Beyond the Mat (en) où il a été notamment vu fumant du crack[3]. Son addiction à l'alcool et la drogue s'est aussi vu à la télévision le 10 octobre 1999 au cours d'Heroes of Wrestling où il a refusé d'affronter Jim Neidhart et a notamment montré son serpent entre ses jambes le tenant comme son pénis, ce match est devenu alors un match par équipe qu'il a perdu aux côtés de Yokozuna face à Neidhart et King Kong Bundy[4].

Roberts devait son nom au fait qu'il était mince et ressemblait un peu à un serpent. Quand il est arrivé à la WWF, Roberts amenait un gros serpent vivant (la plupart du temps nommé "Damien") aux côtés du ring dans un sac. Après avoir porté le DDT sur son adversaire, Roberts plaçait le serpent autour du cou de l'adversaire pour faire croire que le serpent l'étranglait. Cette façon de faire a atteint un sommet de popularité quand George Wells, un ancien joueur de la Canadian Football League devenu lutteur, a joué la "victime" de Damien à WrestleMania II.

Roberts est devenu plus tard un face populaire et a eu une longue feud avec André the Giant ; dans la storyline, Roberts utilisait son serpent pour gagner un avantage psychologique sur André qui avait une peur bleue des serpents pour annuler l'avantage physique d'André. Sauf que la popularité de Roberts a diminué dans les années 1990 dû à sa dépendance à la drogue et la dépression qui dominait sa vie.

Diverses apparitions (2014)[modifier | modifier le code]

Ce dernier est intervenu lors du RAW Old School du 6 janvier 2014 pour mettre son serpent sur Dean Ambrose à la fin du match de CM Punk vs Roman Reigns.

Il a été intronisé au Hall of Fame en 2014 par Diamond Dallas Page.

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

Jake Roberts en 1996.
  • Prise de finition
    • DDT
  • Prises favorites
    • Knee Lift
    • Short Arm Clothesline
    • Gut Buster
  • Surnoms
    • The Snake

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • All-Star Wrestling Network (Georgia)
    • 1 fois AWN World Heavyweight Champion
  • Americas Wrestling Federation
    • 1 fois AWF Puerto Rican Heavyweight Champion
  • Bad Boys of Wrestling
    • 1 fois BBOW Heavyweight Champion
  • Georgia Championship Wrestling
    • 1 fois NWA National Television Champion
    • 2 fois NWA World Television Champion
  • Legends Pro Wrestling
    • LPW Hall of Fame (2010)
  • Mid-South Wrestling
    • 2 fois Mid-South North American Heavyweight Champion
    • 1 fois Mid-South Louisiana Heavyweight Champion
    • 1 fois Mid-South Television Champion
  • Smoky Mountain Wrestling
    • 1 fois SMW Heavyweight Champion
  • World Class Championship Wrestling
    • 1 fois NWA World Six-Man Tag Team Champion avec Chris Adams et Gino Hernandez
    • 1 fois WCCW Television Champion

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lors d'une interview tenue début avril 2013, Jake Roberts révèle au monde que grâce à Diamond Dallas Page, il a réussi à perdre 29,5 kg et est désormais sobre. Son principal but maintenant serait de participer au Royal Rumble 2014 de la WWE et de remporter cette édition.

En février 2014, après plusieurs analyses, des médecins lui diagnostiquent un cancer au genou, et il subit une intervention le 25 février 2014. Quand TMZ l'a interviewé, il a déclaré : "Si le diable ne peut me vaincre, le cancer n’a alors absolument aucune chance ! Priez pour les enfants qui sont confrontés à cette terrible maladie parce que The Snake ira très bien."

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Profil de Jake Roberts », sur Online World of Wrestling (consulté le 11 août 2016).
  2. a, b et c (en) Justin Barrasso, « Jake “The Snake” Roberts film delivers sad tale with happy ending », sur Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 août 2016).
  3. (en) Stephen Laroche, « The Snake bites back at Beyond The Mat », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 1er mars 2015).
  4. (en) Mike Mooneyham, « Jake ‘The Snake’ Roberts: Comeback of a lifetime », sur The Post and Courier,‎ (consulté le 1er mars 2015)