Rick Martel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Rick Martel
Un catcheur portant un slip blanc.

Rick Martel dans les années 1980.

Données générales
Nom complet Richard Vigneault
Nom de ring Rick Martel
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Date de naissance (60 ans),
Québec, Drapeau : Québec Québec
Taille 6 1 (1,85 m)[1]
Poids 238 lb (108 kg)[1]
Catcheur (ou catcheuse) retraité
Fédérations World Wrestling Federation
American Wrestling Association
World Championship Wrestling
Entraîneur Pierre Martel
Carrière pro. 19721998

Rick Martel (pseudonyme de Richard Vigneault, né le à Québec) est un lutteur professionnel (catcheur) québécois. Au cours de sa carrière, il remporte à trois reprises le championnat du monde par équipe de la World Wrestling Federation, à deux reprises avec Tony Garea puis avec Tito Santana. Il obtient aussi un championnat majeur à l'American Wrestling Association en y devenant champion du monde poids-lourds. En 1998, il rejoint la World Championship Wrestling où il remporte le championnat du monde de la télévision avant d'arrêter sa carrière à la suite d'une blessure. En 2015, il entre au Professional Wrestling Hall of Fame and Museum.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts dans diverses fédérations[modifier | modifier le code]

Vigneault pratique la lutte gréco-romaine, et fait ses débuts à l'âge de 17 ans quand son frère Michel, qui utilise le nom de ring de Michel Martel, lui demande de remplacer un catcheur absent[2]. Il prend alors le pseudonyme de Rick Martel qu'il utilise durant toute sa carrière[3]. Il travaille ensuite à la Stampede Wrestling où en 1974 il est champion international par équipe de la Stampede avec Lennie Hurst et ils perdent ce titre le 18 octobre de cette même année face à Pat et Mike Kelly[4],[5].

Il part ensuite en Australie et en Nouvelle-Zélande où il remporte avec Larry O'Day le 18 février 1977 le championnat par équipe d'Australie-Asie de la National Wrestling Alliance (NWA) au cours d'un spectacle de la World Championship Wrestling avant de perdre ce titre la même année[6]. Le 26 mai de cette même année, il obtient son premier titre individuel en devenant champion poids-lourds de l'Empire Britannique au cours d'un spectacle de l'All Star Pro Wrestling en Nouvelle-Zélande et perd ce titre courant 1977[7].

En mars 1978, il devient champion poids-lourds d'Amérique du Nord de la NWA (dans sa version hawaïenne) à la Mid-Pacific Promotions et perd ce titre en juin de cette même année[8]. Il part ensuite en Géorgie où il fait équipe avec Tommy Rich et remporte le 23 septembre le championnat par équipe de Géorgie de la NWA ; ils conservent ce titre jusqu'au 20 octobre[9],[10].

Début 1979, il retrouve son frère Pierre à Porto Rico et il devient championnat par équipe d'Amérique du Nord du World Wrestling Council (en) quand Jean Martel quitte la fédération le 22 janvier. Ils perdent ce titre deux semaines plus tard[11]. Il retourne ensuite en Nouvelle-Zélande où il devient une deuxième fois champion poids-lourds de l'Empire Britannique du 19 mars au 28 mai, il remporte une troisième fois ce titre probablement en fin d'année avant de quitter la Nouvelle-Zélande et de rendre son titre[note 1],[7].

En 1980, il travaille principalement dans l'Oregon au sein de la Pacific Northwest Wrestling où il devient champion poids-lourds de la NWA Pacific Northwest le 22 mars après sa victoire sur Buddy Rose et la semaine suivante, il fait équipe avec Roddy Piper avec qui il remporte le championnat par équipe en gagnant leur match face à Brute Miller et Luke Williams[12],[13]. Ils perdent le titre par équipe le 12 mai face à Miller et Williams et le récupèrent le 5 août[14],[15]. Entre temps, ils deviennent champion par équipe du Canada de la NWA à Vancouver le 19 mai après leur victoire sur Miller et Williams dans un match en cage. Piper et Martel rendent ce titre en cours d'année[16],[17]. Il perd le titre poids-lourds de la NWA Pacific Northwest le 16 août dans un Loser Leaves Town match face à Buddy Rose et Piper le remplace par Mike Popovich[18],[19].

World Wrestling Federation (1980-1982)[modifier | modifier le code]

En juillet 1980, il commence à travailler pour la World Wrestling Federation (WWF)[20]. Rapidement, il fait équipe avec Tony Garea avec qui il devient champion du monde par équipe de la WWF après leur victoire sur les Wild Samoans (Afa et Sika Anoa'i) le 8 novembre[21]. Ce règne est cependant de courte durée puisqu'il prend fin le 17 mars 1981 avec leur défaite face aux Moondogs (Moondog King et Moondog Rex)[21]. Ils récupèrent le titre le 21 juillet dans un match revanche et le gardent jusqu'au 13 octobre où Mr. Fuji et Mr. Saito deviennent les nouveaux champions[21].

American Wrestling Association et International Wrestling (1982-1987)[modifier | modifier le code]

Martel rejoint l'American Wrestling Association en juin 1982 et dès la fin de l'année il est mis en valeur et affronte à plusieurs reprises le champion de monde poids-lourds de l'AWA Nick Bockwinkel ainsi que pendant l'année 1983[22]. Le 13 mai 1984, Martel remporte son unique championnat majeur en mettant fin au règne de champion du monde poids-lourds de l'AWA de Jumbo Tsuruta[23]. Le 28 septembre 1985, il commence une rivalité avec Stan Hansen après leur double disqualification à la suite de coups de chaises dans un match de championnat[24]. Le 29 décembre, Martel perd face à Hansen par soumission et la ceinture change de main[25]. Ce changement de titre par soumission, chose assez rare à l'époque, s'explique par le fait que Martel n'est pas assez charismatique[26].

Durant cette période, il travaille au Québec à l'International Wrestling où il détient le championnat poids-lourds entre le mois de mars 1983 et le 21 septembre de cette même année où Dino Bravo récupère son titre[note 2],[27].

World Wrestling Federation (1986-1995)[modifier | modifier le code]

The Can-Am Connection (1986-1987)[modifier | modifier le code]

Il retourne à la World Wrestling Federation fin 1986 et fait équipe avec Tom Zenk avec qui il forme une équipe surnommée The Can-Am Connection[28]. Le 29 mars 1987 au cours de WrestleMania III, ils battent Bob Orton et The Magnificent Muraco[29]. Le 2 mai, ils remportent un match face à l'Iron Sheik et Nikolai Volkoff grâce à l'intervention de Jim Duggan[30]. Au cours de l'été, Zenk quitte la fédération[31].

Strike Force (1987-1989)[modifier | modifier le code]

Un catcheur brun portant un slip blanc et un t-shirt bleu.
Tito Santana, l'équipier de Martel de 1987 à 1989.

Début août 1987, il commence à faire équipe avec Tito Santana avec qui il forme la Strike Force[32]. Le 27 octobre, ils deviennent champion du monde par équipe de la WWF après leur victoire sur la Hart Foundation (Bret Hart et Jim Neidhart) au cours de l'enregistrement de Superstars of Wrestling du 7 novembre[33]. Le 27 novembre au cours des Survivor Series, la Hart Foundation élimine Strike Force mais cela n'empêche pas l'équipe de Martel et Santana composée des British Bulldogs (Davey Boy Smith et Dynamite Kid), The Killer Bees (B. Brian Blair et Jim Brunzell), les frères Rougeau (Jacques et Raymond Rougeau) et The Young Stallions (Jim Powers (en) et Paul Roma) de sortir vainqueur de ce match par équipe à élimination[34].

La rivalité avec la Hart Foundation continue et donne lieu à un match de championnat où Martel et Santana conservent leur titre le 5 février 1988[35]. Ils perdent le titre le 27 mars au cours de WrestleMania IV face à Demolition (Ax et Smash)[36]. Ils obtiennent deux matchs pour le titre mais échouent le 25 avril puis le 7 mai[37],[38]. Peu de temps après, Demolition le blesse de manière scénaristique ; ceci étant un prétexte pour expliquer son absence liée aux problèmes de santé de son épouse[39].

Il revient sur le ring en janvier 1989 et participe au Royal Rumble match le 15 janvier au cours du spectacle éponyme où il entre en 29e position et élimine The Barbarian (en) avant qu'Akeem le sorte du match[40]. Le 2 avril à WrestleMania V, Martel trahit Santana en le laissant seul au cours de leur match face aux Brainbusters (Arn Anderson et Tully Blanchard)[41]. Dans une interview en 2011, Martel explique que bien qu'à l'époque il apprécie de travailler avec Santana, il souhaite se faire connaitre à la WWF pour son travail en solo[42].

The Model (1989-1995)[modifier | modifier le code]

Après la dissolution de Strike Force, Martel entame une rivalité avec son ancien équipier, incarnant l'antagoniste ou heel, et endosse le rôle de The Model, une sorte de mannequin arrogant dont l'idée vient de J.J. Dillon qui au cours du passage de Martel à Hawaï lui conseille d'incarner ce type de personnage[42]. Le 28 août à SummerSlam, il fait équipe avec les Fabulous Rougeaus (Jacques et Raymond Rougeau) avec qui il bat Tito Santana et The Rockers (Marty Jannetty et Shawn Michaels)[43]. Ils s'affrontent à nouveau d'abord dans un match simple le 21 septembre durant l'enregistrement du Saturday Night's Main Event du 14 octobre où l'arbitre les disqualifie tous les deux à la suite des interventions de Slick (en) en faveur de Martel et The Big Boss Man pour Santana[44]. Le jour de la diffusion de cette émission, le tournoi King of the Ring a lieu et Martel atteint la finale en éliminant Bill Wood, Luke puis Jimmy Snuka avant de perdre face à Santana[45]. Le 23 novembre au cours des Survivor Series dans un match par équipe à élimination où l'équipe de Santana composée de Brutus Beefcake, Dusty Rhodes et du Red Rooster (en) l'emporte sur celle de Martel (Bad News Brown, The Big Boss Man et The Honky Tonk Man), Martel élimine son rival en début de match avant d'être éliminé plus tard dans le match par Beefcake[46].

L'équipe créative ne l'implique dans aucune rivalité importante début 1990. Il participe au Royal Rumble où il entre en 22e position et se fait éliminer par l'Ultimate Warrior[47], puis le 1er avril à WrestleMania VI, il bat Koko B. Ware par soumission dans un match sans enjeu[48]. À l'automne, il reprend sa rivalité avec Tito Santana qui l'élimine dans un match handicap par équipe à élimination où Santana, l'Ultimate Warrior et Hulk Hogan l'emportent sur l'équipe de Martel composée d'Hercules, Paul Roma, Ted DiBiase et The Warlord le 22 novembre au cours des Survivor Series et le lendemain il prend sa revanche et bat par soumission son ancien équipier[49],[50].

Un homme brun et moustachu portant un t-shirt noir.
Jake Roberts (en 2008), son rival en 1990.

Il débute aussi quelques jours plus tôt une rivalité avec Jake « The Snake » Roberts qu'il aveugle avec un parfum en spray dénommé Arrogance le 13 octobre, cela donne lieu à un match par équipe à élimination où Martel utilise à nouveau son parfum sur Roberts qui se fait compter à l'extérieur[51],[49]. Elle continue en 1991 où Martel élimine son rival lors du Royal Rumble match au cours du spectacle éponyme le 19 janvier ; finalement les deux hommes s'affrontent le 24 mars à WrestleMania VII dans un Blindfold match, une variante de match simple où les participants ont les yeux bandés, que Roberts remporte[52],[53]. Peu après ce match, Vigneault décide de mettre sa carrière entre parenthèses pour suivre des études afin de travailler dans l'immobilier[54]. Fin juin, le Dr George Zahorian que l'État fédéral accuse d'avoir fourni à des catcheurs des stéroïdes anabolisant après 1988[note 3] déclare que Vigneault est un de ses clients, chose qu'il confirme au cours du procès de Zahorian[55],[56].

Martel retourne à la WWF début décembre 1991 puis il participe au Royal RumbleSid Justice l'élimine au cours du Royal Rumble match pour le championnat poids-lourds de la WWF[57],[58]. Le 5 avril à WrestleMania VIII, il perd face à Tatanka[59]. Il est de la tournée en Europe de la fédération où il affronte Bret Hart pour le championnat intercontinental de la WWF, ce dernier conserve son titre[60]. Il commence ensuite une rivalité avec Shawn Michaels car les deux hommes ont de l'affection pour Sensational Sherri (la valet de Michaels). Ils s'affrontent le 29 août à SummerSlam dans un match où ils ne doivent pas se frapper au visage qui se conclut par un double décompte à l'extérieur[61]. À l'automne, il vole la coiffe amérindienne[note 4] ce qui donne lieu à un match entre les deux hommes le 25 novembre au cours des Survivor Series où Tatanka sort une nouvelle fois vainqueur[62].

Le 24 janvier 1993, au cours du Royal Rumble, il entre en 26e position et Bob Backlund l'élimine[63]. Il apparaît ensuite de moins en moins souvent dans les émissions produites par la WWF car son entreprise de promotion immobilière a des difficultés financières et participe à plusieurs spectacles non télévisés à partir de la fin juillet[2],[64]. Lors de son retour sur les écrans le 4 octobre, il remporte avec Razor Ramon une bataille royale pour désigner le nouveau champion intercontinental, les deux hommes s'affrontent pour le titre la semaine suivante et Ramon en sort vainqueur[65],[66]. Cela donne lieu ensuite à un match par équipe à élimination le 24 novembre où Ramon, Marty Jannetty, Randy Savage et The 1-2-3 Kid battent Martel, Adam Bomb, Diesel et Irwin R. Schyster, Martel se faisant éliminer par The 1-2-3 Kid[67].

Le 22 janvier 1994, il élimine Greg Valentine avant d'être éliminé par Tatanka au cours du Royal Rumble match durant le spectacle éponyme[68]. Le 20 mars à WrestleMania X, il doit faire équipe avec The Headshrinkers (Samu et Fatu), Irwin R. Schyster, et Jeff Jarrett et affronter The 1-2-3 Kid, The Smoking Gunns (Billy et Bart Gunn) et Sparky Plugg mais la fédération décide d'annuler cet affrontement à la dernière minute[54]. Le 28 mars, il effectue son dernier match simple dans une émission de la WWF où il perd par soumission face à Lex Luger[69]. Il continue de participer à des spectacles non télévisés avant d'arrêter fin juillet[70].

Il revient à la WWF pour un soir le 22 janvier 1995 au cours du Royal Rumble où Sionne l'élimine[71].

Diverses fédérations (1994-1997)[modifier | modifier le code]

Peu après son départ de la World Wrestling Federation en juillet 1994, il affronte le 23 juillet Doink à la World Wide Wrestling Alliance, ce match se conclut sans vainqueur à la suite d'un double décompte à l'extérieur[72]. Il affronte ensuite à plusieurs reprises Tito Santana dans diverses fédérations[73].

En juillet 1995, il fait un passage à la Catch Wrestling Association (CWA), une fédération autrichienne et affronte le 8 juillet Franz Schuhmann pour le championnat des poids-moyens de la CWA ; Schumann sort vainqueur de cette confrontation[74]. En 1997, il effectue plusieurs matchs par équipe avec The Natural (en) qu'ils remportent face à Christian Cage et Rhino puis face à Cage et Adam Impact[75].

World Championship Wrestling (1998)[modifier | modifier le code]

Le 5 janvier 1998, Martel remporte son premier match à la World Championship Wrestling (WCW) face à Brad Armstrong[76]. La semaine suivante, il demande au champion du monde de la télévision de la WCW Booker T un match de championnat ce qu'il obtient[77]. Booker T conserve son titre le 24 janvier à WCW nWo Souled Out et après le matchs les deux hommes se serrent la main avant que Perry Saturn n'attaque Martel et d'être stoppé par le retour de Booker sur le ring[78]. Le 16 février, il prend sa revanche sur Saturn avant de remporter plus tard le championnat Télévision malgré l'intervention de Saturn en fin de match[79]. Six jours plus tard à SuperBrawl VIII, Martel se blesse au genou au cours de son match de championnat face à Booker T, ce dernier sortant vainqueur de cette confrontation[80]. Le 13 juillet, Martel revient sur le ring et obtient un match pour le championnat Télévision de Booker T face à Stevie Ray (en) (le frère de Booker ainsi que son équipier avec qui il forme les Harlem Heat) et alors que Martel s'apprête à soumettre Ray, Bret Hart lui assène un coup de chaise permettant à Ray de remporter le match[81].

Reconnaissance de ses pairs et diverses apparitions[modifier | modifier le code]

Vigneault redevient promoteur immobilier dans le Québec et effectue ponctuellement des signatures d'autographes en marge de spectacles de catch jusqu'en 2012[82]. En 2007, il accorde une interview où il retrace toute sa carrière à RF Video qui fait l'objet d'un DVD[83]. En 2011, le Cauliflower Alley Club (en), une fraternité de catcheurs et de boxeurs, lui décerne en avril le Lou Thesz award pour l'ensemble de sa carrière[84]. En 2014 sort un DVD où Martel retrace l'année 1981 à la World Wrestling Federation[85]. En mai 2015, il entre au Professional Wrestling Hall of Fame and Museum, un Temple de la renommée non lié aux fédérations de catch[86].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Liste des musiques d'entrée de Rick Martel[87]
Musique Compositeur Périodes Fédération(s)
Let's Hear it For the Boy Deneice Williams 1982-1986 AWA
Girls in Cars Robbie Dupree 1986-1989 WWF
Model Jim Johnston 1989-1995 WWF
Razzmatazz Rick DiFonzo 1998 WCW

Palmarès[modifier | modifier le code]

Récompenses des magazines[modifier | modifier le code]

Classement PWI 500 de Rick Martel[98]
Année 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Rang 41 en augmentation 35 en diminution 156 en augmentation 70 en diminution 93 en diminution 139 en diminution 363 en augmentation 193

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le personnage de Rick Martel est jouable dans les jeux vidéo suivants[99] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aucune date n'est donnée mais entre le règne de Mr. Fuji en septembre 1979 et celui de Ron Miller en mai 1980 plusieurs sources attestent que Martel a détenu ce titre.
  2. Aucune source n'indique la date du début de ce règne de champion.
  3. À partir de 1988, les stéroïdes anabolisants ne peuvent être possédés que sous ordonnance aux États-Unis. En cas d'infraction, ceci est considéré comme un crime fédéral et le contrevenant risque jusqu'à sept ans de prison.
  4. Chris Chavis qui incarne Tatanka est d'origine lumbee et la WWF utilise son origine pour son personnage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Profil de Rick Martel », sur Cagematch (consulté le 24 août 2015).
  2. a et b (en) Greg Oliver, « SLAM! Wrestling chats with Rick Martel », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  3. (en) « SLAM! Wrestling Canadian Hall of Fame: Rick Martel », sur Slam! Wrestling (consulté le 25 août 2015).
  4. a et b (en) « Historique du championnat international par équipe de la Stampede Wrestling », sur Wrestling-Titles (consulté le 25 août 2015).
  5. (en) « Stampede @ Calgary », sur Wrestlingdata (consulté le 25 août 2015).
  6. a et b (en) « Historique du championnat par équipe d'Australie-Asie de la National Wrestling Alliance », sur Wrestling-Titles (consulté le 25 août 2015).
  7. a, b et c (en) « Historique du championnat poids-lourds de l'Empire Britannique de la Dominion Wrestling Union puis de l'All Star Pro Wrestling », sur Wrestling-Titles (consulté le 25 août 2015).
  8. a et b (en) « Historique du championnat poids-lourds d'Amérique du Nord (version Hawaï) », sur Wrestling-Titles (consulté le 25 août 2015).
  9. (de) « GCW TV-Taping @ Atlanta », sur Genickbruch (consulté le 25 août 2015).
  10. (de) « GCW @ Atlanta », sur Genickbruch (consulté le 25 août 2015).
  11. a et b (en) « Historique du championnat par équipe d'Amérique du Nord du World Wrestling Council », sur Wrestling-Titles (consulté le 26 août 2015).
  12. (en) « PNW @ Portland », sur Wrestlingdata (consulté le 26 août 2015).
  13. (en) « PNW @ Portland », sur Wrestlingdata (consulté le 26 août 2015).
  14. (en) « PNW @ Portland », sur Wrestlingdata (consulté le 26 août 2015).
  15. (en) « PNW @ Portland », sur Wrestlingdata (consulté le 26 août 2015).
  16. (en) « Show @ Vancouver », sur Wrestlingdata (consulté le 26 août 2015).
  17. (en) « Historique du championnat par équipe du Canada de la NWA Vancouver », sur Wrestling-Titles (consulté le 26 août 2015).
  18. (en) « PNW @ Portland », sur Wrestlingdata (consulté le 26 août 2015).
  19. a et b (en) « Historique du championnat par équipe de la NWA Pacific Northwest », sur Wrestling-Titles (consulté le 26 août 2015).
  20. (en) « Matchs de Rick Martel à la World Wrestling Federation en 1980 », sur Cagematch (consulté le 26 août 2015).
  21. a, b et c (en) Adam Nedeff, « The Name on the Marquee: WWF Presents The Tag Team Champions », sur 411mania,‎ nil (consulté le 26 août 2015).
  22. (en) « Matchs opposants Rick Martel à Nick Bockwinkel à l'American Wrestling Association », sur Cagematch (consulté le 26 août 2015).
  23. (en) Brian Elliott, « AWA World champion Rick Martel -- 25 years later », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 26 août 2015).
  24. (en) Sydney Brown, « 411 Video Review: AWA SuperClash (1985) », sur 411mania,‎ (consulté le 27 août 2015).
  25. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: All Japan Classics #30 », sur 411mania,‎ (consulté le 27 août 2015).
  26. (en) David Brashear, « Pulse Wrestling’s Top 100 Wrestlers of the Modern Era: #50 – Rick Martel », sur Inside Pulse,‎ (consulté le 27 août 2015).
  27. a et b (en) « Historique du championnat poids-lourds international », sur Wrestling Titles (consulté le 20 septembre 2015).
  28. (en) « WWF Superstars #11 », sur Cagematch (consulté le 28 août 2015).
  29. (en) Jason Powell, « Powell's WrestleMania 3 review: Hulk Hogan vs. Andre the Giant for the WWF Championship, Randy Savage vs. Ricky Steamboat for the Intercontinental Championship, Roddy Piper vs. Adrian Adonis », sur Pro Wrestling Dot Net,‎ (consulté le 28 août 2015).
  30. (en) « WWF Saturday Night's Main Event episode 11 review: Randy Savage vs. George Steele lumberjack match, Harts vs. Bulldogs, Jake Roberts vs. Kamala », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ (consulté le 29 août 2015).
  31. (en) « Profil de Tom Zenk », sur Online World of Wrestling (consulté le 29 août 2015).
  32. (en) « WWF Superstars #51 », sur Cagematch (consulté le 29 août 2015).
  33. (en) « WWF Superstars #61 », sur Cagematch (consulté le 30 août 2015).
  34. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Survivor Series 1987 Take Two », sur 411mania,‎ (consulté le 31 août 2015).
  35. (en) Josh Nason, « WWF The Main Event review: Andre ends Hulk Hogan's title reign, two Hebners, Randy Savage vs. Honky Tonk Man », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ (consulté le 31 août 2015).
  36. (en) Rob McNew, « WrestleMania IV Review », sur 411mania,‎ (consulté le 31 août 2015).
  37. (en) « WWF on MSG Network », sur Cagematch (consulté le 14 septembre 2015).
  38. (en) « WWF on NESN », sur Cagematch (consulté le 14 septembre 2015).
  39. (en) Rick Martel. (2007). Rick Martel Shoot Interview Wrestling DVD. RF Video.
  40. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Royal Rumble 1989 Take Two », sur 411mania,‎ (consulté le 15 septembre 2015).
  41. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWE Wrestlemania 5 », sur Inside Pulse,‎ (consulté le 15 septembre 2015).
  42. a et b (en) Greg Oliver, « SLAM! Wrestling chats with Rick Martel », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 15 septembre 2015).
  43. (en) Scott Keith, « The Smark Rant for WWF Summerslam 1989 », sur Inside Pulse,‎ (consulté le 15 septembre 2015).
  44. (en) « Saturday Night's Main Event #23 (10.89) », sur PDR Wrestling (consulté le 16 septembre 2015).
  45. (en) « WWF King Of The Ring 1989 », sur Cagematch (consulté le 17 septembre 2015).
  46. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Survivor Series ’89 », sur 411mania,‎ (consulté le 15 septembre 2015).
  47. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: 1990 Royal Rumble », sur 411mania,‎ (consulté le 15 septembre 2015).
  48. (en) Rob McNew, « WrestleMania VI Review », sur 411mania,‎ (consulté le 16 septembre 2015).
  49. a et b (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Survivor Series 1990 », sur 411mania,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  50. (en) Josh Nason, « WWF The Main Event episode 4 review: Ultimate Warrior vs. Ted DiBiase, Buddy Rose's Blow Away Diet video debut », sur Figure Four/Wrestling Observer Newsletter,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  51. (en) Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (September 18) », sur Cageside Seats,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  52. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: 1991 Royal Rumble », sur 411mania,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  53. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Re-Rant For Wrestlemania VII », sur 411mania,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  54. a et b (en) Brian Elliott, « Rick Martel's Wrestlemania memories », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  55. (en) « SPORTS PEOPLE: PRO WRESTLING; Physician Testifies He Provided Steroids », sur New York Times,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  56. (en) John Cherwa et Houston Mitchell, « COLUMN ONE : Wrestling's Star Takes a Tumble : The image of children's super-hero Hulk Hogan is in peril, and so is that of professional wrestling, as former colleagues tell of drug abuse. His TV denial produced an outcry. », sur Los Angeles Times,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  57. (en) « WWF Superstars #274 », sur Cagematch (consulté le 17 septembre 2015).
  58. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: 1992 Royal Rumble », sur 411mania,‎ (consulté le 17 septembre 2015).
  59. (en) Rob McNew, « WrestleMania VIII Review », sur 411mania,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  60. (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: UK Rampage ’92 », sur 411mania,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  61. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWE Summerslam 1992 », sur Inside Pulse,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  62. (en) Jonathan Wilson, « WWE Survivor Series 1992 Review », sur Bleacher Report,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  63. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WWF Royal Rumble 1993 », sur Inside Pulse,‎ (consulté le 18 septembre 2015).
  64. (en) « Liste des matchs non télévisés de Rick Martel à la World Wrestling Federation en 1993 », sur Cagematch (consulté le 19 septembre 2015).
  65. (en) Trace Aber, « Raw Retrospective: Monday Night Raw 10.04.93 », sur 411mania,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  66. (en) Trace Aber, « Raw Retrospective: Monday Night Raw 10.11.93 », sur 411mania,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  67. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: Survivor Series 1993 », sur 411mania,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  68. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost – Royal Rumble 1994 », sur 411mania,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  69. (en) Haydn Gleed, « WWE Raw Retro Coverage – March 28, 1994: The Million Dollar Man buys ringside seats, Lex Luger vs. "The Model" Rick Martel, 1-2-3 Kid, Owen Hart, Crush, Doink, and more », sur Pro Wrestling Dot Net,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  70. (en) « Matchs non télévisés de Rick Martel à la World Wrestling Entertainment en 1994 », sur Cagematch (consulté le 19 mars 2015).
  71. (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: 1995 Royal Rumble », sur 411mania,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  72. (en) « WWWA », sur Cagematch (consulté le 20 septembre 2015).
  73. (en) « Liste des matchs entre Rick Martel et Tito Santana en 1994 », sur Cagematch (consulté le 20 septembre 2015).
  74. (en) « Matchs de Rick Martel à la Catch Wrestling Association », sur Cagematch (consulté le 20 septembre 2015).
  75. (en) « Matchs de Rick Martel en 1997 », sur Cagematch (consulté le 22 septembre 2015).
  76. (en) Bob Coling, « WCW Nitro 1/5/1998 », sur Wrestling Recaps (consulté le 22 septembre 2015).
  77. (en) Bob Colling, « WCW Nitro 1/12/1998 », sur Wrestling Recaps (consulté le 22 septembre 2015).
  78. (en) John Powell, « Rhodes turns nWo », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 23 septembre 2015).
  79. (en) Bob Colling, « WCW Nitro 2/16/1998 », sur Wrestling Recaps (consulté le 23 septembre 2015).
  80. (en) Brian Hoops, « Nostalgia Review: WCW SuperBrawl 8; Sting vs. Hogan, Rick Martel vs. Booker T, Steiners vs. Hall/Nash, Luger vs. Savage », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 23 septembre 2015).
  81. (en) Bob Colling, « WCW Nitro 7/13/1998 », sur Wrestling Recaps (consulté le 23 septembre 2015).
  82. Patric Laprade, « WrestleReunion, le dernier de Rick Martel », sur RDS.ca,‎ (consulté le 23 septembre 2015).
  83. (en) Scott Rutherford, « Shooting From The Hip: The Rick Martel RF Shoot Interview », sur 411mania,‎ (consulté le 23 septembre 2015).
  84. (en) Steven Johnson, « Honky Tonk Man steals show from CAC headliners », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 23 septembre 2015)
  85. (en) Bertrand Hebert, « Martel DVD great -- when it sticks to the timeline » (consulté le 23 septembre 2015).
  86. (en) Greg Oliver, « Hall of Fame induction a Perfect night with a Model ending », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 23 septembre 2015).
  87. a, b, c, d, e, f, g, h et i (de) « Profil de Rick Martel », sur Genickbruch (consulté le 23 septembre 2015).
  88. (en) « Liste des Managers de Rick Martel », sur Cagematch (consulté le 25 septembre 2015).
  89. (en) « Historique du championnat par équipe du Canada de la NWA (version Colombie Britanique) », sur Wrestling-Titles (consulté le 24 septembre 2015).
  90. (en) « Historique du championnat du monde poids-lourds de l'American Wrestling Association », sur Wrestling-Titles (consulté le 23 septembre 2015).
  91. (en) « Historique du championnat par équipe de Géorgie de la National Wrestling Alliance », sur Wrestling-Titles (consulté le 23 septembre 2015).
  92. (en) « Historique du championnat poids-lourds de la NWA Pacific Northwest », sur Wrestling-Titles (consulté le 24 septembre 2015).
  93. (en) « Historique du championnat du monde Télévision de la WCW », sur Wrestling-Titles (consulté le 24 septembre 2015).
  94. (en) « Historique du championnat du monde par équipe de la WWF », sur Wrestling-Titles (consulté le 24 septembre 2015).
  95. (en) « Liste des lauréats du titre de PWI Tag Team of the Year », sur Cagematch (consulté le 26 août 2015).
  96. (en) « Liste des lauréats du titre de PWI Most Improved Wrestler of the Year », sur Cagematch (consulté le 26 août 2015).
  97. (en) « Liste des lauréats du titre de PWI Wrestler of the Year », sur Cagematch (consulté le 26 août 2015).
  98. (en) « Classement PWI500 de Rick Martel », sur Internet Wrestling Data Base (consulté le 26 août 2015).
  99. (en) « Liste des jeux vidéo où on peut incarner Rick Martel », sur Cagematch (consulté le 16 septembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 14 octobre 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.