Wendi Richter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richter.
Victoria Lynn Richter
Wendi Richter (cropped).jpg
Wendi Richter en 2012.
Données générales
Nom de naissance
Victoria Lynn Richter
Nationalité
Naissance
Taille
5 8 (1,73 m)[1]
Poids
140 lb (64 kg)[1]
Catcheuse retraitée
Fédération
Entraîneur
Carrière pro.

Victoria Lynn Richter (née le à Fort Lauderdale) est une catcheuse américaine. Elle est principalement connue pour son travail à la World Wrestling Federation (WWF) entre 1984 et 1985. Elle s'entraîne à l'école de The Fabulous Moolah et commence par lutter dans diverses fédérations aux États-Unis au Canada et au Japon. Durant cette période, elle remporte à deux reprises le championnat du monde par équipes féminine de la National Wrestling Alliance avec Joyce Grable.

Elle rejoint la World Wrestling Federation (WWF) en 1984 et y remporte à deux reprises le championnat féminin de la WWF. Elle y devient aussi très populaire grâce à Cyndi Lauper qui l'accompagne régulièrement sur les ring. Elle quitte la WWF un an plus tard après sa défaite face à The Spider Lady qui s'avère être The Fabulous Moolah. Elle rejoint ensuite l'American Wrestling Association (AWA) et y devient une fois championne du monde féminine de l'AWA. Elle arrête sa carrière en 1989.

Elle fait quelques combats dans les années 1990 puis en 2005, avant de mettre définitivement un terme à sa carrière. Elle est membre du WWE Hall of Fame depuis 2010 et du Professional Wrestling Hall of Fame and Museum depuis 2012.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Victoria Lynn Richter naît le à Fort Lauderdale mais grandit à Bossier City en Louisiane[3]. Elle fait partie des équipes de volley-ball, d'athlétisme et de cross-country du Bossier High School[4]. Elle étudie la programmation informatique au Draughon's Business College de Dallas[4].

Carrière de catcheuse[modifier | modifier le code]

Débuts (1979-1984)[modifier | modifier le code]

Deux femmes blondes assises à une table
Wendi Richter et Joyce Grable en 2012.

Richter apprend le catch à l'école de catch de The Fabulous Moolah[5]. Moolah prend son argent et laisse ses catcheuses l'entraîner[6]. Elle commence à lutter dans diverses fédérations aux États-Unis et au Japon[5],[7]. Durant son passage au Japon, elle a l'occasion d'affronter Jaguar Yokota (en) qui est alors la catcheuse vedette de la All Japan Women's Pro-Wrestling[3]. Elle remporte à deux reprises le championnat du monde féminin par équipes de la National Wrestling Alliance avec Joyce Grable[5],[7]. Elle fait aussi quelques apparitions à la World Wrestling Federation où elle fait équipe avec The Fabulous Moolah[5].

World Wrestling Federation (1984-1985)[modifier | modifier le code]

En 1984, la World Wrestling Federation rachète le droit d'utiliser le championnat du monde féminin de la National Wrestling Alliance afin de créer le championnat féminin de la WWF[8]. The Fabulous Moolah est la première championne de la WWF et fait venir Richter et d'autres catcheuses qu'elle a entraînées[8].

En avril, Cyndi Lauper commence à apparaître dans les émissions de la WWF et s'en prend à Capt. Lou Albano qui tient des propos sexistes[1],[9]. Lauper devient dans les semaines qui suivent la manager de Richter tandis qu'Albano accompagne The Fabulous Moolah[9]. Richter devient championne de la WWF le 23 juillet au cours de The Brawl to End it All après sa victoire face à The Fabulous Moolah[10]. Ce match s'est conclu sur une fin controversée, Moolah effectue une german suplex mais met ses épaules au sol[10]. En fin d'année, le Wrestling Observer Newsletter désigne ce match comme étant le pire match de l'année[11].

Son règne de championne de la WWF prend fin le 18 février au cours de The War to Settle the Score (en) après sa défaite face à Leilani Kai aidée par The Fabulous Moolah[12]. Richter récupère ce titre le 31 mars à WrestleMania I grâce à l'intervention de Cyndi Lauper[13]. Le 11 mai, Richter conserve son titre face à The Fabulous Moolah dans un match où Lauper est bannie des abord du ring[14]. Malgré cela, la WWF met Richter en valeur en faisant apparaître son personnage dans le dessin animé Hulk Hogan's Rock 'n' Wrestling (en)[15].

En fin d'année, Richter refuse de prolonger son contrat avec la WWF qui approche de son terme car elle trouve son salaire trop bas[15],[16],[a]. Le 25 novembre, Richter doit affronter The Spider Lady, une catcheuse masquée, au Madison Square Garden[15]. Avant ce combat, Gorilla Monsoon qui est commentateur mais aussi le bras droit de Vince McMahon lui remet son nouveau contrat[16]. Elle ne le signe pas tout de suite car elle veut le conseil d'un avocat[16]. Elle croise aussi The Fabulous Moolah qui ne doit pas lutter normalement[15]. Son combat contre The Spider Lady se termine par la défaite de Richter à la suite d'un roll-up puis The Spider Lady retire son masque pour révéler qu'elle est Moolah[16]. Elle décide de ne pas briser la kayfabe en insultant les officiels de la WWF et quitte New York[16]. Après cet événement, elle ne parle plus avec The Fabulous Moolah et reste très négative envers la WWF[16],[17].

World Wrestling Council et American Wrestling Association (1987-1989)[modifier | modifier le code]

Richter reprend sa carrière de catcheuse à Porto Rico au World Wrestling Council (WWC)[7] et y devient la première championne du monde féminine du WWC en mai 1987[18],[b]. Elle perd ce titre face à Monster Ripper[c] puis le récupère le 28 juillet et rend ce titre quand elle quitte Porto Rico[18],[c].

Elle rejoint l'American Wrestling Association (AWA) à l'automne 1988 et remporte le championnat du monde féminin de l'AWA le 26 novembre après sa victoire face à Madusa Miceli[5],[19]. Le 13 décembre au cours de SuperClash III, elle participe à un match par équipe mixte avec Derrick Dukes et Ricky Rice et affrontent Miceli, Paul Diamond et Pat Tanaka (en) dans un match où le championnat du monde féminin et le championnat du monde par équipes sont en jeu[20]. Richter fait gagner son équipe en faisant le tombé sur Miceli conservant son titre[20]. Elle quitte l'AWA en décembre 1989 et laisse son titre vacant[21].

Diverses apparitions (1991-2005)[modifier | modifier le code]

Richter lutte ponctuellement dans diverses fédérations aux États-Unis ainsi qu'en Allemagne à la Catch Wrestling Association[1]. Elle fait son dernier combat le 27 août 2005 où elle gagne avec George South Jr. et The Patriot un match par équipes mixtes face à Amy Love, DC Drake et Gary Royal[22]. En 2009, la World Wrestling Entertainment (WWE) lui propose de participer à une bataille royale à WrestleMania XXV mais Richter refuse[23].

Reconnaissances par ses pairs et entrée au WWE Hall of Fame[modifier | modifier le code]

Une femme blonde en robe noire qui fait un discours derrière un pupitre.
Wendi Richter faisant son discours au Professional Wrestling Hall of Fame and Museum.

Une fois sa carrière derrière elle, Richter reçoit un prix du Cauliflower Alley Club, une fraternité de catcheurs et boxeurs, en 1993[24].

La World Wrestling Entertainment (WWE) annonce le 23 février 2010 que Richter entre au WWE Hall of Fame[25]. C'est Roddy Piper qui l'introduit et rappelle dans son discours l'impact du passage de Richter à la WWF dans les années 1980[26].

Fin 2011, le Professional Wrestling Hall of Fame and Museum annonce que Richter va faire partie de la promotion 2012 de leur Hall of Fame[27]. Entre temps, le Cauliflower Alley Club décide de l'honorer une seconde fois en lui remettant le prix Art Abrams pour l'ensemble de sa carrière le 18 avril 2012[28]. Dans son discours, elle critique ouvertement les Divas de la WWE en déclarant : « Je suis fière d'avoir gagné ce prix grâce à mon talent de catcheuse et à mon travail et pas grâce à mes seins et mes fesses. »[28]. La cérémonie du Professional Wrestling Hall of Fame and Museum a lieu le 19 mai et Richter se déclare fière d'avoir eu la reconnaissance de la WWE, du Cauliflower Alley Club et du Professional Wrestling Hall of Fame and Museum[29].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Richter a été mariée à Hugo Savinovich (en), un catcheur et commentateur de catch[30],[31]. Dans les années 1990, elle reprend ses études et obtient un diplôme en ergothérapie puis travaille comme promoteur immobilier à Crystal River avant de devenir ergothérapeute[17],[1],[28]. Elle est chrétienne born again[17].

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

Musique d'entrée de Wendi Richter[33]
# Titre Interprète Période Fédération
1 Girls Just Want to Have Fun Cyndi Lauper 1984-1985 WWF

Palmarès[modifier | modifier le code]

Récompenses des magazines et distinctions[modifier | modifier le code]

Six personnes plutôt âgé dont plusieurs tendent le poing afin de montrer une bague qu'on leur a remis.
Wendi Richter aux côtés de Bruno Sammartino, Dominic DeNucci, Jimmy Snuka, Paul Vachon (en) et Mae Young lors de la cérémonie du Professional Wrestling Hall of Fame and Museum de 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'article de grantland.com indique que Richter gagne 25 dollars par combat dans des spectacles non télévisés et environ 500 lors d'enregistrements d'émissions.
  2. La source n'indique aucune date précise ni aucune autre information.
  3. a et b La source n'indique aucune date.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « Wendi Richter », sur www.onlineworldofwrestling.com (consulté le 23 septembre 2018).
  2. a et b (en) « Wendi Richter », sur Cagematch (consulté le 10 mai 2017).
  3. a et b Laprade et Murphy 2017, p. 147-150.
  4. a et b (en) Lisa Peeples, « Crystal River woman is at top of her sport », St. Petersburg Times,‎ .
  5. a b c d et e (en) Jen Preston, « WWE Diva Rewind: Wendi Richter » [archive], sur www.bleacherreport.com, (consulté le 23 septembre 2018).
  6. (en) « Rock, Wrestling, and Double Crosses: Female Pro Wrestling in the US and Japan - Part II » [archive], sur www.cagesideseats.com, (consulté le 4 octobre 2018).
  7. a b et c (en) Matthew Hester, « CvC: Wendi Richter, The Original WWE Diva » [archive], sur www.bleacherreport.com, (consulté le 27 septembre 2018).
  8. a et b (en) Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (Nov. 2): The WWF Hardcore Championship Is Born », sur Cageside Seats, (consulté le 19 septembre 2017).
  9. a et b (en) Mathew Sforcina, « Evolution Schematic 06.20.07: Wendi Richter » [archive], sur www.411mania.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  10. a et b (en) Andrew Lutzke, « “The Brawl to End it All”- WWF 7/23/84 » [archive], sur www.culturecrossfire.com, (consulté le 25 septembre 2018).
  11. a et b (de) « Observer-Awards des Jahres 1984 », sur www.genickbruch.com (consulté le 24 septembre 2018).
  12. (en) Andrew Lutzke, « WWF @ MSG 2/18/1985 “The War to Settle the Score” » [archive], sur www.culturecrossfire.com, (consulté le 25 septembre 2018).
  13. (en) John Powell, « Powell's WrestleMania 1 review: Hulk Hogan and Mr. T vs. Roddy Piper and Paul Orndroff, Andre the Giant vs. Big John Studd in a body slam challenge, Barry Windham and Mike Rotunda vs. Iron Sheik and Nikolai Volkoff » [archive], sur www.prowrestling.net, (consulté le 27 septembre 2018).
  14. (en) Matt Peddycord, « PDRwrestling Review: Saturday Night’s Main Event #1 (May 1985) » [archive], sur www.411mania.com, (consulté le 29 septembre 2018).
  15. a b c et d (en) Christian Waugh, « This Week in Wrestling: The Original Screwjob » [archive], sur www.fightboothpw.com, (consulté le 29 septembre 2018).
  16. a b c d e et f (en) David Shoemaker, « Wrestling’s Greatest Shoots, Volume 4: Wendi Richter vs. The Spider, a.k.a. The Fabulous Moolah » [archive], sur www.grantland.com, (consulté le 29 septembre 2018).
  17. a b et c (en) Richard Kamchen, « Wendi Richter: A celebration of her ups and downs » [archive], sur www.slam.canoe.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  18. a b et c (en) « WWC World Women's Title (Puerto Rico) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 24 septembre 2018).
  19. (en) « AWA », sur www.cagematch.net (consulté le 30 septembre 2018).
  20. a et b (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost – AWA Superclash III » [archive], sur www.411mania.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  21. a et b (en) « AWA World Women's Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 24 septembre 2018).
  22. (en) Chris Kovachis, « One fan's dream trip: WrestleReunion 2 » [archive], sur www.slam.canoe.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  23. (en) Hassan, « WENDI RICHTER TURNS DOWN WRESTLEMANIA », sur www.diva-dirt.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  24. a et b (en) « List of CAC Award Winners », sur www.caulifloweralleyclub.org (consulté le 24 septembre 2018).
  25. (en) Erin, « WENDI RICHTER TO BE INDUCTED INTO THE WWE HALL OF FAME » [archive], sur www.diva-dirt.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  26. (en) Mike Johnson et Buck Woodward, « FULL REPORT FROM THE 2010 WWE HALL OF FAME CEREMONY INCLUDING WHAT YOU WON'T SEE ON USA NETWORK » [archive], sur www.pwinsider.com, (consulté le 2 octobre 2018).
  27. (en) Greg Oliver, « Superfly, JYD, Samoans, Cornette among 2012 PWHF inductees » [archive], sur www.slam.canoe.com, (consulté le 3 octobre 2018).
  28. a b c et d (en) Steven Johnson, « Austin, Steamboat delight at Cauliflower Alley Club reunion » [archive], sur www.slam.canoe.com, (consulté le 3 octobre 2018).
  29. (en) Greg Oliver, « Sammartino goes over at the Hall of Fame » [archive], sur www.slam.canoe.com, (consulté le 3 octobre 2018).
  30. (en) « Wendi Richter Relations », sur www.profightdb.com (consulté le 30 septembre 2018).
  31. Ross, Jim, « Sensational Sherri Martel Dead at 49.. and more.. in Today's Blog », JR's BBQ,
  32. a b et c (en) Wendi Richter sur Wrestlingdata
  33. (en) « Themes Wendi Richter », sur www.cagematch.net (consulté le 24 septembre 2018).
  34. (en) « World Women's Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 24 septembre 2018).
  35. (en) « WWE Women's Championship - WWF/WWE World Women's Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 24 septembre 2018).
  36. (en) Erin, « WENDI RICHTER TO BE INDUCTED INTO THE WWE HALL OF FAME » [archive], sur www.diva-dirt.com, (consulté le 24 septembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 novembre 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 6 novembre 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.