Debra Miceli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Debra Miceli
Alundra Blayze in 1995.jpg

Debra Miceli en 1995

Données générales
Nom de naissance
Debra Miceli
Nom de ring
Alundra Blayze
Madusa Miceli
Madusa[1]
Nationalité
Naissance
Taille
5 10 (1,78 m)[1]
Poids
150 lb (68 kg)[1]
Catheuse retraitée
Fédération(s)
World Championship Wrestling
World Wrestling Federation
All Japan Women's Pro-Wrestling
American Wrestling Association
International World Class Championship Wrestling
Entraîneur(s)
Eddie Sharkey[1]
Carrière pro.

Debra Ann Miceli (née le 6 février 1964 à Milan) est une catcheuse (lutteuse professionnelle), une valet (femme manager de catcheurs) et une pilote de monster truck américaine connue sous le nom de ring de Madusa ou Madusa Miceli.

Elle commence sa carrière dans le Minnesota et se fait connaitre à l'American Wrestling Association (AWA). Au sein de cette fédération, elle devient championne du monde féminin de l'AWA ainsi que la valet de Curt Hennig. Elle part ensuite au Japon en 1989 où elle est la première américaine à signer un contrat à temps plein avec l'All Japan Women's Pro-Wrestling et y devient championne du monde féminine de l'International Wrestling Association à deux reprises.

Au début des années 1990, elle retourne aux États-Unis d'abord à la World Championship Wrestling (WCW) où elle est membre de la Dangerously Alliance managé par Paul E. Dangerously. Elle quitte la WCW en 1993 pour la World Wrestling Federation où elle devient championne du monde féminine de la WWF à trois reprises.

Elle quitte la WWF pour retourner à la WCW en 1995 alors qu'elle est championne de la WWF et jette sa ceinture dans une poubelle à la télévision. Elle est finaliste du tournoi désignant la première championne féminine de la WCW qu'elle perd face à Akira Hokuto. Elle est ensuite championne poids lourds-légers de la WCW et est la première femme à détenir ce titre. En plus de cela, elle continue à agir comme valet en accompagnant notamment Randy Savage et est entraineur en charge des catcheuses au WCW Power Plant.

À la fin des années 1990, l'United States Hot Rod Association (en) souhaite utiliser son nom de ring pour un monster truck. Elle donne son accord et décide de le piloter. Elle connait un certain succès en étant co championne USHRA Monster Jam dans la catégorie Freestyle en 2004 et championne USHRA Monster Jam dans la catégorie course l'année suivante et met un terme à sa carrière en 2016. En 2015, elle devient membre du WWE Hall of Fame.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Miceli grandit dans le Minnesota et fait de la gymnastique[2]. Après le lycée, elle entre dans une école d'infirmière[2]. Alors qu'elle travaille comme infirmière, un ami de son petit ami de l'époque l'invite à essayer le catch[2].

Carrière de catcheuse[modifier | modifier le code]

Débuts (1984–1986)[modifier | modifier le code]

En 1984, Miceli souhaite devenir cascadeuse et s'entraine auprès d'Eddie Sharkey à Minneapolis[3],[4]. Elle fait ses premiers combats dans les bars de la région et gagne 5 dollars par match et doit donc continuer à travailler comme infirmière pour vivre[5]. Durant cette période, elle prend des stéroïdes mais arrête rapidement après avoir eu un problème sanguin[5].

American Wrestling Association (1986–1988)[modifier | modifier le code]

En 1988, Wahoo McDaniel (en) recommande Miceli à Verne Gagne, le promoteur de l'American Wrestling Association (AWA)[3]. Elle prend le nom de Madusa Miceli qui est un jeu de mot avec Made in USA[6],[7]. Elle y devient l'une des principales rivales de Sherri Martel durant son dernier règne de championne du monde féminin de l'AWA[7]. Les deux femmes s'affrontent dans un match de championnat le 2 mai 1987 où Martel conserve son titre[8]. Martel quitte l'AWA pour la World Wrestling Federation le 25 juillet et rend son titre[9]. Ce titre reste vacant jusqu'au 27 décembre où Madusa bat Candi Devine dans un match de championnat[10]. Dans le même temps, elle est aussi la valet de Kevin Kelly puis de Curt Hennig[7]. Son règne de championne de l'AWA prend fin après sa défaite face à Wendi Richter le 26 novembre 1988[11]. En fin d'année, le magazine Pro Wrestling Illustrated la désigne comme étant la Rookie de l'année 1988 faisant d'elle la première femme à recevoir cette distinction[7].

All Japan Women's Pro Wrestling (1989–1991)[modifier | modifier le code]

En 1989, Miceli part au Japon lutter à l'All Japan Women's Pro-Wrestling. Le 4 janvier, elle remporte le championnat du monde féminin de l'International Wrestling Association (IWA) après sa victoire sur Chigusa Nagayo et perd ce titre le lendemain face à cette dernière[12],[13]. Elle y devient la première américain à être sous contrat avec un fédération de joshiresu[14]. Elle y améliore son style sur le ring en ajoutant des mouvement venant de la boxe, du kickboxing ou du muay-thaï[14]. Elle est championne du monde féminine de l'IWA une seconde fois du 14 septembre 1989 après avoir vaincu Beastie et rend son titre en 1991 quand elle quitte le Japon[15].

World Championship Wrestling (1991-1993)[modifier | modifier le code]

Le 27 octobre 1991 au cours d'Halloween Havoc, Madusa apparait pour la première fois à la World Championship Wrestling (WCW) et accompagne Paul E. Dangerously et The Phantom[16]. Dangerously demande à The Phantom de se démasquer dévoilant qu'il est Rick Rude et ce trio se fait connaitre comme étant la Dangerous Alliance[16]. La WCW n'ayant pas de division féminine, elle agit comme valet de Rude durant sa rivalité avec Sting ; Madusa aidant Lex Luger à le blesser en dansant pour Sting le 19 novembre[17]. Plus tard, Rude devient champion des États-Unis de la WCW après sa victoire sur Sting[17].

Le 25 octobre 1992, Madusa interrompt une interview de Dangerously après la victoire de Vader qui remplace Rude dans un match pour le championnat des États-Unis[a] face à Nikita Koloff (en)[18]. Cela met en colère Dangerously qui la renvoie du clan et cette interview se conclue avec Madusa et Dangerously qui se battent[18]. Ils s'affrontent à Clash of the Champions XXI le 18 novembre dans un match d'une durée maximale de 5 minutes ; Madusa ruse en envoyant Mike Thor avec une perruque blonde sur le ring[19]. Quand Dagerously souhaite l'humilier en l'embrassant il prend conscience de la supercherie et Madusa l'attaque[19]. Après les cinq minutes, Madusa arrache le pantalon de son adversaire qui retourne aux vestiaires et ce combat se termine sur une égalité[19].

World Wrestling Federation (1993-1996)[modifier | modifier le code]

Alundra Blayze avec la ceinture de championne féminine de la WWF.

Fin 1993, Greg Valentine persuade Pat Patterson, le bras-doit de Vince McMahon, de faire venir Miceli à la World Wrestling Federation (WWF)[3]. Elle change de nom de ring pour celui d'Alundra Blayze[7]. La WWF souhaite relancer sa division féminine et fait d'elle la championne du monde féminine de la WWF après sa victoire sur Heidi Lee Morgan en finale d'un tournoi le 13 décembre[7],[20].

Elle défend son titre avec succès le 20 mars 1994 durant WrestleMania X face à Leilani Kai[21]. Durant ce combat, Kai n'est plus capable physiquement de réaliser une prestation correcte sur le ring[21]. Miceli recommande alors à Vince McMahon d'engager Bull Nakano qui travaille à l'All Japan Women's Pro-Wrestling[7]. Le premier combat les opposant le 1er août se termine par un double décompte à l'extérieur[22]. Leur second combat le 29 août au cours de SummerSlam voit Blayze conserver son titre[23]. Cet affrontement s'avère être de bonne qualité d'après Pro Wrestling Illustrated qui le désigne en fin d'année comme étant le 4e match de l'année[24]. Nakano parvient à mettre fin à son règne le 20 novembre au cours de Big Egg Wrestling Universe, un spectacle de l'All Japan Women's Pro-Wrestling[25]. En fin d'année, Pro Wrestling Illustrated juge que son retour sur le ring est le 4e comeback de l'année 1994[24].

Blayze récupère le titre le 3 avril 1995 face à Bull Nakano, juste après sa victoire Bertha Faye l'attaque[26]. La WWF fait alors croire que Faye casse le nez de sa nouvelle rivale pour avoir un prétexte pour l'absence de Miceli qui va s'offrir des opérations de chirurgie esthétique (augmentation mammaire et rhinoplastie)[7]. Blayze réapparait à la WWF durant l'été et perd son titre le 27 août à SummerSlam face à Faye[7],[27]. Elle est une dernière fois championne du monde féminine de la WWF le 23 octobre après sa victoire sur Bertha Faye[28]. Quelques semaines après cette victoire, la WWF l'informe de son renvoi car la fédération souhaite mettre un terme à la division féminine[3].

Retour à la World Championship Wrestling (1995-2001)[modifier | modifier le code]

Fin 1995, Eric Bischoff qui est le président de la World Championship Wrestling (WCW) contacte Miceli pour la faire venir dans sa fédération[3]. Elle apparait le 18 décembre où elle jette sa ceinture de championne féminine de la WWF dans une poubelle[29].

Le 23 janvier 1996 durant Clash of the Champions XXXII, Madusa empêche le mariage entre Col. Robert Parker et Sherri Martel en attaquant cette dernière[30]. Elle dispose rapidement de Martel pour son premier combat depuis son retour à la WCW six jours plus tard[31]. Après Martel, c'est le fiancé de cette dernière que Madusa affronte le 24 mars à Uncensored que le colonel Parker remporte[32]. La WCW créé une division féminine durant l'été en s'associant avec la fédération japonaise GAEA Japan[33]. Cela permet à Madusa d'affronter à nouveau Bull Nakano le 10 août au cours d'Hog Wild dans un match où la gagnante détruit la moto de son adversaire[34]. Nakano remporte le match puis l'arbitre revient sur sa décision permettant à Madusa de casser la moto de Nakano avec une massue[34]. Les deux femmes s'affrontent une seconde fois cinq jours plus tard à Clash of the Champions XXXIII où Madusa l'emporte à nouveau[35]. Elle est ensuite une des participantes du tournoi désignant la première championne féminine de la WCW organisé en fin d'année[33]. Elle élimine Reina Jubuki au premier tour le 4 novembre puis Zero (en) en demi finale la semaine suivante[36],[37]. Elle échoue en finale le 29 décembre à Starrcade face à Akira Hokuto[38].

Elle tente de mettre fin au règne d'Hokuto le 6 avril à Spring Stampede mais Luna Vachon intervient en fin de match en donnant un coup de pied à Madusa permettant à Hokuto de garder son titre[39].

Carrière de pilote de Monster Truck[modifier | modifier le code]

Madusa, le monster truck de Debra Miceli en 2014.

À la fin des années 1990, l'United States Hot Rod Association (en) propose à Miceli de participer à des courses et des concours de figures de Monster truck[40]. Elle s'entraine à la conduite de ce type de véhicule auprès de Dennis Anderson (en)[40]. Elle participe à ses premiers évènements comme pilote en 2000 et baptise son monster truck Madusa[40]. Quand la World Wrestling Federation rachète la World Championship Wrestling début 2001, elle décide de continuer sa carrière de pilote[40]. Elle devient rapidement une des meilleures femmes du Monster Jam ce qui lui vaut le surnom de « First Lady of Monster Jam. » tant de la part des public que des organisateurs[40].

En 2004, elle est co championne du monde USHRA Monster Jam dans la catégorie Freestyle à égalité avec Lupe Soza et Tom Meents[40].

L'année suivante, elle est championne du monde USHRA Monster Jam en course devant Dennis Anderson (en)[40].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle épouse le catcheur Eddie Gilbert (en) en 1991 puis le joueur de football américain Ken Blackman en 1998[41]. En 2011, elle épouse Alan Johnson, un militaire[41].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Au catch[modifier | modifier le code]

Dans les sports automobiles[modifier | modifier le code]

Récompenses des magazines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rick Rude affronte plus tard Masahiro Chōno dans un match pour le championnat du monde poids lourd de la WCW et obtient le droit de désigner un catcheur pour défendre son titre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « Profil d'Alundra Blayze », sur Online World of Wrestling (consulté le 10 juillet 2009)
  2. a, b et c (en) Dan Greene, « Follow pro wrestler Madusa's path from body slams to monster trucks », sur Sports Illustrated, (consulté le 28 avril 2017)
  3. a, b, c, d et e (en) Robert Leighty Jr., « 411’s Legends with JBL: Alundra Blayze Report », sur 411mania, (consulté le 21 juin 2017)
  4. (en) Abbey Arthur, « [TOP TEN] The Greatest Women Champions In Pro Wrestling », sur topropepress.com, (consulté le 28 avril 2017)
  5. a et b (en) Greg Di Cresce, « Madusa a natural for monster trucks », sur Slam! Wrestling, (consulté le 28 avril 2017)
  6. (en) John Canton, « 10 Things WWE Fans Need To Know About Alundra Blayze : 10. Madusa = Made In The USA », sur Whatculture, (consulté le 29 avril 2017)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Brittney Soban, « Throwback Thursday: WWE Hall of Fame Showcase: Alundra Blaze », sur Inside Pulse, (consulté le 29 avril 2017)
  8. (en) Brian Hoops, « Nostalgia Review: AWA Super Clash II; Bockwinkel vs Hennig; Blackwell vs. Zhukov; Midnight Rockers and more », sur PWTorch, (consulté le 29 avril 2017)
  9. (en) « Historique du championnat du monde féminin de l'American Wrestling Association », sur Wrestling-Titles (consulté le 29 avril 2017)
  10. (en) The Notorious Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (Dec. 27): All The Stars Come Out », sur Cageside Seats, (consulté le 29 avril 2017)
  11. (en) « AWA », sur Cagematch (consulté le 11 mai 2017)
  12. (en) « AJW @ Tokyo », sur Wrestlingdata (consulté le 13 mai 2017)
  13. (en) « AJW @ Tokyo », sur Wrestlingdata (consulté le 13 mai 2017)
  14. a et b (en) « CvC: Made In USA, The Greatest Women's Champion Is Debra Miceli », sur Bleacher Report, (consulté le 11 mai 2017)
  15. a et b (en) « Historique du IWA World Women's Championship (1987-1997) », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 20 août 2009)
  16. a et b (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Halloween Havoc ’91 », sur 411mania, (consulté le 14 mai 2017)
  17. a et b (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Clash of the Champions XVII », sur 411mania, (consulté le 15 mai 2017)
  18. a et b (en) Brian Hoops, « Nostalgia Review: WCW Halloween Havoc 1992; Sting vs. Roberts, Simmons vs. Barbarian, Rude vs. Chono, Vader vs. Koloff and more », sur PWTorch, (consulté le 29 mai 2017)
  19. a, b et c (en) J.D. Dunn, « Dark Pegasus Video Review: Clash of the Champions XXI », sur 411mania, (consulté le 29 mai 2017)
  20. (en) « WWF TV-Taping @ Poughkeepsie », sur Wrestlingdata (consulté le 29 mai 2017)
  21. a et b (en) Marc Elusive, « On the Marc Reviews: WrestleMania X », sur 411mania, (consulté le 1er juin 2017)
  22. (en) Haydn Gleed, « WWE Raw Retro Coverage - August 1, 1994: Shawn Michaels vs. Razor Ramon, Alundra Blayze vs. Bull Nakano, the Smoking Gunns in action », sur Pro Wrestling Dot Net, (consulté le 4 juin 2017)
  23. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost – Summerslam 1994 », sur 411mania, (consulté le 19 juin 2017)
  24. a, b, c et d (de) « Awards der Pro Wrestling Illustrated 1994 », sur Genickbruch,
  25. (en) Kevin Wilson, « All Japan Women Big Egg Wrestling Universe », sur Puroresu Central (consulté le 20 juin 2017)
  26. (en) Bob Colling, « WWF RAW 4/3/1995 », sur Wrestling Recaps (consulté le 21 juin 2017)
  27. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost – Summerslam 1995 », sur 411mania, (consulté le 21 juin 2017)
  28. (en) Bob Colling, « WWF RAW 10/23/1995 », sur Wrestling Recaps (consulté le 7 juillet 2017)
  29. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WCW Monday Nitro – 12.18.95 », sur Inside Pulse, (consulté le 11 juillet 2017)
  30. (en) Arnold Furious, « The Furious Flashbacks – WCW Clash of the Champions 32 », sur 411mania, (consulté le 12 juillet 2017)
  31. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WCW Monday Nitro – 01.29.96 », sur Inside Pulse, (consulté le 11 juillet 2017)
  32. (en) Brandon Stroud, « The Best And Worst Of WCW Uncensored 1996 », sur uproxx.com, (consulté le 12 juillet 2017)
  33. a et b (en) Kyle Schadler, « Abandoned: The History of the Two WCW Women's Championships », sur Bleacher Report, (consulté le 16 juillet 2017)
  34. a et b (en) Kevin Pantoja, « Random Network Reviews: WCW Hog Wild 1996 », sur 411mania, (consulté le 16 juillet 2017)
  35. (en) Arnold Furious, « The Furious Flashbacks – WCW Clash of the Champions 33 », sur 411mania, (consulté le 16 juillet 2017)
  36. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant for WCW Monday Nitro–11.04.96 », sur Blog of Doom, (consulté le 16 juillet 2017)
  37. (en) « WCW Main Event », sur Cagematch (consulté le 16 juillet 2017)
  38. (en) Arnold Furious, « The Furious Flashbacks – WCW Starrcade ’96 », sur 411mania, (consulté le 1er août 2017)
  39. (en) Scott Keith, « The SmarK Retro Repost – Spring Stampede ’97 », sur 411mania, (consulté le 1er août 2017)
  40. a, b, c, d, e, f et g (en) Dustin Parks, « Debra "Madusa" Miceli: The First Lady of Monster Jam », sur Bleacher Report, (consulté le 30 avril 2017)
  41. a et b (en) The Notorious Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (Feb. 9): Dusty Rhodes Wins The NWA World Title... Sort Of », sur Cageside Seats, (consulté le 30 avril 2017)
  42. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) « Madusa », sur Wrestlingdata (consulté le 12 mai 2017)
  43. (en) « Historique du AWA World Women's Championship (1954-1989) », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 20 août 2009)
  44. (en) « Historique du championnat féminin de l'International World Class Championship Wrestling », sur Wrestling-Titles (consulté le 12 mai 2017)
  45. (en) « Site officiel de Madusa » (consulté le 10 juillet 2009)
  46. (en) « Historique de Women's Championship », sur WWE (consulté le 10 juillet 2009)
  47. a et b (en) « Profil de Madusa (Debrah Miceli) », sur Monster Jam (consulté le 20 août 2009)
  48. (de) « Awards der Pro Wrestling Illustrated 1988 », sur Genickbruch,

Liens externes[modifier | modifier le code]