Jacques Rougeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rougeau.
Jacques Rougeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Données générales
Nom de ring
The Mountie
Nationalité
Naissance
Taille
6 3 (1,91 m)[1]
Poids
234 lb (106 kg)[1]
Catcheur retraité
Fédération
Entraîneur
Carrière pro.

Jacques Rougeau, Jr. (né le à Saint-Sulpice) est un catcheur (lutteur professionnel), un promoteur et un entraîneur de catch canadien aussi connu sous le nom de ring de The Mountie.

Il est le fils du catcheur Jacques Rougeau, Sr. (en) auprès de qui il s'entraîne et commence sa carrière de catcheur en 1977. Il se fait connaître en faisant équipe avec son frère Raymond Rougeau avec qui il forme l'équipe The Fabulous Rougeaus (en) d'abord dans des fédérations de catch québecoises puis à la World Wrestling Federation (WWF).

Quand Raymond arrête sa carrière en 1990, Jacques prend le nom de ring de The Mountie et remporte une fois le championnat intercontinental de la WWF. Il change de nom de ring pour celui de Jacques et fait équipe avec Pierre avec qui il gagne à trois reprises le championnat du monde par équipes de la WWF.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Rougeau, Jr. est le fils du catcheur Jacques Rougeau, Sr. (en) et a deux frères, Raymond et Armand (en) et deux sœurs, Joanne et Diane[3]. Ils grandissent dans une ferme à Saint-Sulpice où Jacques, Sr. élève des chevaux[4]. Jean Rougeau, qui est leur oncle est lui aussi catcheur ainsi que promoteur[3].

Carrière de catcheur[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Rougeau commence à s'entraîner auprès de son père avant de partir à Calgary lutter à la Stampede Wrestling[5]. Il part ensuite aux États-Unis lutter dans le Tennessee ainsi qu'au Mexique[5]. Son bref passage au Mexique lui permet d'apprendre à exécuter certaines prises aériennes comme des sauts périlleux arrière[5]. Il retourne aux États-Unis et continue à lutter dans le Tennessee ainsi qu'en Géorgie et en Alabama sous le nom de Jerry Roberts[5].

À la fin de l'année 1980[a], il remporte sous le nom de Jerry Roberts son premier titre à la Central States Wrestling en devenant champion par équipe de cette fédération avec Bruce Reed (en) et ils perdent ce titre en janvier 1981[6].

The Fabulous Rougeau Brothers[modifier | modifier le code]

Après deux années à la fédération, The Fabulous Rougeaus (Jacques et Raymond) deviennent heel quand ils participent à une storyline dans laquelle les frères canadiens sont annoncés comme "Du Canada, mais bientôt relocalisés aux États-Unis," en plus d'avoir intentionnellement un thème d'entrée ennuyant dans lequel ils chantent (en français) à propos des "All-American Boys" tout en ayant désormais Jimmy Hart comme gérant (les Rougeau étaient aussi annoncés pendant une courte période comme provenant de Memphis, la ville de Jimmy Hart). En brandissaient le drapeau américain, ils énervent les fans, qui se questionnaient sur leur sincérité. Selon Jacques, ce vent d'antipathie des fans américains inspire Vince McMahon à les faire devenir méchants. Ils rivalisent avec The Killer Bees, la Hart Foundation, The Bushwhackers, et The Rockers pendant leur période en tant que heel.

The Mountie[modifier | modifier le code]

Raymond Rougeau prend sa retraite en 1990, et Jacques quitte la fédération pendant une année avant de revenir en tant que The Mountie, un client du gérant Jimmy Hart. The Mountie était un membre corrompu de la Royal Canadian Mounted Police, portant toujours un pistolet électrique et qui se ventait toujours qu'il « a toujours son homme » sur le ring. The Mountie avait deux thèmes d'entrée - le premier, un thème musical à base de cor d'harmonie signifiait l'héritage canadien du personnage, et le second, un thème musical sur un rythme "heel" chanté par Jacques et intitulé « I'm the Mountie. » Le pistolet taser du Mountie était appelé un "shockstick".

Le personnage était sujet à des litiges au Canada, amenant Rougeau à être prié de ne pas jouer le rôle du Mountie dans son propre pays. Quand il luttait au Canada, il était annoncé par son vrai nom et ne portait pas les vêtements du Mountie sur le ring, même s'il gardait quelques parties de son costume comme la chemise rouge, le pantalon noir, et les bottes. The Mountie commençait à rivaliser avec The Big Boss Man après avoir déclaré qu'il était le seul représentant de la loi à la WWF, et le 26 août 1991 il passait une nuit en prison (kayfabe) après que le Bossman l'ait battu dans un Jailhouse Match au SummerSlam 1991. Le plus grand accomplissement du Mountie en tant que lutteur solo fut quand il remporta le WWF Intercontinental Championship contre Bret Hart, qui souffrait d'un coup du pistolet (kayfabe). The Mountie remportait donc le WWF Intercontinental Championship pour le perdre deux jours plus tard contre Rowdy Roddy Piper, dans ce qui était le règne le plus court pour le titre Intercontinental à la WWF pendant plusieurs années.

The Quebecers[modifier | modifier le code]

Jacques détenait le WWF World Tag Team Championship à trois reprises en tant que la moitié des Quebecers avec Pierre (Carl Ouellet). Le personnage des Quebecers était une sorte d'extension de celui du Mountie, bien qu'avec des costumes plus insoucieux et une emphase sur une attitude brutal. Le duo (qui était managé par Johnny Polo) montrait cependant bien leur détachement du controversé Mountie en utilisant une version différente du deuxième thème musical de Jacques quand il portrayait le Mountie, intitulée "We're Not The Mounties."

Match de retraite (1994)[modifier | modifier le code]

Les Quebecers se séparaient à un house show organisé au Forum de Montréal le 25 juin 1994. Après une défaite contre les Headshrinkers, Ouellet et Polo se retournaient contre Rougeau. Au bout de quelques minutes où Jacques se faisait attaquer devant son public, Raymond Rougeau (qui à cette époque commentait la version francophone de la WWF pour Canal+) courait sur le ring pour sauver son frère. Cet angle amenait le premier match de retraite de Rougeau, qui au cours des mois suivants, voyait sa promotion être très forte dans les shows TV de la WWF diffusés dans la région de Montréal, tout comme dans les médias locaux. Le match, qui était organisé le 21 octobre 1994, faisait guichets fermés et amassait 16 843 personnes au Forum de Montréal, pour une victoire de Rougeau, quand il effectuait le tombé sur Ouellet à la suite d'un flying bodypress. Rougeau, qui était accompagné par Raymond, utilisait la chanson de Queen We Are the Champions pour son thème d'entrée cette nuit-là.

The Amazing French Canadians[modifier | modifier le code]

Comme il arrive souvent dans le catch, cette retraite était temporaire. Vers la fin des années 1990, Rougeau et Ouellet faisaient de nouveau équipe dans les Amazing French Canadians à la World Championship Wrestling. En 1997, Jacques battait proprement Hollywood Hogan dans un match simple au Centre Bell de Montréal. Hogan insistait sur le fait qu'il perdait contre Jacques, citant son profond respect pour toute la famille Rougeau. La victoire par tombé de Rougeau était rarement citée par la WCW dans le cadre de protéger l'image d'Hogan. En 1998, Rougeau retournait à la WWF pour un dernier passage en équipe avec Carl Ouellet dans une version mise à jour des Quebecers. L'équipe ne durait que quelques mois. Lui et Ouellet s'unissaient brièvement de nouveau à la WCW en 2000 dans la Team Canada de Lance Storm.

Retraite[modifier | modifier le code]

Jacques a ouvert une école de catch à Montréal et il est aussi occasionnellement promoteur. Il remonte sur le ring de temps en temps.

Jacques est un porte-parole et supporter de SOS Suicide Jeunesse, une organisation qui offre du support et de l'information aux suicidaires. En plus, il est un dirigeant de la compagnie de camionnage Transport Pro Cam.

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Central States Wrestling
  • Continental Wrestling Association
    • 1 fois champion poids lourd du Sud-Est de la National Wrestling Alliance[8]
  • Lutte Internationale (Montréal)
  • Southeastern Championship Wrestling
    • NWA Southeast Heavyweight Championship (1 fois)
  • Pro Wrestling Illustrated
    • PWI l'a classé numéro 222 des 500 meilleurs catcheurs dans le PWI Years de 2003.
    • PWI l'a classé numéro 83 des 100 meilleures équipes dans le PWI Years avec Pierre Oulette en 2003.
  • Autres titres
    • SWF Heavyweight Championship (1 fois)
    • SWF World Tag Team Championship (15 fois)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La source n'indique pas la date exacte mais ce règne a lieu après le 30 octobre 1980.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Jacques Rougeau », sur Online World of Wrestling (consulté le 5 mars 2018)
  2. (en) « Jacques Rougeau », sur Cagematch (consulté le 5 mars 2018)
  3. a et b (en) « SLAM! Wrestling Canadian Hall of Fame: The Rougeau Family », sur Slam! Wrestling (consulté le 6 mars 2018)
  4. Geneviève Quessy, « L’enfance de Jacques Rougeau à la campagne », sur laterre.ca, (consulté le 6 mars 2018)
  5. a, b, c et d (en) Brian Bayless, « RF Video Shoot Interview with The Mountie Jacques Rougeau », sur blogofdoom.com, (consulté le 6 mars 2018)
  6. a et b (en) « NWA Central States Tag Team Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 6 mars 2018)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Jacques Rougeau », sur wrestlingdata.com (consulté le 6 mars 2018)
  8. (en) « NWA (Mid-America)/AWA Southern Heavyweight Title », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 6 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]