Dwayne Johnson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnson.
Dwayne Douglas Johnson
Description de cette image, également commentée ci-après

Dwayne Johnson en 2013.

Données générales
Nom complet Dwayne Douglas Johnson
Nom de ring Flex Kavana[1]
Rocky Maivia[1]
The Rock[1]
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Né(e) le (43 ans),
Hayward, Californie (États-Unis)
Taille 6 4 (1,93 m)[2]
Poids 264 lb (120 kg)[2]
Catcheur (ou catcheuse) en activité
Fédération(s) World Wrestling Federation/Entertainment (1996-2004) / (2011-…)
Entraîné(e) par Pat Patterson
Rocky Johnson
Tom Prichard
Carrière pro. 1995[3]aujourd'hui

Dwayne Douglas Johnson[4], également connu sous le nom sportif The Rock, est un catcheur, acteur et producteur américain, né le [5] à Hayward (Californie). En tant que catcheur, il a travaillé à la World Wrestling Entertainment jusqu'en 2004[1] puis est revenu de 2011[6] jusqu'en avril 2013[6] et a refait une apparition en 2014 et 2015. Il commence ensuite vers la fin des années 1990 une carrière d'acteur et accède rapidement aux premiers rôles dans les années 2000, devenant une vedette de cinéma à part entière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Douglas Johnson est le fils d'Ata Johnson (née Maivia) et du catcheur « Soulman » Rocky Johnson. Son grand-père maternel, « High Chief » Peter Maivia, est également catcheur. Sa grand-mère, Lia Maivia, a participé aux Polynesian Pacific Pro Wrestling de 1982 à 1988 après la mort de son mari, devenant l'une des meilleures promotions dans le catch féminin professionnel[7],[8]. Son père, noir, est de Nouvelle-Écosse, au Canada et sa mère est native des Samoa[9]. Durant une brève période, il a vécu à Auckland, en Nouvelle-Zélande, avec la famille de sa mère. Son cousin Leati Joseph Anoa'i travaille à la WWE sous le nom de Roman Reigns. Il se blessera à l'épaule avant de pouvoir participer au repêchage NFL de l'année 1995 et commence alors à jouer pour les Stampeders de Calgary dans la ligue canadienne de football pour avoir une chance de se rendre dans la NFL de nouveau. Étant moins agile et moins rapide après sa blessure à l'épaule, il se rend compte que sa carrière en tant que joueur de football est terminée. Cette épreuve a conduit Dwayne à devenir un catcheur professionnel comme son grand-père, Peter Maivia et son père, Rocky Johnson. Il gagne une très forte popularité dans la fédération World Wrestling Entertainment (WWE), initialement connue à l'époque en tant que World Wrestling Federation (WWF), de 1996 à 2004 et devient le premier catcheur de troisième génération de la compagnie. Il s'est rapidement intégré dans la WWF, premièrement en tant que « Rocky Maivia » et ensuite en tant que « The Rock », un membre de la Nation of Domination. Deux ans après avoir rejoint la WWF, Johnson gagne le WWF Championship et devient l'un des catcheurs les plus populaires de l'histoire de la compagnie grâce à ses entrevues et ses promos.

« The Rock » a été dix fois champion du monde poids lourds, il remporte le titre du WWF/E Championship à huit reprises et deux fois le WCW/World Championship. En addition à ces championnats, Johnson gagne également deux fois le WWF Intercontinental Championship et cinq fois le WWF Tag Team Championship ce qui en fait un Triple Crown Champion. Il a également remporté le Royal Rumble 2000. Connu comme un des plus grands showmans de l'histoire du catch, il enflamme les foules avec ses nombreuses catch-phrases, la plus célèbre étant : « If you smell what The Rock is cooking ? ». « The Rock » était à la fois, le principal rival et allié de Stone Cold Steve Austin, réputé comme étant le catcheur le plus apprécié de l'histoire.

En 2000, Johnson fait ses débuts dans la littérature en publiant son autobiographie, The Rock Says. Cette autobiographie a été classée à la première place du New York Times Best Seller List pendant plusieurs semaines[10].

En 2001, il débute sa carrière d'acteur et tourne occasionnellement dans des films avant de quitter la WWE, n'ayant plus d'obligation contractuelle avec son contrat en cours d'exécution allant jusqu'à fin 2004, pour se consacrer pleinement à cette nouvelle activité[1]. Le , il revient à la WWE mais souhaite privilégier sa carrière d'acteur[6].

Carrière dans le football américain et canadien[modifier | modifier le code]

Dwayne joue au football durant son passage au Freedom High School. Grâce à ses succès au football, il se rend à l'université de Miami (pour étudier la criminologie) et jouer avec les Hurricanes de Miami. Prévoyant de jouer dans la NFL à l'avenir, Dwayne est très enthousiaste à l'idée que le football lui paie ses études car ses parents avaient de gros problèmes financiers à l'époque. Cependant, il se blesse à l'épaule avant de pouvoir participer au repêchage NFL de l'année 1995 et commence alors à jouer au football canadien dans la ligue canadienne (avec les Stampeders de Calgary) pour avoir une chance de se rendre dans la NFL de nouveau. Étant moins agile et moins rapide après sa blessure à l'épaule, il se rend compte que sa carrière en tant que joueur de football est terminée.[réf. souhaitée] Apprenant qu'il devra se faire opérer à l'épaule et qu'il ne pourra plus jouer du restant de l'année, Dwayne fait une dépression et retourne à Tampa en Floride vivre chez ses parents dans un tout petit appartement.[réf. souhaitée] Dwayne Johnson décide donc de tourner la page et envisage de réaliser un de ses rêves d'enfance. Celui de devenir lutteur.[réf. souhaitée]

Carrière dans le catch[modifier | modifier le code]

Entrainement (1995-1996)[modifier | modifier le code]

Voyant son père et son grand-père évoluer dans une carrière de catcheur, il décide de le devenir à son tour. À la suite de cette annonce, son père décide de le former en l'avertissant qu'il ne lui faciliterait pas l'entrainement[11].

En 1995[3], il commence à lutter dans des ligues indépendantes[3] où il gagne 35 dollars par combat[11].

World Wrestling Federation/Entertainment (1996-2004)[modifier | modifier le code]

Débuts (1996-1997)[modifier | modifier le code]

Repéré par Pat Patterson[11], recruteur de la World Wrestling Entertainment, il est sélectionné en 1996 par la WWE[3] (World Wrestling Federation, en ce temps là) et débute sous le nom de Rocky Maivia (en l'honneur de son père qui s'appelait Rocky Johnson et de son grand-père qui s'appelait Peter Maiva[12]) dans cette fédération, à l'époque en perte de vitesse face à sa concurrente la World Championship Wrestling. La WWE le fait débuter aux Survivor Series.

Nation of Domination (1997-1998)[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Nation of Domination.
« The Rock » en tant que Champion Intercontinental.

Après s'être libéré de Salvatore Sincere, italo-américain de la stable de Cornette, le 10 février 1997, il remporte l'Intercontinental Championship face à Triple H, qu'il défend ensuite victorieusement contre The Sultan lors de Wrestlemania 13 et Savio Vega, avant d'être finalement battu par Owen Hart. Rocky est un personnage qui joue le rôle d'un face, mais étant donné que les fans ne s'attachent pas à son personnage, il n'est pas aimé par les spectateurs et est souvent hué. Après une blessure et un arrêt de quatre mois, il revient en août 1997 toujours portant le nom de Rocky Maivia, étant un personnage heel cette fois. Il rejoint aussitôt la Nation of Domination, guidée par Farooq. Quelques mois après son retour, il commence à se surnommer comme People's Champion et s'introduit au nom de « The Rock ».

Durant l'année 1997, il débute sa première grande rivalité avec Stone Cold Steve Austin, qui est aussi une vedette montante à l'époque. Par la suite, après avoir regagné l'Intercontinental Championship par fait face à Steve Austin le 8 décembre 1997 à Raw Is War, il commence une rivalité contre Ken Shamrock. Mais avant que « The Rock » rivalise avec Ken Shamrock, Stone Cold Steve Austin jetait la ceinture intercontinentale dans une rivière, alors qu'Austin était censé ramener le titre à « The Rock ». Ils s'affrontent au Royal Rumble 98 et lors de WrestleMania 14. Pendant cette rivalité, « The Rock », toujours avec la Nation of Domination, commence à prendre plus de place dans le clan, puis cela crée un conflit avec Farooq. Le champion Intercontinental devient donc rapidement le chef du clan et exclut Farooq de la Nation. En juin 1998, la Nation et la D-Generation X font la guerre des clans, et cela déclenche la rivalité entre « The Rock » et Triple H. Après avoir éliminé Triple H des qualifications du King of The Ring 1998, « The Rock » se retrouve en final du tournoi et s'incline face à Ken Shamrock, mais « The Rock » conserve toujours son titre. Continuant sa rivalité avec Triple H, il met son titre en jeu lors du Fully Loaded 1998 contre Triple H dans un « 2 Out of 3 Falls » où il s'en sort toujours comme Intercontinental Champion. La rivalité se poursuit de plus belle et « The Rock » perd finalement son titre après huit mois de règne dans un match classique lors d'un ladder match à Summerlam 1998. Gagnant le respect de la foule, « The Rock » commence à être aimé par les fans et se qualifie pour le tournoi des Survivor Series 1998. Étant en rivalité avec M. McMahon, le chairman fait tout pour que « The Rock » ne participe pas au Deadly Game Tournament, mais le People's Champion y parvient tout de même.

Il remporte le tournoi pour la ceinture WWE organisé au Survivor Series 1998. Opposé à Mick Foley, il remporte le match lorsque le président de la fédération, Vince McMahon, initialement manager de Mankind, le trahit en aidant « The Rock », plus tard rebaptisé « Corporate Champ », à remporter la victoire, d'une manière faite pour rappeler le Montreal Screwjob.

Rock 'n' Sock Connection (1999)[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Rock 'n' Sock Connection.

Dwayne engage alors une série de batailles contre celui-ci qui voit Mankind reprendre son titre le 4 janvier 1999, pour ensuite le reperdre dans un I quit match au Royal Rumble 1999 (un match qui a été très violent). Mankind le regagne ensuite, une nouvelle fois, après un Empty Arena Match, avant de devoir finalement l'abandonner définitivement dans un Ladder match, à Raw Is War.

Après que Stone Cold Steve Austin remporte le match décisif face au patron Vince McMahon, vainqueur du Royal Rumble de la même année, avec en jeu la possibilité d'affronter le champion, les deux lutteurs re-débutent alors une nouvelle rivalité qui trouve son point culminant lors de WrestleMania XV. Le match est gagné par Stone Cold. Le nouveau champion (Steve Austin) se fait voler sa ceinture par « The Rock » qui veut sa revanche de Backlash 1999. Pendant le combat, c'est Shane McMahon qui arbitre, et sans le vouloir, il donne la victoire à Stone Cold. Le lendemain lors de Raw Is War, « The Rock » confronte Shane Mcmahon car ce dernier est intervenu dans son match. Cela met fin au clan Corporation et « The Rock » continue sa carrière en solo.

En juin 1999, « The Rock » défie Undertaker (WWE Champion à l'époque) et ils combattent pour le titre lors de King of the Ring 1999. Undertaker conserve son titre avec l'aide de Triple H. C'est alors que « The Rock » et HHH poursuivent leur rivalité. Ils s'affrontent de nouveau à Fully Loaded 1999 dans un Strap match en juillet de la même année. Triple H s'en sort vainqueur avec l'aide de M. Ass. Par contre, la popularité de « The Rock » ne diminue pas malgré ses deux dernières défaites dans les PPV. D'ailleurs, il défait M. Ass lors du Summerslam 1999 dans un « Kiss my Ass match ».

En fin août 1999, « The Rock » forme une équipe avec Mankind s'appelant Rock'n Sock Connection. Dès le premier soir de la création de l'équipe, « The Rock » et Mankind remportent leur premier titre de Tag Team face à Undertaker et Big Show. Étant une équipe très charismatique, c'est aussi l'équipe qui s'entend le moins bien, mais les succès sont toujours là malgré tout.

« The Rock » a de nouveau sa chance de remporter le titre de champion du monde, à Rebellion, en octobre 1999, face à Triple H dans un Steel Cage match. Aidé par British Bulldog, Triple H s'en sort encore vainqueur et champion. Avant d'obtenir une nouvelle possibilité pour le titre aux Survivor Series 1999, un Triple Threat Match, devait être disputé par « The Rock », Triple H et Stone Cold mais celui-ci ayant été durement fauché par une voiture dans le parking, il est remplacé par Big Show, ce qui n'empêcha pas Triple H de remporter la ceinture. « The Rock » ne lâche pas l'affaire et s'attaque durement à Triple H, montrant la volonté de virer Cactus Jack (fort de son mariage avec la fille du président, Stephanie). Pendant que celui-ci tente inutilement de s'emparer du titre, le "People's Champ" en effet remporte le Royal Rumble 2000, en éliminant Big Show en dernier.

Mais des doutes sur sa victoire apparaissent : le Big Show prétend que les pieds du Rock ont touché le sol avant les siens. La WWE décide alors de faire disputer à WrestleMania 2000 un Fatal Four Way Elimination match entre Triple H, « The Rock », Mick Foley et Big Show. La particularité de la rencontre est le fait que chaque participant est accompagné par un membre de la famille McMahon : ce qui sera un élément important lorsque Vince McMahon, accompagnant « The Rock », se range en faveur de Triple H et aide à sa victoire en donnant au Rock deux coups de chaise.

WWE Champion (2000-2001)[modifier | modifier le code]
« The Rock » en tant que champion de la WWF.

« The Rock », réussit néanmoins à reprendre le titre à Backlash 2000 pour la première fois en un an. Un mois plus tard, il va ensuite le reperdre à Judgment Day 2000 contre le même Triple H, dans un Iron Man match terminé sur le score de 6 à 5 (Undertaker a effectué son retour, et sans le vouloir, il a disqualifié « The Rock » du match perdant ensuite le titre). Mais l'échange de titre ne se finit pas ainsi, car « The Rock » le remporte encore une fois un mois plus tard à King of The Ring 2000 dans un 6-man tag match. Il fait le tombé sur Vince McMahon pour la victoire, donc cela force Triple H à lui céder le titre. Mettant sa rivalité avec Triple H de côté, il en débute une nouvelle avec Chris Benoit en juillet 2000. Il s'affrontent lors de Fully Loaded 2000, puis « The Rock » va s'en sortir toujours champion. Kurt Angle (gagnant du King of the Ring 2000) s'assure d'un match contre le champion à Summerslam, mais étant donné qu'il est aussi en rivalité avec Triple H à ce moment-là, cela met en carte un Triple Threat Match opposant « The Rock », Kurt Angle et Triple H à Summerslam 2000. Toujours déterminé à garder son titre, « The Rock » remporte le match. « The Rock » est maintenant un homme ciblé, d'ailleurs il doit combattre, lors de Unforgiven 2000, trois autres combattants (Undertaker, Kane et Chris Benoit) dans un Fatal 4 way match. Toujours fidèle à son titre, « The Rock » réussit encore à conserver sa ceinture. En octobre 2000, la WWF (maintenant WWE) cherche à résoudre une vieille enquête concernant ce qu'il s'est passé avec Stone Cold en novembre 1999 (accident de voiture). Rikishi avoue ouvertement lors de Raw is war qu'il a bel et bien heurté Steve Austin en voiture et il mentionne qu'il l'a fait pour « The Rock ». « The Rock », ébranlé, affronte Kurt Angle à No Mercy 2000 et il perd son titre après 4 mois, à cause de l'intervention de Rikishi. Ayant plus de titre, « The Rock » tente d'en finir avec Rikishi, puis lors de Survivor Series, « The Rock » bat Rikishi par tombé.

L'invasion et départ de la WWE (2001-2004)[modifier | modifier le code]
Johnson à la WWE, en 2002.

« The Rock » participe au Royal Rumble, en janvier 2001, puis passe très près de le remporter, malheureusement pour lui, il n'est pas l'aspirant #1 pour le titre à Wrestlemania X-Seven. Par contre, lors de Smackdown! en février 2001, il bat Big Show pour être aspirant #1 au titre à No Way Out face au champion Kurt Angle à l'époque. Donc « The Rock » a une opportunité de remporter le titre. Il devient champion pour la 6e fois de sa carrière. Il fait donc les retrouvailles de son ancien rival, Stone Cold Steve Austin lors de Wrestlemania 17.

Il perd contre Stone Cold Steve Austin, revenu nouveau vainqueur du Royal Rumble. Le match, se déroulant sous des règles sans disqualification, se conclut seulement après une nouvelle intervention de Vince McMahon en faveur de Stone Cold qui se range donc avec lui.

« The People's Champ » s'absente pendant 4 mois où il tourne les films Le Retour de la momie et Le Roi scorpion mais revient pour SummerSlam, où, en pleine période d'« invasion » de la WCW, il réussit à obtenir le titre mondial de la WCW qui était détenu par Booker T. Chris Jericho lui reprendra à No Mercy 2001. Cependant, « The Rock » réagit et regagne le titre contre Jericho en novembre 2001 à Raw. Menacé d'être renvoyé de la WWE, l'équipe de « The Rock » (Team WWF à l'époque) fait face à l'équipe de Steve Austin (Team Alliance) au Survivor Series 2001. « The Rock » bat finalement Stone Cold Steve Austin et cela met fin à l'invasion. Avant Wrestlemania X8, une légende de la WWE fait son retour, il s'agit de Hulk Hogan. « The Rock », voulant avoir le statut du meilleur de tous les temps, défie Hulk Hogan pour un match à Wrestlemania X8. Ce dernier accepte, il s'affronte dans un combat. « The Rock » parvient tout de même à vaincre Hulk Hogan. Un peu après Wrestlemania, « The Rock » s'absente pour tourner son troisième film Bienvenue dans la jungle. En juin 2002, « The Rock » effectue son retour et il compte affronter l'Undisputed Champion, qui était Undertaker à l'époque. Kurt Angle est de la partie et ils s'affrontent dans un Triple Threat Match lors de Vengeance 2002. « The Rock » remporte le Undisputed Championship pour la septième fois de sa carrière. Un mois plus tard, à Summerslam 2002, il est battu par Brock Lesnar et prend un long repos, dont il profite pour continuer à tourner Bienvenue dans la jungle.

Il revient en janvier 2003 pour affronter une deuxième fois Hulk Hogan à No Way Out 2003. Il parvient à le battre à nouveau, par contre, il est aidé par M. McMahon et l'arbitre Sylvain Grenier. Déterminer à vaincre Stone Cold Steve Austin, ils s'affrontent à Wrestlemania 19 pour la troisième fois de leur carrière. Cette fois ci, c'est « The Rock » qui s'en sort dans une victoire décisive. Après le combat, « The Rock » se confie à Austin en lui montrant tout son respect et en le remerciant. Finalement, il fera son dernier match de l'année face à Goldberg lors de Backlash 2003 et perdit face à ce dernier, bien qu'il se sera mieux battu que Goldberg, ce match aura été l'un des matchs les plus historiques de la WWE et de « The Rock » (son dernier match officiel, avant son retour sur les rings en 2011). Après cela, il quitte la WWE pour se lancer dans une carrière dans le cinéma.

Diverses apparitions à la WWE (2004-2009)[modifier | modifier le code]

Dwayne serrant la main à ses fans, en 2006.

Dwayne fait quelques apparitions pendant l'année 2003 dont au Highlight Reel de Chris Jericho et en décembre 2003 pour aider Mick Foley contre La Résistance. En mars 2004, avant WrestleMania XX, il effectue un retour et vient aider Mick Foley à nouveau pour faire face à l'Évolution. Il perd contre l'Évolution avec Mick Foley lors de l'édition de WrestleMania XX en 2004. « The Rock » se retire ensuite discrètement du ring, mais continue de faire des apparitions de temps en temps durant les épisodes de Raw, toujours en 2004. Le 12 mars 2007, il fait une apparition à la WWE après pratiquement trois ans d'absence, à Raw. Il « prédit » correctement que Bobby Lashley battrait Umaga à WrestleMania 23 dans un Battle of the Billionaires match avec Donald Trump et Vince McMahon[13]. Le 29 mars 2008, « The Rock » intronise son père, Rocky Johnson et son grand-père, Peter Maivia dans le WWE Hall of Fame. Pendant cette induction, il parodie des superstars de la WWE telles que John Cena, Santino Marella, Chris Jericho, Mick Foley, Shawn Michaels et Steve Austin[14]. Le 2 octobre 2009, il apparait dans un segment pour les 10 ans de SmackDown. Il aurait été contacté par la WWE afin d'être un des guest hosts de Raw pour le mois de décembre de la même année mais il n'a pas pu être présent car il était au Mexique pour le tournage d'un film[Lequel ?].[réf. souhaitée]

Retour à la World Wrestling Entertainment (2011-2013)[modifier | modifier le code]

« The Rock » à WrestleMania XXVIII.
Rivalité avec John Cena[modifier | modifier le code]

Lors de l'épisode de Raw du 14 février 2011, Dwayne Johnson fait son retour sur les rings de la WWE. Il annonce qu'il est le guest host de WrestleMania XXVII, assurant avoir des comptes à régler avec The Miz et John Cena. Il écrit sur sa page Facebook officielle les mots « Finally...get ready...DJ ». Il explique son retour à Raw, son retour « chez lui » et qu'il « ne partira plus jamais »[15]. Le soir de son retour, « The Rock » critique le champion de la WWE The Miz et explique que John Cena a dit des propos déplacés à son sujet. Il l'insulte à son tour en critiquant la couleur de son t-shirt. John Cena répond la semaine suivante lors de l'émission de Raw en rappant et en remettant en question son amour pour l'univers de la WWE. La semaine suivante, « The Rock » répond en parodiant le rap de Cena. John Cena répond ensuite avec un rap similaire à celui de la semaine passée, avant d'être attaqué par The Miz, qui insulte à son tour « The Rock » et portant même sa prise de finition sur John Cena, le People's Elbow. Le 28 mars à Raw, « The Rock » se retrouve face à face avec John Cena, avant d'être rejoints par The Miz. Cette confrontation se finit avec un People's Elbow du « Rock » sur The Miz, suivie d'un Attitude Adjustment de John Cena sur « The Rock ».

Lors de WrestleMania XXVII, il revient après le match entre John Cena et The Miz et annonce que le match doit être rejoué. Pendant ce match transformé en no disqualification, il attaque John Cena en lui portant un Rock Bottom pour se venger du Attitude Adjustement que John Cena lui avait fait au Raw précédent, et offre ainsi la victoire au Miz. Mais après le match, durant la célébration du Miz, « The Rock » l'attaque et lui porte son People's Elbow. Le lendemain à Raw, Cena et « The Rock » officialisent le main-event de WrestleMania XXVIII un an à l'avance, qui oppose les deux hommes.

Le 2 mai 2011, « The Rock » fête son anniversaire à Raw lors d'une édition spéciale. Durant la même soirée, Cena lui dit qu'il a l'intention de conserver le Championnat de la WWE jusqu'à Wrestlemania XXVIII.

« The Rock » et John Cena se font face à WrestleMania XXVIII.

Le 24 octobre 2011 à Raw, John Cena choisi « The Rock » comme partenaire pour affronter The Awesome Truth (The Miz et R-Truth) aux Survivor Series (2011). « The Rock » donne sa réponse la semaine suivante à Raw dans une vidéo pré-enregistrée et accepte de faire équipe avec Cena lors des Survivor Series mais en ajoutant qu'il le faisait pour ses fans et pas pour Cena tout en ajoutant que ce qu'il fera au Miz et à R-Truth sera une partie de ce qu'il fera à Cena le 1er avril 2012. Le 14 novembre à Raw, il porte son Rock Bottom sur Mick Foley, à The Miz & R-Truth. Lors de Survivor Series (2011), il a battu The Awesome Truth en faisant le tombé sur The Miz à la suite d'un People's Elbow. À la fin du match, il célèbre avec le public, faisant un concours avec John Cena pour savoir lequel des deux avait le plus de popularité auprès du public du Madison Square Garden, qu'il remporte ; finalement il porte son Rock Bottom sur Cena [16].

À partir de 2012, il est possible de voir des vidéos de « The Rock » se préparant pour WrestleMania XXVIII. Il effectue son retour lors du Raw du 27 février afin de répondre à John Cena[17]. Lors du Raw du 5 mars[18] et du SmackDown du 9 mars, lui et Cena sont face à face sur le ring et échangent des mots. Lors du Raw du 12 mars, il répond au rap de Cena en chanson, et insulte les fans de John Cena et ce dernier[19]. Lors du Raw 19 mars, il porte son Rock Bottom sur Mark Henry qui avait préalablement perdu contre John Cena[20]. Lors de WrestleMania XXVIII, il bat John Cena. Le lendemain à Raw, « The Rock » remercie John Cena en disant que le match à WrestleMania était l'un des plus grand match de sa carrière. Il dit aussi qu'il aurait eu une vision, celle d'être à nouveau Champion de la WWE.

Le 25 février à Raw, il est annoncé qu'il défendra son WWE Championship contre John Cena lors de WrestleMania XXIX[21]. Lors du Raw Old School du 4 mars, lui et John Cena se font face où il dit à ce dernier qu'il voulait l'affronter à nouveau et qu'il le battra encore[22]. Lors de WrestleMania XXIX, il perd son WWE Championship contre John Cena.

Rivalité avec CM Punk et WWE Champion[modifier | modifier le code]
« The Rock » marchant vers le ring à WrestleMania XXVIII.

À partir du 1000e épisode de Raw, « The Rock » est en rivalité avec celui qui sera WWE Champion au Royal Rumble, lors du 1000e épisode de Raw, il annonce face à Daniel Bryan et CM Punk qu'il sera au Royal Rumble, en janvier 2013, pour combattre contre le champion de la WWE, peu importe qui ce sera, afin de devenir le prochain champion[23].

Il revient pendant le match pour la ceinture de la WWE entre CM Punk et John Cena. En effet, le Big Show interrompt le match, en intervenant deux fois. Alors que John Cena se fait attaquer violemment par Show, « The Rock » descend en courant, attaque le colosse et lui porte son Spinebuster. CM Punk portera un coup de la corde à linge puis un GTS sur « The Rock ». CM Punk défendra son titre le 7 janvier 2013 face à Ryback et le vainqueur entre les deux hommes fera face à « The Rock » au Royal Rumble 2013 qui aura lieu le 27 janvier de la même année.[24]. Le 7 janvier à Raw, il fait face à CM Punk t après lui avoir dit qu'il revenait pour l'arrêter et pour lui prendre le WWE Championship, il lui porte un Rock Bottom[25]. Lors du Royal Rumble, il bat CM Punk et remporte le WWE Championship. Le lendemain à Raw, il est annoncé, qu'il défendra son titre contre CM Punk lors d'Elimination Chamber. Le 11 févrirer à Raw, il se fait attaquer par CM Punk à causrr f'une distraction de Paul Heyman. Lors de Elimination Chamber, il bat CM Punk et conserve son titre. Le lendemain à Raw, il présente le nouveau WWE Championship.

Apparitions occasionnelles (2014-…)[modifier | modifier le code]

« The Rock » et Ronda Rousey à la Wrestlemania XXXI.

En août 2014, lors de la WrestleMania XXX, il apparaît avec Stone Cold Steve Austin et Hulk Hogan[26]. Le 6 octobre 2014, lors d'un WWE Raw 2014, il attaque Rusev[27].

En janvier 2015, lors du Royal Rumble 2015, il aide Roman Reigns en attaquant Big Show et Kane[28]. En mars 2015, lors de WrestleMania XXXI, lui et Ronda Rousey attaquent Triple H et Stephanie McMahon après une altercation entre lui et Triple H[29]. En juin 2015, il fait une apparition surprise lors du live event de Boston en effectuant une promo avec Bo Dallas puis en attaquant ce dernier[30].

Caractéristiques au catch[modifier | modifier le code]

  • Prises de finition
    • Rock Bottom[1] (Side Slam)
    • People's Elbow[1] / Corporate Elbow[31] (Elbow drop précédé des gestes théâtraux)
  • Surnoms
    • The People's Champion[1],[32]
    • The Brahma Bull[32]
    • The Corporate Champion
    • The Great One
    • The Most Electrifying Man in Sports Entertainment[1]
    • The Most Electrifying Man in All Entertainment[1]
    • Rocky[33]
  • Musiques d'entrées
Musiques d'entrées Compositeur Périodes Fédérations
Destiny Jim Johnston 1996-1997 World Wrestling Federation (WWF)
Power 1997-1998
You Smell It 1998
Do You Smell It 1998-1999
Know Your Role 1999-2001 ; 2004-2008 ; 2009 WWF / WWE
Know Your Role (V2) 2001-2002
If You Smell 2001-2003
It's Conquered 2003 World Wrestling Entertainment (WWE)
Is Cookin 2003
Electrifying 2011-…
  • Dans les magazines
    • Pro Wrestling Illustrated
      • Élu match de l'année 1999 contre Mankind
      • Élu catcheur le plus populaire de l'année en 1999 et en 2000
      • Élu catcheur de l'année 2000 par les fans
      • Élu match de l'année 2002 contre Hulk Hogan
PWI 500, les cinq cents meilleurs catcheurs de l'année
Année 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Rang en stagnation 167 en augmentation 103 en augmentation 11 en augmentation 5 en augmentation 2 en diminution 14 en augmentation 9
Référence [34] [35] [36] [37] [38] [39] [40]

Carrière d'acteur[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Photoshoot de Vanity Fair, en 2001.

En 1998, Dwayne Johnson débute sa carrière d'acteur avec un rôle à la télévision, le temps d'un épisode, dans la série télévisée That 70's Show[41]. Les années suivantes, il continue à faire ses classes en participant à des séries comme Traque sur Internet, Star Trek: Voyager ou encore DAG[41].

En 2001, Dwayne Johnson obtient son premier rôle (secondaire) au cinéma dans le film Le Retour de la momie[41].

En 2002, il obtient son premier rôle principal dans le film Le Roi Scorpion. Pour ce film, il reçoit un salaire estimé à 5,5 millions de dollars[42],[43].

En 2003, il confirme son statut de tête d'affiche avec le film d'aventures[41] tels que Bienvenue dans la jungle.

Confirmation difficile[modifier | modifier le code]

Au Tribeca International Film Festival 2009.

L'année suivante, il porte le film d'action Tolérance zéro de Kevin Bray qui échoue commercialement [44].

En 2005, il fait partie de la large distribution de la comédie Be Cool de F. Gary Gray et persévère dans le film d'action avec Doom d'Andrzej Bartkowiak, mais qui est un énorme échec au box-office [45].

Il répète la même stratégie en 2006 : en participant au thriller fantastique choral Southland Tales de Richard Kelly, et en star d'action de Rédemption. Le premier est un cuisant échec commercial [46], tandis que le second rembourse à peine son budget [47].

En 2007, il livre la première de ses collaborations avec les studios Disney avec la comédie familiale Maxi papa. Il poursuivra avec La Montagne ensorcelée en 2009 et Fée malgré lui en 2010.

Entre temps, il se voit confier des seconds rôles dans des comédies d'action : Max la Menace avec Steve Carrell et Anne Hathaway, et Very Bad Cops[41], avec Mark Wahlberg et Will Ferrell.

Franchises à succès et films d'action[modifier | modifier le code]

A la première australienne de G.I. Joe : Conspiration, en mars 2013.

En 2010, il essaie de revenir en héros de film d'action avec Faster de George Tillman Jr., mais le film est un échec commercial. En revanche, il est choisi la même année pour intégrer le casting du blockbuster Fast and Furious 5.

Sorti en 2011, ce cinquième opus engrange 86 millions de dollars lors du premier week-end de sa sortie aux États-Unis, ce qui fait du film le gros succès au box-office de la franchise et aussi le plus gros succès cinématographique de l'acteur[48].

L'année d'après, il confirme dans ce rôle de "sauveur de franchise", en incarnant Hank Parsons dans le film Voyage au centre de la Terre 2 : L'Île mystérieuse. Cette suite surpasse au box-office le premier film porté par Brendan Fraser, et deux suites sont mises en chantier [49].

En 2013, ses deux autres tentatives de tête d'affiche de film d'action se soldent par de nouveaux échecs : Infiltré de Ric Roman Waugh est privé d'une sortie internationale [50] et Empire State de Dito Montiel sort directement en vidéo.

Son année s'avère néanmoins excellente grâce à ses participations à deux populaires franchises d'action : Fast and Furious 6 [41] de Justin Lin, nouveau gros succès [51], suivi de G.I. Joe : Conspiration de Jon Chu, qui se voit commander une suite par le studio [52]. Il boucle cette prolifique année en participant à la satire d'action No Pain No Gain de Michael Bay, où il retrouve Mark Wahlberg, avec qui il partage cette fois l'affiche. Le film est un succès [53].

A la première australienne de Hercules, en juin 2014, à Sydney.

En 2014, il incarne Hercule dans le film du même nom[41], qui divise la critique, mais fonctionne correctement au box-office, surtout à l'international [54]. La même année, il est annoncé pour interpréter le rôle de Black Adam dans le prochain film intitulé Shazam, rôle qu'il confirme lui-même un peu plus tard[55],[56].

En 2015, il reprend son rôle de Luke Hobbs dans le film Fast and Furious 7[41]. Le film est le troisième plus gros succès commercial de l'histoire du cinéma mondial [57].

Il est aussi la star du blockbuster catastrophe San Andreas pour lequel il retrouve le réalisateur Brad Peyton. Le film est un succès, surtout à l'étranger [58].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dany Garcia et Dwayne « The Rock » Johnson en 2009.

Dwayne Johnson s'est marié à Dany Garcia le , le lendemain de ses 25 ans[59]. Ils ont eu une fille, prénommée Simone Alexandra, née le [59]. Le , ils ont annoncé leur séparation à l'amiable et qu'ils passeraient le reste de leur vie comme des meilleurs amis[59].

Dwayne Johnson est un bon ami de l'acteur et ancien Gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger[60].

Il est supporter des Heat de Miami (équipe de basketball), des Miami Hurricanes football (en) (équipe de football américain) et de l'équipe des Samoa de rugby à XV. Après la coupe du monde de rugby 2007, le site de l'équipe de Samoa a mit en ligne une photo de Dwayne Johnson tenant un maillot personnalisé « Manu Samoa Jersey » avec « The Rock » imagé dans le dos[61]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Prochainement

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Guillaume Orsat[62] et David Kruger[63] sont les voix françaises régulières de Dwayne Johnson. Il y a également Bruno Dubernat qui l'a doublé à cinq reprises[n 2].

Au Québec, Benoît Rousseau est la voix française régulière de l'acteur[64].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Il est d'usage que les acteurs jouant leur propre rôle dans un film soient crédités sous l'appellation « lui-même », toutefois lorsque Dwayne Johnson apparaît sous le nom « Rocky Johnson, The Rock, Dwayne Johnson », ceci est dans le but d'établir clairement qu'il interprète un personnage fictionnel et non sa propre personne.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Carton du doublage français sur le DVD zone 2 ou télévisuel.
  3. a, b et c Carton du doublage français lors de la diffusion télévisuelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) John Milner, « Biography Slam! Sports « The Rock » », sur Slam.canoe.ca,‎
  2. a et b (en) « Profil de The Rock », sur Cagematch (consulté le 28 janvier 2015).
  3. a, b, c et d (en) « Bio - The Rock », sur Onlineworldofwrestling.com,‎ 2008 (consulté le 7 juillet 2015).
  4. (en) « Biographie de Dwayne « The Rock » Johnson », sur Notablebiographies.com (consulté le 13 avril 2008)
  5. (en) « Dwayne Johnson (1972–) », sur Filmreference.com (consulté le 13 avril 2008)
  6. a, b et c (en) Matt Bishop, « Raw: Finally, « The Rock » has returned to WWE », sur Slam.canoe.ca,‎
  7. Grandmother of 'The Rock', promoter, The Miami Herald,‎
  8. (en) « Through the years – Dwayne not just The Rock Johnson », sur Movies.yahoo.com,‎ (consulté le 13 mars 2009)
  9. (en) « The Rock's on a roll in Hollywood », sur Birminghampost.net, The Birmingham Post,‎ (consulté le 10 novembre 2010).
  10. (en) « Best sellers plus », sur New York Times.com,‎
  11. a, b et c (en) Kaya Morgan, « How The Rock Transformed from Pro Wrestler to Bankable Movie Star », sur Islandconnections.com,‎ (consulté le 7 juillet 2015).
  12. (en) The Rock et Joe Layden, The Rock Says…, Harper Entertainment,‎ 2000 (ISBN 0-06-039298-3), p. Chapter 10 : « Rocky Maivia »
  13. (en) Noah Starr, « Billion dollar burn », sur WWE.com (consulté le 21 mars 2008)
  14. (en) « Réunion de la famille Johnson », sur WWE.com,‎ (consulté le 4 mars 2009)
  15. (en) Matt Bishop, « Raw: Finally, « The Rock » has returned to WWE », sur Slam.canoe.ca, Canadian Online Explorer (consulté le 15 février 2011)
  16. (en) « John Cena and « The Rock » vs. The Miz and R-Truth », sur www.wwe.com, WWE (consulté le 21 novembre 2011)
  17. (en) Kevin Powers, « WWE Raw SuperShow results: From the best ones to the great ones », sur WWE.com,‎ (consulté le 31 mars 2012)
  18. (en) John Clapp, « The Rock » and John Cena resumed their war of words, sur WWE.com,‎ (consulté le 31 mars 2012)
  19. (en) Tom Herrera, « The Rock » scorched John Cena in his rock concert, sur WWE.com,‎ (consulté le 31 mars 2012).
  20. (en) Tom Herrera, « John Cena def. Mark Henry; « The Rock » assaulted Henry », sur WWE.com,‎ (consulté le 31 mars 2012).
  21. Jason Descôteau, « RAWzumé », sur info-lutte.com,‎ (consulté le 26 février 2013)
  22. Jason Descôteau, « RAWzumé », sur info-lutte.com,‎ (consulté le 5 mars 2013)
  23. (en) Tom Herrera, « The Rock » proclaimed he will fight for the WWE Championship at Royal Rumble, sur wwe.com,‎ (consulté le 26 juillet 2012).
  24. (en) Tom Herrera, « John Cena def. WWE Champion CM Punk via Disqualification », sur wwe.com,‎ (consulté le 26 juillet 2012).
  25. Jason Descôteau, « RAWzumé », sur info-lutte.com,‎ (consulté le 8 janvier 2015)
  26. (en) Mashable, « Hulk Hogan, 'Stone Cold' Steve Austin and The Rock Return to the Ring in 'WrestleMania 30' », sur Mashable.com,‎ (consulté le 27 juin 2015).
  27. (en) Adam Martin, « WWE RAW RESULTS - 10/6/14 (THE ROCK CONFRONTS RUSEV) », sur Wrestleview.com,‎ (consulté le 27 juin 2015).
  28. (en) Jim Varsallone, « PRO WRESTLING: The Rock surprises to help Roman Reigns win Royal Rumble; Brock Lesnar retains WWE title », sur Miamiherald.com,‎ (consulté le 27 juin 2015).
  29. (en) James Dator, « Ronda Rousey attacks Stephanie McMahon at WrestleMania », sur Sbnation.com,‎ (consulté le 27 juin 2015).
  30. DIVADDICTI0Nr, « The Rock effectue son retour en live event », sur Caq.fr,‎ .
  31. (en) « Austin wins title at WM15 (Austin gagne le titre à WM15) », sur Slam.canoe.ca,‎ (consulté le 19 août 2010).
  32. a et b (en) « Rock of Ages », sur World Wrestling Entertainment.com,‎ (consulté le 10 mai 2009).
  33. (en) Ian Hamilton, Wrestling's Sinking Ship: What Happens To An Industry Without Competition,‎ 2006 (ISBN 1411612108), p. 39
  34. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 1996 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  35. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 1997 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  36. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 1998 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  37. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 1999 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  38. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 2000 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  39. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 2001 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  40. (en) « Pro Wrestling Illustrated (PWI) 500 de 2002 », Internet Wrestling Database (consulté le 21 novembre 2011).
  41. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) « Filmographie à venir de Dwayne Johnson », sur IMDb.com,‎ (consulté en 28 juin 2015 (m-à-j)).
  42. (en) « Bio de Dwayne Johnson » (consulté le 31 octobre 2010)
  43. (en) Guiness World Records 2007 - édition Hachette - p. 160 - (ISBN 978-2-01-236992-4)
  44. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=walkingtall.htm
  45. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=doom.htm
  46. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=southlandtales.htm
  47. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=gridirongang.htm
  48. (en) « The Rock’s Fast Five makes history, John Cena-Extreme Rules, Obama/Hulk Hogan », sur Wrestleheat.com,‎ 1er mai 2011 (consulté le 31 août 2013)
  49. http://www.slashfilm.com/dwayne-johnson-journey-3-4-writer/
  50. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=snitch.htm
  51. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=fast6.htm
  52. http://www.slashfilm.com/gi-joe-3-director/
  53. [1]
  54. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=hercules2014.htm
  55. « Dwayne Johnson : il ne jouera pas Shazam mais Black Adam » sur Allociné.fr, consulté le 3 septembre 2014
  56. « Dwayne Johnson confirme être Black Adam dans Shazam » sur Actuciné.fr, consulté le 3 septembre 2014
  57. http://www.ozap.com/actu/-fast-and-furious-7-troisieme-plus-gros-succes-de-l-histoire-du-cinema/472638
  58. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=sanandreas.htm
  59. a, b et c (en) Julie Jordan, « Dwayne « The Rock » Johnson and wife subdivisée », sur People.com,‎ 1er juin 2007
  60. (en) Peter Hartlaub, « The Rock » is no more, sur Sanfranciscogate.com,‎
  61. (en) « Manu Samoa », sur Manusamoa.com.ws,‎ (consulté le 31 août 2013)
  62. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé Dwayne Johnson en France » sur RS Doublage, consulté le 2 juillet 2013.
  63. a et b « Fiche des doublages effectués par David Kruger » sur Doublagefrançais.fr, consulté le 2 juillet 2013.
  64. a, b, c, d et e « Comédiens ayant doublé Dwayne Johnson au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 2 janvier 2014
  65. « Fiche du doublage français du film G.I. Joe : Conspiration » sur AlloDoublage, consulté le 2 juillet 2013
  66. « Fiche du doublage français du film Fast and Furious 6 » sur AlloDoublage, consulté le 23 mai 2013
  67. « Fiche du doublage français du film No Pain No Gain » sur AlloDoublage, consulté le 11 septembre 2013
  68. « Fiche du doublage français du film Hercule (2014) » sur AlloDoublage, consulté le 2 septembre 2014.
  69. « Fiche du doublage français du film Fast and Furious 7 » sur AlloDoublage, consulté le 6 avril 2015.
  70. « Fiche du doublage français du film Be Cool » sur Doublagissimo, consulté le 2 juillet 2013
  71. « Fiche du doublage français du film Southland Tales » sur Voxofilm, consulté le 2 juillet 2013
  72. « Fiche du doublage français du film Fée malgré lui » sur Voxofilm, consulté le 2 juillet 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]