Youssef ben Hassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Moulay Youssef)
Aller à : navigation, rechercher
Moulay Youssef
Image illustrative de l'article Youssef ben Hassan
Titre
Sultan du Maroc

(15 ans 3 mois et 4 jours)
Couronnement [1]
Premier ministre Mohammed al-Mokri[2]
Prédécesseur Moulay Abdelhafid
Successeur Mohammed V
Biographie
Dynastie alaouite
Nom de naissance Youssef ben Hassan Alaoui[réf. nécessaire]
Date de naissance
Lieu de naissance Meknès (Maroc)
Date de décès [3]
Lieu de décès Fès (Maroc)
Père Hassan Ier
Conjoint Lalla Yacout
Enfants Moulay Driss
Moulay Hassan
Mohammed V Red crown.png
Moulay Abdessalam
Lalla Zineb
Lalla Amina
Monarques du Maroc

Moulay Youssef[4], né en 1881 à Meknès[5] et mort en 1927 à Fès[6], est un sultan de la dynastie alaouite. Il régna de 1912 jusqu'à sa mort et fut le deuxième sultan ayant exercé sa fonction pendant la période française – officiellement nommée « Protectorat français dans l'Empire chérifien » dans le traité franco-marocain de Fès – et espagnole au Maroc.

Les trois sultans qui le précédèrent furent d'abord son père, Hassan Ier (1873-1894) ; puis ses demi-frères[5], Moulay Abdelaziz (1894-1908) et Moulay Abdelhafid (1908-1912). Son troisième fils, Sidi Mohammed, lui succéda en tant que sultan et devint trente ans plus tard — l'année qui suivit l'indépendance retrouvée — le premier monarque du pays à porter le titre de roi, sous le nom de Mohammed V.

Son règne fut agité et marqué par de fréquentes révoltes contre l'occupant français ou espagnol. La plus importante fut conduite par Mohammed ben Abdelkrim el-Khettabi dans le Rif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à son accession au trône[modifier | modifier le code]

Fils – le plus jeune – du sultan Moulay Hassan (« Hassan Ier ») et d'une mère circassienne[5] de Syrie[7], Moulay Youssef naquit dans le palais impérial de Meknès[5], mais passa sa jeunesse dans celui de Fès[5]. Son enfance fut bercée par les dernières années du règne de son père, puis son adolescence et ses débuts dans la vie d'adulte par les règnes de ses frères aînés : Moulay Abdelaziz, devenu un jeune sultan de 14 ans à la mort de leur père (1894), sous « régence » pendant six ans de Ba Ahmad, par la suite détrôné en faveur de l'un de ses autres frères, Moulay Abdelhafid (1908).

Le 13 août 1912, selon le premier numéro du « bulletin officiel du Maroc »[8], peu après son accès à la dignité de khalifa (représentant du sultan) de Fès[5], il succéda à Moulay Abdelhafid, signataire du traité franco-marocain établissant depuis mars 1912 le protectorat français, après son abdication de la veille[9]. Dans la foulée, son « éducation politique » fut confiée au général Gouraud[10].

Moulay Youssef, sultan[modifier | modifier le code]

Moulay Youssef s'établit en octobre 1912[11] avec la cour à Rabat, devenue capitale du protectorat français du temps de Moulay Abdelhafid[10] et remplaçant Fès. Son fils Sidi Mohammed, futur roi du Maroc, alors âgé de trois ans, lui, resta à Fès avec un précepteur algérien (Si Mohammed Mammeri) lui apprenant notamment les bases du français. Par la suite, ils se virent rarement[12].

En 1913, il signa le dahir formant Code des obligations et des contrats, toujours en vigueur aujourd'hui.

En 1926, il participa à Paris à l'inauguration de la Grande Mosquée[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hubert Lyautey (dir.), Rapport général sur la situation du protectorat du Maroc au 31 juillet 1914, (lire en ligne), p. 54
  2. Son titre était celui de « grand vizir ».
  3. Gilles Lafuente, « Dahir berbère », dans Encyclopédie berbère, vol. XIV, Édisud, (lire en ligne), p. 2180
  4. Voir les dénominations utilisées dans les ressources bibliographiques.
  5. a, b, c, d, e et f Abraham Lahnite (préf. Jean Martin), Les Conditions d'établissement du traité de Fez : La Politique berbère du protectorat français au Maroc (1912-1956), Paris, L'Harmattan, coll. « Histoire et Perspectives méditerranéennes », , 336 p. (ISBN 9782296549807 et 9782296549807, présentation en ligne, lire en ligne), p. 136
  6. Michel Abitbol, p. 447
  7. Abdelhadi Alaoui, op. cit., p. 53
  8. BORM no 1, 1912
  9. Paul Doury, Un échec occulté de Lyautey, l'affaire du Tafilalet : Maroc oriental, 1917-1919, Paris, L'Harmattan, , 465 p. (ISBN 9782296050532, lire en ligne), p. 146
  10. a et b Michel Abitbol, p. 411
  11. Robert Chastel, op. cit., p. 139
  12. Michel Abitbol, p. 448
  13. On peut visionner un court documentaire muet portant sur l'inauguration de la Grande Mosquée de Paris par Moulay Youssef.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]