Council on Foreign Relations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Council on foreign relations
Domaine d'activité relations internationales
Création 1921
Personnes-clés Carla Anderson Hills et Robert E. Rubin Co-Chairman, Richard N. Haass, Président
Orientation politique Bipartisan
Siège New York
Chapitres plus de 100 aux États-Unis
Publications Foreign Affairs
Site web http://www.cfr.org/

Le Council on Foreign Relations ou CFR est un think tank non partisan américain, ayant pour but d'analyser la politique étrangère des États-Unis et la situation politique mondiale. Fondé en 1921, il est composé d'environ 5 000 membres issus du milieu des affaires, de l'économie et de la politique. Son siège se situe à New York avec un bureau à Washington D. C.. Le CFR est considéré comme l'un des think tanks les plus influents en politique étrangère[1],[2],[3]. Il publie une revue bi-mensuelle, Foreign Affairs, dispose d'un site web très consulté, publie de nombreux rapports et livres ainsi que des vidéos (son Crisis Guides a gagné un Emmy award[4]).

À ne pas confondre avec le Committee on Foreign Relations (Comité des affaires étrangères du Sénat des États-Unis).

Mission[modifier | modifier le code]

Le CFR veut être « une ressource pour ses membres ainsi que pour les officiels du gouvernement, les dirigeants des entreprises, les journalistes, les enseignants et les étudiants, les leaders civils et religieux, des citoyens, de façon à les aider à mieux comprendre le monde ainsi que les choix de politique étrangère que doivent faire tant les États-Unis que d'autres pays ». Le CFR entend à ce que ses membres reflète la diversité de la société américaine et entend développer l'expertise de la génération montante de leaders en proposant des programmes qui incluent des rencontres et des discussions avec les officiels du gouvernement, des leaders mondiaux et des membres éminents de la communauté des affaires étrangères.

Son think tank le David Rockefeller Studies Program est composé d'environ cinquante adjoints et chercheurs à temps complet ainsi que de dix récipiendaires d'une bourse d'un an qui couvrent les régions majeures et les problèmes actuels de l'agenda international. Ces chercheurs contribuent aux débats de politique étrangère en faisant des recommandations à l'administration présidentielle, en témoignant devant le Sénat des États-Unis en fournissant des conseils à la communauté diplomatique, en interagissant avec les médias notamment par le biais de rapports, de livres d'articles sur les sujets de politique étrangère.

Le CFR publie Foreign Affairs, une importante revue d'affaires internationales et ce qu'ils appellent des Independent Task Forces[N 1] c'est-à-dire des rapports réalisés par des experts d'origine et de champs d'expertise divers. Ces rapports comportent à la fois des analyses et des prescriptions sur des sujets importants de politique étrangère. Le CFR vise aussi à fournir une information et des analyses à jour tant sur les événements mondiaux et que sur la politique étrangère des États-Unis. En 2008, son Crisis Guide: Darfur a reçu un Emmy Award dans la catégorie New Approaches to News & Documentary Programming: Current News Coverage.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Pour Fareed Zakaria, le Council est profondément marqué par la pensée de James Madison qui « se méfiait des partis politiques, qu'il rangeait en bloc aux côtés des « factions » de tout acabit et considérait comme un grave danger pour la jeune République américaine »[5]. Dans cette optique le Council a toujours voulu tout comme la Brookings Institution s'affranchir des barrières politiques et faire travailler ensemble des démocrates et des républicains. Ce point le distingue fortement d'autre Think Tank tel l'Heritage Fondation dont l'un des dirigeants a déclaré un jour « notre rôle est de fournir aux acteurs politiques conservateurs les arguments qui soutiendront notre camp »[6].

Le Council semble, au contraire, viser plutôt à fabriquer un consensus fondé sur la raison et l'étude des faits, un trait proche de la pensée de Walter Lippmann, un de ses fondateurs.

Le programme World Order in the 21st Century[modifier | modifier le code]

Pensant que l'architecture de gouvernance mondiale reflétait trop le monde tel qu'il existait en 1945 et n'était plus adapté au monde actuel, le CFR a lancé en 2008 un programme de cinq ans intitulé « International Institutions and Global Governance: World Order in the 21st Century ». « Le programme cherche à identifier les faiblesses critiques du cadre actuel de coopération multilatérale ; à proposer des réformes spécifiques adaptées aux nouvelles situations mondiales : à promouvoir un leadership constructif des États-Unis visant à renforcer les capacités des organisations existantes et à promouvoir de nouvelles institutions ainsi que de nouveaux partenariats plus efficaces tant au niveau régional que mondial incluant le secteur privé et les ONG »[7].

Le programme[N 2] se focalise sur quatre grands défis :

  • Contrer les menaces transnationales parmi lesquelles le terrorisme, la prolifération d'armes de destruction massive et de maladies infectieuses ;
  • Protéger l'environnement et promouvoir la sécurité énergétique ;
  • Gérer l'économie mondiale ;
  • Prévenir et répondre à des conflits violents.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le CFR comporte deux types de membres : des personnes physiques et des sociétés

Concernant les personnes physiques, elles doivent être citoyennes des États-Unis ou résidents permanents ayant demandé leur citoyenneté. Pour devenir membres permanents, sa candidature doit être appuyée par au moins trois membres anciens[8]. Les personnes entre 30 et 36 ans peuvent se voir offert la possibilité de devenir membres pour une durée de cinq ans.
Concernant les sociétés (250 au total)[N 3] il existe trois catégories : basique, Premium (cotisation de plus de 25 000 $) et President's Circle (cotisation de plus de 50 000 $). Tous les cadres des sociétés ont l'opportunité de pouvoir ainsi atteindre des présidents ou des chefs de gouvernements des Officiels des États-Unis ou des membres du congrès. Les membres des catégories President et premium peuvent aussi assister à des dîners privés ou à des réceptions données par des officiels importants des États-Unis ou des leaders mondiaux[9].

Le CFR a deux co-chairmen, un président (actuellement Richard N. Haass) et un comité directeur qui compte actuellement trente-six membres parmi lesquels nous pouvons citer : Robert E. Rubin vice- prédident du bureau, Fouad Ajami, Madeleine Albright, Alan Blinder, Richard Holbrooke, Colin Powell, Fareed Zakaria [N 4].

Il existe aussi un International Advisory Board[N 5] composé de 35 membres venant du monde entier.

Le CFR dispose également d'une équipe de chercheurs rémunérés.

Une certaine influence[modifier | modifier le code]

Une étude de Laurence Shoup et de William Minter des curriculum vitæ de 502 membres importants des gouvernements des États-Unis sur la période allant de 1945 à 1972 a montré que plus de cinquante pour cent d'entre eux avaient été membres du Council on Foreign Relations. Pour ces auteurs, être membres de cette institution pouvait être considéré comme « un rite de passage pour quelqu'un aspirant être un dirigeant de la sécurité nationale »[10].

Le Council on Foreign Relations a compté plusieurs politiciens tel Gerald Ford, plus de douze Ministres des Affaires étrangères dont John Foster Dulles, Dean Rusk, Henry Kissinger, Madeleine Albright, Colin Powell, des banquiers, des juristes, des journalistes (notamment Walter Lippmann), des professeurs comme Wesley Clair Mitchell et une figure importante de l'OSS puis de la CIA Allen Dulles.

En 1962, le groupe a commencé un programme d'abord pour les officiers de l'US Air Force puis de l'US Army, de l'US Navy et de l'US Marine Corps[11].

Le Council qui accepte en général (il y a des exceptions, tel Grover Norquist) des membres républicains et démocrates plutôt "centristes" semble avoir vu son influence dans les sphères gouvernementales diminuer sous la présidence de George W. Bush[N 6] au profit de think tank néoconservateur tel le PNAC (Project for the New American Century). L'actuelle administration Obama compte certains membres ayant eu des liens avec le CFR. Parmi eux, nous pouvons citer : Tom Vilsack, secrétaire à l'Agriculture, Ken Salazar, secrétaire à Intérieur, Robert Gates, secrétaire à la Défense ou Timothy Geithner, secrétaire au Trésor, entre autres.

Par ailleurs, quelques-uns de ses membres sont également des Bilderbergers, tandis que d'autres sont membres de la Commission Trilatérale, des institutions qui tentent de peser sur les décisions prises dans les domaines de la régulation de l'économie mondiale et la géopolitique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des années 1920 à la fin de la seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Council on Foreign Relations est né de la fusion entre un groupe de juristes internationaux et de banquiers réunis autour d'Elihu Root[12]qui le fondèrent en juin 1918 et des anciens de l'Inquiry, c'est-à-dire du groupe de travail formé sous l'impulsion du président Woodrow Wilson et de son conseiller spécial le colonel Edward Mandell House. Ce groupe qui comprenait Walter Lippmann réunissait des jeunes à la fois créatifs et ambitieux. À Paris lors d'une réunion à l'hôtel Majestic avec leurs homologues britanniques, ils décidèrent de former un institut anglo-américain d'études internationales avec une branche à Londres et une à New York. Les britanniques formèrent le Royal Institute of International Affairs, les américains de retour chez eux s'avisèrent que leur pays n'avait pas les mêmes problèmes que la Grande-Bretagne et que donc il convenait de créer un organisme séparé. De leur côté les anglais étaient arrivés à la même conclusion de sorte qu'il n'y eut pas de problème entre ces deux institutions. Les américains se rapprochèrent du groupe d'Elihu Root, les uns apportant les fonds et les relations sociales les autres les idées, l'expertise et l'expérience diplomatique. Toutefois la nécessité de ménager les egos fit que ce n'est que le 29 juillet 1921 que la nouvelle institution put démarrer, sous la présidence de John W. Davis, ancien ambassadeur à Londres. En 1922, l'association qui comptait déjà trois cent membres, reçut en grande pompe son premier hôte de marque, Georges Clemenceau[13]. En septembre 1922, ils lancent la revue Foreign Affairs dont la vente se révèle bien meilleure que prévue. Dans le premier numéro, Elihu Root écrivit qu'isolationniste ou pas, l'Amérique était devenue une puissance mondiale et que le public devait le savoir[14].

En 1925 W. E. B. Du Bois, un africain-américain, écrit un article intitulé "World of Color" dans Foreign Affairs[15]. Toutefois, des tensions persistèrent entre les universitaires soucieux de connaître les opinions de tous et les autres. En mars 1933, Henry Stimson qui fut plusieurs fois ministres, fut choqué qu'un Japonais ait été invité à parler. Une autre controverse s'ouvrit en 1937, à la suite de la parution du livre d'Hamilton Fitz Armstrong et d'Allen Dulles Can We Be Neutral ?. Un ouvrage dans lequel les auteurs attaquaient les isolationnistes et se prononçaient la fois en faveur de l'intervention des États-Unis dans la lutte contre le nazisme. La controverse entre interventionniste et isolationniste qui suivit, ne prit fin qu'avec l'entrée en guerre des États-Unis[15]. Durant cette période, des membres du CFN servirent dans l'OSS, d'autres occupèrent des positions élevés (Henry Stimson fut ministre de la guerre, John McCloy devint son adjoint, Averell Harriman joua un rôle diplomatique important) et une centaine furent intégrés, avec l'aval du ministère des affaires étrangères, dans le projet War and Peace qui comportait quatre groupes : économique et financier avec notamment Alvin Hansen et Jacob Viner, Sécurité et armement, territoire et politique[16].

De 1945 aux années 1960[modifier | modifier le code]

Au sortir de la guerre, plus de 50 % des leaders du CFR sortent des grandes universités (Ivy League) et les juristes des sociétés de Wall Street membres de nombreux conseils d'administration constitue le groupe le plus nombreux. Parallèlement, vingt chercheurs sont employés à temps plein[17]. En 1945, le Council est pour un temps pour une politique d'apaisement avec l'URSS. En juillet 1947, la revue du Council, Foreign Affairs, publie l'article de George Kennan : The source of Soviet Conduct où il introduit le terme containment[18]. Même si des membres du Council tel Averell Harriman y joueront un rôle important le Council en tant que tel, est peu impliqué dans le Plan Marshall. En 1957, après une année passé au siège du CFN, Henry Kissinger publie Nuclear Weapons and Foreign Policy qui servira de base aux doctrines de stabilité stratégique, de contrôle des armes et de non-prolifération nucléaire[18]. Au début des années 1960, selon Arthur Schlesinger le Council est au cœur de l'"Establisment" américain dont les dieux Lares sont Henry Stimson et Elihu Root et les leaders actuels Robert A. Lovett (en) et John McCloy.

Si dans les années 1960 dans son United States and China in World Affairs, le Council se prononce pour un rapprochement avec la Chine qui finalement sera réalisé[18], la guerre du Vietnam ébranle profondément l'institution comme d'ailleurs les États-Unis. Les divergences entre les membres seront telles qu'aucun document sur la question ne pourra être produit. Certains membres de longue date commencent à douter et à se demander si l'institution n'a pas fait son temps.Walter Lippmann maintenant âgé se retire, Hamilton Fitz Amstrong quitte, après cinquante ans de service, Foreign Affairs, et John McCloy décide de passer la main.

Le renouveau[modifier | modifier le code]

À partir des années 1970, le Council, sous la présidence de David Rockefeller, va peu à peu se reconstruire. Les effectifs seront rajeunis et les femmes seront admises. En 1976, ils pourront enfin produire un document sur la guerre du Vietnam The Vietnam Legacy, un livre édité par Anthony Lake qui sera plus tard conseiller de Bill Clinton[19]. À la fin des années 1970, le Council lance le projet 1980's dont le résultat semble trop académique et pas assez incisif à certains. La fin de la guerre froide amène le Council, comme les autres organismes de recherche en relations internationales, à un profond changement de paradigme.

Dans les années 1980, un International Advisory Board, composé de personnages étrangers, jouant un rôle important dans le monde des affaires et de la politique, est mis en place. Ce Board, dont fera partie notamment Rigoberta Menchú, est destiné à plus ouvrir le Council sur le monde. Parallèlement, des dispositions sont prises afin de mieux assurer des relations entre des membres maintenant très dispersés (longtemps, le Council a été un club de l'"Establishment New Yorkais") et pour renforcer sa présence médiatique. Enfin des efforts sont faits pour attirer des membres et des chercheurs de la nouvelle génération[20].

Quelques membres historiques notables[modifier | modifier le code]

Hamilton Fish Armstrong, Bruce Hopper, Isaiah Bowman, Averell Harriman, Conrad Black (International Advisory Board member), McGeorge Bundy, Allen Dulles, John Foster Dulles, President Gerald Ford, George Kennan, Walter Lippmann,Robert McNamara, Wesley Clair Mitchell, John McCloy, David Rockefeller,Nelson Rockefeller, Walt Rostow,Elihu Root, Dean Rusk, Arthur Schlesinger, Albert Wohlstetter, Roberta Wohlstetter, Paul Warburg, Caspar Weinberger[21], Leslie H. Gelb (président honoraire).

Les critiques[modifier | modifier le code]

Pour certains proches de la John Birch Society, le CFR serait contrôlé par un groupe de personnes issues des sociétés secrètes d'étudiants des universités Yale et Harvard : le Skull and Bones et le Scroll and Key. Ces personnes, après leur prétendue intégration dans un groupe d'élite appelé « JASON Society », seraient élues par leurs pairs pour constituer le comité exécutif du CFR. La John Birch Society soutient que le Conseil des relations étrangères se voue à la formation d'un gouvernement mondial[22]. En 1980, l'un de ses représentants et membre du Congrès des États-Unis, Larry McDonald, voulut lancer une enquête parlementaire sur le Conseil des relations étrangères ainsi que la Trilatérale via la résolution 773[23].

L'influence de certains intérêts privés sur les médias a été étudiée de manière générale par Noam Chomsky et Edward Herman via leur modèle de propagande (1988).

Livres[modifier | modifier le code]

Livres classiques

  • Grose, Peter. Continuing the Inquiry: The Council on Foreign Relations from 1921 to 1996. New York: Council on Foreign Relations: 1996. ISBN 0-876-09192-3.
  • Shoup Laurence et Minter William Imperial Brain Trust : The Council on Foreign Relations and United States Foreign Policy , éditeur: Authors Choice Press (July 20, 2004), 348 pages, ISBN 0595324266
  • Schulzinger, Robert D. The Wise Men of Foreign Affairs. New York: Columbia University Press, 1984. ISBN 0-231-05528-5.
  • Zakaria Fareed, Post American World traduit en français sous le titre bizarre L'empire américain : l'heure du partage Éditions Saint-Simon
  • Who's who of the elite: members of the Bilderbergs Council on Foreign Relations, Trilateral Commission, and Skull & Bones Society de Robert Gaylon Ross. - 2nd revision. - San Marcos, Tex : RIE, 2000, ISBN 0964988801
  • Tous pouvoirs confondus : État, capital et médias à l'ère de la mondialisation de Geoffrey Geuens, éditions EPO (15 mars 2003), 470 pages, ISBN 2872621938
  • The Shadows of Power: The Council on Foreign Relations and the American Decline de James Perloff, éditeur: Western Islands (November 1, 1988), 264 pages, ISBN 0882791346
  • Wala, Michael. The Council on Foreign Relations and American Foreign Policy in the Early Cold War. Providence, RI: Berghann Books, 1994. ISBN 1-571-81003-X
  • Tragedy and Hope: A History of the World in Our Time (1966) de Carroll Quigley ISBN 0-945001-10-X
  • The Anglo-American Establishment: From Rhodes to Cliveden (1981) de Carroll Quigley ISBN 0-945001-01-0

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir liste [1]
  2. Ce programme semble trouver quelques échos dans l'administration Obama : voir « US vows to embrace UN in break with Bush-era policy » vu le 20/08/2009.
  3. Voir Corporate Roster - Council on Foreign Relations. Retrieved 2009-11-20.
  4. Voir liste complète [2]
  5. Voir liste des membres [ http://www.cfr.org/about/people/international_advisory_board.html]
  6. Si Bush père a été membre du Council, ce ne semble pas être le cas du fils

Références[modifier | modifier le code]

  1. "the most influential foreign policy think tank in the U.S., "the most influential US organisation in the field of foreign policy and security" Stepping ever closer to NATO - The Sofia Echo - Apr 17, 2003
  2. "The nation's most influential foreign-policy think tank" Realists Rule? - Inter Press Service - Aug 22, 2005
  3. "most influential and prestigious think tank in America" New scramble for Africa Jamaica Gleaner - Jan 29, 2006
  4. Voir [3]
  5. Zakaria, p. 218
  6. Fareed Zakaria, p. 218
  7. voir [4] consulté le 20/12/2009
  8. "Membership".
  9. [PDF] "Corporate Program".
  10. auteurs cité in [5] consulté le 21/07/2005
  11. voir [6]
  12. voir [ http://www.cfr.org/about/history/cfr/inquiry.html] consulté le 21/12/2009
  13. voir [7] consulté le 21/12/2009
  14. [8] consulté le 21/12/2009
  15. a et b [9] consulté le 21/12/2009
  16. [10] consulté le 21/12/2009
  17. [11] consulté le 21/12/2009
  18. a, b et c [12] consulté le 21/12/2009
  19. [13] consulté le 21/12/2009
  20. [14] consulté le 22/12/2009
  21. Sources pour ces noms : [15] consulté le 20/12/2009
  22. Barry, Dan "Holding Firm Against Plots by Evildoers", New York Times, June 25, 2009 [16]
  23. Jim Marrs, Rule by Secrecy: The Hidden History That Connects the Trilateral Commission, the Freemasons, and the Great Pyramids, HarperCollins, 2001, New York, http://sandiego.indymedia.org/media/2006/10/119974.pdf, ISBN 978-0-06-093184-1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Conseil des relations étrangères.