Condominium des Nouvelles-Hébrides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

16° 38′ S 168° 01′ E / -16.633, 168.017

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvelles-Hébrides.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article s'intéresse à l'organisation coloniale des Nouvelles-Hébrides de 1907 à 1980. Pour un article plus détaillé sur leur histoire, voir Histoire du Vanuatu.
Condominium des Nouvelles-Hébrides

New Hebrides Condominium en

1906 – 1980

Drapeau
Drapeau de la France
Blason
Drapeau du Royaume-Uni
Description de cette image, également commentée ci-après

Les Nouvelles-Hébrides (en vert) dans le Pacifique.

Informations générales
Statut Sans administration avant 1906
Condominium franco-britannique à partir 1906
Capitale Port-Vila
Histoire et événements
XVIIIe siècle Explorations européennes
1906 Condominium franco-britannique
30 juillet 1980 Indépendance

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le condominium des Nouvelles-Hébrides, en anglais New Hebrides Condominium, était une colonie franco-britannique érigée dans l'archipel des Nouvelles-Hébrides, sur le territoire de l'actuel Vanuatu, du [Note 1] à son indépendance le . C'est l'un des deux condominiums coloniaux du XXe siècle avec le Soudan anglo-égyptien et le « dernier exemple du régime condominial s'appliquant à un territoire et à une population d'importance notable[1] ».

Régime original dû à l'impossibilité pour l'un et l'autre des deux pays d'abandonner l'archipel, il a la particularité de voir s'exercer trois souverainetés : celles propres des deux États envers leurs nationaux et leurs sociétés, celle du condominium pour les indigènes, les relations entre les différentes nationalités, l'administration et les services condominiaux[2]. Il a pris fin avec l'indépendance des Nouvelles-Hébrides en 1980 après deux ans de transition. L'État nouvellement créé prit alors le nom de Vanuatu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Vanuatu.

La création du Condominium résulte de tout un contexte de géo-politique spécifique au début du XXe siècle : après l'incident diplomatique de Fachoda, au Soudan, entre la France et le Royaume-Uni, cette dernière fait un revirement très sensible de politique étrangère à partir de 1901, et avec l'accession au trône du très francophile Édouard VII.

Le Royaume-Uni lança donc une politique surprenante de rapprochement avec la France, pour répondre à la montée en puissance de l'empire allemand, et trouver un allié solide : l'Entente cordiale. Pour concrétiser cette entente, régler les problèmes coloniaux entre les deux puissances était l'une des priorités. La France proposait d'échanger les établissements français dans l'Inde contre la Gambie, enclavée dans la colonie du Sénégal. Mais cette dernière était devenue protectorat britannique en 1894. Le deuxième choix, définitif, se porta alors sur les îles des Nouvelles-Hébrides, au Nord de la Nouvelle-Calédonie. Pour symboliser et concrétiser l'entente entre les deux états, les Britanniques proposèrent à la France de faire de la colonie un condominium entre les deux États, et les Britanniques demandèrent à la France de conserver les 5 comptoirs de l'Inde. La proposition fut saluée avec enthousiasme par la majorité des parlementaires des deux pays.

En 1906, la France et le Royaume-Uni s'entendent pour administrer l'archipel conjointement. Son statut fait l'objet de nombreuses publications de coloniaux, d'hommes politiques, de diplomates et de juristes (Nicolas Politis en particulier).

Le protocole du n'utilise toujours pas le terme « condominium » mais évoque à l'article 4 des « services communs ». Pendant la guerre de 1914-1918, il n'y eut aucun envoi de volontaires indigènes car juridiquement, la question posait problème, d'autant plus que l'archipel était démilitarisé au vu du condominium qui imposait deux systèmes en un cadre pacifiste entre les deux nations britanniques et française.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de juin 1940 à octobre 1945, l'archipel passe directement sous administration britannique, tout en maintenant fictifs et symboliques les droits français. Des soldats américains seront présents dans l'archipel de 1942 à 1947, afin d'éviter une invasion japonaise.

Les Nouvelles-Hébrides deviennent indépendantes le en prenant alors le nom de Vanuatu.

Administration[modifier | modifier le code]

Statut[modifier | modifier le code]

L'histoire de la formation de la colonie a conduit à un condominium particulier. En effet, si une communauté internationale partielle condominante peut posséder des organes immédiats (compétence directe) et médiats (compétences dédoublées entre les États), dans le cas des Nouvelles-Hébrides la France et le Royaume-Uni exercent des compétences qu'elles n'ont pas abandonnées à la communauté partielle condominante : « chaque puissance demeure (...) souveraine à l'égard de ses nationaux et des sociétés légalement constituées conformément à sa loi »[3]. Malgré cette « altération de la pureté théorique du condominium », les Nouvelles-Hébrides sont bien le « dernier exemple du régime condominial s'appliquant à un territoire et à une population d'importance notable »[1].

Ce condominium, n'étant pas une personnalité juridique, ne peut élaborer de traité ni en signer. Il n'est cependant concerné par les conventions multilatérales que la France et le Royaume-Uni ont signées que dans la mesure où les deux puissances condominantes y sont convenues de l'application[4].

Haut-commissaire de la République française (1907-1980)[modifier | modifier le code]

Début Fin Titulaire Titres
Victor Liotard
Pierre Brun
Jules Louis Richard
Adrien Bonhoure (suppléant pour Richard)
Auguste Brunet
Jules Repiquet
Joseph Joulia (suppléant pour Repiquet)
Henri d'Arboussier (intérim)
Joseph Guyon
Henri d'Arboussier (suppléant pour Guyon)
Gabriel Thaly (suppléant pour Guyon)
Léonce Jore (1re fois)
Bernard Siadoux
Marcel Marchessou
Léonce Jore (2e fois)
René Barthes
Georges-Marc Pélicier
Colonel Denis (vichyste)
Henri Sautot (à partir de juillet 1941, Georges Thierry d'Argenlieu est Haut-Commissaire)
Auguste Montchamp
Christian Laigret
Jacques Tallec
Georges Parisot
Pierre Cournarie
Bordarier (intérim)
Raoul Angammarre
René Hoffherr
Aimé Grimald
Laurent Péchoux
Georges Poulet (suppléant pour Péchoux)
Casimir Biros
Jean Risterucci
Louis Verger
[5] [6] Jean-Gabriel Ériau Haut-commissaire de la République française dans l'océan Pacifique et aux Nouvelles-Hébrides, gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et dépendances
[7] [8] Claude Charbonniaud Haut-commissaire de la République française dans l'océan Pacifique et aux Nouvelles-Hébrides, gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et dépendances

Commissaire-résident de la République française (1901-1980)[modifier | modifier le code]

Nomination Entrée en fonction Fin Titulaire Titres
Gaudence Charles Faraut
Charles Bord
Jean Colonna Commissaire résident par intérim.
Charles Noufflard
Jean Colonna Commissaire résident par intérim.
Jules Martin
Jean Solari Chef de bureau, exerce l'intérim suite au départ de Martin
Jules Repiquet Commissaire résident par intérim jusqu'au 30 juin 1912 puis titulaire au
Jacques-Louis Miramende Intérims d'Edmond Lippman (-) et Alfred Solari (-).
Alfred Boisivon Commissaire résident par intérim
Henri Joseph Marie d'Arboussier Intérims d'Auguste Adolphe Joseph Marie Raoul de la Vaissière (-) et Paul François Joseph Ballot (-).
Gabriel Henri Joseph Thaly Commissaire résident par intérim
Maurice Georges Tronet Commissaire résident par intérim
Antoine Louis Carlotti
Henri Sautot Commissaire résident par intérim jusqu'au 19 juin 1934, date de sa titularisation. Ensuite, intérims de Fernand Casimir (-) et Léon Alexandre Frédéric Le Boucher (-)
Robert Charles Henri Kuter Intérims d'Alfred Houques-Fourcade du au et du à
André Ménard
Pierre André Jean Anthonioz Commissaire résident par intérim jusqu'à sa titulatisation le 24 juin 1950. Ensuite, intérim de Marc Paul Agostini (11 juin 1954-fébut 1955).
Benjamin Favreau
André Marie Théodore Bijon
Maurice Charles Jules Delauney
Jacques Mouradian
Robert Jules Amédée Langlois
Robert Gauger
Bernard Pottier
Jean-Jacques Robert

Administration postale[modifier | modifier le code]

Les timbres postaux des Nouvelles-Hébrides illustrent l'histoire du condominium.

En 1908, le condominium utilise des timbres de la Nouvelle-Calédonie, alors colonie française et des Fidji, alors colonie britannique, surchargés « Nouvelles-Hébrides Condominium » ou « New Hebrides Condominium ».

Par la suite et jusqu'en 1980, les timbres utilisés portent le plus souvent la mention « Condominium des Nouvelles-Hébrides » ou « New Hebrides Condominium » et les armes du souverain britannique (George VI puis Élisabeth II) et celles de la République française (lettres « RF » et faisceau d'armes).

Administration monétaire[modifier | modifier le code]

Après avoir utilisé le franc français et la livre sterling de 1938 à 1977, les Nouvelles-Hébrides ont eu le franc or pour monnaie. En 1966 est créé le franc des Nouvelles-Hébrides frappé par la Monnaie de Paris. Il s'agissait des pièces de 1 F, 2 F, 5 F, 10 F, 20 F, 50 F et 100 F, de 1966 (seule année du 100 F) à 1979. Des pièces de 1, 2, 5, 10 et 20 francs ont même été frappées en 1982 (donc après l'indépendance), avec la mention « République Française » car le Royal Mint anglais choisi pour frapper la nouvelle monnaie, le vatu (pièces de 1, 2, 5, 10, 20, 50 et 100 vatu), n'a pu livrer cette dernière qu'en 1983 (hormis le 50 vatu de 1981).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note
  1. Date de la proclamation de la Convention franco-anglaise signée le 20 octobre 1906 et promulguée en France le 11 janvier 1907
Références
  1. a et b Benoist (1972), p. 10
  2. Benoist (1972), p. 10-11
  3. Benoist (1972), p. 9
  4. Benoist (1972), p. 13
  5. Décret du 11 décembre 1973 portant nomination du haut-commissaire de la République française dans l'océan Pacifique et aux Nouvelles-Hébrides, gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et dépendances (M. Jean-Gabriel Ériau), publié au Journal officiel de la République française du 12 décembre 1973, p. 13183 [lire en ligne]
  6. Décret du 13 décembre 1978, portant nomination d'un préfet hors cadre (M. Jean-Gabriel Ériau), publié au Journal officiel de la République française du 14 décembre 1978, p. 4152 [lire en ligne]
  7. Décret du 13 décembre 1978 portant nomination du haut-commissaire de la République française dans l'océan Pacifique et aux Nouvelles-Hébrides, gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et dépendances (M. Claude Charbonniaud), publié au Journal officiel de la République française du 14 décembre 1978, p. 4152 [lire en ligne]
  8. Décret portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française en République de Vanuatu (M. Yves Rodrigues), publié au Journal officiel de la République française du 31 juillet 1980, p. 1930 [lire en ligne]