Terres australes et antarctiques françaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec France antarctique.

Terres australes et antarctiques françaises
Blason de Terres australes et antarctiques françaises
Armoiries
Drapeau de Terres australes et antarctiques françaises
Marque de l'administrateur supérieur des TAAF
Administration
Pays Drapeau de la France France
Statut Territoire d'outre-mer
Chef-lieu Aucun,
territoire administré depuis Saint-Pierre, à La Réunion
Districts Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam
Archipel Crozet
Îles Kerguelen
Terre-Adélie
Îles Éparses de l'océan Indien
Préfète Évelyne Decorps
Démographie
Population 196 hab. (2012[1])
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 00″ sud, 69° 10′ 01″ est
Superficie 43 967 200 ha = 439 672 km2
Divers
Monnaie euro
Fuseau horaire +4 (îles Éparses de l'océan Indien et archipel Crozet)
UTC+05:00 (îles Kerguelen et îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam)
UTC+10:00 (Terre-Adélie)
Domaine internet .fr
.tf
Code ISO 3166-1 TF, ATF
Localisation
Localisation de Terres australes et antarctiques françaises
Liens
Site officiel http://taaf.fr/

Les Terres australes et antarctiques françaises, abrégées par l'acronyme TAAF, constituent un territoire d'outre-mer de la France créé par une loi du .

Ce territoire comprend actuellement cinq districts très différents : l'archipel Crozet, les îles Kerguelen, les îles Éparses de l'océan Indien, les îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam et la Terre-Adélie. Pour cette dernière, la souveraineté française s'exerce dans le contexte du traité sur l'Antarctique signé à Washington en 1959 qui établit un « gel » des prétentions territoriales et affirme la liberté de la recherche scientifique sur tout le continent. La souveraineté de la France doit donc être compatible avec les exigences du traité qui a été complété en 1991 par le protocole de Madrid sur la protection de l'environnement et qui fait de ce continent une « réserve naturelle consacrée à la paix et à la science ».

Aucune portion du territoire n'a possédé de population civile permanente, en dehors de quelques brèves tentatives de colonisation. La France y assure cependant une présence humaine continue (logistique, scientifique ou militaire) grâce à du personnel relevé régulièrement. Les trois districts historiques des terres australes françaises (l'archipel Crozet, les îles Kerguelen et les îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam) forment aujourd'hui la plus grande réserve naturelle de France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les Terres australes et antarctiques françaises sont toutes situées dans le sud de l'océan Indien ou, pour la Terre-Adélie, dans le secteur de l'océan Austral situé directement au sud de l'océan Indien. Les îles Éparses de l'océan Indien sont proches de Madagascar et toutes les autres îles se trouvent au sud-est de Madagascar et des Mascareignes, seule la Terre-Adélie est à la longitude de l'Australie.

À l'exception des îles Éparses de l'océan Indien, il s'agit de terres très éloignées des régions habitées et très éloignées entre elles :

Principales distances de la Réunion et entre les districts[2]
La Réunion
(Saint-Pierre)
21° 20' S / 55° 29' E
3380 km Kerguelen
(Port-aux-Français)
49° 21' S / 70° 13' E
2810 km 1410 km Crozet
(base Alfred-Faure)
46° 26' S / 51° 51' E
2820 km 1410 km 2320 km Amsterdam
(Martin-de-Viviès)
37° 48' S / 77° 34' E
7600 km 4240 km 5310 km 5020 km Terre Adélie
(Dumont d'Urville)
66° 40' S / 140° 00' E

Les T.A.A.F. comportent 2 709 km de côtes[3].

Liste des îles, îlets, îlots, roches des TAAF.

Les trois Districts des Terres australes (archipel Crozet, îles Kerguelen, îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam) sont tous caractérisés par leur environnement océanique et leur nature volcanique :

  • les îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam sont situées sur la dorsale Est-Indienne ;
  • l'archipel Crozet sur un plateau océanique sur le flanc Est de la dorsale Ouest Indienne ;
  • les îles Kerguelen sur un vaste plateau asismique entre les deux branches de ces dorsales.

Districts[modifier | modifier le code]

Ce territoire est actuellement composé de cinq districts : les trois districts historiques des terres australes françaises (îles Kerguelen, archipel Crozet, îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam) découverts et rattachés à la France au XVIIIe et XIXe siècles auxquels s'ajoutent depuis 1949 le district antarctique de la Terre-Adélie, puis depuis 2007, le district des îles Éparses de l'océan Indien. Si la souveraineté françaises sur les terres australes n'est pas contestée, les cas de la Terre-Adélie et des îles Éparses de l'océan Indien restent plus complexes. Sur le plan administratif ces cinq districts ne sont pas des collectivités de niveau inférieur mais des circonscriptions déconcentrées[4].

Nom du District Base permanente/chef-lieu Effectif moyen d'hivernage Superficie
(km2)
ZEE
(km2)
Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam Martin-de-Viviès 29 66 502 533
Archipel Crozet Base Alfred-Faure 18 352 567 475
Îles Kerguelen Port-aux-Français 45 7 215 563 869
Terre-Adélie Base antarctique Dumont-d'Urville 25 432 000 -
Îles Éparses de l'océan Indien - - 44 640 400
TAAF 140 439 677 2 274 277

Terres australes françaises[modifier | modifier le code]

Carte des terres australes françaises

Les terres australes françaises, à ne pas confondre avec les îles Australes de Polynésie française, forment trois districts sur lesquels la souveraineté française est universellement reconnue :

Les terres australes sont ravitaillées par le Marion Dufresne 2 qui assure l'ensemble de la logistique ordinaire de ces trois districts. Elles sont protégées dans le cadre de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises.

La Terre-Adélie[modifier | modifier le code]

Le district de la Terre-Adélie est constitué d'une portion du continent antarctique. Découverte par Jules Dumont d'Urville en 1840, la Terre-Adélie est l'unique district antarctique français. Cette portion antarctique est associée aux terres australes en 1949. La souveraineté française n'est pas universellement reconnue sur ce territoire qui est administré dans le cadre du traité sur l'Antarctique. Certains États ne reconnaissent par principe aucune revendication territoriale sur l'Antarctique. Elle abrite la base antarctique Dumont-d'Urville située sur l'île des Pétrels et gérée par l'Institut polaire français Paul-Émile-Victor. La France maintient une présence continue sur la Terre-Adélie depuis le 20 janvier 1950, date de la fondation de Port-Martin la première base antarctique française, soit avant la signature (1er décembre 1959) et l'entrée en vigueur (23 juin 1961) du traité sur l'Antarctique.

Îles Éparses de l'océan Indien[modifier | modifier le code]

Carte du district des îles Éparses de l'océan Indien.

Le district des îles Éparses de l'océan Indien est composé d'îles, îlots et atolls tropicaux pour la plupart situés dans le canal du Mozambique. Ajouté en 2007, il ne forme administrativement qu'un seul district composé de l'atoll Bassas da India, de l'île Europa, des îles Glorieuses, de l'île Juan de Nova et de l'île Tromelin. La souveraineté française y est contestée par la République de Madagascar pour l'atoll Bassas da India, l'île Europa, les îles Glorieuses, l'île Juan de Nova et par la République de Maurice pour l'île Tromelin.

Les îles Éparses de l'océan Indien — Bassas da India, île Europa, îles Glorieuses, île Juan de Nova et île Tromelin — comportent :

Bien que situées en zone tropicale, les îles Éparses de l'océan IndienBassas da India, île Europa, îles Glorieuses, île Juan de Nova et île Tromelin — ont été intégrées au territoire des Terres australes et antarctiques françaises en application de l'article 14 de la loi no 2007-224 du 21 février 2007 et conformément au 11e alinéa de cet article qui a rendu leur intégration effective dès la promulgation de la loi. Ce rattachement se justifie principalement pour des raisons de facilités et de similitude administratives car Bassas da India, l'île Europa, les îles Glorieuses et l'île Juan de Nova sont situées dans le canal du Mozambique et l'île Tromelin à l'est de Madagascar. Elles sont toutes inhabitées.

Les îles Éparses de l'océan Indien constituent le cinquième district des TAAF. Le chef de district est basé à Saint-Pierre-de-la-Réunion[6]. Auparavant, les îles Éparses de l'océan Indien étaient administrées séparément au nom de l'État par l'administrateur des îles Éparses de l'océan Indien dont la charge était confiée (par nomination du ministère des Outre-mer) au préfet de la Réunion (les îles Éparses de l'océan Indien n'ont jamais fait partie du territoire de la Réunion depuis la création de ce département d'outre-mer) puis à partir de 2005 au préfet des TAAF. Les îles Éparses de l'océan Indien continuent à faire l'objet de revendications territoriales de la part de Madagascar pour Bassas da India, Europa, les îles Glorieuses et l'île Juan de Nova, de la part de la Fédération des Comores pour les îles Glorieuses et de la part de la République de Maurice pour l'île Tromelin.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Avifaune[modifier | modifier le code]

La moitié de la population mondiale de sept espèces ou sous-espèces d'oiseaux marins vit ou survit dans les TAAF. L'archipel Crozet et les îles Kerguelen sont parmi les plus riches du monde en oiseaux avec respectivement 34 et 33 espèces nidificatrices en communauté les plus diversifiées au monde et avec des effectifs atteignant plusieurs millions d'oiseaux (25 millions d'oiseaux nidificateurs rien que pour l'archipel Crozet). Le record de biomasse d'oiseau y a été établi : on y compte soixante tonnes d'oiseaux au kilomètre carré.

Les manchots sont les plus connus et les plus nombreux. Quatre espèces dominent : le manchot royal, le manchot papou, le gorfou sauteur et le gorfou doré (ou macaroni) en colonies de dizaines voire centaines de milliers d'individus.

Au moins huit espèces d'albatros y vivent ainsi que 25 espèces de pétrels, des cormorans, skuas, goélands, sternes, damiers du Cap, etc. dont deux espèces moins dépendantes de la mer : les chionis et les canards d'Eaton (endémique). D'Amsterdam dépend la plus grande population d'albatros indien au monde ainsi que la seule population d'albatros d'Amsterdam, espèce endémique au bord de l'extinction (cf. liste rouge de l'UICN) et dont les quarante derniers couples ne se reproduisent que sur le plateau des Tourbières à une altitude de 600 mètres. Diverses sous-espèces sont endémiques à ces îles comme le cormoran des Kerguelen.

Mammifères marins[modifier | modifier le code]

Trois espèces de pinnipèdeséléphant de mer, otarie de Kerguelen, otarie d'Amsterdam — se reproduisent sur ces côtes. Elles ont été jusqu'à la fin du XIXe siècle poursuivies par les chasseurs, sans pourtant disparaître, ce qui a permis la reconstitution de certaines populations depuis leur protection. 400 000 éléphants de mer se reproduisent maintenant annuellement dans les îles Kerguelen. Le nombre des otaries d'Amsterdam est remonté à 40 000 à 50 000 alors qu'elles avaient presque disparu (moins d'une centaine lors du comptage de 1956).

Neuf espèces de cétacés sont encore observées autour de les îles Kerguelen, dont le dauphin de Commerson (sous-espèce endémique encore commune dans la région). Dans l'archipel Crozet, dans les îles Kerguelen et à Amsterdam, de nombreux orques chassent les jeunes éléphants de mer, les otaries et les bancs de poissons.

Poissons[modifier | modifier le code]

Les stocks halieutiques y sont parmi les moins surexploités dans le monde mais une pêche illégale s'est développée, notamment de la légine australe, poisson prédateur des profondeurs qui peut atteindre deux mètres de longueur, à haute valeur commerciale, pêché à la palangre qui a aussi un impact majeur sur les albatros et grands pétrels en fort déclin dans ces régions (deux tiers de la population ont disparu pour certaines espèces).

La France a mis en place une surveillance satellitaire avec sur place la marine nationale (sur la ZEE française), en lien avec l'Australie et l'Afrique du Sud. Des contrôleurs indépendants sont présents à bord des bateaux légaux pour vérifier le respect des quotas de pêche (arrêté du préfet des TAAF sur avis du Muséum national d'histoire naturelle). La marine nationale française assure également des patrouilles : en dix ans, d'octobre 1997 à décembre 2007, une dizaine de navires illégaux ont été arraisonnés[7].

Outre la légine présente dans les îles Kerguelen et dans l'archipel Crozet[8], la langouste est abondante à Saint-Paul et Amsterdam.

Menaces et protections de l'environnement[modifier | modifier le code]

Les communautés terrestres des îles australes sont relativement pauvres et parfois dégradées mais l'endémisme y est élevé : 90 % des invertébrés de l'archipel Crozet ne vivent que sur les îles subantarctiques de l'océan Indien et 55 % ne sont présents que sur cet archipel. Ces écosystèmes jouent le rôle de sentinelles en termes de modifications climatiques et d'impact du trou dans la couche d'ozone.

Depuis octobre 2006, une réserve naturelle a été créée. Elle comprend l'ensemble des terres immergées (7 000 km2) et les zones maritimes environnantes (15 700 km2)[7].

La surpêche et les modifications climatiques sont les premières menaces. Les oiseaux souffrent des prises accidentelles (pêche à la palangre), de la concurrence par la surpêche et d'espèces introduites dans certaines îles (chats et rats notamment) alors que le réchauffement risque d'éloigner de plusieurs centaines de kilomètres vers le sud les proies du manchot royal et de nombreuses espèces. L'utilisation de casiers plutôt que de palangres pourrait diminuer l'impact écologique de cette pêche.

Face à ces menaces et de façon à protéger au maximum les territoires et eaux territoriales des districts de les îles Kerguelen, de l'archipel Crozet et de Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam, a été créée en octobre 2006, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le temps des découvertes[modifier | modifier le code]

Les Terres Australes et Antarctiques Française (TAAF[10]) sont découvertes à partir du XVI° siècle dans le contexte de l’exploration de la route des Indes, initiée par les Portugais puis amplifiée par les autres puissances européennes, notamment les Britanniques, les Français et les Hollandais.

Pour les Terres australes, Saint Paul et Amsterdam sont découvertes par les Portugais et les Hollandais en 1552. L’Archipel Crozet, constitué de cinq îles volcaniques, est découverte en 1772 par les Français, Marc-Joseph Marion Dufresne et Julien Crozet et, la même année, le Français Yves-Joseph de Kerguelen, découvre l’archipel Kerguelen.

Les îles éparses sont découvertes principalement par les Portugais et les Français, lors de voyages en direction des Indes. Les îles Glorieuses sont identifiées par des navigateurs dès le XVI° siècle, et c’est Hippolyte Caltaux[11] qui nomme l’île en 1879, quand il accoste sur cet îlot. L’île de Juan de Nova, la plus marquée par l’occupation humaine, découverte en 1501, est baptisée du nom de l’amiral portugais, au service du roi Manuel I. Mais trop exiguë, les puissances coloniales s’en désintéressent, laissant la possibilité aux pirates de l’habiter plusieurs années.  Autre découverte portugaise sur l’itinéraire de la route des Indes, l’Atoll Basas Da India, longtemps un obstacle aux navigateurs, garde encore les traces de centaines de naufrage, dont celui de la nef portugaise Santiago[12] . L'île Europa, connue depuis le XVI° siècle, doit attendre 1774 pour qu’un navire britannique, nommé Europa, la baptise du nom de leur vaisseau.

L’île de Tromelin, tristement connue pour son histoire des esclaves oubliés en 1761[13], a été découverte le 11 août 1722 par Briand de La Feuillée, capitaine du vaisseau de la Compagnie des Indes, La Diane, qui faisait route de Saint Paul (Réunion) en direction des Indes.

En 1840, le Français, Jules Dumont d’Urville accoste à Terre Adélie, en Antarctique, dont le sommet est le pôle sud géographique.

Les tentatives d'exploitations économiques[modifier | modifier le code]

La pêche[modifier | modifier le code]

Au XIX° siècle et au début du XX° siècle, de nombreux navires et marins, surtout britanniques et américains, viennent pêcher la baleine et chasser les éléphants de mer et les phoques. Si la pêche à la baleine est prestigieuse, elle est surtout nécessaire pour répondre aux besoins de la société industrielle naissante en Europe et en Amérique. L’histoire industrielle a en partie commencé grâce à la farine de baleine pour faire de l’engrais, à la graisse de baleine pour le fonctionnement des machines dans les usines et l’huile destinée à l’éclairage public dans les villes.

En 1893, une usine baleinière, pour produire de l’huile, est installée sur le site du Port Jeanne d’Arc à Kerguelen par les frères Bossière du Havre, suite à l’obtention, pour 50 ans, de la concession des îles Kerguelen par l’Etat français[14] . En 1922 l’usine ferme. L’activité baleinière n’est plus rentable depuis 1911, le nombre de baleines a très largement diminué, de plus, la chasse aux éléphants de mer permet également la production d’huile, et le pétrole tend à remplacer ces huiles. L’arrivée des navires usines, traitant les baleines à bord, met définitivement fin à cette tentative.

La conserverie de langouste à Saint Paul, lancée en 1928 a connu le même sort. L’épisode des Oubliés de l'île Saint-Paul[15] témoigne de la difficulté de développer des activités dans ces territoires. La conserverie est abandonnée en 1931.

Aujourd’hui, seule la pêche perdure, mais elle n’est réservée qu’aux bateaux ayant une licence acquise auprès du siège administratif des TAAF, à Saint Pierre de la Réunion, pour pêcher le légine, le thon, ou la langouste. La pêche y est strictement contrôlée pour permettre une exploitation durable des ressources de la mer.

L'exploitation des ressources naturelles terrestres[modifier | modifier le code]

Différentes initiatives d'exploitations des Îles Éparses et des Terres Australes ont vu le jour.

La tentative d’élevage de moutons aux Îles Kerguelen, entre 1912 et 1913, par les français Decouz et Culet[16] est brève.

Les Îles Éparses, au départ, sont repérées pour l’exploitation de ressources naturelles comme le guano, le coprah, le phosphate et les cocotiers. Elles attirent nombre de commerçants et d’aventuriers y voyant une opportunité de s'enrichir. L'histoire offre plusieurs exemples de tentatives, mais toutes ont été abandonnées. Dès 1855, une cocoteraie est implantée par Hyppolyte Caltaux, sur les Îles Glorieuses. Elle est exploitée jusqu'en 1958 par les Seychellois et aujourd’hui abandonnée. Autre exemple, sur Juan de Nova : L’exploitation du guano et du phosphate commence au début du XX° siècle. Une usine de traitement du guano permet l’exportation de 53 000 tonnes en 1923, puis la SOFIM (Société Française des Iles Malgaches) employant Seychéllois et Mauriciens, active jusque 1968, est dissoute suite à l’effondrement du cours boursier du guano.

Il y eu également la tentative d’implantation de colons venus de Tuléar (Localité de Madagascar alors colonie française) en 1860 pour ramasser des œufs d’oiseaux et de tortues. Ils ont apporté avec eux des poules et des chèvres, seules les chèvres sont restées à l’état sauvage. D’autres initiatives ont suivi, mais faute d’eau douce, elles ont toutes échoué.

Le difficile accès, les conditions météorologiques et les contraintes naturelles expliquent en grande partie ces échecs.

Le développement de la recherche scientifique[modifier | modifier le code]

De nombreuses expéditions scientifiques ont été menées.

La découverte de la Terre Adélie, en 1840, ouvre la voie aux explorations scientifiques polaires. Une première base, Port-Martin, y est construite en 1950 mais disparaît dans un incendie en 1952. Une nouvelle base est ouverte en 1956 à l'occasion de la préparation de l’Année géophysique internationale de 1957. Elle est baptisée Dumont d’Urville, en l’honneur du découvreur des lieux. Proche du pôle sud magnétique, cette base est un lieu privilégié pour la recherche géophysique.

Les îles Kerguelen offrent des conditions idéales pour les observations solaires et astronomiques. Ainsi, en 1874, à l'occasion du passage de Vénus devant le soleil, plusieurs expéditions ont été envoyées dans les îles : des Anglais se trouvaient à Kerguelen, tandis que des Français étaient à Saint-Paul. En souvenir de leur passage, ils ont laissé une pierre gravée[17].

Sur les îles éparses, de nombreuses stations météorologiques sont implantées à la demande de l’Organisation météorologique mondiale. La France décide en 1950 d’implanter des stations météorologiques sur ces îles placées stratégiquement sur la trajectoire des cyclones tropicaux du sud-ouest de l’océan Indien.

Les TAAF sont des terres de recherche scientifique et disposent de nombreuses bases[18].

L'assise de la souveraineté française et la création des TAAF[modifier | modifier le code]

Face aux appétits des puissances européennes, l’Etat français accélère, dès la fin du XIX° siècle; l’affirmation de sa souveraineté, d’abord sur les terres australes puis sur les îles éparses.

La découverte de l’Archipel Crozet en 1772 par Marc Joseph Marion du Fresne s'est faite au nom du roi de France. Pour éviter de quelconques prétentions territoriales, Sadi Carnot, alors président de la III° République française, envoie des navires sur les îles Saint Paul et Amsterdam pour confirmer la possession française en 1892, puis en 1893 c’est au tour des Îles Kerguelen [19].

Le décret du 21 novembre 1924 rattache les Terres australes au Gouvernement général de France à Madagascar, alors colonie française [20]. Il est abrogé par la loi no 55-1052 du [21] qui érige les TAAF en territoire d’outre-mer jouissant d’une autonomie administrative et financière. Terre Adélie s'y rajoute. Toutefois, cette dernière est exclue des prétentions de souveraineté depuis les accords de Washington ou le traité sur l'Antarctique, signé le 23 juin 1961, consacre ce continent comme réservé à la paix où les prétentions territoriales sont gelées.

En 2000 le siège des TAAF est basé à Saint Pierre de la Réunion.

Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, les TAAF sont mentionnées dans la constitution de la République française à l'article 72-3[22] et une modification du 25 juillet 2008 détermine le régime législatif des TAAF[23]

Le décret n°2006-1211 du 3 octobre 2006 a créé la réserve nationale des Terres australes françaises[24]

Les îles éparses quant à elles, sont progressivement intégrées à l’Empire colonial français notamment en 1930 pour les Îles Glorieuses. Mais le mouvement d’indépendance malgache en 1960 conduit à modifier le cadre juridique des Îles Éparses qui sont désormais placées sous l’autorité du ministère de l’outre-mer par le décret no 60-555 du [25]. S'ajoute la loi no 2007-224 du [26] qui fait de ces îles le cinquième district des TAAF. En 2012, le parc naturel marin des Glorieuses voit le jour.

Depuis le 5 juillet 2019, les Terres australes françaises sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO (Îles Eparses et Terre Adélie n’y sont pas inscrites)[27].

Malgré l’effort d’asseoir la souveraineté nationale sur ces territoires, les îles éparses sont encore revendiquées par d’autres nations telles que Madagascar, ou Maurice pour Tromelin[28]. Des accords de cogestion sont envisagés, mais rien n’est signé.

Ecrire l'histoire des TAAF : les campagnes archéologiques[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques, dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), ont pour but de promouvoir la connaissance du passé et d’écrire une histoire qui témoigne d'aventures humaines

La connaissance des sites archéologiques étant un enjeu majeur de la gestion du patrimoine historique, les TAAF sont dotées depuis 1993 d’une mission pour le patrimoine historique. Plusieurs campagnes archéologiques lancées sur différents districts ont mis au jour des vestiges industriels, un patrimoine scientifique et technique et des lieux témoins de la vie et de la mort de naufragés ou de travailleurs aux conditions pénibles.

Les premières missions, entre 1993 et 1996, dirigées par Jean-François Le Mouël sont réalisées sur un site de naufragés (1826-1827) à Pointe Charlotte aux îles Kerguelen, et à la maison dite Heurtin sur l’île d’Amsterdam du nom de la famille qui s’installe sur l’île avec quelques paysans en 1870 pour faire de l’élevage et des cultures.

En 2006, deux autres missions, toujours dirigées par Jean-François Le Mouël, sont lancées. La première concerne le sauvetage du fondoir à graisse sur l’Île de la Possession qui témoigne des premières occupations humaines, nommée opération Obélix[29]. La seconde est la mission ArchaeObs dont l’objectif est de fouiller le site de la baie de l’observation à Kerguelen, où se trouvent les vestiges de stations scientifiques installées par les Anglais (1874-1875), les Allemands (1901-1905) et les Français (1908-1909 et 1912-1913)[30]

Enfin, entre 2006 et 2013, 4 campagnes menées par le Groupe de Recherche en Archéologie Navales (GRAN) et l'Institut National de Recherche Archéologique Préventive (INRAP), permettent de faire des fouilles sur l’île de Tromelin (journal des fouilles[31]), en particulier sur le site d'installation des esclaves abandonnés pendant 15 ans suite au naufrage de l’Utile en 1761[32].

Aujourd’hui, du fait de l’éloignement rendant difficile l’entretien des sites, la sauvegarde passe par la numérisation 3D. En 2010, l’ancienne station baleinière de Port Jeanne d’Arc aux Kerguelen est numérisée, et en 2017 c’est le tour des vestiges d’une exploitation de guano à Juan de Nova, dans les Îles Eparses[33].

Politique[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Créées en tant que territoire d'outre-mer (TOM) par la loi du , les TAAF sont dotées de la personnalité juridique et de l'autonomie administrative et financière[34]. Elles sont en outre, depuis la révision constitutionnelle du , mentionnées explicitement à l'article 72-3 de la Constitution de la République française. Avant 1955, les Terres australes et antarctiques françaises n'existent pas en tant qu'entité territoriale distincte. Les îles australes (archipel Crozet, îles Kerguelen, îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam) sont rattachées à partir de 1924 à l'administration du Gouvernement général de la France à Madagascar et les îles Éparses dépendent de Tamatave. En 1949, la Terre-Adélie y est ajoutée et l'ensemble forme alors un district de la province de Tamatave. Les TAAF sont placées sous l'autorité de l'administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises qui a rang de préfet[35], et qui agit en double qualité de représentant de l'État et d'exécutif du territoire[36].

Le siège administratif se trouvait initialement à Paris. Il a été installé en 2000 à Saint-Pierre, à La Réunion. Le rez-de-chaussée abrite des expositions et est périodiquement ouvert à la visite[37]. L'administrateur supérieur représente le territoire en justice, sauf en cas de litige entre le territoire et l'État[35].

L'administrateur supérieur est assisté d'un Conseil consultatif de 13 membres, représentant différents départements ministériels (outre-mer, défense, recherche, pêche, environnement, affaires étrangères). En cas de litige judiciaire entre l'État et le Territoire, le territoire est représenté en justice par le président du Conseil consultatif[35]. L'administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises gère également la zone économique exclusive très étendue que confère la souveraineté française sur ces îles de l'océan Indien[38]. Il est en responsable du registre maritime des Terres australes et antarctiques françaises, semble-t-il en sa qualité de représentant du territoire[39]. L'administrateur supérieur est représenté dans chacun des districts par un « chef de district » qu'il désigne pour une période allant de trois mois à un an. Il s'agit de fonctionnaires de catégorie A volontaires qui deviennent responsables de domaines aussi variés que la gestion de l'environnement, la sécurité des biens et des personnes, la logistique, etc. par délégation de pouvoir de l'administrateur supérieur. Ils sont également officiers de police judiciaire et remplissent les fonctions d'officier d'état civil[40]. Le rôle de chef de district de la Terre-Adélie revient normalement au chef de la base antarctique Dumont-d'Urville.

Dirigeants des TAAF au 20 novembre 2019.
Collectivité Préfet
Terres australes et antarctiques françaises Évelyne Decorps
District Chef de district
Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam Jean-Charles Megias
Archipel Crozet Aurélie Dupont
Îles Kerguelen Stéphane Defranoux
Terre-Adélie Régis Gliere
Îles Éparses de l'océan Indien Christine Geoffroy

Statut[modifier | modifier le code]

Le traité sur l'Antarctique (Washington, 1959) établit un gel des prétentions territoriales en Antarctique. Ainsi, la France exerce sa souveraineté sur la Terre-Adélie même si certains États refusent par principe toute appropriation territoriale de l'Antarctique.

Par ailleurs, lors de la 43e session du Comité du patrimoine mondial à Bakou, les Terres australes et antarctiques françaises ont été classées sur la Liste du Patrimoine mondial[41].

Relations avec l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Contrairement à la France métropolitaine et aux départements d'outre-mer, le territoire des Terres australes et antarctiques françaises ne fait pas partie de l'Union européenne et le droit communautaire n'y est pas applicable.

Les relations entre l'Union européenne et les Pays et Territoires d'outre-mer sont régies par les articles 198 à 203 du Traité sur l'Union européenne[42]. Ceux-ci prévoient :

  • Une "association" à l'Union, dans un but de "promotion économique et sociale" (art.198)
  • Une égalité dans les échanges commerciaux avec les états membres (art. 199)
  • Une abolition des droits de douane dans les échanges (art. 200 et 201)
  • La libre circulation des travailleurs entre l'Union européenne et les pays et territoires d'outre-mer (art. 202)
  • Des règles juridiques de gestion de cette association (art 203).

Une décision du Conseil européen du 25 novembre 2013 a détaillé les modalités d'application de ces articles et leur volet financier[43].

Les Terres Australes et Antarctiques Françaises font également partie de l’Association des pays et territoires d’outre-mer de l’Union européenne, l’OCTA, qui compte 22 membres. Son but est de promouvoir «le développement économique et durable à travers la coopération avec l’UE ainsi que les partenaires régionaux et mondiaux.», et d’établir un dialogue durable avec la Commission européenne à travers un forum annuel[44]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries des TAAF se blasonnent ainsi : écu écartelé, au premier d'azur au chou de Kerguelen d'argent ; au deuxième d'or à la langouste de sable posée en pal ; au troisième d'or à la tête et au col de manchot royal de sable ; au quatrième d'azur à l'iceberg d'argent. L'écu est timbré d'un arc-en-ciel d'or chargé à la partie supérieure de trois étoiles du même et portant les mots de sable « Terres australes et antarctiques françaises », le tout brochant sur deux ancres d'argent, placées l'une en bande et l'autre en barre. Les supports sont deux éléphants de mer d'argent. Ces armoiries ont été créées par l'héraldiste Suzanne Gauthier, dans les années 1950, sur les indications de M. Richert, administrateur des Taaf de 1955 à 1959.

Économie[modifier | modifier le code]

Ressources halieutiques[modifier | modifier le code]

L'intérêt de ces territoires réside dans leur immense zone maritime et en particulier la ZEE (zone économique exclusive). Une extension importante du plateau continental juridique semble possible au-delà de la ZEE, conformément à l'article 76 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Cette zone pourrait renfermer des ressources minérales comme des hydrates de méthane.

La Terre-Adélie ne bénéficie pas de zone économique exclusive, ce qui ne permet pas à la France d'assurer la régulation de la pêche au large de ce territoire. Exceptée la pêche, aucune activité économique n'a réussi à s'implanter dans les TAAF.

Ces données fondamentales induisent les caractéristiques spécifiques (nature, environnement, géopolitique, économie) de ces terres placées sous responsabilité française. La zone économique exclusive est riche de poissons recherchés. On y pêche notamment la légine, très appréciée des Japonais qui la consomment en sashimi. Cependant, la population de cette espèce s'est considérablement réduite dans les autres zones de l'océan Austral.

La gestion des ressources se fait dans le cadre de la Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique signée à Canberra (Australie) en 1980.

Les permis de pêche sont accordés de façon limitée et les périodes de pêche ainsi que le tonnage des prises dans la zone sont sévèrement contrôlés, bien que l'administration autorise des quotas et une période de pêche supérieures aux recommandations[45], au risque de voir s’épuiser la ressource.

Seuls six armements réunionnais comme la Sapmer ou Cap Bourbon ont actuellement le droit de pêcher dans la zone. L'un d'entre eux appartient à la famille de l'homme politique Jean-Paul Virapoullé.

De fait, les captures illégales se sont développées il y a quelques années dans cette zone très étendue mais isolée et difficilement contrôlable. En 2001, 14 000 tonnes de poissons y ont été pêchées illégalement soit quatre fois plus que ce qui était autorisé. Depuis, aidée par la surveillance par satellite radar du secteur, la Marine nationale, avec le patrouilleur austral Albatros, n'a cessé d'intervenir pour contrôler le trafic dans la zone également empruntée par certains navires de trafiquants et où des cas d'abordage de navires ou de piraterie ont pu être observés dans le passé. Entre 1997 et 2005, 23 navires pêchant illégalement dans la zone ont été arraisonnés. Certains ont été coulés au large de la côte occidentale de la Réunion, d'autres ont été récupérés par les pouvoirs publics et sont désormais employés à la lutte contre la pêche sans permis.

Il existe aussi une activité touristique limitée et encadrée à bord du Marion Dufresne (le navire ravitailleur des TAAF), au départ de La Réunion. Le navire peut lui-même être visité lors de certaines escales[37].

Les anciennes installations de traitement de la pêche de Saint-Paul sont en ruines.

La monnaie officielle des TAAF est l'euro et non le franc Pacifique utilisé dans les collectivités d'outre-mer du Pacifique, bien que la Terre-Adélie soit plus proche de l'Australie et la Nouvelle-Calédonie que de La Réunion. Le franc français était utilisé avant 1999.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, l'administration des TAAF ouvre les îles australes au tourisme. Il est ainsi possible d'embarquer à bord du Marion Dufresne pour suivre sa rotation logistique à Crozet, Kerguelen et Amsterdam. Le voyage dure 28 jours en moyenne dont 12 à 14 jours de mer pour 9 000 kilomètres parcourus avec escales (non garanties pour causes de météo) et conférences à bord. Le coût est d'environ 8 800 €[46]. Il n'y a pas d'autre activités touristiques organisées par les TAAF en Terre-Adélie.

Des accès par bateaux privés sont possibles mais fortement réglementés. Il est nécessaire d'obtenir une autorisation du préfet des TAAF pour pouvoir y mouiller ou y accoster. Certaines zones protégées sont interdites d'accès à l'exception des missions scientifiques. Les étrangers ont besoin d'un visa.

Pavillon de complaisance[modifier | modifier le code]

Le territoire dispose d'un pavillon de complaisance.

En octobre 1986, la France a créé le registre maritime des Terres australes et antarctiques françaises communément appelé « pavillon des Kerguelen » destiné à l'enregistrement de navires de pêche et commerciaux afin d'autoriser des exceptions dans le droit du travail qui ne sont pas tolérées sous le pavillon « France ». Cette exception a pris fin en 2005 pour la flotte commerciale[47].

Budget[modifier | modifier le code]

La collectivité dispose d’un budget d’environ 26 millions d’euros provenant[48] :

  • de ressources propres (droits de pêche à hauteur de 5,5 M€[49], philatélie, impôts, tourisme, taxes de mouillage…) représentant 78,8 % des recettes[47] ;
  • d’une subvention d’équilibre du ministère des Outre-mer ;
  • d’un appui financier du ministère de l’Écologie au titre de la réserve naturelle nationale.

Les dépenses sont constituées à 70 % de frais de logistique et 12 % de dépenses de personnel[50].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les TAAF n'ont jamais eu de population autochtone et aucune population permanente à l'exception de quelques brèves et très limitées tentatives de colonisation. Il existe cependant une présence humaine continue sur certains de ces territoires, assurée par des scientifiques ou des militaires français. Ainsi en 2006, environ 650 personnes ont séjourné dans les TAAF[7] dont 400 sont des scientifiques en mission et 200 à 250 des militaires, principalement de la Légion étrangère ou du 2e RPIMa[7] et des contractuels assurant la logistique.

  • Îles Kerguelen : entre 45 et 110 personnes suivant la saison[7].
  • La Terre-Adélie : entre 30 et 100 personnes[7].
  • Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam : 25 à 45 personnes[7] (avec des missions ponctuelles de quelques personnes sur Saint-Paul).
  • Archipel Crozet : 25 à 45 personnes[7].

Travailler pour les TAAF exige des compétences très particulières, liées à l'éloignement, aux conditions climatiques extrêmes des îles australes et à des qualités de polyvalence dans les compétences requises.

Le personnel travaille sur divers sites : les bases australes et antarctiques, le Marion Dufresne, le siège de Saint-Pierre à La Réunion, sans oublier l'antenne parisienne.

Dans le domaine militaire (PARTEX)[51]

Le ministère de la Défense contribue au fonctionnement des TAAF par l’affectation d’un certain nombre de personnels en position dite de « participation extérieure » (PARTEX).

Ces personnels sont affectés soit au siège des TAAF à la Réunion, pour des séjours outre-mer d’une durée variable selon les armées, soit sur les districts austraux et antarctique, pour des séjours de douze mois, augmentés d’un mois de trajet aller/retour en bateau.

Armée de Terre

  • chef infrastructures (chef de service)
  • électromécanicien-frigoriste
  • plombier-chauffagiste
  • chef garage (chef de service)

Marine nationale

  • chef centrale (chef de service)
  • électricien centrale

Armée de l’air

  • chef approvisionnements (chef de service)
  • chef du service télécommunications – gérant postal (chef de service)
  • technicien télécoms

Dans le domaine de la médecine[52]

Chaque année, 7 postes de médecin sont à pourvoir.

  • 4 postes de médecin-chef dans les districts austraux et antarctique (un pour chaque base),
  • 1 poste de médecin adjoint auprès du médecin-chef de la base de Port-aux-Français (Kerguelen) où l’activité est la plus soutenue,
  • 1 poste de médecin basé au siège des TAAF, à Saint-Pierre de la Réunion, également chargé de médicaliser les rotations du Marion Dufresne,
  • 1 poste de médecin à pourvoir à l’antenne parisienne des TAAF.

Au sein de chaque district, ils dirigent un mini hôpital.

Contractuel[53]

Les TAAF recrutent régulièrement des personnels pour des missions dans les territoires austraux, dans les métiers de l’environnement, de la biodiversité, du bâtiment (maçon, peintre, plaquiste, menuisier, électricien, plombier, carreleur, charpentier…), ou encore de la restauration (cuisinier, boulanger, pâtissier, boucher…) et du service (personnel de salle).

Des postes sont également proposés à bord des navires lors des campagnes de pêche au thon (dans le canal du Mozambique) ou à la légine (grande pêche australe). Les fonctions à pourvoir sont celles d’observateur de pêche ou de contrôleur de pêche, pour des missions éphémères (de quelques jours à trois mois consécutifs).

Dans le domaine du Volontariat du service civique[54]

  • soutien aux missions de préservation de l’environnement.
  • assistanat de gestion dans les domaines administratif, comptable, communication ou informatique.
  • médecine de site isolé et de prévention.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Les Terres australes et antarctiques françaises ont le statut de collectivité d'outre mer et, à ce titre, peuvent émettre leurs propres timbres.

Cette activité représente un apport financier non négligeable dans les ressources budgétaires du Territoire (entre 7 et 9 % du budget total). Chaque année, 12 à 15 timbres sont émis à partir du 1er janvier de l’année civile concernée et 60 000 exemplaires par timbre environ sont disponibles à la vente pendant deux ans[55].

Les personnels de l’armée de l’air (PARDEF), recrutés par les TAAF, remplissent également la fonction de gérant postal et bénéficient pour cela d'une formation théorique et pratique d’une quinzaine de jours à Paris et à La Réunion. Le gérant postal est le seul sur la base à pouvoir envoyer ou réceptionner une dépêche postale qui correspond à l’ensemble des sacs contenant des plis et des colis.

Les philatélistes du monde entier font ainsi des demandes personnalisées pour les plis qu’ils veulent recevoir. Pour cela, ils envoient un courrier à l'adresse de leur choix en l'affranchissant avec un timbre des TAAF et le glissent dans une enveloppe adressée à la gérance postale dans les districts austraux, les Éparses ou la Terre-Adélie. Les lettres sont ensuite tamponnées sur place, le cachet de la poste faisant foi, et réexpédiées au destinataire selon leurs indications[56].

Infrastructures et énergie[modifier | modifier le code]

Approvisionnement en énergie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dans le cadre d'un partenariat entre l'Université de La Réunion (Laboratoire de physique du bâtiment et des systèmes, LPBS) et les services techniques des TAAF, un programme ambitieux de maîtrise de l'énergie en vue d'intégrer les énergies renouvelables a débuté début 2006. « La crise énergétique mondiale actuelle liée principalement à la spéculation et à la future raréfaction du pétrole d'ici vingt à trente ans, nous mène à intensifier les actions en réduction des dépenses énergétiques dans les bases des Terres australes et antarctiques françaises et à y développer l'intégration des énergies renouvelables, tout en prenant en compte les contraintes fortes en matière de maintenance et de logistique (quatre ravitaillements maritimes par an seulement par le Marion Dufresne 2).

Transports[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les TAAF ne sont desservies que par la mer. Il n'existe en effet ni aérodrome, ni même de piste d'aviation à l'exception de l'île Tromelin, de l'île Europa, des îles Glorieuses et de l'île Juan de Nova dans les îles Éparses de l'océan Indien, qui possèdent chacune une piste rudimentaire. Une piste avait été construite à proximité de la base Dumont-d'Urville en Antarctique en 1980. Le but était de pouvoir relier l'Australie et l'Antarctique par un avion militaire de type Transall ou Hercules C130. Mais devant le coût financier de son entretien (la piste avait été sérieusement endommagée par une vague due au détachement d'un bloc d'un glacier voisin) et les polémiques internationales liées à cet aéroport dans une zone protégée, la piste a été abandonnée en 1996. L'emplacement de la base de Port-aux-Français dans les îles Kerguelen avait été choisi pour la possibilité d'installer une piste d'aviation à sa proximité, ce qui cependant n'a jamais été réalisé.

Les Terres australes et antarctiques françaises ne possèdent pas non plus de port, juste des zones de mouillage et des cales ne pouvant accueillir que des navires de très faible tirant d'eau. La desserte des Terres australes et antarctiques françaises[57] est assuré par le Marion Dufresne 2 à partir de la Réunion où il est basé. Ce navire, construit en 1995, assure le transport des passagers, fret et fuel vers les îles Australes ainsi que des missions scientifiques. La desserte de la Terre-Adélie est effectuée par le navire polaire L'Astrolabe pendant l'été austral, au départ d'Hobart en Tasmanie. La circulation automobile n'existe que sur les îles Kerguelen malgré l'absence d'axes routiers. Le parc de véhicules utilitaires (essentiellement fourni par Renault) est restreint, faisant toutefois l'objet d'une immatriculation française par un système qui lui est propre. Chaque véhicule est attitré à un chef ou prêté à un agent, l'entretien est assuré in situ par une équipe spécialisée dans la mécanique générale. Leur présence a été rendue nécessaire par l'importance du matériel et des personnes à déplacer.

Il n'existe aucune installation portuaire dans les TAAF à l'exception d'une cale de débarquement à Port-aux-Français et d'une cale sommaire à Amsterdam.

Activités et infrastructures scientifiques[modifier | modifier le code]

La Terre-Adélie abrite la seule base française en Antarctique : la base antarctique Dumont-d'Urville. Il existe aussi la base antarctique Concordia franco-italienne située sur le Dôme C, un plateau très éloigné des côtes. Cette base est toutefois située hors de la zone de souveraineté française, un peu plus à l'ouest dans la zone de revendication australienne, et cet établissement n'a pu être possible qu'en vertu du traité de l'Antarctique pour le seul usage scientifique. L'administrateur de la base est nommé parmi les personnels présents, sur leur proposition et en accord avec les gouvernements français, italien et australien et du Secrétariat de l'assemblée chargée de l'application du traité international et de son contrôle. Il fait appliquer localement les règles de police et de sécurité sur la base pour le compte des gouvernements français et italien, suivant un règlement approuvé par les participants qui décident à l'avance de la juridiction applicable.

Les expéditions vers la Terre-Adélie ne sont normalement autorisées que pour la recherche scientifique et la logistique ou le contrôle des installations de la base Dumont-d'Urville. Elles doivent faire l'objet d'une demande préalable (sauf pour le contrôle international) et d'un signalement au Secrétariat du Traité sur l'Antarctique.

Communications[modifier | modifier le code]

Depuis le , les Terres australes et antarctiques françaises disposent de leur propre domaine de premier niveau national : « .tf ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le 5 juillet 2019, les TAAF sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO[58].

Codes[modifier | modifier le code]

Les Terres australes et antarctiques françaises ont pour codes ATF, dans la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays).

Langues[modifier | modifier le code]

Lexique « taafien »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Taafien.

À bord du Marion Dufresne (le « marduf » en « taafien » ) comme sur les Terres australes et antarctiques françaises, un langage spécifique fait entre autres d'abréviations, d'acronymes, de mots créoles et d'expressions grivoises est communément utilisé[59].

Le « taafien » ne comporte pas de grammaire propre mais un lexique différent du français. Il désigne des réalités souvent spécifiques à ces régions, à leur faune, à leur administration et au travail qui y est assuré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aucune population permanente.
  2. Distances orthodromiques arrondies à la dizaine de km la plus proche, calculées avec l'outil bibmath.net
  3. IGN Magazine no 54 page 9
  4. Gweltaz Éveillard, « Le statut des terres australes et antarctiques françaises », Revue du Droit Public, vol. 124, no 1,‎ , p. 136-137
  5. [1] - Institut Polaire Français - Archipel de Kerguelen - Le 12 février 1772, dans le sud de l'océan Indien, Yves-Joseph de Kerguelen de Tremarec aperçoit une terre où il croit voir le continent Austral, et lui donne le nom de « France australe ». Il fait débarquer un marin pour prendre possession du territoire au nom du roi.
  6. Arrêtés 2007-18 bis et 2007-18 ter du 23 février 2007
  7. a b c d e f g et h ALAIN PEREZ, « La France boude les terres australes », sur Les Échos, (consulté le 19 février 2019).
  8. Fritsch L., 2011 : "Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) : une pêche durable et responsable" Alim'agri, magazine du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire Supplément au no 1549 (juillet-août-septembre 2011) - p. 45
  9. « La Réserve Naturelle Nationale des Terres australes françaises, site officiel ».
  10. « TAAF », sur taaf.fr
  11. « Découverte îles Glorieuses », sur taaf.fr
  12. Philippe Billé, Le naufrage du Santiago, Magellane, (ISBN 2915540233)
  13. Savoia Sylvain, L'histoire oubliée de Tromelin, (ISBN 2800150386)
  14. Jean François Geraud, « Patrimoine industriel aux Kergelen », sur CRESOI
  15. Daniel Floch, Les oubliés de Saint Paul, Ouest France, (ISBN 2737326443)
  16. « Histoire »
  17. David Ponchelet, « Exposition sur l'archéologie dans les TAAF, PAris, 2019 », sur La 1ère
  18. « TAAF terre de recherche scientifique »
  19. « Les Iles Kerguelen », sur L'institut polaire français, paul Emile Victor
  20. Décret du 21 novembre 1924, rattachant les îles Saint-Paul et Amsterdam, les archipels Kerguelen et Crozet et la Terre-Adélie au gouvernement général de Madagascar, publié au Journal officiel de la République française du , p. 10452 : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000299294&categorieLien=cid
  21. Loi no 55-1052 du , conférant l'autonomie administrative et financière aux Terres australes et antarctiques françaises, publiée au Journal officiel de la République française du , p. 7979 : http://www.legifrance.gouv.fr:80/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=19550809&pageDebut=07979&pageFin=&pageCourante=07979
  22. « Révision constitutionnelle de l'article 72-3, 2003 », sur legifrance.fr
  23. « Révision constitutionnelle de 2008 », sur Legifrance.fr
  24. « Décret de la création des la réserve naturelle des TAAF », sur legifrance.fr
  25. Décret no 60-555 du , relatif à la situation administrative de certaines îles relevant de la souveraineté de la France, publié au Journal officiel de la République française du , p. 5343 : http://www.legifrance.gouv.fr:80/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=19600614&pageDebut=05343&pageFin=&pageCourante=05343
  26. Loi no 2007-224 du , portant dispositions statutaires et institutionnelles relatives à l'Outre-mer, publiée au Journal officiel de la République française no 45 du , texte no 2, p. 3220 (NOR : DOMX0500204) : http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20070222&numTexte=2&pageDebut=03220&pageFin=03252
  27. « L'intégration des terres australes françaises au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur unesco.org
  28. « Tromelin l'îlot de la discorde », sur geoconfluences.ens-lyon.fr
  29. « fondoir à graisse des Crozet », sur archéopage
  30. Courbon & Mouël, « Mission archéologique internationale en Baie de l’Observatoire, Îles Kerguelen, 2006-2007. Rapport. TAAF. 60 p. »,
  31. Le journal quotidien des fouilles archéologiques sur l’île de Tromelin, consulté le 2013-09-23
  32. Guérout M. & Romon Th., Tromelin, l’île aux esclaves oubliés., Paris, Inrap, Cnrs, , 235 p.
  33. « L'archéologie dans les TAAF », sur taaf.fr
  34. Gweltaz Éveillard, p. 106-109
  35. a b et c http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20080913&numTexte=7&pageDebut=&pageFin=
  36. Gweltaz Éveillard, p. 124
  37. a et b Les TAAF vous proposent de visiter leur siège, à Saint-Pierre, ainsi que leur navire ravitailleur, le Marion Dufresne II, lors de ses escales au Port
  38. TAAF : p^che dans les subantarctiques
  39. C'est la lecture de Gweltaz Éveillard, qui l'exprime avec prudence, voir p. 129.
  40. André Oraison, « Le statut des Terres australes et antarctiques françaises à la lumière de l'article additionnel 72-3 de la Constitution », Revue française de droit administratif, vol. 23, no 4,‎ , p. 691-692
  41. « Cinq nouveaux sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO », sur UNESCO, (consulté le 12 juillet 2019)
  42. « EUR-Lex - - FR », sur Journal officiel n° C 326 du 26/10/2012 p. 0001 - 0390; (consulté le 11 novembre 2019)
  43. « L_2013344FR.01000101.xml », sur eur-lex.europa.eu (consulté le 11 novembre 2019)
  44. « OCTA », sur www.octassociation.org (consulté le 11 novembre 2019)
  45. [2] Rapport de la cour des comptes de 2006, page 453
  46. « Participer à une rotation », sur Terres australes et antarctiques françaises (consulté le 11 novembre 2019)
  47. a et b [3] Rapport de la cour des comptes de 2006, page 452
  48. [4] Ministère des l'outre-mer
  49. [5] Lettre des TAAF no 3
  50. [6] Rapport de la cour des comptes de 2006, page 442
  51. « Militaire (PARTEX) », sur www.taaf.fr (consulté le 26 janvier 2017)
  52. « Médecin », sur www.taaf.fr (consulté le 26 janvier 2017)
  53. « Contractuel », sur www.taaf.fr (consulté le 26 janvier 2017)
  54. « Volontaire du Service Civique », sur www.taaf.fr (consulté le 26 janvier 2017)
  55. « Postes et philatélie des TAAF », sur http://www.taaf.fr (consulté le 27 janvier 2017)
  56. « http://www.lequotidien.re/pdfs/TAAF.pdf », sur http://www.lequotidien.re/, (consulté le 27 janvier 2017)
  57. Jacques Nougier et Yvon Balut, « La Marine dans les TAAF : un état des lieux préoccupant », Jeune Marine, no 227,‎ , p. 23-25 (ISSN 2107-6057)
  58. "Les terres et mers australes françaises obtiennent leur inscription au patrimoine mondial de l'Unesco", France Infos, le 5 juillet 2019
  59. Stéphanie Légeron, Bruno Marie, Escales au bout du monde. Les Terres Australes et Antarctiques Françaises, Insulae Editions, , 448 p. p. (ISBN 979-10-95523-10-9), p. Lexique

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :